Science -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Les OVNIS et la science:

Des sociologues, des psychologues, des psychiatres, des neurologues, des historiens, ... les gens des sciences sociales et des sciences humaines ont des choses à nous dire à propos du phénomène OVNI. Des choses intéressantes.

La page principale de la section sciences est ici.

Le Dr. Robert L. Hall, socio-psychologue:

Cette déclaration a été soumise par le Dr. Robert L. Hall, sociologue et psychologue, lors du symposium sur les objets volants non identifiés du House Committee on Science and Astronautics à Rayburn Bldg., Washington, D.C. le 29 juillet 1968.

La biographie du Dr. Hall est:

DR ROBERT L. HALL

Né le 25 février 1924, à Atlanta, Géorgie. Marié; 3 enfants.

EDUCATION

Université de Yale, 1941-42. B.A. 1947.

Université de Stockholm, Suède, 1947-48.

Université du Minnesota, 1949-52. M.A., 1950. Ph.D., 1953.

EXPERIENCE PROFESSIONELLE

1. Instructeur, Extension Division, Université de Stockholm, Suède, 1948.

2. Assistant Chercheur, Université du Minnesota, 1950-52.

3. Psychologue social au centre de recherches du personnel et de la formation de l'Armée de l'Air, 1952-1957. Chargé de recherche sur les capacités des équipages de bombardier, le rôle du commandant d'avion, et les processus de l'évaluation de petites équipes.

4. Professeur auxiliaire (1957-1960) et professeur associé (1960-62) en sociologie. Enseignant en psychologie sociale, particulièrement les processus de communication de masse et les changements de l'opinion. Direction de recherches sur les aspects sociopsychologiques d'une meilleure éducation et les effets de l'interaction sociale sur l'apprentissage.

5. Directeur de programme pour la sociologie et la psychologie sociale, National Science Foundation, 1962-1965. A administré un programme de financement de recherches et a relié des activités pour renforcer la sociologie et la psychologie sociale dans les Universités aux Etats-Unis et pour soutenir la compréhension dans ces domaines par la recherche fondamentale.

6. Professeur Associé de Sociologie et de Psychologie (1965-66) et Professeur de Sociologie et Chef du Département de Sociologie (depuis 1966), à l'Université de l'Illinois au Cercle de Chicago.

PUBLICATIONS

Un certain nombre d'articles dans des journaux de sociologie et de psychologie et des chapitres dans des ouvrages professionnels. Quelques publications choisies sont énumérées ci-dessous:

Influence sociale sur le rôle du commandant d'avion, "American Sociological Review" 1955.20.292-299.

Sociologie Militaire, 1945-1955. "Chapitre en Sociologie aux Etats-Unis d'Amérique," publié par Hans Zetterberg, Paris: UNESCO, 1966.

Comportement de grouper sous la rétroaction qui mêle les réponses des membres de groupe. "Sociometry," 1957.20.297-305.

Le contrôle informal du comportement quotidien. Chapitre dans "Contrôle du comportement humain," publié par Roy Francis, Social Science Research Center, Université du Minnesota; 1959.

Deux alternatives dans des dyades interdépendantes. Chapitre 12 dans "Des méthodes mathématiques dans le processus de petits groupes," publié par Joan Criswell, H. Solomon, et P. Suppes, Université de Stanford. En presse: 1962.

L'influence éducative des compagnons de chambre de dortoir. "Sociométrie," 1963.26.294-318 (avec Ben Willerman).

Les effets de conditions différentes de rétroaction sociale sur la performance dans les équipes dyadiques. Chapitre dans "Communication et Culture," publié par A. G. Smith, 1966, 353-364.

SESSION DE L'APRES-MIDI

Mr. Roush. Que le comité se mette en place. Cette après-midi nous allons avoir des nouvelles d'abord du Dr. Robert L. Hall. Le Dr. Hall est professeur et chef du département de sociologie de l'Université de l'Illinois, et ce depuis 1965.

Lui aussi a une carrière distinguée. Dr. Hall, nous sommes heureux de vous accueillir en tant que participant à ce colloque, et vous pouvez commencer.

DECLARATION DU DR. ROBERT L. HALL, CHEF DU DEPARTMENT DE SOCIOLOGIE, UNIVERSITE DE L'ILLINOIS, CHICAGO

Dr. Hall. Merci, Mr. Roush.

D'abord je voudrais énoncer quelques uns des faits plutôt bien établis comme ils seraient vus par un sociopsychologue. Je constate que quand je fait cela, il y a beaucoup de redondance. Vous avez entendu la plupart de ces faits avant, ainsi j'en ferais une présentation abrégée.

Fondamentalement ce que nous savons sur quoi chacun peut être d'accord est qu'un grand nombre de gens partout dans le monde continue à rapporter certain objets volants des plus étonnants. Dans ces rapports il y a certaines caractéristique qui se reproduisent, et les personnes qui font de tels rapports ont souvent toutes les caractéristiques de témoins fiables.

En second lieu, la chose essentielle qui vient ensuite et que nous connaissons est qu'il y a plusieurs systèmes de croyances, souvent fortement concurrents, au sujet de la façon d'expliquer ces observations, et quelques hommes raisonnables semblent tomber dans un camp ou un autre qui soutiennent l'une ou l'autre de ces positions.

C'est, en soi, naturellement de grand intérêt pour un sociopsychologue. Inévitablement il est intéressé par la façon dont les systèmes de croyance se développent et se maintiennent.

La troisième chose factuelle principale qui peut faire l'objet d'un accord général est qu'à un degré très grand ces explications alternatives, ces systèmes de croyances, sont devenues enracinés dans les organismes des personnes qui se sont dévouées à défendre leurs positions respectives. Ceci complique considérablement le problème de l'aboutissement à une explication consensuelle. Dans ce sens, en plus de tous les autres problèmes qui ont été définis ici, nous avons clairement un problème psychologique social également.

Ce sont très brièvement les contours principaux des faits comme je les vois. Et maintenant, comment ceux-ci sont-ils expliqués?

Il y a certaines choses dont chacun semble convenir, ou presque tout le monde, je pense. D'abord, qu'un grand plusieurs de ces observations peuvent être tout à fait clairement identifiées comme des erreurs de la part de l'observateur, des identifications erronées d'objets familiers, des canulars, et une collection diverse de choses semblables.

Au-delà de ce point, il vient a y en avoir de nombreuses divergence dans les explications, c'est le moins que l'on puisse dire. Peut-être que les opinions principales peuvent être maintenant classifiées simplement comme suit: d'abord, ce sont des dispositifs ou des véhicules technologiques d'une certaine sorte arrivant dans notre atmosphère depuis l'extérieur.

Deuxièmement, que ce sont quelques phénomènes naturels nouveaux et jusqu'ici incompris, quelque chose comme une forme de plasma, que nous ne comprenons pas, et ainsi de suite.

La troisième hypothèse principale pour expliquer le noyau dur des cas qui ne font pas l'objet d'un consensus, est qu'ils sont tout simplement un résultat d'une hystérie de masse, et des identifications erronées résultantes.

J'adresserai cette hypothèse très bientôt, parce qu'évidemment un sociopsychologue a un intérêt spécial pour cette possibilité.

