AccueilAcceuil

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

OVNI PHOTOGRAPHIE PAR UN SCIENTIFIQUE:

L'article ci-dessous est paru le dans le quotidien El Mercurio, Chili, le 11 Juin 1968.

TRADUCTION FRANCAISE:

Etrange "phénomène" spatial photographié

Le Professeur Gabriel Alvial Caceres, directeur du Centre des Rayonnements Cosmique de l'Université du Chili, a présenté aujourd'hui une photographie d'un "phénomène à expliquer," qui a laissé l'empreinte d'un objet de forme biconvex, avec une partie supérieure convexe et une partie inférieure légèrement en pointe aux extrémités, et qui est resté pendant plus qu'une heure à environ des deux milles mètres d'altitude, entre la capitale et la côte de Valparaiso, récemment le 17 Mars.

La photographie, selon les mots du professeur Alvial, a été prise, ainsi que deux autres en 60 minutes, à 21:35 le jour indiqué, avec un objectif Elmer-Leika, un temps d'ouverture de 2 minutes, une ouverture de 2.5 sur un film de 80 ASA.

Afin d'être sûr de ce que le "phénomène" planait à une position fixe dans l'espace, d'une façon stable, d'autres photographies ont été prise, l'une d'elles avec une durée d'exposition de 5 minutes, où le mouvement d'une étoile de la première magnitude et la position fixe de l'objet ou de la lumière ont été capturés par le centre scientifique mentionné ci-dessus.

Selon l'explication par le professeur Alvial au sujet de sa méthodologie, il n'appelle pas les observations visuelles et les observations photographique de ces types des phénomènes des "objets volants non identifiés," (OVNIS), ni des soucoupes volantes, parce que ses études les dénomment avec l'abréviation PAE, qui signifie des "phénomènes à expliquer". Il était tout à fait spécifique quand il a insisté sur le fait qu'à aucun moment il s'agissait de prouver l'existence d'OVNIS ou de soucoupes, mais que son intérêt pour l'observation de l'espace doit continuer, pour réaliser un travail coordonné avec d'autres centres scientifiques nationaux et internationaux, pour trouver les explications à ces phénomènes. Il a exprimé, en outre, que les phénomènes, "ne se produisent pas avec une régularité certaine, qui permettrait de meilleures appréciations et la preuve scientifique, mais ceci ne signifie pas cela que la régularité n'est pas possible".

DEPUIS OCTOBRE

Le professeur Alvial a indiqué que depuis le mois d'Octobre de l'année dernière, les traces photographiques d'environ de 10 à 15 de ces "phénomènes à expliquer" ont été obtenues, e plus que les étoiles de magnitude 1, ce qui a poussé le Centre des Rayonnements Cosmiques, hormis son programme, à consacrer également ses observations à ce sujet. Il a indiqué que pour le Centre, ceci a impliqué une méthodologie, d'abord une phase d'enquête, dont de plus grands avantages peuvent être forme obtenus des observations visuelles et des détails photographiques, pour obtenir les "traces de ces phénomènes." Une deuxième étape, dit-il, exigera les compétences de grandes connaissances et des éléments scientifiques plus avancés.

LA LOCALISATION

Le Professeur Alvial a dit que, hormis le personnel qui a vu et a photographié le "phénomène à expliquer," il n'a pas connaissance d'autres personnes qui auraient fait la même observation. "Notre personnel, j'insiste là dessus, a observé le phénomène et je l'ai photographié."

L'endroit était à partir du Centre des Rayonnements Cosmiques, à 33 degrés de latitude et à 71 degrés de longitude, à une distance de 4 kilomètres de Santiago, à l'intérieur des montagnes des Andes à une altitude de 3.442 mètres, où une observation de l'horizon peut être faite, au niveau de la mer, à une distance de 350 kilomètres. Avec 4 kilomètres d'atmosphère, dit-il, la transparence du ciel nocturne est bien meilleure.

La photographie présentée par professeur Alvial montre la Cordillère de la Costa dans le fond et la lumière réfléchie à côté du port de Valparaiso du côté gauche, avec la luminosité du "phénomène à expliquer" du côté droit. Cela pourrait être que le phénomène planait à deux mille mètres de haut, entre Santiago et l'Observatoire d'Astronomie de Oak, situé au nord de Valparaiso à environ 80 kilomètres de la capitale. Le professeur a indiqué qu'il a présenté cette photographies et les photographies précédentes en raison de la spéculation qui a été faite récemment, sans base scientifique, sur la capture alléguée d'une "soucoupe volante."

La possibilité existe, il en convient, que la chose capturée en photo soit un phénomène atmosphérique, mais sa capacité ä rester à un endroit fixe pendant plus d'une heure, leur a fait beaucoup penser à cette circonstance, et qu'elle est en contradiction avec une explication.

Quand on l'a consulté pour savoir si la chose capturée avait été profilée contre une certaine colline intermédiaire entre la chaîne de montagnes de la côte et la chaîne des montagnes des Andes, il a indiqué que d'autres photographies, prises en journée, ont montré des profils géographiques différents de celui de ce "phénomène." La possibilité d'un défaut dans les plats photographiques a été également rejetée.

