Les Dropas -> Cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Les Dropas:

Est-il possible que des extra-terrestres aient atterri en Chine il y a très longtemps suite à l'écrasement de leur vaisseau spatial et s'y soient installés? Des scientifiques et des archéologues auraient étudié des tombes, des restes, et d'étranges objets, un ethnologue en a discuté avec leur descendants, un linguiste a traduit leur récit... Mais aucune étude récente ne s'est intéressée à cette affaire incroyable, qui pourrait bouleverser tout ce que nous croyons savoir de notre histoire et de notre place dans l'univers, et qui finalement ne servira qu'à servir de trame à un épisode de la série X-Files.

Une conférence de Hartwig Hausdorf:

Références:

La conférence est donnée Hartwig Hausdorf, l'auteur allemand de "Les OVNIS et les théories des Anciens Astronautes", le 9 Août 1997 à la maison de Lucy et Orlando Plá à San Juan, Porto Rico.

Thèmes de la conférence:

Crash d'un OVNI qui s'est produit probablement 12.000 ans avant JC en Chine.

Dans des cavernes, on découvrit un bon nombre de tombeaux contenant de nombreux squelettes d'apparence étranges. Les squelettes montraient une grande tête anormale, et un corps petit, léger et fragile. Il n'y avait aucune épitaphes sur les tombes, mais 716 disques en pierre portant des hiéroglyphes d'une écriture inconnue.

Un peuple nain appelé Dzopa. Leurs ancêtres sont venus d'une planète de Sirius, et se sont écrasés sur Terre dans ce montagneux de la Chine il y a très longtemps. Un bon nombre d'entre eux ont perdu la vie, mais les survivants se sont accommodés aux conditions de vie de notre planète.

La conférence:

Traces des extraterrestres:

Mesdames et Messieurs,

Ces dernières années, des vérités dogmatiques se sont effondrées parce qu'il y a des indications que notre passé est plus fantastique que nous pouvons nous l'imaginer. La lumière est tombée sur tant de mystères des millénaires passés. Laissez moi vous entraîner sur la trace de deux énigmes de la Chine antique.

Je vais commencer par un des plus grands mystères du siècle qui s'est révélé il il y a 60 ans. Il se range parmi les cas de crash d'OVNIS, et s'est produit probablement 12.000 ans avant JC, constituant "un Roswell chinois" si vous aimez cette expression. J'aimerais d'abord vous raconter cette histoire intrigante.

Cela eut lieu à la fin de l'année 1937 à 1938, quand une expédition menée par le professeur d'archéologie Chi Pu Tei a traversé les secteurs non praticables des montagnes de Bayan-Kara-Ula, situées dans la province chinoise de Qinghai. Dans quelques cavernes, ils ont découvert un bon nombre de tombeaux avec de nombreux squelettes d'aspect étranges enterrés à l'intérieur. Tout les corps avaient une grande tête anormale, avec un corps petit, léger et fragile.

Il n'y avait aucun épitaphe sur les tombes, mais 716 disques en pierre portant des hiéroglyphes étranges. Partant d'un trou au centre de chaque disque, ils spiralaient vers la jante, et l'archéologue n'avait aucune idée de l'information qui pouvait se cacher dans ces hiéroglyphes. Ce ne fut qu'au début des années 60, que son collègue de l'Académie des Sciences de Pékin, le professeur Tsum Um Nui, a réussi à traduire quelques passages des inscriptions sur les disques en pierre. Mais alors qu'il rédigeait son rapport, un bon nombre d'ennui ont contrarié cet homme courageux: L'Académie des Sciences a interdit sa publication du résultat de son travail de recherche. Cela n'a rien de surprenant quand nous considérons la conclusion incroyable, émise par Tsum Um Nui et ses quatre assistants: Ils étaient certains que les hiéroglyphes sur les disques de pierre parlent de l'accident d'un vaisseau spatial étranger, qui s'est produit dans ce secteur de montagne environ 12.000 années avant nos jours!

Après un bon nombre de querelles et de discussions, Tsum Um Nui a obtenu la permission d'éditer son travail. Il y raconte l'histoire d'êtres étrangers appelés DROPA, qui se sont écrasés sur Terre dans les montagnes de Baya-Kara-Ula après un long vol spatial et n'ont eu aucune possibilité de réparer leur vaisseau. L'établissement scientifique a considéré l'histoire entière comme pur non-sens, et a clamé que professeur Tsum Um Nui était un complet imbécile.

Ce que les sceptiques ignoraient, c'est que dans la province de Qinghai, dans le secteur des montagnes de Bayan-Kara-Ula, de vieilles traditions parlent de petit êtres, maigres et laids, avec de grandes têtes, très maladroits, qui sont descendus des cieux il y a longtemps. Les gens du coin ont toujours peur des envahisseurs étranges venus des nuages.

