Journaux 1950-1959 -> Documents -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

La vague française de 1954 dans la presse US:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Star Tribune, Minneapolise, Minnesota, USA, on page 9, on September 19, 1954.

Voir le dossier détaillé sur ce cas ici.

Scan


Les Européens Voient Des Soucoupes Même Quand Elles Ne Sont Pas Sous Des Tasses

PARIS - (INS) - Le mystérieux "cigare volant" de l'Italie est le dernier de nombreux objets étranges vus et signalés dans toute l'Europe ces derniers mois.

Plus tôt cet été, la Norvège a signalé des visiteurs "interplanétaires" repérés dans le pays. Ils ont été signalés comme des "créatures à longs poils", apparemment inoffensives.

Un cas beaucoup plus spécifique de visiteurs d'un autre monde, cependant, intrigue la France ne ce moment. Cela implique de bizarres nains de trois pieds de haut qui ont prétendument paralyser un travailleur français avec un canon à rayons quand il les a vus.

L'histoire, sous enquête par la police, a été racontée par Marius Dewilde, 34 ans, ouvrier de la métallurgie à Lille. Ses amis se portent garants pour lui qu'il est "un citoyen sain d'esprit et fiable."

DEWILDE A DIT à la police:

"C'était vers 9:30. J'étais assis en train de lire dans la cuisine. Dans la cour arrière, Kiki, mon chien a commencé à aboyer si fort que je suis allé voir ce qui n'allait pas."

"J'ai remarqué sur la voie de chemin de fer à quelques mètres à ma gauche, une forme de couleur foncée, mais je pensais que ce n'était qu'une charette que quelque fermier avait laissé près des voies."

"Alors à ma droite, j'ai entendu des pas. J'ai allumé ma lampe de poche. Puis j'ai vu deux choses."

"Celui qui marchait devant s'est retourné pour me regarder et ma lampe de poche a prit un reflet métallique de sa tête. J'avais la nette impression qu'il avait son visage recouvert d'une sorte de casque de plongeurs en haute mer."

"Ils étaient très petits - seulement environ trois pieds de hauteur, mais très large d'épaules et le casque sur leur tête me semblait énorme."

"Après les premières secondes d'étonnement, je courus vers la porte du jardin pour leur couper la route. A ce moment, un carré s'est ouvert dans la forme sombre."

"Un projecteur était dirigé vers moi, donnant une lumière intense avec des reflets verts. Son faisceau m'a paralysé. Je voulais crier, mais je ne le pouvais pas. Mes jambes ne m'obéissaient pas."

"Enfin, j'ai retrouvé le contrôle de mes muscles et j'ai avancé vers la forme sombre. Mais déjà, elle décollait."

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 10 septembre 2017.