SCAN DE L'ARTICLE ORIGINAL:

Scan

TRANSCRIPTION DE L'ORIGINAL:

Fotografiado Extraño "Fenómeno" Espacial

El Professor Gabriel Alvial Caceres, Director del Centro de Radiación Cósmica de la Universidad de Chile, dio a conocer antecedentes y una fotografia de "un fenómeno por explicar", que dejó la impresión fotografica de un objeto de forma lenticular, con la parte superior convexa y la inferior ligeramente en punta hacias los extremos y que permaneció durante más de una hora a unos 2 mil metres de altura, entre la capital y la costa de Valparaiso, el 17 de marzo recién pasado.

La fotografia, según expreso el professor Alvial, fue captada, con otras dos en 60 minutos, a las 21.35 horas del dia indicado, con una lente Elmer-Leika, con una exposición de 2 minutos, une abertura de 2.5 en una pelicula de 80 asas.

Para demostrar que el "fenómeno" quedó quieto en el espacio, parpadeante, se tomaron otras fotografias, una de ellas con 5 minutos de exposición, donde se advierte el movimiento de una estrella de primera magnitud y el estatismo del objeto o luz que captó el mencionados centre cientifico.

Según explicó el professor Alvial su métode de trabajo ne califica de "objetos voladores no identificados, (Ovnis), ni come platillos voladores, las evidencias visuales e fotográficas observadas de estos tipos de fenónenos, a los cuales, para su estudie denomina con la sigla FPE, que indica "fenómenos por explicar". Fue especifico para señalar que en nungún momento se refiere a comprobar la existencia de ovnis o platillos, sino que es de interés continuar las obcervaciones del espacio, lograr una labor coordinada con otros centros cientificos nacionales e internacionales, para encontrar explicación a esos fenómenos. Expresó, además, que estes "no so dan con cierta periodicidad, que permitiria mejores apreciaciones y evidencias cientificas, pero este no quiere decir que esa periodicidad no sea posible".

DESDE OCTUBRE

Señaló el professor Abvial que desde el mes de octubre del año pasado comenzaron a manifestarse las evidencias visuales de unos 10 a 15 de estos "fenómenos por explicar", de estrellas de más de primera magnitud, lo que impulsó al Centro de Radiación Cósmica, aparte de su programa, a dedicar también sus observaciones en esta materia. Señaló que el centro esta adecuande una metodologia, en una primera parte investigadora, de la cual puedan obtenerse las mayores ventajas agotando los detalles visuales y fotográficos, para obtener las "evidencias de estos fenómenos". Una segunda etapa, señaló, necesitará el concurse de mayores conocimientos y de elementos cientificos más avancados.

LA UBICACION

Dijo el professor Alvial que, aparte del personal que vió y fotografió el "fenómeno por explicar", no tiene conocimiento de otras personas que hayan hecho la misma observación. "Nuestro personal, recalcó, observé el fenómeno y por ese lo captó".

Ubicado el Centro de Radiación Cósmica a 33 grades de latitud y 71 grades de longitud, a una distancia de 4 kilómetros de Santiago, al interior de la Cordillera de los Andoes en una altura de 3.442 metros, puede hacer una observación del horizonte, a nivel del mar, hasta una distancia de 350 kilómetros. Con 4 kilómetros de atmósfera, dijo, la diafanidad del cielo nocturne es mucho mayor.

La fotografia que dio a conocer el professor Alvial, muestra, al fondo, la Cordillera de la Costa y la luz reflejada del puerto de Valparaiso al lado izquierdo encontrándose al derecho la luminosidad del "fenómenos por explicar". Pude estar éste, inmóvil a dos mil metres de altura, entre Santiago y el Observatorio Astronomicó de El Roble, ubicado al norte de Valparaiso a unos 80 kilómetros de la capital. Señaló el Professor que daba a conocer esta fotografia y antecedentes en vista de la especulación que se ha hecho ultimamente, sin basamento cientifico, sobre la supuesta captación de "un platillo volador".

Existe la posibilidad, agrego, que lo captado en la fotografia sea un fenómeno atmosférico, pero su capabilidad por má de una hora, hacen pensarmas allé de esta circunstancia, y que podemos encontrarie una explicación.

Al consultárse le si lo captado hubiera sido el perfil de algún cerro intermedio entre las cordilleras de la Costa y la de los Andes, especificó, que otras fotografias, captada de die, revelaron perfiles geográficos distintos a los que tenia el "fenómeno". También fue descartada algunar falla de las placas usadas para la exposición fotográfica.

Remerciements particuliers à Richard Hall pour m'avoir confié l'original et le soin de sa traduction.

Je ne prétend pas maîtriser l'espagnol; aussi ma traduction peut-elle contenir des erreurs ou approximations qui ne sont toutefois aucunement volontaire. Si vous repérez de telles erreurs et inexactitudes, je vous serais reconnaissant de m'en faire part.


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 19.08.2002