Stupidités -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Désinformation sur la question OVNI dans les medias:

Les mass medias écartent et nient toute réalité au phénomène OVNI. Quand vous examinez la manière dont les quelques bribes d'information à propos des OVNIS sont présentées, vous pouvez facilement constater que tout est biaisé, tronqué, voir simplement mensonger, pour le moins. Il est réellement presque impossible, bien que pas totalement impossible, de trouver une quelconque publication de grande ampleur fournissant une perspective honnête sur le phénomène des OVNIS. Voici juste un exemple.

Space.com: le bureau des OVNIS ferme.

Le portail Internet bien connu space.com frappe encore et met présente à nouveau des informations erronées en rapport avec le phénomène OVNI. Voici une copie d'écran de leur annonce:

Copie d'écran

Voici mon analyse de la façon dont cette annonce tente d'orienter notre opinion d'une certaine manière:

Ce que dit SPACE.COM Mes corrections:

Le Bureau Des Ovnis ferme en raison du manque d'observations

Il n'y a aucun manque d'observations! Seul ce bien particulier "Bureau des OVNIS" déplore non pas qu'il n'y aurait pas d'observations, mais que ledit "Bureau" n'en reçoive plus assez. Ce gros titre est une distorsion délibérée de l'information, le but est de laisser croire qu'on ne voit plus d'OVNIS de nos jours en Angleterre.

Par l'équipe de SPACE.com

Au contraire de la plupart des articles de space.com, celui-ci n'est pas signé par son auteur. C'est quasiment toujours le cas quand ce site nous désinforme au sujet des OVNIS. En fait, space.com à simplement reproduit une partie tronquée d'un article du Times par Simon de Bruxelles, un debunker connu qui a déjà rédiger bien des articles pour nier la réalité du phénomène OVNI. Space.com n'a fait que reproduire des portions de cet article, et ne donne pas les références de sa source.

Le Bureau Britannique des Soucoupe Volantes, qui a traqué l'activité extraterrestre pendant une un demi-siècle, recevait des rapports hebdomadaires énumérant jusqu'à 30 observations d'OVNIS certaines années, selon l'Agence France-Presse.

Space.com omet de nous indiquer que le "Bureau Britannique des Soucoupe Volantes" n'est absolument pas une organisation officielle, le lecteur naïf comprendra: "Le Bureau du Gouvernement Britannique qui s'occupe des OVNIS". Le nombre de 30 observations sera compris par le lecteur naïf de cette manière: "il y avait 30 observations dans le meilleurs des cas certaines années autrefois." Une question: est-ce 30 chaque semaine ou chaque année?

Le "British Flying Saucer Bureau" et Denis Plunkett ont été totalement inactifs depuis 1980! Alors que cette association privée était effectivement active dans les années 1950s et 1960, elle n'a réalisé aucune activité, rapport ou enquête qui ait éveillé le moindre écho dans le milieu de l'Ufologie depuis lors. Ce fameux "Bureau", n'a absolument pas travaillé pendant un demi-siècle! En dépit de son nom impressionnant, il s'agit en fait d'un petit groupe de gens maintenant âgés qui font de l'ufologie une fois par mois au pub du coin autour d'une bonne Guinness, je cite "de braves retraités en gilets restés coincés dans une bulle temporelle datant des fifties".

La source est erronée: l'Agence France Presse, cela fait sérieux, space.com ne mentionne donc pas le véritable auteur, le debunker Simon de Bruxelles.

De nos jours il y a rarement des tels rapports, et les réunions mensuelles du bureau ont été annulées par manque de participants. L'organisation a par le passé revendiqué 1.500 membres dans le monde entier.

A nouveau, space.com ne dit pas qu'il s'agit seulement d'une baisse des rapports parvenant à ce "Bureau" là. D'ailleurs, il ne donne pas l'explication toute simple: personne ne veut plus payer une adhésion à un club privé d'ufologie totalement inactif, alors que toute l'information est disponible gratuitement sur des sites web tels que le mien. Le modèle "adhésion à un club" était valide en 1953, et est maintenant totalement obsolète. C'est l'explication simple et logique de la diminution d'adhésion à de tels groupes modestes et privés.