Les trois sujets principaux que je crois devoir aborder sont, d'abord, qu'est-ce qui a provoqué cette situation compliquée de croyances fortement opposées qui semblent résister à toute preuve factuelle, et ne sont pas compatibles entre elle?

En second lieu, quelles sont les conséquences probables du point de vue d'un sociologue ou d'un sociopsychologue de chacune des explications principales?

Et troisième, je voudrais présenter tout à fait explicitement mes observations sur l'hypothèse que l'hystérie de masse et la contagion hystérique sont communes dans plusieurs des cas.

Je pense que je devrais commencer par l'hypothèse de l'hystérie de masse. Pour commencer, je pense qu'il y a des indications très forte qu'une partie des cas résulte de la contagion hystérique dans le sens ou cela a été souvent employé par les sociopsychologues. Une fois que les gens sont sensibilisés à l'existence d'un certain genre de phénomène (que dans les faits ils existe réellement ou non), quand il y a une situation ambiguë exigeant une explication, quand il y a de l'émotion ou de l'inquiétude qui y sont associées, résultant de l'incertitude, il y a précisément les conditions qui ont été observées à plusieurs reprises comme ayant pour résultat ce que j'appellerai "des nouvelles improvisées." En absence de faits et d'explications bien vérifiées, les gens semblent toujours produire des nouvelles et des explications qui réduiront l'ambiguïté, réduisent de ce fait l'inquiétude qu'ils ont au sujet des situations incertaines.

Il y a beaucoup de cas bien documentés de ce genre d'hystérie de masse et de contagion hystérique. Je crois qu'il serait hors sujet que j'entre dans des discussions prolongées de ces épisodes, mais je présenterai mes observations sur quelques façons qui nous permettent d'examiner les observations des objets volants non identifiés pour évaluer si c'est une hypothèse raisonnable pour les cas du noyau dur.

Un des premiers de ces derniers est complètement familier aux juges, aux psychologues sociaux n'ayant aucun monopole sur un intérêt pour la crédibilité du témoignage, mais c'est un des principaux moyens évident pour établir si nous devrions raisonnablement croire certaines explications.

Les critères, comme la plupart d'entre vous le savent, impliquent des choses telles que la bonne réputation des témoins, la qualité et les détails du rapport, s'il y a là des motivations apparentes pour la déformation ou la falsification, s'il y avait une connaissance préexistante de la chose qui est rapportée, s'il y avait des témoins multiples et s'il y avait des contacts entre ces témoins multiples, si l'observation était faite par plus d'un moyen (par exemple, une observation visuelle directe confirmée par le radar) s'il y avait eu des effets vérifiables qui pourraient être observés après le rapport par les témoins, si les événements rapportés sont récents, la durée pendant laquelle un témoin avait pu observer le phénomène; comment les témoins ont réagi, s'ils ont eu de l'inquiétude et l'émotion intenses eux-mêmes, qui pourraient interférer avec leur observation, et ainsi de suite.

Ce sont certains des facteurs principaux, et un facteur étroitement lié à l'évaluation de la crédibilité du témoignage est naturellement une évaluation du soin pris dans la documentation du témoignage par des interviewers eux-mêmes.

A quoi ressemblent les témoignages sur des cas du noyau dur des OVNIS en fonction de ces critères? Je me dois de dire qu'il y a un sous-ensemble substantiel de cas qui ont apparaissent très bons sur ces critères, qui rendent très difficile de dire que les témoins impliqués ont été victimes de contagion hystérique, qu'ils ont grossièrement mal interprété des choses familières.

Par exemple, il y a le cas de Red Bluff, en Californie, un cas de 1960, où deux policiers ont observé pendant 2 heures et 15 minutes constamment, apparemment sans inquiétude ou grand souci, un objet planant, se déplaçant aux alentours, passant par des girations. Par deux fois il a approché leur voiture de police. Quand ils essayaient de l'approcher, il battait en retraite.

Ils ont communiqué par radio et ont demandé que cet objet soit vérifié par radar, et il a été confirmé par les stations locales de radar approximativement au même endroit.

Finalement, après les deux heures de l'observation, ils ont observé cet objet s'écarter, rejoindre un deuxième objet semblable, et puis disparaître. Ils se sont alors rendus au bureau du shérif, où deux adjoints étaient présents qui avaient également vu ce phénomène, et en ont donné des descriptions semblables.

En appliquant maintenant les critères à un cas de ce type, à la plupart des égards il est très convaincant. Ce sont des officiers de police de bonne réputation. Leur rapport fut rapide, complet, et par écrit - et j'ai lu le rapport complètement. Il y a beaucoup de détail dans le rapport qui sont de la sorte qui pourraient être contre-vérifiés avec les autres témoins du bureau du shérif. Il n'y a aucun motif apparent pour une tromperie ou une déformation. C'était une longue durée d'observation.

Je ne puis pas établir très clairement quel intérêt ou information préalable ces témoins avaient eue, mais je ne trouve aucune indication qu'ils en ont eu. Il y avait confirmation de l'observation par plus d'un moyen d'observation - visuel et radar.

C'est le genre de cas qui me mène à considérer l'hypothèse de la contagion hystérique comme étant tout à fait insatisfaisante pour expliquer ces observations. Ce n'est pas un cas unique; il y a beaucoup d'autres.

Il y avait eu des observateurs au sol qualifiés près de White Plains, état de New York, en 1954, qui ont observé un objet qu'ils ont décrit comme ayant la taille apparente de la lune, alors que simultanément ils voyaient la lune, qui n'était pas pleine cette nuit. Ils ont observé ceci pendant 20 ou 30 minutes, puis cela s'est écarté au sud-est.

Deux stations de radar ont établi des mesures confirmant l'endroit visuellement rapporté. Des chasseurs à réaction ont été envoyés depuis deux bases pour interception. Les observateurs au sol pouvaient voir l'approche des jets par leurs traînées. Les pilotes des jets et les observateurs au sol rapportent que tandis que les jets se sont approchés, cet objet a changé de couleur et s'est élevé très rapidement et a disparu, et à ce point le contact radar a été également perdu.

De nouveau c'est le genre de rapport qui ne me semble pas manquer des critères usuels de crédibilité à un degré très considérable. Il est très difficile de prétendre que ces observateurs multiples, qualifiés pour le type d'observation qu'ils étaient en train de vivre, confirmée indépendamment par plus d'un canal, étaient des victimes de contagion hystérique.

Le Dr. McDonald, je crois, s'est référé brièvement au cas de Levelland, Texas, en 1958, de l'interférence avec l'allumage d'automobile, dans lequel il y avait eu 10 observations séparés dans cette seule soirée, apparemment sans l'occasion pour les citoyens impliqués ou de lire les nouvelles, ou d'entendre des nouvelles de ceci, ni de parler entre eux. Ils ont uniformément rapporté la même forme générale. Ils ont uniformément rapporté - un grand bon nombre d'entre eux a rapporté également l'interférence avec l'allumage et les phares d'automobiles. C'était un effet qui à ce moment-là n'avait pas été observé et n'avait pas reçu beaucoup de publicité. C'est pas la suite que cela est devenu connu.