Ainsi peu de temps après l'édition de son rapport, le professeur Tsum Um Nui émigra au Japon. Abattu par les réactions de l'establishment scientifique, il est mort peu de temps après avoir terminé un manuscrit au sujet du mystère des disques de pierre.

Il y eut beaucoup de critiques sur la personne de Tsum Um Nui. Les sceptiques ont dit que le nom du professeur n'existe en langue chinoise, ni en mandarin ni en chinois de Canton. Mais en mon livre "der Gotter des Satelliten" (des satellites des dieux), co-écrit avec Peter Krass, nous sommes parvenus à préciser d'où provient le nom. L'épouse d'un ami, née à Singapour et parlant couramment Japonais, nous a dit que Tsum Um Nui est un ancien nom japonais, mais adapté à la langue chinoise. Penser maintenant aux immigrés allemands en Amérique: Leurs anciens noms étaient Herr Schmid maintenant que leur nom est adapté à M. Smith. En conséquence le Japon était le bon endroit pour la retraite du professeur ridiculisé et défait en Chine.

La source primaire pour le rapport sur les résultats de Bayan-Kara-Ula sont une information venant du Japon. Elle a été publiée pour la première fois en allemand en juillet 1962 dans le magazine "Das Vegetarische Universum." Et c'est là que les extrémités du monde se sont rencontrées: en été 96 le livre "Satellites des Dieux" a été édité au Japon. Peter Krassa et moi espérions que les lecteurs japonais pourraient nous fournir de nouvelles informations sur le défunt professeur Tsum Um Nui. Où est-il enterré? Et quelle bibliothèque conserve ses rapports sur la traduction hiéroglyphes des disques en pierre de Bayan-Kara-Ula?

Ce qui était évident peu de temps, et oublié à nouveau à ce jour, sont deux des disques de pierre mystérieux. Un ingénieur autrichien a eu l'occasion d'en faire des photographies en 1974, quand il voyageait en Chine. Au musée Banpo à Xian, la capitale de la province de Shensi, il a trouvé par hasard deux disques qui correspondaient exactement aux descriptions que nous avons dans le rapport de Bayan-Kara-Ula de 1962 et les publications suivantes. Et il a même pu identifier les hiéroglyphes spiralant sur leur surface, toutefois en partie émiettée.

Connaissant le background de ces objets façonnés, M. Wegerer a demandé aux anciens directeurs du musée de Banpo plus de détails sur ces pièces exposées. Je devine qu'il a causé beaucoup d'embarras, parce que la pauvre femme qui dirigeait le musée n'a pas su quoi dire. Elle pouvait donner tous les détails au sujet de tous les autres objets façonnés à partir d'argile de ses collections, mais tout qu'elle pouvait dire au sujet des disques en pierre était qu'ils sont des "objets de culte sans importance."

De toute façon, l'ingénieur autrichien a été autorisé à prendre un des disques dans sa main et de photographié les deux. Mesdames et messieurs, les photographies que je montre dans cette conférence sont les seules qui existent dans le monde des plateaux en pierre de Baya-Kara-Ula. M. Wegerer a estimé leur poids à un kilogramme ou à deux livres, et le diamètre à 28 à 30 centimètres, soit un pied. Et on y voit tous les détails qui avaient été décrits: un trou au centre et les hiéroglyphes étranges. Je regrette qu'ils ne puissent pas être distingués ici sur les photographies, parce qu'ils sont en partie émiettés et, deuxième raison, M. Wegener a employé un appareil photo Polaroïd avec flash intégré. Ce n'était pas tout à fait bon pour le contraste de la photographie. Peter Krassa n'a pu obtenir ces photographies qu'à la fin des quatre-vingts.

Et c'était le statu quo sur lequel Peter et moi sommes restés en suivant la trace de ce grand mystère de notre siècle directement en Chine. Il n'était pas facile d'effectuer un travail de recherche sur un événement qui pourrait être comparé facilement au cas de Roswell aux Etats-Unis. Dans l'intervalle, la Chine avait souffert de sa "Révolution Culturelle Prolétaire" qui a fait rage de 1966 jusqu'en 1976. Un bon nombre de gens et des objets de valeur culturels immense ont été victime d'une fureur impitoyable. Je suis sûr que c'est la raison qui explique qu'un grand nombre d'objets façonnés ont été dispersés de la capitale Pékin vers les provinces.

