AccueilAcceuil
This page in english

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

LES OVNIS DANS LE NORD DE LA FRANCE:

Article dans le quotidien français "La voix du Nord" du 10 mars 2002. L'article a été également présenté sur le site du journal http://www.lavoixdunord.fr/vdn/journal/2002/03/10/CALAIS/ART12.shtml

Voir également ici pour plus de détails sur le cas étudié par Claude Plessis.

Mystère

par Olivier PECQUEUX

Ovnis: des affaires non classées?

Les observations d'ovnis ont motivé, dans les années 70 à Calais, la création d'une association aujourd'hui disparue. Mais les phénomènes inexpliqués demeurent...

TRENTE années presque jour pour jour se sont écoulées depuis cette observation faite sur la plage de Calais. C'était dans la soirée du 5 mars 1972, vers 20 h. Des témoins avaient alors observé "un corps céleste lumineux, environ de quatre à cinq fois la grosseur d'une étoile, visible pendant 1 h 30 environ."

Le dossier des "phénomènes inexpliqués" pouvait être rouvert, et les manifestations étranges observées dans la région dans les années 70 allaient entraîner à Calais la création de l'ACEPA (Association calaisienne pour l'étude des phénomènes aériens). Son président, Michel Steers, docteur en physiques, affirmait à l'époque ne pas croire "aux soucoupes volantes, pas plus qu'à des êtres plus ou moins mystérieux venus d'autres planètes. Je dis, déclarait-il à l'époque, qu'il y a des phénomènes bizarres, inexpliqués, incompréhensibles en l'état actuel des choses."

Née en 1975, l'ACEPA, qui avait organisé des conférences à la Maison pour tous et au musée, et une exposition à la mairie de Calais, n'existe plus aujourd'hui. Michel Steers a depuis quitté Calais pour Paris, où il enseigne la physique. S'il suit de loin les phénomènes inexpliqués, il avoue "rester en veille. C'est quelque chose qui n'avance pas, peut-être parce que les chercheurs imminents [sic, NdWM: "éminents"] qui devraient s'y intéresser ne le font pas, par peur du ridicule." Les apparitions, cependant, persistent. De nos jours, comme dans les années 70, il n'est pas rare que des personnes assistent, sans les comprendre, à des phénomènes intrigants (voir ci-dessous). Mais la peur du ridicule, toujours, contraint les témoins à garder sous silence leurs observations...

A la même époque, Claude Plessis, aujourd'hui décédé, présidait le Cercle d'étude des phénomènes spatiaux (CEPS), basé à Boulogne-sur-Mer. A l'image de l'ACEPA, le CEPS recueillait des documents, comme cette photographie faite par hasard (notre photo) que conserve précieusement le frère de Claude Plessis, Yves, propriétaire d'une mercerie à Calais. Les négatifs de cette photo, expertisés, ont été certifiés authentiques (ce qui ne veut pas dire qu'il s'agit d'une soucoupe volante). A l'époque, la thèse de l'apparition soudaine d'un nuage aussitôt dissipé n'avait pas convaincu.

Soucoupe volante à Calais?

De son côté, Michel Steers, qui se défend d'être un illuminé, a toujours privilégié la réflexion. "J'ai toujours regardé ce phénomène avec curiosité, mais je n'ai jamais cherché à donner de solutions. Il y a d'un côté ceux qui se moquent, et de l'autre ceux qui cherchent à étudier et qui adoptent une attitude scientifique. L'association tentait de récolter des témoignages. Ce qui me frappait à l'époque, c'était l'extrême diversité des observations. Quant à savoir si derrière tout cela il y avait quelque chose..."

Car c'est bien là que réside le mystère. Est-ce que, derrière les témoignages parfois concordants, rarement vérifiables, se cachent E.T. et son cousin Alf, ou s'agit-il seulement de phénomènes naturels jusqu'alors inexpliqués?

En attendant que la science apporte des réponses, que la technique offre des preuves tangibles, l'être humain ne peut que constater, et raconter. Comme ce Calaisien, en septembre 1974, à Blériot-Plage, qui avait déclaré avoir vu dans le ciel "des boules lumineuses apparaissant et disparaissant comme des feux follets". Dans la même commune, en janvier 1977, un conducteur déclarait avoir eu dans son sillage, dans le ciel, "un objet aveuglant qui circulait à la même vitesse que sa voiture."

En juin 1972, à Calais, un couple assurait avoir vu "une soucoupe volante", comme de nombreux riverains de la rue Robert-Deschamps.

L'observation, faite depuis une maison du Fort-Nieulay, vers 21 h, avait été décrite de cette façon : "L'engin, de forme circulaire, était assez important en volume et se tenait immobile à 200 ou 300 m du sol. Il était de couleur orange et laissait échapper comme un liquide de la même couleur. Après être resté immobile pendant deux minutes environ, déclaraient-ils, il a pris la direction de la mer et a disparu en moins d'une minute."

En 1979, les gendarmes de la brigade d'Audruicq ont enquêté à Gravelines à la suite de l'observation "d'un objet de forme ovale et de couleur blanche" faite au-dessus de la centrale nucléaire. Deux ans plus tard, en juin 1981, des habitants de Nielle-les-Ardres apercevaient un phénomène lumineux qui a duré dix minutes. Plus récemment, entre 1998 et 1999, des habitants de la Flandre s'inquiétaient à plusieurs reprises de voir "des formes lumineuses, rondes et silencieuses". En 1998, les lasers des discothèques pouvaient expliquer les lumières dans le ciel. Et avant cela?


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 14 septembre 2003