Maintenant, comment ces cas diffèrent-ils des cas bien connus et documentés de l'hystérie de masse et de la contagion hystérique? En général ces épisodes n'ont pas persisté aussi longtemps que l'intérêt actif pour les objets volants non identifiés, ils ont duré une semaine ou quelques semaines, et il n'avait pas été trop difficile de trouver des explications raisonnablement acceptables.

Deuxièmement, ils n'ont généralement pas comporté une observation prolongée d'un phénomène par des personnes qui étaient calmes, qui n'étaient pas dérangés par des émotions. Un exemple caractéristique de contagion hystérique serait l'étude récente de Back et Kerckhoff, soutenue par la National Science Foundation. Le livre rendant compte de cette étude s'appelle "The June Bug." C'était un cas de contagion hystérique parmi les employés d'une usine en Caroline du Nord.

C'est l'un des incidents le plus complètement rapportés et étudiés de la sorte. Il ressemble au genre de chose dont nous parlons à presque aucun égard. Je trouve très difficile de trouver des éléments communs, autre que le fait que certains ont cru quelque chose qui était difficile à vérifier.

Les employés étaient convaincus qu'ils étaient mordus par des insectes toxiques, ayant pour résultat des symptômes d'évanouissement et autres tels que des éruptions. Tous les officiels de la médecine, tout les recherches soigneuses sur ceci, n'ont as pu trouver la moindre preuve qu'un tel insecte était présent, ou qu'il y avait n'importe quelle comptabilité médicale standard pour ces symptômes. Mais c'étaient des gens en contact constant, partageant un ensemble particulier de problèmes et de frustration qui ont élevé leur niveau d'inquiétude.

L'épidémie peut être interprétée comme une manière commode d'échapper au problème de devoir faire face à des circonstances très difficiles. J'ai dit que je pense que dans des cas isolés, vous pouvez trouver une chose semblable dans les observations des objets volants non identifiés, mais si nous regardons le noyau dur des cas bien documentés, je ne vois pratiquement aucune ressemblance.

Une autre chose importante à noter au sujet des témoins dans les meilleures observations d'OVNIS est que très généralement - comme a il été mentionné, je crois, par Dr. le Dr. McDonald - ils essayent d'abord d'expliquer leur observation en quelques termes familiers. C'est le processus psychologique bien connu et marqué de "l'assimilation." Les gens tentent d'abord d'assimiler leur observation à quelque chose de compris, de connu et de familier.

C'est tout à fait contraire au genre d'argument fréquemment établi dans l'hypothèse de la contagion hystérique, à savoir, que de façon caractérisée les témoins sont désireux, sont motivés, à voir des objets étranges.

Une autre chose importante à noter au sujet des témoins dans ces cas est naturellement leur hésitation à les rapporter. Nous avons eu quelques exemples de cela. Ceci, d'une part, s'oppose à l'argument de la recherche de publicité comme motif dans certains des meilleurs cas. Par ailleurs cela fonctionne de manière contraire à la plupart des expériences des psychologues sociaux engagés dans la recherche sur l'opinion publique, dans le vote, et contrairement à l'expérience des gens les plus expérimentés dans la politique. Ceux qui n'ont pas étudié ce genre de chose s'attendent à ce que les gens ne veuille pas leur parler, mais quand vous commencez à sonner aux portes, une chose marquante au sujet des américains est qu'il devient vite difficile de les faire arrêter de vous dire ce qu'ils croient. Pourtant dans les exemples des objets volants non identifiés, il y a souvent une réticence marquée à en parler.

Je puis illustrer ceci par une anecdote pour bien me faire comprendre. Quand j'étais dans le corps enseignant à l'Université du Minnesota, un étudiant est venu chez moi, après avoir entendu que j'avais un certain intérêt pour cette question. Il m'a informé que son père, un colonel, un colonel d'artillerie en Corée - c'était à l'époque du conflit Coréen - avait volé au-dessus d'une colline en Corée dans son avion d'observation, et avait trouvé (pratiquement juste à côté de lui) un objet volant non identifié caractéristique, avec le genre habituel de configuration. Il s'était promptement retiré vers le haut. Cela l'avait effrayé, mais il était un observateur expérimenté et qualifié, donc il a pris des notes là-dessus; il l'a enregistré. Quand il est retourné il a été tellement ridiculisé et on a ri de lui pendant tellement longtemps qu'il a complètement abandonné toute tentative de faire prendre ceci au sérieux. Il a refusé d'en parler.

J'ai invité cet étudiant à faire en sorte que son père rapporte ceci à certains des organismes privés qui pourraient le prendre au sérieux, et il a été apparemment incapable de le convaincre. Le ridicule a supprimé l'occasion d'obtenir cette information.

J'ai rencontré les choses semblables chez des collègues universitaires dans des domaines variés, trouvant qu'ils sont très intéressé et voulant en entendre parler, mais ayant peur d'en parler eux-mêmes.

Afin de soutenir l'hypothèse de la contagion hystérique, il me semble que nous devons présenter des preuves plausible:

D'abord, qu'il y a une situation très ambiguë. Nous pouvons tous être d'accord là dessus.

En second lieu, qu'il y a beaucoup d'inquiétude et de souci à ce sujet. Ceci semble clairement être le cas.

Troisièmement, il faut des preuves plausible de contact parmi les témoins, directement par conversation entre eux, ou indirectement en étant exposé à la même information, les mêmes stimulus. Dans les cas que j'ai étudiés, je constate que cet troisième élément est celui qui manque souvent, il y a là souvent des témoins qui semblent ne pas avoir de connaissance antérieure, ne pas avoir eu de contact entre eux, à ne pas avoir été exposé, dans la mesure où nous pouvons le déterminer, aux même informations.

Je pourrais ajouter ici, en référence à une remarque faite par le Dr. Hynek, que le public est en effet très peu disposé à accepter les genres d'explications hasardeuses et lénifiantes qui ont été offertes. Cela a aussi été mon expérience, et c'est en effet un index de la quantité de souci et d'inquiétude à ce sujet, il me semble.

Je vais maintenant revenir vers un autre sujet. Je pourrais récapituler en une phrase que dans mon opinion l'hypothèse que les cas du noyau dur des OVNIS observés est de la contagion hystérique est fortement improbable. Le poids des preuves est fortement contre cela.

Maintenant je voudrais m'occuper de la question de ce qui a provoqué cette situation de fortes oppositions de croyances qui semblent ne pas pouvoir se réconcilier entre elles. Sur ceci je devrai des digressions pour expliquer d'abord brièvement ce que veux dire par système de croyance en psychologie sociale.

Peut-être que la meilleure manière de l'expliquer c'est de dire que tout comme la nature a horreur du vide, la nature a horreur d'une croyance isolée. Ni une croyance ni la personne qui la soutient ne peut normalement persister très longtemps en isolation. La croyance devient organisée de telle manière que, pour une personne, ses diverses croyances s'appuient les unes sur les autres, et les gens se rassemblent dans des organisations pour se prêter appui dans leur croyance. C'est le sens dans lequel nous avons des systèmes de croyances fortement développés qui en viennent à résister au changement, à résister à l'évidence.

