Cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Frencq, France, août 1969:

Voici une bien étrange affaire, dans laquelle ce qui ressemble de tout évidence à un nuage lenticulaire serait en réalité bien quelque chose de plus étrange... à la condition d'ajouter foi aux détails du récit de son photographe.

Article de presse de l'époque:

L'article ci-dessous a paru dans le quotidien régional La Semaine dans le Boulonnais, France, octobre 1973.


UN OVNI DANS LE CIEL BOULONNAIS?

Dans le viseur de son appareil, durant deux secondes,
le spectacle d'un objet hors du temps à la frontière des mondes

C'est une véritable bombe qu'à lancée Clause Plessis, samedi soir, à la Brasserie Liégeoise, au cours de la réunion du Cercle d'Etude des Phénomènes Spatiaux en présentant aux membres du C.E.P.S la photo exclusive d'un engin volant non identifié, prise par un photographe amateur, au mois d'août 1969. Il y a quelques temps, sur le conseil d'un ami, le président du C.E.P.S avait rendu visite à une personne qui, disait-on, avait en sa possession d'étranges documents. Claude Plessis a entendu cette personne et il a été rapidement bouleversé par les révélations qu'elle lui a faites ainsi que par le document qui lui a été remis.

Voici, l'histoire extraordinaire telle que l'auteur de la photographie l'a racontée à M. Plessis.

Le temps de tourner le compteur

"J'aime beaucoup la marche à pied, alors, souvent je me plais à faire des promenades à travers la région, muni de mon appareil photographique. Un bel après midi du mois d'août, je me promenais dans la campagne boulonnaise, entre Frencq et Etaples. A un certain endroit j'eus soudain le désir de prendre une photo, jugeant que le paysage en valait la peine. Je cadrais une portion du paysage dans mon viseur et JE VIS SOUDAIN APPARAITRE, DERRIERE LES COLLINES, UN NUAGE A L'ASPECT ETRANGE. J'appuyais sur le déclic et me décidais à prendre une seconde photo. Le temps de tourner la manette du compteur de mon appareil, le "nuage" avait disparu. Cela dura deux secondes à peine. J'ai oublié très vite cet étrange événement et ce n'est que lorsque le film fut développé que je m'aperçu que j'avais fixé ce curieux objet sur la pellicule."

Claude Plessis, lui, ne s'en tint pas à cette explication un peu simpliste. Certes ce nuage, si nuage il y a, présente toutes les particularités d'un nuage lenticulaire, appelés par les spécialistes Alto-cumulus-lenticularis. La formation de ces nuages reste très mystérieuse et leur composition pose une énigme. C'est un phénomène assez rare mais qui s'est déjà produit suffisamment pour que l'on ne s'étonne pas, outre mesure, de son apparition. Ce qui est certain, en tout cas, c'est qu'ils ont la réputation d'être extrêmement dangereux sans que l'on puisse véritablement en expliquer la raison. En août 1915, par exemple, au sommet d'une colline, à Gallipoli [1], un nuage de ce genre s'était posé. 250 soldats y pénétrèrent et disparurent. Certains avions qui ont traversé ces nuages ont été désintégrés ou sont retombés mystérieusement. [2]

Ce qui a intrigué Claude Plessis, c'est qu'un nuage lenticulaire ne disparaît pas aussi vite que celui qui s'est volatilisé devant l'auteur de la photo. De plus, ce genre de nuage se rencontre à 5000 m. et il semble curieux de le remarquer à une hauteur de quelques centaines de mètres.

Claude Plessis a pu disposer du négatif et il l'a envoyé à Paris afin de le faire examiner par des spécialistes. Pour le président du C.E.P.S il ne s'agit pas d'un nuage lenticulaire mais bel et bien d'un Objet Volant Non Identifié.

Attendre l'évolution de l'humanité

Cet extraordinaire document, ne fut pas le seul point de discussion des responsables du C.E.P.S. MM. Jacques Delescluse, Michel Steers, astro-physicien, Paul Plessis et entourés des adhérents. On parla des faits récents qui se sont produits vers le 10 septembre à Equihen et qui ont été remarqués par de nombreux témoins. Il ne s'agissait pas de "soucoupes" mais de boules, de 80 centimètres de diamètre, de couleurs bleues et rouges et comportant plusieurs branches. Selon le C.E.P.S., il s'agirait de sondes. Une thèse aurait été retenue: nous entrons dans une nouvelle phase s'observation de la part de ceux qui nous étudient, il ne s'agit plus d'engins habités mais de sondes extra-terrestres qui auraient pour objet d'effectuer des études de manière indirecte, les contacts directs ne pouvant être envisagés actuellement. On évoqua la thèse d'Aimé Michel: Depuis des siècles, les extra-terrestres étudieraient l'évolution de l'humanité en attendant qu'elle ait atteint un niveau suffisant pour chercher à établir un contact.

La prochaîne réunion du C.E.P.S portera certainement sur les résultats de 'expertise de la photographie de l'O.V.N.I prise en 1969.

Au mois de déCembre, le C.E.P.S. étudiera, sans doute, de très près aussi, les premiers résultats de Pionnier 10 [sic] qui, lancé il y a deux ans, arrivera dans la banlieue de Jupiter, la plus grosse planète de notre système solaire qui possède douze satellites, à 778 millions de km du Soleil.

Marc Desoutter.

[1] La nature de fable de l'affaire de Galipolli de 1915 a été démontrée des années plus tard par l'ufologue Jean Sider.

[2] Allusion probable au mythes du type triangle des Bermudes?

La photographie:

Extrait d'un scan de la photographie originale:

(Vifs remerciements à C. pour m'avoir fait parvenir le scan de la photographie et la coupure de presse.)

Voir également cet article du journal "La voix du Nord" en 2002.

Pour plus d'informations à propos des nuages lenticulaires, voir ici.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 14 septembre 2003.