Exoplanètes -> Science -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Exoplanètes:

Les images optiques directes d'exoplanètes:

Note importante:

Il y a de prétendus sceptiques qui, probablement par colère envers le sujet des OVNIS ou de l'intelligence extraterrestre, disent qu'il n'y a aucune planète ressemblant à la Terre dans notre univers, pour la seule raison que la plupart des planètes extrasolaires découvertes sont beaucoup plus massives que notre Terre.

La raison pour laquelle la plupart du temps, et jusqu'à il y a peu, seules des planètes massives avaient été trouvées est qu'elles sont le type de planètes que la technologie actuelle a pu d'abord détecter.

Des mondes extrêmements massif produisent de bien plus grand effets sur leur étoile parente, et fournissent de plus grandes images, alors qu'il est toujours très difficile de trouver de petites planètes.

Il y avait, et il n'y a toujours, aucun motif rationnel de prétendre que les planètes massives sont les seules ou qu'elles constituent la majorité des planètes dans la galaxie, parce qu'actuellement, tous les instruments et méthodes de détection de planètes sont biaisés en favorisant les détections des planètes les plus grandes, et ne peuvent que manquer de détecterla plupart des planètes plus petites.

Bien que cette page ne soit pas concernée par ceci, car cette page traite seulement de phoptographies de planètes extrasolaires détectées optiquement, en incluant des détections fausses et de simples candidats, des systèmes avec de multiples planètes assez semblables au nôtre, et des planètes de type terrestres ont été également déjà été détectées en date de 2005, simplement non pas par l'intermédiaire de systèmes optiques mais par l'intermédiaire d'autres méthodes.

La question restante est seulement combien de planètes sont massives et combien sont semblables à la Terre; cette question ne peut pas encore avoir de réponse, elle ne peut pas du tout avoir comme réponse une position pseudo-sceptique que les planètes semblables à la Terre n'existent pas ou sont rares.

A ce sujet, les scientifiques ont estimé, basé sur les découvertes et les connaissances courantes en date de 2005, qu'il peut raisonnablement y avoir de l'ordre de 30 milliards de planètes comme la Terre dans notre galaxie. (Il y a plus de 100 milliards d'étoiles dans notre galaxie).

HR8799 - Trois planètes géantes, image d'un système planétaire, 2008:

HR8799

HR8799 est une étoile avec une masse d'environ 1,5 fois celle de notre propre soleil, à environ 130 années-lumière du soleil. En novembre 2008, le télescope de 10 mètres Keck à Hawaï a capturé en infrarouge trois planètes géantes satellisant cette étoile (a b c sur l'image). Ces planètes sont à 24, 38, et 68 unités astronomiques de l'étoile, et les masses sont estimées à partir de leur luminosité et de l'âge du système comme entre 5 et 13 fois celle de Jupiter. Le télescope Gemini North de 8-mètres les a confirmées en capturant une image semblable. Bien que les trois planètes soient toutes plusieurs fois de la masse de Jupiter, la découverte qu'il y a des systèmes planétaires avec plusieurs planètes géantes placées loin de l'étoile comme le nôtre, avec la possibilité de planète de type Terre à des orbites plus proches juste comme notre propre système.

HR8799 - Trois planètes géantes, première image d'un système planétaire, 2008:

GQ LUPI B - 2005:

GQ Lupi B

Crédit: (NACO/VLT) - Photo PR de l'ESO 10a/05 - "Le companion sub-stellaire de GQ Lupi" - Légende: "La photo 10a/05 R.P. de l'ESO montre l'image de VLT NACO, prise dans la bande Ks, de GQ Lupi. Le point de lumière faible à la droite de l'étoile est le compagnon froid nouvellement trouvé. Il est 250 fois plus faible que l'étoile elle-même et il est localisé 0.73 d'arc secondes à l'ouest. A la distance de GQ Lupi, ceci correspond à une distance d'approximativement 100 unités astronomiques. Le nord est en haut et l'Est est vers la gauche."

La photographie est le résultat d'un travail mené par Ralph Neuhaeuser de l'Observatoire de l'Université et de l'Institut d'Astrophysique (AIU).

L'étoile GQ Lupi est semblable à une jeune version de notre soleil, elle a seulement environ 1 million d'années et elle a 70% de la masse de notre soleil. Une équipe d'astronomes européens l'observe depuis 1999. Ils ont réalisé trois images à l'aide du Très Grand Télescope (VLT) de l'Observatoire Méridional Européen (ESO) au Chili. Le télescope spatial Hubble et le télescope japonais Subaru ont chacun contribué d'une image, également.

L'étoile GQ Lupi fait partie d'une région d'étoiles en formation à environ 400 années-lumière de distance.

La planète, dont on a alors pensé qu'elle devait avoir une à deux fois la masse de Jupiter, est clairement liée à l'étoile par la gravitation: la séparation entre l'étoile et la planète n'a pas changé de 1999 à 2004, ce qui signifie qu'ils sont proches dans le ciel.