Les circonstances dans lesquelles les systèmes de croyance de ce type surgissent typiquement sont, comme je l'ai mentionné au passage avant, une situation d'ambiguïté dans un sujet d'importance sur lequel il n'y a pas l'information vérifiée et fiable dans laquelle les gens ont confiance. Clairement, l'antidote est simple. C'est d'obtenir l'information correcte, fiable dans laquelle les gens ont confiance.

C'est probablement la seule manière d'affaiblir les éléments irrationnels qui sont fortement résistants.

En conclusion, je veux commenter dans une certaine mesure les conséquences probables de chacune des explications les plus importantes qui ont été offertes, et ce qui pourrait être faites dans l'intérêt public pour chaque exemple pour parer à l'aspect négatif de ces conséquences.

Supposons pour commencer que ce sont Des dispositifs extraterrestres d'une certaine sorte visitant notre atmosphère. Si c'est le cas, nous devons d'une part nous sentir soucieux des conséquences possibles du contact avec des civilisations qui sont technologiquement très avancées et dont nous ne connaissons pas les valeurs. Il est très tentant d'être anthropomorphe, d'attribuer des caractéristiques humaines à une telle forme de vie présumée, et d'imaginer que, comme les humains, ils pourraient être hostiles et pourraient nous mettre en danger.

Je ne connais aucune preuve solide de ce danger, de menaces, dans les cas rapportées. Mais nous n'avons pas la moindre idée, si en effet ce sont des dispositifs extraterrestres, de ce qu'est leur but. Nous n'avons aucune indication nette quant à leur but, leur intention, leurs motifs, pour ainsi dire.

En conséquence, je trouve extrêmement difficile de spéculer même d'une manière intelligente au sujet de ce qui pourrait résulter du contact avec eux. Je puis dire qu'un risque très grand risque d'un contact, si c'est le cas, est le risque de panique, et la panique nous est souvent très nocive à nous autres humains, comme dans les incendies dans les cinémas et ainsi de suite.

Là encore, selon toute nos connaissances en sociologie et psychologie sociale, la meilleure manière de parer ce risque de panique n'est pas de publier des rapports rassurants, mais de trouver l'information juste dans laquelle les gens ont confiance ce qui peut réduire leur inquiétude au sujet de la situation, et l'expliquer en juste proportion. C'est pour moi ce qui été un des plus malheureux et probablement des plus dangereux aspects de ce problème, celui du ridicule, la tendance à ne pas prendre le problème au sérieux, pour publier des choses rassurantes plutôt que de la bonne information, ce qui a à mon avis seulement maximisé le risque de panique, au moins dans le cadre de cette hypothèse, et je pense dans le cadre des autres hypothèses tout autant.

Un autre risque, si ce sont des dispositifs extraterrestres est, clairement le risque de mauvaise interprétation de ces engins comme étant des engins hostiles d'un autre pays de la Terre, ce qui pourrait effectivement déclencher une guerre nucléaire dévastatrice. De nouveau, les mêmes conclusions s'imposent au sujet du besoin d'une bonne information.

Mr. Roush. Ne pourrait-il pas y avoir une autre conclusion, que s'il y a quelque chose dans cela, encore une fois, s'il y a peut-être quelque chose, cela réunirait tous les peuples du monde pour une meilleure compréhension, un but commun, et une position commune, ce qui nous soulagerait probablement d'une partie de notre propre anxiétés?

Dr. Hall. C'est en effet dans la marge des possibilités, bien que je hésite à spéculer sur sa probabilité.

Mr. Roush. Vous n'avez pas besoin de spéculer. Continuez.

Dr. Hall. Le commentaire final au sujet de l'effet probable, si ce sont en effet des dispositifs extraterrestres, est naturellement la possibilité d'apprendre d'eux quelque chose de grande valeur technologique. La valeur possible du contact aux fins d'avancement de nos connaissances technologiques.

Tournons nous alors vers une autre hypothèse, qui est que ceci est un phénomène naturel que nous ne comprenons pas, quelque chose comme les plasmas. Dans ce cas-ci, je pense que nous avons précisément le même risque de panique par l'interprétation fausse ayant pour résultat précisément la même recommandation pour le besoin de compréhension afin de réduire le risque de panique.

Je pense que nous avons précisément le même risque d'interprétation fausse avec des avions hostiles, avec encore la même recommandation résultante.

Je pense que nous avons encore également la même grande valeur possible dans la compréhension du phénomène afin de faire progresser nos connaissances. La troisième hypothèse principale, est l'explication, que j'ai citée en haut, qui est que même les cas les plus solides et les plus plausibles rapportés sont des résultats d'hystérie de masse et de contagion hystérique. Je note simplement que si c'est le cas, je considère à première vue évident que nous devons beaucoup améliorer notre compréhension de l'hystérie de masse, du processus de la formation de croyance, du moyen par lequel nous pourrions contrôler les genres d'inquiétude qui produisent ce problème.

Dans cette situation il reste le dangereux risque de panique, même s'il n'y a aucun phénomène physique sous-tendant ces rapports. Il reste le risque de l'interprétation fausse d'avions hostiles, et j'affirmerais qu'il reste le grand avantage potentiel de l'étudier complètement et scientifiquement, dans ce cas-ci le gain étant un gain dans la connaissance sociologique et psychologique, qui serait d'importance évidente si toute ceci est provoquée simplement par l'hystérie de masse.

J'ai quelques conclusions et recommandations que j'ai écrites. J'essayerai de rattacher ces dernières à ce que d'autres ont dit pendant que je progresse.

Ma première conclusion serait que quelque soit l'explication que vous acceptiez, nous avons ici une occasion rare de gagner une connaissance utile par une étude complète et impartiale des rapports d'OVNIS, et une occasion de réunir de façon systématique de nouvelles informations, si tout va bien avec de bons instruments, et de bonnes équipes d'intervieweurs bien entraînés.

Ma deuxième conclusion serait que l'hystérie et la contagion de la croyance peuvent expliquer certains des rapports, mais il y a des preuves fortes qu'il y a quelques phénomènes physiques sous-tendants une partie des rapports.

Troisièmement, je conclurais qu'en raison du manque d'information digne de confiance que les systèmes de croyance contradictoire ont été renforcées pour aller jusqu'à expliquer un ensemble de circonstances très ambigu. Chacune de ces positions est parfois défendue au delà de la limite de la rationalité.

Quatrièmement, je répéterais ma première déclaration comme conclusion, que, qu'il y ait ou non un phénomène physique sous-tendant une partie des rapports, nous avons clairement le problème sociopsychologique de soumettre ces systèmes irrationnels de croyance, de défense de la croyance, et d'abaisser l'inquiétude au sujet de ces rapports, et de réduire l'ambiguïté au sujet de leur nature.

Les recommandations que j'avais écrites étaient au nombre de deux - pardon, étaient au nombre de trois, et recoupent considérablement les commentaires de mes collègues. Je dirais que la chose la plus importante est de favoriser la plus grande libre circulation possible de toutes les informations disponibles sur ces phénomènes. Ceci devrait aider à réduire des risques de panique et d'autres actions irrationnelles dangereuses. Cela devrait aider à affaiblir ces systèmes de croyance, les éléments irrationnels en eux. Je dirais que l'indifférence, ou le désintérêt de la part des chefs du pays peut retarder le progrès de nos connaissances sur ce phénomène, et l'intérêt et l'encouragement ouverts peuvent au contraire aider à en apprendre plus.