En mars 1994, le professeur Wang Zhijun, directeur du musée Banpo, nous a souhaité la bienvenue pour une discussion sur les disques en pierre. Au début, il n'était pas disposé à nous donner d'autres détails, mais après un moment il a communiqué une information choquante. Son prédécesseur, le directeur mentionnés ci-dessus, s'est vu appelée loin de son poste juste quelques jours après que M. Wegerer ait visité le musée, sans qu'on lui en donne la raison. Elle a disparue depuis, et toute trace d'elle ainsi que des deux disques de pierre, toute trace, a disparue! Qu'est arrivé à cette femme? Je ne sais pas. Mais j'ai eu le sentiment que professeur Wang Zhijun ne se sentait pas du tout à l'aise pendant notre enquête. Quand nous avons demandé où étaient les objets façonnés, il nous a dit la chose suivante (je cite): "les disques en pierre que vous avez mentionnés n'existent pas, mais étant des éléments étrangers dans ce musée de poterie, ils ont été déplacés." (fin de citation).

N'est-ce pas là un sacrée contradiction en une seule phrase?

Pour des objets qui n'existent pas officiellement, les pierres de Bayan-Kara-Ula sont étonnamment concrètes. Le professeur Warg Zhijun nous a montré un livre concernant l'archéologie où nous pûmes trouver ce croquis d'un disque de pierre. Est-ce vraiment seulement un fantôme que je poursuis?

La teneur du livre "Sungods in Exile", éditée en 1978 par un certain David Agamon est presque inconnue dans les pays de langue allemande. Ce livre prétend être un documentaire de l'expédition de 1947 du scientifique excentrique anglais le Dr. Karyl Robin-Evans. Il affirme avoir réussi a atteindre le secteur des montagnes de Bayan Kara Ula en Chine centrale et affirme qu'il y a trouvé un peuple chétif, les DZOPA.

Sur son chemin dans ces des régions inhospitalières, écrit-il, ses Sherpas étaient effrayés par des incidents inquiétants et l'abandonnèrent. Mais de toute façon: l'expédition de Chi Pu Tei vers la fin des années 30 a rapporté également le fait que cette région de Bayan Kara Ula est évitée par les personnes vivant autour, en raison de la présence d'un certain nombre d'habitants étranges dans cette région. Avec beaucoup de peine Robin-Evans atteignit ou prétend qu'il atteignit son but et fit des découvertes sensationelles.

Selon le livre "Sungods in Exile", il a trouvé quelques cent membres d'un groupe de personnes chétives, de 4 pieds de taille moyenne, vivant dans une vallée distante de ce secteur de montagne. Il est resté là quelques 6 mois, a appris leur langue et a été introduit à l'histoire et aux traditions des êtres chétifs. Ils lui ont indiqué que leurs ancêtres sont venus d'une planète de Sirius, et se sont écrasés dans ce secteur de montagne il y a longtemps. Un bon nombre d'entre eux ont perdu leurs vies, mais les survivants se sont adaptés aux conditions de vie de cette planète.

Si ces détails sont corrects - ou au moins, s'il y a du vrai derrière cette histoire étrange - on doit supposer que les descendants des visiteurs extra-terrestres vivent toujours dans des régions éloignées de la Chine centrale. Pourraient-ils ressembler ces deux photographiés en 1947? Regardez leurs visages - et n'oubliez pas qu'ils n'ont que 4 pieds de haut.

Il y a quelque mois j'ai reçu une lettre du scientifique ukrainien le docteur Vladimir Rubtsov. Il a écrit, ce "Sungods in Exile" était une histoire de science-fiction conçue pour duper ceux parmi nous qui sont crédules à chaque histoire au sujet d'extraterrestres et autre. Une histoire de Science-Fiction, des rumeurs et des légendes. Après tout, avec une essence de vérité? Dans ce cas-ci, les légendes se sont constituées à la fin de 1955, et les événements les ont rattrapées!

Cela a commencé par des nouvelles de l'Associated Press, venant de Chine en Novembre, 1995. C'était juste une semaine après que j'avais été violemment attaqué par un sceptique, tandis que je parlais de Bayan Kara Ura et de son crash d'OVNI dans une émission télévisée allemande. Dans la province de Sichuan, en Chine centrale, environ 120 êtres chétifs ont été découverts - le plus grand parmi eux ayant 3 pieds 10 pouces, et le plus petit adulte ayant 2 pieds 1 pouce! C'est vraiment incroyable - les scientifiques sont abasourdis: certains d'entre eux pensent aux environnements empoisonnés, d'autres présument une certaine configuration génétique comme étant la raison de leur croissance arrêtée. Peut-être ont ils raison...

Des nouvelles extraordinaires, qui débutent une nouvelle ère dans le travail de recherches sur le mystère de Bayan-Kara-Ula. En attendant j'ai déjà pu trouver plus de détails sur ceci, et je suis convaincu qu'ils pourraient être les derniers descendants vivant des survivants d'un crash d'OVNI survenu vers de 10.000 avant JC.