La chaleur de la planète, 2000 degrés Kelvin, la rend seulement 156 fois moins lumineuse que son étoile, ce qui a facilité sa visibilité au sein de la lueur de son étoile, comparé à des planètes plus froides. En outre, la planète est très loin de son étoile, à environ 100 fois la distance entre la terre et le soleil, ou trois fois plus loin de GQ Lupi que Neptune n'est loin de notre soleil. Cela a été un autre facteur aidant à séparer la lumière des deux objets.

La période orbitale de la planète est estimée à approximativement 1.200 ans indiqués par sa distance à son étoile et sa masses, ainsi son mouvement orbital n'est pas encore détecté.

Cependant, selon Astro News Brief, un site Web par des gens du magazine Sky and Telescope, Neuhauser et ses collègues auraient rédigé un nouveau papier suggérant que l'objet en question pourrait avoir pas moins de 42 fois la masse de Jupiter, et dans ce cas-ci ce n'est plus par définition une planète mais une étoile de type nain brune; cependant je n'ai pas encore pu trouver de confirmation de cette nouvelle information.

Compagnon planétaire de 2M1207 - 2005:

GQ Lupi B

Crédit: (VLT/NACO) - Photo PR de l'ESO 14a/05 - "La naine brune 2M1207 et son compagnon planétaire" - Légende: "La première planète en dehors de notre système solaire à avoir été photographiée orbite autour d'une naine brune (centre-droit) à une distance qui est presque deux fois celle entre Neptune et le soleil. La photo est basée sur trois clichés dans le proche-infrarouges (dans les bandes H, K et L) à l'aide du système d'optique adaptative du NACO au télescope de 8.2-m VLT Yepun à l'observatoire de l'ESO à Paranal."

Un groupe d'astronomes sous direction Européenne a photographié ce qui semble être un faible point de lumière rouge qu'ils pensent être une jeune planète géante un peu comme Jupiter en orbite autour de 2M1207, une étoile ratée connue comme étant une naine brune, âgée de seulement 8 millions d'années, 25 fois plus lourde que Jupiter et 42 fois moins massifs que notre soleil, située à 230 années-lumière de distance.

L'objet est environ cinq fois plus massif que Jupiter. Une analyse de ses émissions a permis d'y découvrir de l'eau, de qui suggère que sa masse soit dans la gamme des planètes plutôt que celle des étoiles. Il y fait très chaud, quelques 1.000 degrés Celsius.

L'objet satellise son étoile depuis une distance 55 fois plus grande que celle de la terre au soleil, ou environ deux fois de la distance de la Terre à Neptune. Il est catalogué comme planète de par la présence de l'eau, et en raison de sa masse de 5 Jupiters.

L'équipe de recherche a été dirigée par Gaël Chauvin de l'ESO et la photographie a été faite à l'observatoire de l'ESO à Paranal au Chili avec une caméra infrarouge, qui enregistre la chaleur plutôt que la lumière visible.

Compagnon de AB Pictoris - 2003:

GQ Lupi B

Crédit: (VLT/NACO) - Photo PR de l'ESO 14d/05 - "L'étoile AB Pictoris et son compagnon" Légende: la Photo PR de l'ESO 14d/05 est une image coronarographique de AB Pictoris montrant son minuscule compagnon (en bas à gauche). Les données ont été obtenues le 16 mars 2003 avec le NACO du VLT, utilisant un masque d'occultation de 1.4 secondes d'arc pour cacher AB Pictoris."

Ab Pictoris est probablement un compagnon plus petit qu'une naine brune satellisant son étoile parente à une distance équivalente à 270 fois la distance du soleil à la terre, très loin de son étoile donc, environ 9 fois plus loin de AB Pictoris que Neptune ne l'est du soleil, et à environ 150 années lumières de la terre.

Elle a été photographiée pour la première fois en mars 2003, a une luminosité proche de l'infrarouge et avec un spectre qui indique un objet léger et frais. Les calculs des patterns de son évolutions indiquent une masse de 13 à 14 fois celle de Jupiter, avec une température d'environ 1700 degrés Kelvin.

Comme la limite actuellement admise entre une planète de masse élevée et les plus petites étoiles de type naines brunes est de 13.6 masses de Jupiter, le compagnon nouvellement découvert se trouve donc à la frontière exacte entre ces deux classes d'objets, les planètes et les étoiles de type naines brunes.

TMR1, une fausse alerte:

Hubble picture

Cette photo infrarouge du télescope spatial Hubble aurait pu contenir la première image directe d'une planète extérieure à notre propre système solaire. L'image montre une double étoile rès jeune située à environ 450 années-lumière vers la constellation de Taureau. Cataloguée comme TMR-1, ce système binaire est encore enfoncée dans le nuage de la poussière qui l'a formé. Un filament s'étend du système binaire vers le gauche inférieur et des points vers la tache de la lumière représentant la candidate. Les astronomes ont pensé que cette planète a été gravitationellement éjecté, le filament traçant le chemin vers son lieu actuel à environ 1500 fois la distance Terre Soleil du système d'étoile parent. Des modèles ont suggéré que la planète et le système binaire aient de seuls 300.000 ans, avec la planète ayant une masse environ de 2 à 3 Jupiters. Mais les futures observations pour rechercher le mouvement continu de fuite de la planète et les signatures spectrales n'ont pas confirmé la nature planétaire de cet objet.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 30 décembre 2008