AccueilAcceuil
This page in English

Rencontres entre avions et OVNIS:

Les sceptiques ont bien des commentaires ironiques à émettre au sujet des OVNIS. L'un des plus récurrents est: "s'il y avait vraiment des OVNIS, comment vous expliquez que les pilotes ne les rencontrent pas dans le ciel?". Mais, il se trouve qu'ils les rencontrent. Parfois les pilotes se demandent si la rencontre ne risque pas d'être un peu trop ...rapprochée.

UN OVNI FONCE SUR UN AVION BRESILIEN EN 1957:

Le capitaine Jean V. de Beyssac, chef pilote d'un avion cargo C-16 des Varig Airlines, avait, dans la nuit du 3 au 4 novembre 1957, décollé de Porto Alegre pour Sào Paulo. Il monta avec son bimoteur à 2300 m et se maintint à cette altitude, au-dessus d'une couche de nuages irrégulière.

Vers 1 h 30 du matin, il aperçut une étrange lumière rouge au-dessous et à gauche de l'avion. Il dit à son copilote de se pencher, s'il voulait voir une véritable soucoupe volante. Le copilote se pencha et les deux hommes de rire de la plaisanterie. Mais ils ne devaient pas rire longtemps. Quelques instants plus tard, regardant à gauche, de Beyssac s'apercevait que l'objet était toujours là et se rapprochait rapidement. Il vira dans sa direction mais l'objet le battit de vitesse et fonça vers l'avion. Avant que de Beyssac eût pu modifier sa route, l'objet rouge était sur lui. Il y eut une forte odeur de brûlé, bien que les indicateurs d'incendie ne révélassent rien d'anormal et, tout à coup, la lueur rouge de l'objet commença à pâlir. Une rapide vérification fit comprendre à l'équipage que la radio, la magnéto du moteur droit et le radiogoniomètre étaient grillés. Le capitaine de Beyssac fit faire demi-tour à l'avion et le ramena avec un seul moteur à Porto Alegre où il rédigea un compte rendu complet de l'incident. Après l'avoir fait contresigné par le copilote, "je rentrai, dit-il, chez moi et pris une cuite".

C'était la seconde fois en moins de trois mois qu'un équipage des Varig Airlines avait un incident avec un OVNI. Le 14 août 1957, à 9 heures du soir, un cargo C-47 qui avait quitté Porto Alegre pour Rio de Janeiro et aux commandes duquel se trouvaient le capitaine Jorge Araujo et son copilote, Edgar Soares, tous deux pilotes confirmés, volait à 250 km/h, à 1 700m d'altitude, au-dessus d'une couche de nuages. La visibilité était parfaite. Les deux hommes aperçurent à leur gauche un peu en arrière et au-dessous de l'avion, un objet brillant. Quelques secondes plus tard, l'objet était en avant d'eux et loin sur leur droite, ce qui, aux dire des pilotes, supposait une vitesse fantastique.

Puis l'objet s'était rapproché à toute vitesse de l'appareil.

Dans leur compte rendu écrit de l'incident, les deux pilotes et les trois autres membres de l'équipage décrivirent l'objet comme ayant la forme d'un disque avec une coupole aplatie au sommet.

Au moment où l'OVNI s'approchait de l'avion, la lumière s'était presque éteinte, les moteurs avaient eu des ratés et la réception de la radio était devenue nulle. Quelques secondes plus tard - des secondes d'anxiété, avouait l'équipage - l'OVNI avait plongé dans les nuages et l'électricité était redevenue normale, à bord.

Ce compte rendu fit beaucoup de bruit à l'époque, non seulement au Brésil mais dans toute l'Amérique du Sud aussi, quand un nouvel incident du même genre arriva, en novembre, au capitaine de Beyssac, sur un autre appareil des Varig Airlines, la compagnie donna-t-elle l'ordre aux pilotes de s'abstenir désormais de parler de ces rencontres à qui que ce fût en dehors des dirigeants de la société.

ENREGISTREMENTS DU NICAP ET DE L'APRO:

Date:4 novembre 1957
Sources:NICAP, APRO
Lieu:Ararangua, Brésil
Témoin:Cpt. Jean Vincent de Beyssac, Varig Airlines
Résumé:Source de lumière rouge approchant l'avion par en dessous, avec des sauts erratiques, dommages aux équipements électriques à bord, chaleur.

REFERENCES:


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 2 mars 2001