Europe -> Exobiologie -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Exobiologie

La vie sur Europe?

En août 2000, les observations confirment l'existence d'un océan sous les glaces d'Europe, une des lunes de Jupiter. Au fur et à mesure des progrès de l'astronomie, Europe apparaît de plus en plus clairement comme un très bon candidat pour des formes de vies extraterrestres. Ces pages vous permettent de rester informés.

Europe

Les nouvelles d'Europe:

Le télescope spatial Hubble repère de nouveau un geyser sur Europe:

Une étude publiée dans The Astrophysical Journal Letters en avril 2017 indique que des scientifiques utilisant le télescope spatial Hubble ont de nouveau trouvé ce qui est probablement un panache émis d'Europe.

Après avoir repéré le panache apparue en 2014, les scientifiques de 2016 l'ont revu au même endroit, une région particulièrement chaude d'Europe où des fissures se produisent dans la croûte glaciaire.

L'études jette les bases de la mission Europa Clipper, qui devrait être lancée dans les années 2020. La mission va périodiquement passer devant Europe pour recueillir des données et étudier l'océan souterrain.

James Green, directeur de la Division de Science Planétaire de la NASA, a déclaré: "S'il y a des panaches sur Europe, comme nous le soupçonnons fortement, avec Europa Clipper, nous serons prêts pour eux."

Le télescope spatial Hubble repère de possibles colonnes de vapeur d'eau jaillissant d'Europe:

William Sparks du Space Telescope Science Institute (STScI) à Baltimore, Maryland, USA, et son équipe, à l'aide du télescope spatial de la NASA Hubble ont pris des images de ce qui peut fort bien être des jaillissements de vapeur d'eau partant de la surface de la lune de Jupiter Europe.

Les images ont montré des projections en forme de doigts tandis qu'Europe passait devant Jupiter.

On estime que ces colonnes montent à environ 200 kilomètres avant de, vraisemblablement, faire pleuvoir leur matériel sur la surface d'Europe.

Europe a un océan global énorme contenant deux fois autant l'eau que tous les océans de la terre, mais il est sous une couche de glace extrêmement froide et dure d'épaisseur inconnue.

Le but original de la mission d'observation de l'équipe était de déterminer si Europe a une atmosphère, ou une exosphère mince et prolongée. En utilisant la même méthode d'observation que celle utilisée pour détecter les atmosphères autour des planètes satellisant d'autres étoiles, l'équipe s'est rendue compte que s'il y avait de la vapeur d'eau venant de la surface d'Europe, cette observation serait une excellente manière de la voir.

L'équipe a observé Europe passer devant Jupiter en 10 occurrences séparées sur une période de 15 mois, et a observé les jaillissements suspectés lors de trois de ces observations.

En 2012, une équipe menée par Lorenz Roth du Southwest Research Institute à San Antonio, Texas, USA, avait déjà détecté des indications de vapeur d'eau jaillissant de la région polaire sud d'Europe et atteignant plus de 160 kilomètres dans l'espace. Bien que les deux équipes aient utilisé des spectrographes du télescope spatial Hubble, chacune a employé une méthode totalement indépendante pour arriver à la même conclusion.

Sparks a indiqué: "Quand nous calculons d'une manière complètement différente la quantité de matériel qui serait nécessaire pour créer ces raies d'absorption, le résultat est très semblable à ce que Roth et à son équipe avaient trouvé. Les évaluations pour la masse sont semblables, les évaluations pour la taille des colonnes sont semblables. La latitude de deux des jaillissements candidats que nous voyons correspond à leurs travaux antérieurs."

Ces jaillissements offrent le moyen à de futures missions vers Europe de prélever de l'eau de son océan sans devoir forer à travers des kilomètres de glace.

Geoff Yoder, administrateur temporaire associé pour la direction des mission de Science de la NASA à Washington D.C, a indiqué:

"L'océan d'Europe est considéré un des endroits les plus prometteurs qui pourraient potentiellement héberger la vie dans le système solaire. Ces jaillissements, s'ils existent bien, peuvent fournir une autre manière de prélever la sous-surface d'Europe."

Confirmation de l'océan liquide sous la glace d'Europe:

Des données recueillies par la NASA via la sonde Galileo montre qu'Europe, satellite de Jupiter, contient bien de l’eau sous forme liquide.

