AccueilAcceuil
This page in English

Les mystères de Phobos:

LA FIN MYSTERIEUSE DE PHOBOS 2:

Le numéro de Janvier-Février du "The Planetary Report" de la Planetary Society contient une brève note rédigées par A.S. Selivanov et U.M. Gektin de l'Institut des Engins Spatiaux de Moscou, à propos de la fin mystérieuse de la sonde Phobos 2.

Page principale concernant les mystères de Phobos ici.

LA FIN MYSTERIEUSE DE PHOBOS 2:

L'année dernière j'ai remarqué plusieurs mentions dans les médias d'un "objet mystérieux" qui apparaissait sur les dernières images renvoyées sur Terre par la sonde russe Phobos 2. Il était suggéré que des extraterrestres seraient à l'origine de la présence de l'objet et peut-être de la disparition de la sonde. Que s'est-il vraiment passé?

-Len Seymour, Elko, Nevada.

L'objet "mystérieux" était en fait l'ombre de l'une des deux lunes Martiennes. La sonde Phobos 2 avait atteint la lune Martienne Phobos en Février 1989. Au milieu de Mars, Phobos et la sonde n'étaient qu'à quelques centaines de mètres, et ils se déplaçaient ensemble sur la même orbite. Il y avait alors plusieurs opérations d'imagerie de Mars en cours à l'aide de l'équipement Termoscan à bord de la sonde.

Le Termoscan est un radiomètre à deux canaux qui peut recevoir des images dans le visible et dans des longueurs d'ondes proches de l'infrarouge, et en même temps dans l'infrarouge lointain. L'image Termoscan et obtenue en scannant un miroir perpendiculaire à la trajectoire du vaisseau à la vitesse d'une ligne par seconde, de ce fait l'image est générée par les déplacements de la sonde sur son orbite.

La surveillance de la surface Martienne était réalisée par une orientation appropriée de la sonde alignée par rapport au soleil. La ligne médiane du miroir est opposée à la direction du soleil avec une précision d'une ou deux lignes. Comme la sonde était peu près dans la direction du soleil, l'ombre de Phobos peut être vue sur la surface de Mars par le Termoscan. (Figure 1).

L'ombre

La longueur de cette ombre est d'environ 21 kilomètres, 13 miles. Le champ de vision du Termoscan était de 650 kilomètres, 400 miles et sa résolution de 1.8 kilomètres, environ un mile. L'ombre de la petite lune apparaissait alors que la sonde était à 200 kilomètres, environ 120 miles, de la lune Phobos. A ce moment le Termoscan était pointé vers la surface avec la même incidence que les rayons solaires. Le 26 Mars 1989, l'ombre apparut telle que dans la figure 2.

Les facteurs qui ont influencé la forme et les dimensions de l'ombre incluent l'orientation de Phobos (Phobos a une forme irrégulière); les déformations à partir de la courbure extérieure de Mars, particulièrement près du bord de la planète (le bord de son disque comme vu du vaisseau spatial Phobos 2); et la dispersion du rayonnement et d'autres processus atmosphériques.

Un autre facteur - et probablement plus important - était la déviation de l'axe provoquée par l'instabilité du vaisseau spatial. L'axe du vaisseau spatial a été déplacé d'environ 40 minutes d'arc pendant les expériences.

Si l'orientation et la distance entre le vaisseau spatial de lui et la lune Phobos avaient été parfaitement constantes, l'ombre de Phobos aurait été une ligne égale. Mais en raison de la déviation de l'axe du vaisseau spatial, les lignes du Termoscan se sont déplacées en avant de l'ombre ou ont été laissées en arrière elle pendant que l'ombre se déplaçait sur la surface de la planète. La ligne de balayage a rattrapé l'ombre, passant par son centre, puis le dépassant.

Ce processus a causé un mouvement sur 250 à 300-kilomètres (155 à 185 miles) sur la surface de Mars dans la direction du mouvement, et l'ombre a été elliptiquement étirée dans l'image résultante.

La figure 2 montre des images de deux régions spectrales différentes. La Figure 2a, prise dans la partie infrarouge du spectre, montre l'ombre de Phobos. Dans la figure 2b, une photo dans le spectre visible, l'image d'ombre est laissée à la traîne. Cette image indique que l'ombre a abaissé la température du sol de 4 à 6 degrés Celsius.

La variation de la température dépend de la rapidité avec laquelle la couche extérieure mince de mars (plusieurs millimètres) se refroidit. Après analyse des résultats des deux canaux spectraux, nous pouvions calculer l'inertie thermique (la mesure de la résistance de l'objet aux changements de la température) de la couche extérieure et tirer des conclusions au sujet de ses caractéristiques physiques.

Les calculs ont prouvé que presque toute la surface observée est couverte de couche de poussière. L'inertie thermique est deux à trois fois inférieure à ce qu'elle serait sans poussière. Davantage d'analyse nous indiquera davantage au sujet des propriétés de la surface de Mars.

La panne de Phobos 2 a résulté d'un échec dans le système de commande de son ordinateur qui a causé une mauvaise réorientation des panneaux solaires telle qu'ils n'ont plus capté la puissance lumineuse du soleil. La batterie de stockage a été vidée de sa charge, et les sous-ensembles de tout le vaisseau spatial ont perdu leur puissance. Phobos 1 a été perdu plus tôt, quand le verrouillage des commandes avec les émetteurs sur Terre ont été perdus après l'erreur d'un opérateur.


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 5 avril 2001