-> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Résistance à l'exobiologie:

Il y a cinq ans maintenant que la NASA a annoncé que des chercheurs ont trouvé des indices flagrants qu'il y ait eu une vie sur Mars au moins dans le passé lointain. En Février 2001 une preuve a été trouvée. Cependant, quelques scientifiques ne l'acceptent tout simplement pas, sans pourtant connaître les travaux réalisés et sans proposer d'arguments, d'expériences ou de contre preuve.

De la difficulté à accepter des faits:

Après avoir été ballottée autour du système solaire comme en un flipper cosmique une roche de Mars finit sa course sur Terre il y a des milliers d'années. Au début de 2001, dix-sept ans après sa découverte, elle est devenue la pierre la plus étudiée scientifiquement.

Les chercheurs ont étudié la météorite Allen Hill de Mars, et ont trouvé une indication après l'autre montrant qu'il y a eu de la vie sur Mars.

Mais d'autres scientifiques, qui ne l'ont pas étudié, n'aiment pas l'idée. Si Mars avait par le passé abrité la vie, alors nous des humains serions confrontés à la probabilité accrue que la vie a pris naissance ailleurs, et que nous ne sommes pas seuls.

Le lundi 26 février 2001, les scientifiques ont annoncé qu'une nouvelle étude de "la météorite de Mars" a permis d'en trouver la preuve: des petites structures dans la roche sont en fait d'origine biologique. La preuve en question est constituée par des structures minuscules, des cristaux de magnétite, si petits que des millions d'entre elles peuvent se cacher dans un petit cailloux. Les chercheurs disent que ces cristaux ont été laissés par les bactéries qui se sont alignées sur le champ magnétique de la planète Mars. Ils ont éliminé la possibilité que les structures pourraient avoir été créées par des organismes terrestres.

Et dès le lendemain, d'autres scientifiques clament que ...

"Les scientifiques étudiant la roche de Mars n'ont pas vraiment éliminé la possibilité que ces structures soient d'origine inorganiques."

Les faits:

L'étude a prouvé qu'il n'y a actuellement aucun moyen chimique non organique connu de produire ces cristaux de magnétite avec leurs morphologies uniques.

Kathie Thomas-Keprta, auteur principal de l'une des nouvelles publications, a répondu que les chercheurs ont jeté un coup d'oeil encore plus détaillé à la structure des magnétites et ont fait une recherche approfondie de la littérature d'autres études qui pourraient montrer que des structures analogues pourraient être créées par un moyen inorganique, le résultat fut nul.

Thomas-Keprta a indiqué que le détail de la publication originale de l'équipe, éditée dans le numéro de Décembre d'Acta de Geochimica et de Cosmochimica, était volumineux et n'a peut-être pas été lu complètement par ces critiques.

"C'est un argument très faible," dit Harvey, sceptique. "La vérité en la matière est que personne n'a vraiment regardé. "

Harvey a indiqué qu'une théorie scientifique peut seulement acquérir du poids après que des idées alternatives aient été éliminées. Et il dit que la météorite a eu une histoire complexe de plus de 4 milliards d'ans, "comprenant le volcanisme, les impacts, voyage par l'espace, processus évaporatifs, réchauffent, la rupture mécanique, temps dans la glace antarctique. Nous devrions nous attendre a voir beaucoup de choses embrouillées et mystérieuses."

En attendant, la liste internationale de chercheurs sautant dans le train en marche s'agrandit: 17 chercheurs qui ont participé à des études on effectué des publications dans trois journaux début 2001. Une grande partie de la recherche sur la météorite a été financée par la National Science Foundation, the Smithsonian Institution et l'Astrobiology Institute de la NASA.

Le géologue David McKay de la NASA, qui a été impliqué dans l'étude originale de la météorite d'Allen Hill, coauteur du papier récent avec Thomas-Kperta, a loyalement défendu ce travail contre la critique. Mais il admet que la preuve finale de la vie sur Mars n'est pas encore faite:

"Ces formations et leur arrangement et propriétés que nous avons trouvés dans les magnétites de la météorite Allen Hill ont été depuis longtemps considérées comme des traces de la vie, d'origine biogénique, ce qui ne signifie pas ils ne pourraient pas être produits par des processus non biologiques."

Mais McKay ajoute le fait que personne n'a réussi à produire des structures semblables par l'intermédiaire des moyens inorganiques, en dépit des efforts sérieux tels que le projet s'attaquant à cette tentative au centre de l'espace de Johnson, où McKay et Thomas-Kperta sont en fonction.

"A un certain point vous devez... accepter que la seule chose qui puisse expliquer leur production est la biologie."

Les recherches continuent. McKay s'attend à ce que la preuve de la vie sur Mars relève de cinq ans, basée sur l'étude d'une douzaine environ de roches Martiennes trouvées sur terre.

"Nous ne nous attendons pas à ce qu'une publication ou une preuve convainque les gens, mais nous pensons que sur une certaine période de temps... les gens seront convaincus par les preuves, pas par nous, pas par des déclarations dans la presse."

En attendant, d'autres minéraux de Mars ont été étudiés par les mêmes chercheurs qui ont à l'origine examiné la météorite Allen Hill.

Deux météorites, appelées Nakhla et Shergotty, montrent les même évidences des microfossiles et d'autres restes de la vie qu'Allen Hill, selon une équipe de chercheurs menés par Everett Gibson, un géochimiste au JSC.

Conclusion:

La science ne consiste pas à "prouver". La science propose des hypothèses et les confrontent aux faits par l'expérimentation et l'étude. L'hypothèse est qu'il y avait des bactéries sur Mars, la météorite est un objet d'étude parmi d'autres, et les indications qui confirment l'hypothèse s'ajoutent sans cesse les unes aux autres.

Si les scientifiques sceptiques avaient lu l'étude en intégralité, ils n'auraient pas clamé que personne n'a considéré que les magnétites pourraient avoir une origine non biogénique. Ceci est en effet une partie de l'étude.

Clairement les scientifiques qui ont conclu ainsi après un travail scientifique régulier maintiennent un bas profil très raisonnable. Au contraire, leurs "adversaires" n'ont pas entièrement lu leur travail, et n'ont proposé aucune explication alternative hormis celles que l'étude écarte précisément.

Le même type d'étude aurait été considérée comme tout à fait valide par tous, si elle ne se rapportait pas à la vie sur Mars. Parce qu'elle prouve que la vie a existé sur Mars, une opposition est maintenue contre toutes évidences, basée sur une réaction émotionnelle et sans support raisonnable.

Clairement, et cela n'a rien d'étonnant, cette réaction émotive a les mêmes caractéristiques que le refus opposé par des sceptiques à la réalité du phénomène OVNI, et à l'expérience de Viking qui a montré que la vie prospère toujours sur Mars aujourd'hui. Seul le temps et l'accumulation de preuves au cours du temps atténue lentement le rejet émotionnel des sceptiques.

Références:

Un résumé rapide de ce qui me permet d'affirmer qu'il y a de la vie sur Mars, tel que développé dans ces pages:

Etc...

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 23 mars 2001