Dans une zone très active, la glace qui recouvre le satellite effectue d’importants échanges avec un océan qui se trouve juste au-dessous.

Le résultat de novembre 2011 renforce l'idée déjà admise qu’une vie serait possible sur Europe, disent les chercheurs dirigés par Mary Voytek, chef du programme d’astrobiologie de la Nasa, dans la revue scientifique Nature qui publie leur étude.

La russie veut se joindre au programme européen pour la recherche de la vie sur Europe:

L'agence de nouvelles Interfax, Moscou, a rendu compte le 7 janvier 2008, que la Russie projette de participer à une mission européenne pour étudier la lune de Jupiter Europe et pour y rechercher des formes de vie simples.

Le chef de l'Institut des Recherches Spatiales, Lev Zelyony, a dit que la Fédération de la Russie doit participer au programme Laplace de l'Agence Spatiale Européenne (ESA) qui se déroulera pendant les années 2015 à 2025.

Il a dit que le travail principal est d'explorer "Europe, sur laquelle, sous une couche épaisse de glace, un océan d'eau liquide a été détecté."

Il a suggéré de faire atterrir un engin dans une des fissures de la croûte glaciale d'Europe, de sorte que l'engin fonde une partie de la glace et recherche des formes de vie.

Il a dit: "Là où il y a un océan, la vie pourrait surgir. A cet égard, après Mars, le satellite Europe est probablement l'endroit le plus intrigant dans le système solaire."

Une nouvelle idée augmente les chances de trouver de la vie sur Europe:

Jerome Borucki, du centre de recherches Ames de la NASA en Californie et ses collègues, en simulant les impacts de météorites sur les océans congelés d'Europe ont fait une découverte qui augmente les chances de trouver la vie sur cette lune de Jupiter. Il a publié leur article dans le Journal of Geophysical Research - Planets, Vol 107, page 24.

Ils ont tiré des balles d'aluminium dans un bloc de glace et ont constaté que quand la balle effectue l'impact, des sondes incorporées dans la glace ont détecté une décharge électrique. On a observé une seconde décharge électrique beaucoup plus importante quelques instants plus tard.

Une couche de glace épaisse de probablement une vingtaine de kilomètres emballe la surface d'Europe et les scientifiques spéculent que de l'eau liquide - et donc la vie - pourraient se trouver dessous. Les preuves de la présence de molécules de base pour la vie sont données par les taches jaune-brunes vues sur la glace par la sonde Galileo.

Ron Greeley, un scientifique spécialisé en planétologie à l'université de l'Etat de l'Arizona a déclaré: "Europe est une cible a priorité élevée pour l'exploration spatiale parce que les ingrédients principaux pour la vie semblent s'y trouver. Mais même si vous avez les ingrédients, la question est, y a-t-il une étincelle qui crée les premières molécules organiques?"

Les expériences de tir de Borucki suggèrent que des impacts de météorite pourraient fournir cette étincelle. Il a dit au New Scientist que la décharge électrique n'avait pas été détectée jusqu'alors parce que personne n'avait mis de sondes au-dessous d'un cratère d'impact avant. L'équipe pense que le courant est provoqué par le mouvement des protons dans les fissures qui se créent dans la glace.

Dans les années 50, Stanley Miller, maintenant à l'Université de Californie à San Diego, a montré qu'en tirant un courant électrique à travers un mélange d'eau, de méthane et d'ammoniaque crée des molécules organiques complexes. Les acides aminés, éléments de base des protéines, se trouvaient parmi les produits créés.

Le méthane et l'ammoniaque sont susceptibles d'être présents dans la glace d'Europe et l'énergie envoyée dans la glace par un impact de météorite la fera fondre. En frappant ce mélange avec une décharge électrique, dit Borucki, les molécules complexes devraient se former.

Mais ceci doit toujours être examiné en laboratoire. Jusqu'ici les expériences ont employé seulement de la glace d'eau pure, refroidie à un -196°C pour simuler les conditions sur Europe.

Les balles utilisées avaient environ un centimètre de diamètre et ont été tirées dans la glace à une vitesse de six kilomètres par seconde. C'est l'équivalent d'un astéroïde d'un kilomètre de large tombant sur la lune à environ 24 km/s.