Je crois que vous rendez un bon service en menant ouvertement ce genre de recherches. Ce problème dans son ensemble doit vraiment être traité comme quelque chose qui mérite une étude sérieuse.

La deuxième recommandation je dois faire concerne quelques grandes lignes de la recherche pour lesquelles je me sens interpellé. Une de ces dernière, il me semble, serait de prendre les 100 ou 200 cas par an qui semblent être sûrement rapportés et documentés d'une manière raisonnablement bonne, et de les étudier soigneusement pour vérifier si des patterns s'y reproduisent, avec un accent sur la manière dont ils réagissent à leur environnement, la manière dont ils réagissent aux sources lumineuses, la manière dont ils réagissent à la présence des humains et ainsi de suite.

La deuxième forme de recherche serait, je pense, d'étudier explicitement ces parties du problème qui résultent de l'hystérie de masse, apparemment. Celles-ci doivent être étudiées intensivement, tout à fait indépendamment de la question des phénomènes physiques, pour améliorer notre compréhension de l'hystérie et de la panique de masse, et ses conséquences probablement dangereuses.

En faisant ceci je pense qu'il est terriblement important que des observations particulières soient étudiées par les scientifiques d'une variété de disciplines, que l'étude de l'hypothèse de l'hystérie ne soit pas séparée des autres. Si c'était le cas, il y aurait une tendance de faire de cette hypothèse la corbeille à papier ou seraient jetées des observations par ailleurs non expliqués.

Le troisième type d'étude qui me semble terriblement important, mais mes collègues à cette table peuvent en parler avec plus d'autorité que moi, est le rassemblement systématique de nouveaux cas avec une bonne instrumentation scientifique, le genre de travail sur les preuves quantitative qui nous donnerait beaucoup plus pour continuer.

La troisième recommandation que j'ai dû suggérer était que, si possible en plus d'une recherche scientifique soigneuse et une étude de ce phénomène, il pourrait être fructueux d'installer formellement une démarche modelée d'après notre système de jurisprudence. Il y a une tendance pour nous autres chercheurs universitaires à nous rester dans nos fauteuils aussi longtemps que possible, et je pense que s'il y avait plusieurs équipes d'investigateurs a qui était assigné la responsabilité un peu à la manière d'un mandataire ou d'un avocat de la défense, assigné la responsabilité de faire le point de droit le plus fort possible pour un des systèmes d'explication, que ceci serait un challenge pour les autres, et les forcerait à trouver de meilleurs preuves.

Cela serait certainement bon de s'inspirer de certains des dispositifs en place dans notre système judiciaire.

Cela conclut ma présentation, excepté une brève présentation de mes observations sur la façon dont ceci se relie à la suggestion de mes collègues. Je serais certainement d'accord avec enthousiasme avec la suggestion du Dr. Hynek d'une commission d'enquête, ou d'un certain groupe compétent pour étudier le phénomène.

Je serais certainement d'accord avec les vues du Dr. McDonald que des approches multiples seraient fructueuses, et que une étude unique a beaucoup d'inconvénients. J'ai me suis intéressé pendant un certain nombre d'années au sujet des problèmes du soutien des établissements scolaires par le Gouvernement et je pense que nous sommes le plus susceptibles d'avancer vers de la bonne connaissance rapidement si nous ne mettons pas tous nos oeufs dans le même panier.

Je suis certainement d'accord avec la vue du Dr. Sagan qu'il y a ces facteurs émotifs qui prédisposent très intensément vers chacune des croyances. D'une façon ou d'une autre nous devons affaiblir les croyances.

En conclusion, sur l'idée de la coopération de l'ONU, ceci ne m'était venu à l'idée, mais je pense que c'est une excellente idée. S'il est possible d'établir une certaine agence internationale indépendante qui peut provoquer la circulation libre et ouverte de l'information, et une coopération internationale dans cette étude, cela serait utile.

Merci, Mr. Roush

Mr. Roush. Merci, Dr. Hall.

Y a-t-il des questions?

Le texte écrit du Dr. Robert L. Hall:

DECLARATION PREPAREE PAR ROBERT L. HALL

Du point de vue d'un psychologue social, les OVNIS nous mettent à présent en face d'une situation des plus intéressantes et des plus provocantes. Pour un sociopsychologue, les faits connus semblent être des faits concernant des gens et les choses qu'ils indiquent et font. D'abord, beaucoup de gens, partout dans le monde, y compris des témoins fiables et bien informés, continuent à rapporter des objets volants embarrassants, et les rapports ont certaines caractéristiques récurrentes. En second lieu, plusieurs systèmes de croyance se sont développés en concurrence jusqu'à expliquent ces rapports, avec quelques hommes raisonnables soutenant chacune parmi plusieurs différentes explications. Troisièmement, comme n'importe quel sociologue l'aurait prévu, les systèmes de croyance sont, largement, devenus enracinés dans des organisations humaines complexes: quelques organismes ont été créés pour défendre une position particulière au sujet des OVNIS; quelques organismes dont les buts principaux sont éloignés des OVNIS ont été attirés dans la polémique et se sont trouvés forcé de défendre une position.

Presque tous les observateurs raisonnables semblent être d'accord que la grande majorité des observations rapportés des objets volants non identifiés (OVNIS) peut être expliquée comme identifications erronées de phénomènes familiers, avec un canular occasionnel contribuant à la confusion. Cependant, il y a approximativement 100 à 200 cas par an, basés sur des témoignages apparemment valides, avec des caractéristiques récurrentes de l'aspect, du mouvement, et de la réaction à l'environnement. Un fort désaccord a surgit au sujet de ces cas.

Un point de désaccord principal est la question si le moindre phénomène physique est à la base de ces rapports ou s'ils sont simplement une collection diverse de phénomènes familiers, mal compris en raison de l'hystérie de masse et mal interprétés comme ayant des caractéristiques récurrentes en raison d'un processus de contagion hystérique. Parmi ceux qui croient qu'il y a un phénomène physique, il y a là, alternativement, plusieurs explications divergentes quant à ce qu'est ce phénomène. Un nombre substantiel arguent du fait qu'il y a des dispositifs ou des véhicules technologiques arrivant dans notre atmosphère de l'extérieur. Un nombre substantiel arguent du fait qu'il y a un phénomène naturel nouveau, jusqu'ici non compris, comme une forme de foudre en boule ou de plasma. Il y a d'autres explications soutenues par certains, telles que la croyance que des "animaux de l'espace" nagent autour de notre atmosphère, ou que ces objets sont les dispositifs secrets fabriqués quelque part sur Terre. Dans mon opinion ces deux dernières explications s'adaptent tellement mal aux évidences disponibles que je ne traiterai de cela plus avant. Nous pourrions, donc, marquer les trois hypothèses principales: (1) hystérie et contagion de masse; (2) engins extraterrestres; (3) nouveau phénomène naturel.

