Casebook -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Ed Ruppelt rapporte un combat aérien avion-OVNI de 1952:

Un article par le Capitaine Ed. Ruppelt, directeur du Projet Blue Book de l'US Air Force. Après la fin brutale du projet, Ed Ruppelt se montra bien plus disert sur le sujet des OVNIS, et publia les "cas qui n'avaient jamais été publiés," comme cet incident de 1952 lors duquel un chasseur F-86 tira sur un OVNI.

L'article:

Date: été 1952.

Lieu: Albuquerque, Nouveau Mexique, USA.

En été 1952 un chasseur à réaction F-86 de l'US Air Force a tiré sur une soucoupe volante. Ce fait, comme tant d'autres qui composent l'histoire complète des soucoupes volantes, n'a jamais été rapporté auparavant. Je sais que la vérité sur les soucoupe volante n'a jamais été dite auparavant, parce que j'ai organisé, et étais le chef du projet Blue Book, le projet spécial de l'US Air Force pour étudier et analyser les objets volants non identifiés, ou OVNIS (UFO). (OVNI est la désignation officielle que j'ai moi-même créée pour remplacer les mots "soucoupes volantes.")

Il y a une base de chasseurs à réaction aux Etats-Unis que j'avais l'habitude de visiter fréquemment parce que, pendant 1951, 1952, et 1953, ils ont obtenu plus que leur part d'observations d'OVNIS véritables.

L'officier commandant le groupe de chasse, un Colonel dûment gradé et un pilote opérationnel, croient que les OVNIS sont réels. Ce colonel croit aux OVNIS parce qu'il a confiance en ses pilotes - et ils avaient chassé des OVNIS avec leurs F-86. Il avait vu les OVNIS sur les moniteurs de ses ensembles de radar, et il connaît bien les radars.

L'officier de renseignement du Colonel, un Capitaine, n'a jamais exactement cru que les OVNIS existent, mais il a pensé qu'une recherche soigneuse est pleinement justifiée. La logique que l'officier du renseignement a employée en étudiant des rapports OVNIS - et en obtenant des réponses à bon nombre d'entre elles - font que j'ai souvent souhaité qu'il ait put travailler pour moi sur le Projet Blue Book.

Un jour, l'officier du renseignement m'a appelé à ma base à Dayton, Ohio. Il a voulu savoir si je projetais de faire à un voyage vers chez lui dans les prochains temps. Quand je lui ai dit j'ai compté être dans son secteur dans environ une semaine, il m'a demandé de le contacter. Il n'y avait aucune urgence particulière, a-t-il ajouté, mais il a eu quelque chose de très intéressant à me montrer.

Quand nous avions vent d'une bonne histoire, nous au Projet Blue Book, nous aimions commencer à travailler dessus immédiatement, ainsi je lui ai tout de suite demandé de quoi il s'agissait. Mais rien n'y fit, Il ne voulait pas en discuter par téléphone. Il refusa même l'idée de rédiger un message codé. Une telle précaution, extrême, m'a vraiment interloquée, parce que normalement tout secret peut être transmis par message codé.

Quand j'ai quitté Dayton environ une semaine plus tard j'ai décidé d'aller directement à cette base de l'US Air Force, projetant d'y arriver en milieu de matinée. Mais tandis que je changeais de ligne aérienne, mes réservations n'étaient pas en ordre, et cela m'a pris jusqu'au soir de tenter de refaire mes réservations de billet d'avion. J'ai appelé l'officier du renseignement et lui ai parlé de mon retard. Il m'a dit de raccrocher sur le champ, et que c'est lui qui allait voler jusqu'à moi en jet T-33 pour me chercher.

Dès que nous fûmes en l'air dans son avion, j'ai appelé l'officier du renseignement et lui ai encore demandé de quoi il s'agissait. Que se passait-il? Pourquoi tant de mystère? Il a essayé de m'en parler mais l'interphone ne fonctionnait pas trop bien et je ne pourrais pas comprendre ce qu'il disait. Enfin il m'a dit d'attendre jusqu'à ce que nous soyons revenus à son bureau où je pourrais lire le rapport moi-même.