"Nous voyons plusieurs cratères très grands sur Europe, et il aurait eu beaucoup d'énergie associé à ceux," commente Greeley. "Ces nouveaux résultats sont passionnants."

Ce que ces travaux n'indiquent pas:

Les taches jaunes-brunes qui sont indiquées comme preuves de la présence de molécules organiques de base sur Europe ne sont pas de simples taches de surface. Ce sont des stries allongées correspondant exactement aux nombreuses craquelures gigantesques qui traversent la glace de la surface d'Europe et qui elles-mêmes sont indicatrices de la présence d'un océan d'eau liquide sous la glace. Ces matériaux riches proviennent donc d'en dessous de l'océan et arrivent à la surface en jaillissant par le jeu des plaques de glace entre elles. Ceci suggère que les choses les plus intéressantes proviennent de sous la couche de glace. (Un autre scientifique est allé jusqu'à suggérer récemment que la spectroscopie de ces stries sombres correspond à celle de restes bactériens plus qu'à celle de simples molécules de base.)

Ceci permet de dire qu'il y a déjà un mécanisme interne de réchauffement des couches d'eaux profondes, qui en sont liquéfiées et que la fonte provoquée par l'impact de météorite est simplement additionnel.

D'autre part, ce réchauffement sous la glace et les craquements dans la glace de la surface sont causés de façon quasiment certaine par les forces de marées importantes à laquelle Europe est soumise du fait de sa proximité avec la planète géante Jupiter. Europe se déforme littéralement et ce de façon importante. Ceci pourrait peut-être suffire à ce que des décharges piézo-électriques existent au fond de son océan liquide et créent les molécules complexes et acides aminés tel que Miller le propose.

Egalement, je pense qu'une mission de retour d'échantillons de surface, qui serait bien plus facilement et rapidement réalisée que ces missions qui se proposent de sonder les eaux liquides sous la glace, et à condition de rapporter spécifiquement les matériaux sombres déposés sur les craquelures de la glace, seraient un pari audacieux mais potentiellement très payant.

Europa

A gauche: Dans cette image en fausses couleurs prise par la sonde spatiale Galileo, des arêtes et des terrains bruns-rougeâtres indiquent la présence de contaminants dans la surface glaciale d'Europe.

C'est suffisamment de preuve qu'il y a des matériaux échangés entre la croûte glaciale et l'océan sous la glace, disent les chercheurs. J'ajoute que c'est suffisamment de preuve que une part de ces matériaux proviennent de sous la glace et remontent à la surface, ce qui justifie l'intérêt des exobiologistes pour l'océan situé sous la couche de glace.

Des chasseurs de météorites trouvent cinq fragments originaires de Mars:

Explorant les endroits les plus froids et les plus chauds sur Terre, des chasseurs de roches de l'espace ont trouvé cinq nouvelles météorites martiennes, portant le nombre de roches martiennes connues à 24. Les planétologues montrent un vif intérêt pour les rares météorites martiennes, dont certaines ont offert des indications frappantes sur la présence d'océans ou de vie sur Mars par le passé. La découverte concerne en fait six fragments, mais deux sont présumés être des gros morceaux de la même météorite. L'une de ces deux pèse près de 13,7 kilogrammes, et est le deuxième plus grand fragment de météorite de Mars jamais récupéré, ont dit cette semaine les scientifiques de la NASA.

Des scientifiques appliquent la dynamique hydrothermale à Europe:

La taille des dômes de glace et le mouvement des plaques de glace sur la surface d'Europe, sont conformes à ce qu'on pourrait compter de la fonte provoquée par des cheminées hydrothermales dans un océan sous la glace, indiquent les océanographes John Delaney de l'Université de Washington et Richard Thomson de Fisheries and Oceans, Canada.

Si des cheminées de passages hydrothermiques contribuent au réchauffement de l'océan d'Europe, selon l'évaluation de Delaney et de Thomson, la surface gelée de l'océan peut être de 3 à 5 kilomètres de profondeur moyenne - au lieu des 20 kilomètres estimés par certains. Et cela rend encore plus possible que les chercheurs puissent trouver des micro-organismes vivant dans les fluides sur Europe, comme ils le font ici sur Terre.