Mes commentaires, en tant que sociopsychologue, seront organisés autour de trois questions principales: (1) qu'a provoqué cette situation de concurrence des systèmes de croyances, fortement défendues et souvent insensibles aux faits observés, et comment pouvons nous modifier la situation? (2) l'hypothèse de l'hystérie de masse est-elle plausible, et peut-elle expliquer en juste proportion les faits connus? (3) pour chacune des explications principales, quelles seraient les conséquences probables si l'explication était vrai, et le quelles actions ou précautions pourraient être prises dans l'intérêt public?

Comment la situation actuelle est-elle survenue? Beaucoup de recherche sociologique sur des systèmes de rumeur et de croyance indiquent que l'ambiguïté au sujet de nouveaux problème lance des rumeurs dans les nouvelles. Dans la mesure où un information de confiance n'est pas disponible, des systèmes de croyance sont produits pour combler la lacune. Un travail scientifique récent de Shibutani décrit une rumeur comme une sorte de nouvelles improvisées qui "... surgit dans les situations de tension quand les voies de transmission ordinaires ne fonctionnent pas en juste proportion. " (Shibutani, 1966, p. 57). Shibutani argue de plus du fait que les gens sont toujours confrontés avec de nouvelles circonstances qui ne sont pas traitées clairement et en juste proportion par les canaux d'information de confiance, et donc les rumeurs sont une partie normale et importante des efforts des hommes pour s'adapter à leur environnement (p. 161, 182-183). Les explications alternatives des rapports d'OVNI ont surgi en raison d'un manque d'information saine et bien fondée dans laquelle les gens ont confiance. C'est une réaction normale et habituelle à de telles situations de l'ambiguïté.

Afin de compléter ma réponse au sujet de la façon dont la situation actuelle est survenue, je dois digresser brièvement pour expliquer ce que veux dire je par un "système de croyance." Tout comme la nature a horreur du vide, la nature a horreur de l'isolement. Ni une croyance ni la personne qui la tient ne peut normalement persister longtemps en isolation. La croyance de chaque personne tend à s'organiser en système interdépendant de croyances qui se soutiennent les unes les autres. En outre, les gens qui partagent une croyance importante, typiquement, s'organisent en groupes sociaux dans lesquels les membres soutiennent la croyance de chacun. Par conséquent une croyance particulière, telle que la croyance qu'il n'y a aucun phénomène physique qui établie le fondement du phénomène nouveau des OVNIS, lie inextricablement deux systèmes - un système de croyance relative a la personne même, et un système social de personnes qui partagent une croyance identique. Beaucoup de sociopsychologues ont analysé et ont documenté ce genre de phénomène (par exemple, Festinger, 1957; Simmons. 1964; Smith, Bruner, et White, 1950).

Dans les circonstances comme celles décrites, la situation ambiguë est souvent associée à l'inquiétude répandue, et les systèmes de croyance qui surgissent typiquement contiennent les éléments de l'hystérie qui peuvent augmenter la probabilité de panique ou de toute autre action irrationnelle (voient Smelser, 1963). La nouvelle croyance qui est improvisés pour réduire l'ambiguïté est souvent assimilée par des systèmes de croyances préexistants, tels que la croyance à des cultes religieux, de sorte que, effecivement, la situation ambiguë soit employée pour fabriquer du soutien de la croyance préexistante. Une fois qu'une situation de concurrence de systèmes de croyances s'établit, la seule manière de la modifier est probablement de s'attaquer aux conditions qui l'ont générée - c'est-à-dire, le manque d'information bien fondée et de confiance.

Ma deuxième question principale, indiquée ci-dessus, était: "est-ce que l'hypothèse de l'hystérie de masse est plausible, et peut-elle expliquer en juste proportion les faits connus?" D'abord, permettez-moi de réitérer les faits que nous essayons d'expliquer: des rapports fiables nombreux, et dispositifs récurrents dans ces rapports. Quand un grand nombre de personnes rapportent les observations qui partagent beaucoup de détails d'aspect et de comportement, l'une parmi trois choses doit être: ou elles observent le même phénomène, ou elles ont été exposées aux mêmes sources d'information qui les ont influencées pour leur faire voir certaines choses, ou elles ont été en contact mutuel et se sont influencées l'une l'autre d'une certaine manière. Si l'hypothèse de l'hystérie de masse est tenue comme plausible, nous devons montrer que celles des personnes séparées rapportant les mêmes détails ont été en contact l'une avec l'autre ou avec une certaine source commune d'information. L'indépendance des observateurs séparés devient une question cruciale.

En déterminant la plausibilité de cette hypothèse, un deuxième souci principal est la crédibilité du témoignage. Une grande part de notre système judiciaire est basé sur la prétention que nous pouvons, dans des conditions appropriées, accepter le témoignage humain comme effectif. Les sociopsychologues ne sont certainement pas les seuls a avoir élaboré des critères pour évaluer la crédibilité du témoignage; les juges sont complètement au courant de tels critères. En évaluant le témoignage nous considérons d'habitude des faits au sujet du témoin tels que sa réputation dans sa communauté, s'il a n'importe quel motif apparent pour la falsification ou la déformation, s'il a une connaissance précédente des choses rapportées. En outre nous considérons des caractéristiques internes de son rapport, telles que s'il est récent et la durée des événements rapportés, le nombre et le type de détails observables spécifiques rapportés indépendamment des rapports qui sont principalement des interprétations, l'inclusion de détails qui sont indépendamment vérifiables (comme des effets physiques). Le témoignage est également, naturellement, plus crédible s'il y a des témoins multiples, particulièrement ceux qui sont complètement indépendants les uns des autres; s'il y a eu différents canaux d'observation (par exemple, visuel et auditif, ou sans et avec observation par des instruments); et si le témoignage est recueilli par des interviewers qualifiés et soigneux.

Dans mon opinion il y a beaucoup de rapports d'OVNIS qui répondent tout à fait bien aux critères ci-dessus - mieux, en fait, que beaucoup d'affaires en jugement qu'un juge et un jury acceptent. Dans certain de ces cas, on ne peut trouver aucune explication familière qui s'adapte aux évidences. Je ferais une brève digression en décrivant quelques cas.

Considérez le cas de deux policiers près de Red Bluff, en Californie, le 13 Août 1960. Ils ont vu un grand objet descendre et ont eu comme première pensée que c'était un avion de ligne qui était sur le point de s'écraser. Ils ont sauté de leur voiture de patrouille et ont noté que l'objet ne faisait aucun bruit perceptible. Ils l'ont observé descendre à 100 ou 200 pieds environ, se renverser alors à grande vitesse, et finalement s'arrêter et planer à environ 500 pieds. Ils ont décrit des détails de forme, de couleur, et de mouvement. Ils ont communiqué par radio avec le bureau du shérif pour entrer en contact avec une base locale de radar et ont été mis au courant que la base de radar avait rapporté un écho radar non identifié au même endroit que leur observation visuelle. Ils ont rapporté des détails du comportement de l'objet qu'ils ont eux-mêmes observés. Ils ont essayé d'approcher l'objet et il a alors fait retraite; quand ils sont restés en place, l'objet a approché leur voiture. Ils ont rapporté que l'objet a fait retraite quand ils ont tourné vers lui le phare rouge du toit de leur voiture de patrouille. Après une observation prolongée l'objet a commencé à s'écarter, et ils l'ont suivi lentement. Ils l'ont vu rejoindre un autre objet semblable et disparaître finalement au-dessus de l'horizon. En tout ils ont observé l'objet pendant environ deux heures et quinze minutes. Leur rapport était rapide et détaillé, complet et par écrit, et contenait ce qui est contenus dans beaucoup d'autres rapports d'OVNIS. Juste après qu'ils aient perdu l'objet de vue, les officiers sont revenus au bureau du shérif et ont rencontré deux députés qui ont rapporté la même observation. Les officiers étaient des hommes de bonne réputation, et il n'y a aucune indication d'intérêt antérieur pour les OVNIS ni de connaissance préalable des genres de détails rapportés (par exemple, le faisceau de lumière rouge émis par l'objet et l'interférence avec leur radio chaque fois qu'il elle est venu près d'eux). Ces hommes ont été plus tard contactés par des personnes avec une formation scientifique et ont confirmé divers détails de leur rapport.