Il y a actuellement plus de 80 organismes identifiés et sérieux et actifs qui s'occupent de l'étude du phénomène OVNI en Grande Bretagne, lequel continue à produire d'une abondance de rapports OVNIS que ces groupes étudient activement. Cliquez ici pour en avoir les noms et adresses.

Le Ministère de la Défense Britannique quant à lui continue a faire fonctionner son "Service OVNI".

Le total du nombre d'observation de phénomènes OVNIS rapportés en grande Bretagne au premier trimestre de 2001 montre une augmentation de 50 pour cent en comparaison avec le premier trimestre 2000.

Denis Plunkett, le cofondateur du Bureau en 1953, dit que les observations d'OVNIS sont au milieu d'un long déclin et que leur nombre ne justifie pas de continuer.

Non. Encore une fois, Denis Plunkett parle en fait de son bureau qui ne reçoit plus assez de rapports. Il ne généralise pas cette affirmation, lui. Cette généralisation est le fait de ceux qui publie cette information de manière tronquée, dans le plus pur respect du B.A BA des techniques de debunking.

Voici donc la "vraie raison" telle que Mr Plunkett l'a dit dans l'article intégral: Selon lui, le but des extra-terrestres lors de leur présence ici a été simplement d'examiner notre planète et après avoir fini leur tâche ils ont décidé "de partir". Ceci a une toute autre saveur que ce que space.com nous propose!

Dennis Plunkett, plus raisonnablement, également expliqué que ses membres, âgés, n'aiment pas l'idée de conduire la nuit à travers la campagne pour rejoindre une réunion dans quelque pub perdu du coeur de la campagne Britannique, alors qu'ils peuvent obtenir bien plus d'informations, en restant chez eux, par l'Internet.

Je dois ajouter ici une place vide dans la colonne de gauche car space.com n'a pas publié les parties intéressantes des propos de Dennis Plunkett, celles que je livre ci-dessus.

Par ailleurs...

Le clou du spectacle:

Après la parution de l'article du Times et sa reproduction quasi-immédiate sur la quasi-totalité des medias, quelle fut donc la réaction de David Plunkett lui-même?

La voici:

Ceci est un extrait de la lettre adressée par David Plunkett à UFO MAGAZINE, lettre que cette revue a publiée dans son numéro de Juillet:

"Puis-je vous dire à quel point j’ai été scandalisé quand j’ai ouvert mon numéro de Juin d’UFO Magazine, en découvrant qu’un événement - dont l’origine était une remarque anodine faite à un reporter local, mentionnant la suspension pendant l’été des conférences du Bureau Britannique des Soucoupes Volantes, a été transformée de façon théâtrale par le correspondant d’un journal national en fermeture de la BFSB - nouvelle qui par la suite a fait le tour du monde et provoqué un tel charivari."

"Je tiens à affirmer catégoriquement qu’à aucun moment, que ce soit à un journaliste d’un journal local ou national, ou bien à l’occasion d’interviews radiodiffusées ou télévisées, n’ai-je dit quoi que ce soit qui pût prêter à confusion et être interprété comme signifiant la fermeture de la plus ancienne organisation FS/UFO établie dans le monde."

Ainsi donc, ce bureau n'est pas fermé. David Plunkett à simplement pris des vacances en été... Et pour les medias, il faut de cela déduire que les "soucoupes volantes" n'existent pas.

Pourtant, malgré ma transmission de ce démenti à space.com par exemple, vous pourrez vérifier que la dernière nouvelle concernant les OVNIS sur ce portail... est toujours "la fermeture du Bureau des OVNIS."

Il m'apparaît que si j'avais annoncé mes vacances cet été, j'aurais atteint à une gloire mondiale...

Conclusion:

Encore un fois, la quasi-totalité des mass medias (Télévisions, radios, portails Internet, magazines) furent très efficace dans leur reproduction biaisée d'une information déjà biaisée, tronquant les parties "non conformes" de l'entretien avec Dennis Plunkett. Toutes les techniques habituelles du debunking sont mise à contribution: la suppression d'information, la généralisation, la réduction, le choix orienté des mots, le mensonge et l'omission sur les sources de l'information, les citations hors contexte, l'absence de présentation des opinions différentes, l'absence de vérification auprès de l'auteur des soi-disant déclarations - ce qui aurait été le strict minimum! - etc., etc.

C'est tout simplement un bel exemple de désinformation.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 27 juillet 2001