Un rapport! S'il avait un rapport d'observation d'OVNI pourquoi eu pas l'a-t-il envoyé au Projet Blue Book comme il le faisait habituellement?

Nous avons débarqué à la base, avons vérifié nos parachutes, Mae Wests, et casques, et avons roulé vers son bureau. Il y avait plusieurs autres personnes dans le bureau, et elles m'ont salué avec la question habituelle, "Quoi de neuf sur le front des soucoupes volantes?" J'ai parlé avec elles pendant un moment, mais devenais impatient de découvrir ce qui tarabustait l'esprit de l'officier du renseignement. J'étais sur le point juste de l'interroger au sujet du rapport mystérieux quand il m'a pris à part et m'a tranquillement demandé de ne pas le mentionner jusqu'à ce que tout le monde soit allé.

Une fois que nous étions seuls, l'officier a fermé la porte, a fait un saut à son coffre-fort, et en a retiré un volumineux rapport. C'était le rapport standard de l'US Air Force avec le formulaire qui est employée pour tous les rapports de renseignement, y compris pour les rapports OVNIS. L'officier m'a dit que c'était la seule copie existante. Il a dit qu'il lui avait été ordonné de détruire toutes les copies, mais qu'il en avait sauvé une pour que je lise.

Avec une grande curiosité, j'ai pris le rapport et ai commencé à lire. Que s'était-il donc passé sur cette base?

A Environ dix heures le matin, un jour, quelques semaines avant, un radar près de la base avaient détecté une cible non identifiée. C'était un écho étrange parce qu'il est arrivé très rapidement - environ 700 milles par heure - et alors ralenti à environ 100 milles par heure. Le radar a prouvé que c'était localisé au Nord-Est du terrain d'aviation, au-dessus d'un secteur peu utilisé.

Malheureusement la station de radar n'avait aucun équipement pour déterminer les altitudes. Les opérateurs connaissaient la direction de la cible et sa distance à la station mais pas son altitude. Ils ont signalé la cible, et deux F-86 ont été dépêchés.

Le radar a détecté les F-86 peu après qu'ils aient décollé, et avait commencé à les diriger vers la cible quand celle-ci a commencé a disparaître de l'écran radar. Alors plusieurs opérateurs ont pensé que la faiblesse du signal a été provoqué par l'altitude de la cible qui est sûrement passée en-dessous du rayon de détection du radar. Certains autres opérateurs ont pensé que la cible s'affaiblissait au contraire parce qu'elle était trop haute.

Au cours de la discussion qui a suivi, les partisans de la théorie de la haute altitude l'ont emporté, et les F-86 ont été dirigés vers un palier de 40.000 pieds. Mais avant que les avions n'y parviennent la cible avait été complètement perdue sur l'écran radar.

Les F-86 continuèrent leur recherche à 40.000 pieds, mais ne purent rien trouver. Après quelques minutes le contrôleur du radar au sol a appelé les F-86 et leur ont demandé de redescendre l'un à 20.000 pieds, l'autre à 5.000 pieds, de continuer la recherche, les deux jets exécutèrent cette manoeuvre immédiatement.

Le deuxième pilote, qui descendait à 5.000 pieds, était juste décidé à se retirer quand il a noté un flash au-dessous et en avant de lui. Il a réduit son piqué et s'est dirigé vers le point où il avait vu la lumière. Pendant qu'il y arrivait il a soudainement pensé que ce qu'il avait vu était un ballon météo. Il réalisa quelques secondes plus tard que ce ne pouvait pas être un ballon parce qu'il restait en avant de lui. Un sacré exploit pour un ballon, puisque son F-86 avait accumulé une grande vitesse dans son piqué et maintenant volait presque en ligne droite, à 3.000 pieds et volait à Mach 1.