Un autre cas d'intérêt s'est produit près de White Plains, New York, en fin d'été 1954, et a été rapporté par James Beatty, un surveillant expérimenté du Corps des Observateurs au Sol à un centre de filtrage de l'Armée de l'Air. A environ 21:50 une équipe d'observateurs à environ 20 miles au sud-est de Poughkeepsie a vu un objet d'une taille apparente semblable à celle de la lune. En même temps ils pouvaient voir la lune, qui n'était pas pleine. Ils ont observé l'objet pendant environ 20 ou 30 minutes et alors il s'est déplacé lentement vers le Sud-Est. Selon le rapport du surveillant, deux stations de radar ont eu des échos correspondant à l'observation visuelle, et les jets avaient été dépêchés depuis deux bases aériennes. Tandis que les jets ont approché l'objet, les pilotes et les observateurs au sol rapportent que l'objet a changé de couleur, s'est déplacé vers le haut à une très grande vitesse, et a disparu. En ce moment le contact de radar a été perdu, également.

Dans le voisinage de Levelland, dans le Texas, la nuit du 2 au 3 Novembre 1957, il y avait dix observations séparées par plusieurs personnes, y compris des officiers de police, pendant approximativement 2 heures et 1/2. Les descriptions étaient semblables dans plusieurs détails importants de l'aspect visuel. Plusieurs observateurs ont indépendamment rapporté que les moteurs et les phares de leurs voitures ont cessé de fonctionner quand l'objet était proche. Ce genre d'effet a été fréquemment rapporté mais n'avait pas reçu de publicité avant ce groupe de rapports à Levelland. Dans la plupart des exemples il est clair que les témoins autour de Levelland se soient livrés à leur occupations habituelles et ont été étonnés par l'observation; ils n'avaient pas été alertés pour aller voir un objet étrange.

Ce sont seulement trois cas parmi de nombreux cas (voir Hall, 1964, et Armée de l'Air des États-Unis, 1968). Ils sont rapportés seulement en gros ici, mais beaucoup plus de détails sont disponibles (voir Hall, 1964). Je les présente seulement pour illustrer les genres de preuves disponibles approprié à l'hypothèse de l'hystérie de masse pour expliquer des observations d'OVNI. Je suis forcé de conclure qu'il y a beaucoup d'observations par des observateurs multiples et que beaucoup d'observateurs sont dignes de confiance et rapportent indépendamment des détails semblables. Dans de nombreux cas il semble fortement peu probable qu'ils pourraient avoir été exposés à des informations détaillée semblables à l'avance (par exemple, les effets électriques d'interférence pour Levelland).

Les psychologues sociaux ont étudié un certain nombre de cas d'hystérie de masse et de contagion hystérique (Cantril, 1940; Johnson, 1945; Kerckhoff Et Dos, 1968; Medalia Et Larsen, 1958). Dans mon jugement les rapports OVNIS du "noyau dur" ne ressemblent pas à ceux de ces cas documentés. Ces cas étaient généralement de courte durée - un jour, une semaine, ou au plus quelques semaines; les rapports d'OVNIS ont persisté pendant des décennies, au moins, en dépit de beaucoup de ridiculisation et une très faible couverture des cas sérieux par la presse récente. Les cas documentés de l'hystérie de masse n'ont pas comporté d'observations calmes et prolongées telles que celle des officiers de police près de Red Bluff, en Californie. Les cas documentés ont eu certaine indications plausibles que les personnes impliquées ont été en contact entre elles (Kerckhoff et dos, 1968) ou précédemment exposé en commun à de l'information qu'elles incorporent à leur rapport (par exemple, Johnson, 1945; Medalia Et Larsen, 1958). Les cas documentés n'ont pas été mondiaux, au contraire des rapports d'OVNIS. Ils n'ont pas impliqué des phénomènes qui ont été simultanément observés par des médias différents tels que le contact visuel direct et le contact radar. Dans des cas documentés d'hystérie de masse je ne connais pas de preuves provenant de personnes peu disposées à en rapporter; dans les observations d'OVNIS il y a nombreux tels cas. L'hypothèse de l'hystérie de masse, dans mon jugement, ne s'adapte pas d'une manière très satisfaisante aux rapports du "noyau dur."

La troisième, et la dernière, des trois questions principales que j'ai soulevées au début était: pour chacune des explications principales, quelles sont les conséquences probables, et le quelles mesures ou précautions pourrions-nous prendre dans l'intérêt du public?

D'abord, supposons qu'il y ait des engins extraterrestres arrivant dans notre atmosphère depuis l'extérieur. Nous devons alors nous soucier des conséquences possibles du contact avec des civilisations technologiquement avancées dont les valeurs, ou les intentions, ou les motifs, nous sont totalement inconnus. Ce me semble une tâche presque impossible que de prévoir les effets probables du contact entre notre civilisation terrestre et une civilisation différente sans faire quelques spéculations définies au sujet de leurs valeurs et motivations. Je n'ai pu trouver aucune base raisonnable pour défendre des acceptations particulières de cette sorte, et je n'essaierai pas de le faire. Nous devons également être concernés par les risques de panique ayant pour résultat des personnes en blessant d'autres, même si les visiteurs extraterrestres présumés ne nous veulent aucun mal. Ce risque pourrait être nettement réduit en préparant le public pour cette éventualité - en la traitant comme possibilité sérieuse qui doit être discutée. Le plus grand risque de panique viendrait d'une confrontation dramatique entre les "visiteurs" présumés et un groupe d'humains qui ne seraient pas préparés et auxquels leurs chefs auraient dit ne pas croire que de tels visiteurs existent. Un autre risque est que nous pourrions mal interpréter de tels engins et les prendre pour les armes d'un autre pays et déclencher de ce fait accidentellement la guerre nucléaire. Si ce sont des engins extraterrestres, nous avons, naturellement, une grande occasion d'apprendre quelque chose de leur technologie, qui semblerait être très avancée à certains égards par rapport à nos normes terrestres.