Le modèle de Delaney et de Thomson, le premier à appliquer ce qui est connu au sujet de la dynamique des cheminées sur Terre et à l'appliquer à Europe, fut le sujet d'une publication scientifique l'année dernière dans le Journal of Geophysical Research et d'une présentation lors de la réunion de décembre de l'American Geophysical Union.

La possibilité de la vie sur Europe à fait partie d'une présentation de Delaney, "volcan, océan et vie dans le système solaire," conférence publique et gratuite du 23 janvier.

Parmi les scientifiques intéressés par Europe, un certain nombre pensent que les forces de marée produites par la gravité entre Jupiter, Europe et les satellites voisins Io et Ganymède causent des frottements et des fontes de la croûte glaciale d'Europa. Delaney, Thomson et d'autres présument que les forces de cisaillement des marées agit sur le noyau rocheux d'Europa, produisant de la chaleur et du magma.

Le modèle de Delaney et Thomson est le premier à:

Si la fonte sur la surface d'Europe est provoquée en partie par des évents des régions du plancher de l'Océan chauffées par le magma, il est possible que certains des matériaux foncés observés sur la surface d'Europe, que l'on estime être des sels et acides sulfuriques hydratés, soient des restes des évents chargés de particules provenant du fond de l'océan.

Delaney indique qu'une meilleure compréhension des relations entre les processus tectoniques sur notre propre planète et la vie microbienne qui s'épanouit près des failles, fissures, et structures de passage et sous la croûte de terre nous aidera à chercher la vie sur d'autres planètes et satellites.

Publication dans "Nature" à propos des extrémophiles:

Diverses sources annoncent que des chercheurs américains ont découvert dans une source d'eau chaude dans les entrailles de la Terre une communauté unique de microbes qui prospère sans lumière ni oxygène. Ceci n'est plus totalement une vraie une nouvelle, toutefois le magazine scientifique "Nature" reprend maintenant ce types de découvertes, et celle ci apporte des enseignements supplémentaires.

Les scientifiques estiment que ce genre d'organisme pourrait ressembler à ce que pourrait être éventuellement la vie sur une planète moins favorisée que la Terre. Ces organismes unicellulaires, appelés Archaea, croissent en consommant l'hydrogène produit par l'eau chaude au contact de la roche à 180 mètres de profondeur dans les montagnes de Beaverhead dans l'Idaho, au nord-ouest des Etats-Unis. Ils produisent un peu de méthane, sous-produit de leur étrange métabolisme.

Ce n'est pas la première fois que l'on découvre des spécimens d'Archaea mais ceux de l'Idaho ne ressemblent à rien de connu.

On a longtemps estimé que la vie sur Terre ne prospère qu'en présence d'eau, d'oxygène, de lumière et de carbone organique. Mais les "conditions de vie" sur les autres planètes - et peut-être même au-delà du système solaire - sont beaucoup moins hospitalières. Alors, les microbes de l'Idaho pourraient être similaires à ce qui pourrait grouiller sous le sol calciné de Mars ou sous les épais glaciers d'Europa, l'une des lunes de Jupiter.

Des microbes de cette nature ont été le sujet de spéculations pendant plus de trente ans. Mais les trouver était une autre affaire. Rien que pour cette étude, une équipe de sept chercheurs, dirigée par le géochimiste Francis Chapelle de l'US Geological Survey, a passé plus de dix ans à rechercher des sites prometteurs.

Certains endroits, telles que les sources sulfureuses chaudes au fond de l'océan abritent des formes de vie aussi riches qu'étranges. Mais elles ne sont pas totalement privées de carbone organique, des particules de végétaux en putréfaction se déposant sur les fonds marins et apportant ainsi de la nourriture.

La région volcanique du Yellowstone dans l'Idaho, qui abrite 80% des geysers et la moitié des sources géothermales répertoriés dans le monde, a semblé particulièrement intéressante à cet égard. Les auteurs de l'étude recherchaient en effet un environnement souterrain avec de l'eau mais sans lumière, ni oxygène et ni carbone d'origine organique.

Une fois un site retenu, ils ont descendu leurs instruments jusqu'à des sources dont la température atteignait 58 degrés Celsius. Les microbes ont été capturés avec des filtres.