120 nains ne peuvent pas être créés seulement par hasard, car les probabilités pour une maladie qui stoppe croissance est d'un cas parmi 20.000 - tout que nous savons la théorie de probabilité est contre un hasard! Les environnements empoisonnés ne sont pas une explication valable non plus, puisque le "village des nains" est très loin des villes principales et des industries. J'ai obtenu cette information par deux fax envoyés par l'administration du Tourisme en Chine, et de plusieurs appels téléphoniques au secrétaire de l'ambassadeur de Chine à Bonn, M. Dai.

En janvier, 1997, une nouvelle théorie a été émise par un ethnologue chinois indiquant leur perplexité dans un cas de plus en plus mystérieux. Ils ont attribué le nanisme à une concentration élevée de mercure dans le sol, qui aurait empoisonné l'eau potable pour des générations.

Norbert Felgenhauer, PhD à l'institut de Munich pour la chirurgie toxique, a indiqué que cette théorie est un non-sens absolu! Le mercure est un poison terrible, nocif pour tous les organes de notre corps. Peut-être certains parmi nous peuvent-ils se rappeler le désastre qui s'est produit dans les années 60, laissant une trace terrible dans la ville japonaise de Minamata. Quelques usines avaient rejeté de l'eau souillée par du mercure dans la mer, et la population a été empoisonnée par les poissons qu'ils ont mangés. Un bon nombre de gens sont morts après une longue agonie.

Mais il y a un chose que le mercure ne peut pas: il ne lui est pas possible de changer l'ADN humain, porteur de toute l'information essentielle. Le mercure ne peut pas causer des dégâts héréditaires!

Il est significatif pour l'information que j'ai obtenue de Chine que les autorités n'ont pas nié l'existence du "village des nains" - mais elles ont continué à me rappeler que l'endroit n'est pas autorisé aux étrangers. Ainsi je puis être sûr, que ce n'est pas une sorte de ghetto pour des gens malades ou rendus malades, car la Chine ne l'aurait tout simplement pas mentionné. Au contraire: ils ont admis que les scientifiques sont simplement dépassés, et l'évidence est claire si vous lisez entre les lignes!

Enfin pour couronner le tout, le prétendu "village des nains" est situé seulement quelques cent kilomètres à l'Est des montagnes de Bayan-Kara-Ula, presque près sur leur frange Est. A cet endroit, les provinces chinoises du Qinghai et du Sichuan se touchent.

Me basant sur ces informations, je puis offrir deux possibilités:

  • D'abord: il n'y a pas bien longtemps, la tribu a appelé DROPA a décidé d'émigrer des altitudes élevées des montagnes de Baya-Kara-Ula, ou ils se sont cachés pour des milliers d'années, dans des parties plus basses du pays. Ceci pourrait s'être produit en 1995.
  • En second lieu: Il n'y a pas bien longtemps, les autorités chinoises les ont forcés à émigrer, pour pouvoir leur assurer de meilleurs approvisionnements et également pour étude.

La deuxième possibilité aurait comme conséquence le démenti par les officiels chinois, je préfère donc la première. Mais de toute façon: Les petits êtres doivent avoir été isolés pendant un temps très long, autrement ils se seraient mélangés à d'autres tribus ou races. Dans ce cas-ci, ils seraient plus grands de nos jours!

La découverte de ces êtres est le point culminant préliminaire d'une histoire hantant notre littérature depuis plus de 30 ans. Mais je pourrais - en plus de ceci - découvrir plus d'indications pour l'existence des personnes chétives au-delà des montagnes de Chine centrale.

M. George Dendl de Berlin, qui porte le titre de Docteur en Histoire, a trouvé un rapport de l'année 1911 qui rapporte des observations répétées d'être extrêmement chétifs au Tibet et dans son voisinage asiatique central.

J'ai reçu l'information additionnelle d'une autre partie du monde. En tenant une certaine conférence en Australie en juin 1996, j'ai été contacté par un jeune couple pendant une veille à Brisbane. Ils m'ont parlé de leur grand-père, qui était en service avec les alliés en Chine centrale pendant la 2ème guerre mondiale II. Jusqu'à sa mort, il n'a jamais cessé de parler de plusieurs rencontre qu'il a eue avec des membres d'une tribu chétive extraordinaire en Chine centrale. Selon son reportage, ces gens chétifs étaient bien plus petits que les pygmées d'Afrique, qui grandissent habituellement jusqu'à 4 pieds 8, jusqu'à 5 pieds. Ces dernières et dramatiques nouvelles exigent un travail intensif de recherches. J'ai résolu de faire mon possible pour résoudre l'incident mystérieux qui s'est produit des milliers il y a d'années dans une région éloignée en Asie centrale. C'est "le Roswell Chinois" et il demande son d'éclaircissement!

Merci beaucoup de votre attention!

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 27 janvier 2001.