En second lieu, supposons que c'est un phénomène naturel nouveau que nous ne comprenons pas. Dans cette supposition nous courons toujours le risque de panique si une foule de gens est confrontée avec un cas de ce phénomène sans la moindre préparation. Nous courons toujours le risque de mal interpréter une de ses occurrence comme étant un système d'arme hostile. En outre, c'est une supposition raisonnable, que nous pourrions retirer des avantages scientifiques et technologiques à comprendre une chose si embarrassante qui semble impliquer un certain genre de concentration d'énergie.

Troisièmement, supposons que toutes les affaires persistantes de rapports d'OVNIS au cours des années sont strictement un nouveau cas extrême de phénomène sociopsychologique d'hystérie de masse et de contagion hystérique. Dans une telle éventualité notre souci fondamental doit en effet être grand et le risque de panique en conséquence est très grand à moins que nous puissions présenter une information digne de confiance et réduire l'ambiguïté et l'inquiétude. Dans cette supposition - si les observations atmosphériques et astronomiques peuvent être tellement mal interprétées et tellement mal rapportées par beaucoup de gens de bonne réputation et de bonne éducation - alors je jugerais que nous courrons le grand risque de mal interpréter ces mêmes phénomènes comme des armes hostiles, et nous devons nous préparer à ce risque. Le plus important, si toutes ces affaires sont un phénomène sociopsychologique social, est à première vue l'évidence de la nécessité pressante d'améliorer notre compréhension des processus de l'hystérie de masse, de formation de croyance, et de moyen de contrôle de la sorte d'inquiétude qui proviennent d'un tel problème. Dans une telle éventualité les rapports d'OVNIS forment un laboratoire naturel insurpassé pour la recherche sur l'hystérie de masse, la réponse humaine à l'ambiguïté, les normes pour l'évaluation du témoignage humain, et d'autres sujets de cet ordre.

CONCLUSIONS

1. Quelle que soit l'explication correcte, nous avons une occasion rare de gagner des connaissances utiles par une étude complète et neutre des rapports d'OVNIS et un rassemblement plus systématique de nouvelles preuves.

2. L'hystérie et la contagion de la croyance peuvent expliquer certains des rapports d'OVNIS, mais le poids des faits suggère fortement qu'il doit y avoir un certain genre de phénomène physique qui est à la base d'une partie des rapports.

3. En raison du manque d'informations dignes de confiance sur des rapports d'OVNIS, des systèmes de croyance contradictoires ont été développés jusqu'à expliquer cet ensemble ambigu de circonstances, et chaque position est parfois défendue au delà du point limite de la rationalité.

4. Qu'il y ait ou non un phénomène physique sous-tendant une partie des rapports, nous avons maintenant, en plus de n'importe quel autre problème, le problème sociopsychologique de devoir réduite la défense irrationnelle de croyances, d'abaisser l'inquiétude au sujet des rapports, et de réduire l'ambiguïté au sujet des causes des rapports.

5. Notre manque de compréhension des rapports d'OVNIS nous forces à accepter des risques inutiles de panique et de déclenchement accidentel de la guerre nucléaire.

RECOMMENDATIONS

1. La chose la plus importante et la plus pressante doit être de favoriser la circulation la plus complète possible de toutes les informations disponibles sur les OVNIS et s'encourager le rassemblement systématique de nouvelles preuves. Ceci devrait aider à réduire les risques de panique et d'autres actions irrationnelles dangereuses. Ceci devrait également aider à affaiblir les éléments irrationnels incorporés aux systèmes de croyances qui s'opposent. L'indifférence ou le désintérêt de la part des chefs de la nation peut retarder l'amélioration de notre savoir sur le phénomène qui est à notre portés; l'intérêt et l'encouragement ouverts peuvent y aider. Le problème dans son ensemble doit être traité comme quelque chose qui mérite une étude sérieuse.

2. Au moins trois axes de recherches sérieuses devraient être entrepris: (a) Pour les 100 à 200 cas par an qui sont sûrement rapportés et bien documentés, nous devons étudier soigneusement les rapports des modes de comportement reproduits par le phénomène, y compris sa réaction apparente à d'autres événements dans l'environnement avec une instance sur l'établissement de l'indépendance ou de l'absence d'indépendance des témoins séparés, (b) Ces parties du problème qui résultat de l'hystérie de masse demandent à être étudiés intensivement pour améliorer notre compréhension de l'hystérie de masse dans le but de contrôler ses conséquences potentiellement dangereuses, (c) un certain moyen systématique de surveillance et d'observation devrait être développé afin d'ajouter de nouveaux cas bien documentés avec des rapports des détails spécifiques obtenus indépendamment à partir de différents observateurs.

3. Une attention sérieuse pourrait être accordée à l'idée d'installer une démarche formelle de décision, modelée d'après notre système judiciaire. Tout comme les tribunaux ont des procureurs affectés à la construction du meilleur dossier pour la partie plaignante et des avocats pour construire la meilleure défense, nous pourrions faire affecter du personnel pour construire les dossiers les plus forts possibles pour chacune des trois explications principales des rapports d'OVNIS. Si chacun devait se confronter aux autres et répondre à leurs critiques, nous serions probablement forcer de traiter avec plus de clarté les points cruciaux qui doivent être réglés.

Mon commentaire final en revient à mon point de départ. La situation à la laquelle nous faisons face dans les rapports d'OVNIS est passionnante et provocante et elle présente une occasion scientifique rare, quelle que soit l'interprétation de ce sujet et l'explication que vous pouvez accepter.

REFERENCES

  • Bauer, R. A. et Gleicher, D.B., 1953. "Word-of-mouth communication in the Soviet Union". Public Opinion Quarterly, 17, 1953, 297-310.
  • Cantril, H., 1940. "The invasion from Mars". Princeton: Princeton University Press, 1940.
  • Festinger, L., 1957. "A theory of cognitive dissonance". Evanston: Row-Peterson, 1957.
  • Hall, R. H. (ed.), 1964. "The UFO evidence". Washington, D.C.: N.I.C.A.P., 1964.
  • Johnson, D. M., 1945. "The "phantom anaesthetist" of Mattoon": a field study of mass hysteria. Journal of Abnormal et Social Psychology, 1945. 40, 175-186. Kerckhoff, A. C., et Back, K., 1968. The June Bug. New York: Appleton-Century-Crofts, 1968.
  • Medalia, N. Z., et Larsen, O. N., 1958. "Diffusion et belief in a collective delusion: the Seattle windshield pitting epidemic". American Sociological Review, 1958, 23, 180-186.
  • Shibutani, T., 1966. "Improvised news: a sociological study of rumor". Indianapolis et New York: Bobbs-Merrill, 1966.
  • Simmons, J. L., 1964. "On maintaining deviant belief systems: a case study". Social Problems, 11, 1964, 250-256.
  • Smelser, N., 1963. "Theory of collective behavior". New York: Free Press of Glencoe, 1963.
  • Smith, M. B., Bruner, J. S. et White, R. W., 1956. "Opinions et Personality". New York: John Wiley & Sons, 1956.
  • U.S. Air Force, 1968. "Projects Grudge et Bluebook Reports 1-12" (1951-1953). Washington, D.C.: N.I.C.A.P., 1968.

Notes:

Le cas de Red Bluff est présenté ici.

Le cas de Levelland est présenté ici.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 4 novembre 2002.