Encore une fois, le pilote a abaissé le nez du F-86 et a poursuivi l'objet. Il s'est rapproché assez rapidement, jusqu'à ce qu'il soit parvenu à 1.000 yards environ. Maintenant il pouvait voir correctement l'objet. Bien qu'il ait ressemblé un ballon vu d'en haut, cette meilleure vue lui a prouvé que l'objet était circulaire, en forme de soucoupe volante. Le pilote l'a décrit comme qu'étant "comme un beignet sans trou (like doughnut without a hole)."

Alors que son approche se réduisait, le pilote a compris que l'objet prenait de la vitesse. Il a alors commencé à suivre. Maintenant il était juste sur la piste.

Cette fois le pilote a commencé à s'inquiéter. Que devait-il faire? Il a essayé d'appeler son partenaire, qui volait au-dessus de lui quelque part dans le secteur à 20.000 pieds. Il a appelé deux ou trois fois mais ne put obtenir aucune réponse. Il ensuite a essayé d'appeler le contrôleur radar mais il était trop bas pour que sa radio porte jusque là. Une fois de plus il a contacté son partenaire à 20.000 pieds, mais toujours sans succès.

Il avait suivi l'objet pendant environ deux minutes et pendant ce temps avait comblé l'espace entre eux à approximativement 500 yards. Mais c'était seulement momentané. Soudainement l'objet a commencé à écarter, lentement au début, puis plus rapidement. Le pilote, se rendant compte qu'il ne pourrait pas le rattraper, se demandait ce qu'il devait faire.

Quand l'objet s'est éloigné d'environ 1.000 yards, le pilote a soudainement prit sa décision - il a fait la seule chose qu'il pourrait faire pour arrêter l'OVNI. Il était dans la position d'un David faisant bataille avec un Goliath, mais il a devait tenter sa chance. Il arma rapidement ses canons, et commença à tirer. Un instant plus tard l'objet fila droit vers le haut et en quelques secondes il était parti. Le pilote s'est élevé à 10.000 pieds, a appelé l'autre F-86, cette fois avec succès. Ils se sont rejoints en altitude et se sont dirigé vers leur base.

Dès qu'il eut atterrit et s'était garé, le pilote du F-86 est rapporta son histoire à son commandant d'escadron. Le seul fait qu'il avait déclenché ses armes était suffisant pour exiger un rapport détaillé, selon toutes les règles établies. Mais les circonstances dans lesquelles les canons sont entrés en action ont créé des remous importants à la base ce jour-là.

Après que le commandant d'escadron ait entendu l'histoire de son pilote, il a appelé le commandant de groupe, le colonel, et l'officier du renseignement. Ils ont écouté le récit du pilote.

Pour une raison obscure il y eut un " désaccord de personnalité, " selon l'officier du renseignement, entre le pilote et le commandant d'escadron. C'était évident, selon le rapport je lisais, parce que le commandant d'escadron a immédiatement commencé à démolir l'histoire et à accuser le pilote d'avoir "craqué" ou d'avoir juste de "tirer au canon dans le vide puis inventé une histoire abracadabrante pour se justifier".

D'autres pilotes dans l'escadron, des amis du pilote accusé - comprenant l'officier du renseignement et un chirurgien - se sont rassemblés pour "témoigner." Tous ces hommes se rendaient compte du fait que dans certains cas un pilote peut "paniquer" sans aucune raison valable, mais tous dirent ne voir aucun symptôme de panique dans le cas de notre pilote malheureux.

Aucun, excepté le commandant d'escadron. Il s'est entêté dans l'idée que le pilote était "psychopathe" - et utilisé quelques exemples de ce que le rapport a appelé "des incidents mineurs" pour justifier sa position.