Les chercheurs en question estiment ne plus en être à chercher à savoir s'il existe de la vie sur Mars ou ailleurs. "La question est plutôt est-ce que la vie est née sur place ou est-ce qu'elle a été transplantée depuis la Terre?", s'interroge le professeur Bruce Jakosky de l'université du Colorado, lui-même spécialisé dans les sciences de la terre.

En réalité nous avions déjà pu apprendre deux choses essentielles: la vie survit pendant au moins des millions d'années à l'état latente dans des conditions totalement défavorable, telles que dans des appareils humains déposés sur la Lune, dans des météorites, dans les couches géologiques profondes, d'une part, et d'autre part, dans tous les lieux ou existe de l'eau liquide, la vie prospère même en l'absence de carbone d'origine organique et d'oxygène, pour peu qu'il y ait des possibilités de réactions chimiques.

Voir Chapelle, F. H. "A hydrogen-based subsurface microbial community dominated by methanogens", Nature, 415, 312 - 315, (2002).

Encore une indication d'eau liquide sur Callisto également:

Robert Roy Britt publie sur space.com une indication de plus de la présence d'un océan sous les glaces de Callisto:

"Frappez une planète ou une lune d'un côté avec par exemple une roche géante de l'espace, et vous créerez un terrain cannelé et accidenté du côté opposé autour d'un point appelé l'antipode. Ces caractéristiques sont observées sur Mercure et sur la Lune et sont créées quand des ondes séismiques agissent en un foyer. Cela ne s'est pas produit, cependant, sur Callisto, satellite de Jupiter. Aux antipodes d'un énorme bassin d'impact appelé Valhalla il n'y a rien sauf un groupe de petits cratères. Aucunes cannelures. Aucunes collines. Les scientifiques de la NASA disent que ceci ajoute encore davantage de preuves à l'espérance que Callisto héberge un océan géant sous sa surface gelée. L'eau amortit les tremblements qui autrement fractureraient l'antipode. La conclusion a été faite récemment grâce à la sonde spatiale Galileo."

Formes de vie extrêmes sous les sols des océans:

Des études d'octobre 2001 concernant les microbes vivant à 300 mètres ou plus au-dessous des fonds océaniques de la terre et mangeant littéralement les roche vitreuses qui s'y trouvent ont démontré aux scientifiques que la vie sur Mars et Europa est une possibilité.

Les conditions minimales pour la vie sont poussées à l'extrême dans cet écosystème: ces microbes lithoautotrophes ont de l'eau, de la chaleur, et des aliments inorganiques qu'ils digèrent à partir des verres volcaniques dans le fond océanique. Ils absorbent de la silice et libèrent des acides produits par leurs processus métaboliques. Les activités de ces microbes libèrent des substances qui alimentent des animaux plus hauts sur les échelons de la chaîne alimentaire. Il va sans dire que les conditions sont extrêmes en termes de pression, température et absence de lumière solaire. Bien que très primitives, de telles formes de vie sont très résistantes, échappant à des catastrophes dues à des débris de comètes par exemple.

Evidemment des conditions aussi extrêmes ne manquent pas en dehors de notre Terre, et peuvent être trouvées sur Mars et sur Europa également. L'ADN des microbes de la Terre pourrait être comparée à ce qui sera trouvé sur Mars ou Europa, et nous saurons si les formes de vie, dans le système solaire au moins, pourraient avoir quelque ascendance commune.

Détection de bactéries non terrestres dans la stratosphère:

Le magazine de vulgarisation scientifique Français "Science et Avenir" rappelle et complète une nouvelle déjà reprise dans mon site le 24.11.2000.

Il s'agit de la découverte de bactéries d'origine extraterrestres dans des échantillons d’air stratosphérique recueillis par des collecteurs à bord de ballons.

Les collecteurs sont conçus par l’Indian Space Research Organisation (ISRO), les échantillon ont été d'abord analysés par une équipe d’astronomes de l’Université de Pune en Inde, et le Pr David Lloyd de l'Université de Cardiff a repris et confirmé ces analyses, qui montrent, grâce à un produit fluorescent à base de cyanine, la présence d’amas de cellules dans l’atmosphère à une altitude supérieure à 41 km. C'est la distribution des cellules et leur différence de taille qui ont été pour les chercheurs l'indication de leur origine extraterrestre. Ils ont estimé qu'environ une tonne de telles cellule parvient jusqu'à l'atmosphère terrestre tous les trois jours.

