L'eau -> Mars -> Exobiologie -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Mars:

L'eau sur Mars:

On n'a cessé de nous a expliqué qu'il n'y a pas d'eau liquide sur Mars, comme "preuve" que la vie détectée par Viking en 1977 n'était qu'une "activité chimique" car "comme il n'y a pas d'eau liquide, Viking n'a pas pu détecter la vie." A partir de l'an 2000, tout change.

Voir la section eau sur Mars de ce site pour d'autres informations à ce sujet.

Le volcanisme joue un rôle crucial:

Dans le numéro du 25 janvier 2002 de Nature, les chercheurs du Massachusetts Institute of Technology, de l'Université du Tennessee et d'autres établissements rapportent que l'étude d'une roche volcanique Martienne indique que les magmas de Mars ont contenu des quantités significatives d'eau avant leur irruption sur la surface de la planète.

Olympus Mons, volcan de 21 km de hauteur

Les scientifiques ont constaté qu'il y a des canaux sur la surface de Mars, qui ont été taillés par de l'eau courante, et un océan antique a existé, mais on savait peu de choses sur la source de ces eaux. Une source possible est une décarburation volcanique, dans laquelle la vapeur d'eau produite par le magma se répand à partir des volcans, mais jusqu'alors les roches de Mars qui ont atteint la terre sous forme de météorites avaient notoirement une basse teneur en eau.

Quand le magma atteint la surface de la planète, la solubilité de l'eau dans la roche fondu diminue et l'eau forme des bulles de vapeur et s'échappe sous forme de gaz. Le processus est semblable au dégagement des bulles de gaz qui se produit quand vous ouvrez une bouteille d'eau gazeuse.

Bien que ceci n'explique pas comment l'eau est entrée dans Mars en premier lieu, elle montre que cette eau a effectué un transfert depuis l'intérieur profond vers la surface, par des processus semblables à ceux que nous avons connus sur la Terre dans son histoire géologique.

Références:

Les auteurs de l'étude publiée dans Nature comprennent les étudiants de McSween, Rachel C. F. Lentz; Lee R. Riciputi du département de chimie et d'analyses du Oak Ridge National Laboratory; Jeffrey G. Ryan, un géologue de l'Université de Floride du Sud; et Jesse C. Dann et Astrid H. Holzheid du département des sciences planétaires du MIT. Les travaux ont été en partie aidés par la NASA.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 12 décembre 2002.