Enfin le pilote qui avait volé avec l' "accusé" a été convoqué dedans. Il a dit qu'il avait surveillé le canal par radio tactique mais qu'il n'avait entendu aucun appel venant du bas depuis le F-86 de son partenaire. Le commandant d'escadron a triomphalement sauté sur ce point, mais le pilote accusé admit qu'il était si tendu qu'il pouvait ne pas avoir été sur le bon canal. Mais quand lui a été demandé s'il avait vérifié ou changer le canal après qu'il ait perdu l'objet et avant qu'il soit finalement entré en contact avec l'autre F-86, il ne put pas se le rappeler.

A ainsi fini l'interrogatoire du pilote.

L'officier du renseignement a préparé son rapport d'observation d'OVNI, mais à la dernière minute, juste avant l'envoyer, on lui a dit de ne pas le transmettre. Il était peu mécontent du tour que prenaient les événements, ainsi il est aller voir pourquoi le commandant de groupe avait décidé de retarder l'envoi du rapport au Projet Blue Book.

Ils ont parlé des réactions possibles au rapport. S'il était publié il causerait beaucoup d'excitation, peut-être inutilement. Cependant, si le pilote avait vu réellement ce qu'il prétend, il était extrêmement important de faire parvenir le rapport à l'ATIC, immédiatement. Le commandant de groupe a dit qu'il prendrait sa décision après un entretien avec son officier exécutif. Ils ont décidé de ne pas envoyer le rapport et ont ordonné sa destruction.

Quand j'ai fini la lecture, le commentaire de l'officier du renseignement fut; "qu'en pensez-vous?"

Puisque l'évaluation du rapport a semblé s'articuler sur des conflits entre des personnalités que je ne connais pas, je ne pouvais risquer aucune opinion, sauf que l'incident a généré un des rapports OVNI les plus fascinants que j'ai jamais vu. Ainsi j'ai renvoyé la balle et lui ai demandé ce qu'il en pensait lui-même.

"Je connais les personnes impliquées," a-t-il répondu, "et je ne pense pas que le pilote soit fou. Je ne puis pas vous donner le rapport, parce que le Colonel m'a dit de le détruire. Mais j'ai pensé que vous devez savoir." Par la suite, il a brûlé le rapport.

Capitaine Edward J. Ruppelt,
Ancien Directeur du Projet Blue Book.

Information supplémentaires sur ce cas:

En janvier 1998 la veuve du Capitaine Ruppelt avait donné au Center for UFO Studies à Chicago une grande quantité de documents. Certains contiennent des informations intéressantes sur ce cas:

LT. GLENN PARRISH:

Cet officier tient un place essentielle dans l'histoire des OVNIS parce qu'il était l'officier du renseignement de la trente-quatrième Division de défense aérienne à Albuquerque où le Colonel Methany était le commandant en chef. Parrish a établi certains des meilleurs rapports OVNI que nous avons reçu et il est l'homme qui m'a montré le rapport sur le pilote qui a tiré sur un OVNI. Avec tous les rapports d'observations valides que Parrish nous a envoyé, il n'était pas un "croyant". Mais il a estimé que les rapports étaient assez importants pour justifier des investigations soigneuses.

En plus de ce qui précède, Parrish était l'intermédiaire pour les rapports des gens qui travaillaient dans le nucléaire rayonnement à Los Alamos. Nous avons eu la plupart de nos réunions dans le bureau de Parrish, ou le bureau du Colonel Methany à Kirtland AFB.

Parrish n'a pas eu affaire avec le Dr. Lincoln La Paz à Albuquerque. Encore un fois, il était l'intermédiaire, en quelque sorte. Un agent spécial du bureau de l'OSI à Kirtland était l'homme qui a effectué la majeure partie de notre travail de contact avec La Paz. Cet agent, dont j'ai oublié le nom, était convaincu que les "Lumières vertes" étaient réellement une "grosse affaire", et lui et La Paz étaient toujours dehors à étudier quelque chose. Puisque l'Armée de l'Air a considéré que les "Lumières vertes" ne présentaient aucune menace, il a fait tout de ceci sur son propre temps privé, mais il utilisait les contacts et l'équipement de l'Armée de l'Air.

Ed Ruppelt

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 25 janvier 2001.