Les travaux ont maintenant été présentés par le Pr Chandra Wickramasinghe au congrès d'exobiologie de San Diego.

Outre le fait de confirmée la théorie de la panspermie élaborée vers la fin du 19e siècle par Lord Kelvin, selon laquelle des micro-organismes voyageraient dans l’espace sous forme de spores, ont peut en déduire que les cris d'alarmes de certains scientifiques quant à des risques de catastrophe microbienne en cas de retour d'échantillons de sol Martien pourraient ne pas être justifiés, et que la vie se propage librement au moins à l'intérieur du système solaire, rendant encore plus vraisemblable que l'on puisse trouver une vie au moins bactérienne en des lieux propices comme l'océan dissimulé sous la couche de glace de Europa, le satellite de Jupiter.

Eau liquide également sous la surface de Callisto:

Après l'observation d'un océan d'eau liquide sous la surface glacée de Europa, notamment, Javier Ruiz de l'université Complutense de Madrid publie dans la revue Nature ce mois une étude qui montre que Callisto a également une eau liquide sous sa surface.

Les données proviennent de la sonde américaine Galileo qui depuis 1995 survole à basse altitude les quatre plus gros satellites de Jupiter, Europa, Io, Ganymède et Callisto. La sonde a maintenant détecté un champ magnétique variable autour de Callisto, en conjugaison avec d'autres données et mesure cela implique selon l'étude la présence d'une étendue d'eau souterraine salée.

08.02.2001 Europa Focus Group:

L'Institut d'Astrobiologie de la NASA a permis la réunion de l'Europa Focus Group, des scientifiques spécialistes des questions planétaires, des glaces, des chimistes et des exobiologistes le 1 et 2 février au NASA Ames Research Center, qui ont salué la désignation d'Europa comme un objectif prioritaire pour la recherche de la vie sur d'autres planètes.

L'organisateur de l'atelier, Ronald Greeley, géologue planétaire à l'Arizona State University à Tempe déclara:

"Nous traitons d'un objet très intéressant. Surmonté d'une croûte salée, Europa semble porter un océan d'eau de 160 kilomètre de hauteur. Nous ne savons pas si c'est liquide ou non... mais en volume, cela fait plus d'eau que sur tous les océans de la Terre. Nous avons tout un ensemble d'organisme adorant l'eau salée ici sur Terre, nous en avons longtemps mésestimé l'importance, ils ne sont pas reconnus depuis très longtemps. Les eaux salées d'Europa pourraient être une niche écologique particulièrement favorable pour de tels organismes."

Jeff Kargel, un géologue de l'U.S. Geological Survey à Flagstaff, Arizona, a déclaré:

"Je dirais que je suis raisonnablement optimiste quant aux chances de trouver de la vie sur Europa, partout on l'on cherche la vie, et là où il y a de l'eau, on trouve la vie... et ceci inclut certain environnements aux conditions particulièrement extrêmes qui ressemblent à ceux que l'on pourrait trouver sur Europa. Europa nous force littéralement à creuser profond, à des endroits ou jusqu'à présent nous avons négligé de rechercher la vie, comme pour Mars."

08.29.2000 La vie prospère sous les glaciers:

Mark Schrope, de space.com, publie une information sur une nouvelle étude scientifique qui montre que non seulement la vie peut survivre sous des tonnes de glace, mais qu'elle prospère dans les jonctions quasiment gelées entre les glaces et le sol terrestre.

25.08.2000 Du JPL à la NASA:

Cette information à été diffusée sur la page d'accueil du site Internet du Jet Propulsion Laboratory.

Les chercheurs de la NASA ont des preuves très solides que l'une des lunes mystérieuse de Jupiter cache un océan d'eau liquide sous sa surface glacée. Ces preuves proviennent de mesure de magnétisme réalisées par la sonde Galileo de la NASA, publiées dans notre journal scientifique du 25 août 2000.

Europa, le quatrième satellite par la taille de la planète Jupiter a longtemps été soupçonnée d'abriter de vaste quantités d'eau. Comme la vie telle que nous la connaissons nécessite de l'eau liquide, cette découverte fait de cette lune un objectif prioritaire pour l'exobiologie, la science de la vie en dehors de la Terre.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 14 avril 2017.