Documents -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Documents:

Le bulletin du CIVILIAN SAUCER INVESTIGATION, USA:

Numéro 3, été 1953

A la fin de 1951 se sont formés les premiers groupes d'ufologie en dehors des milieux militaires. Pratiquement le premier, le Civilian Saucer Investigation, à Los Angeles, Californie, USA, comptait des gens aussi éminents que Edward J. Sullivan, employé de la North American Aviation, ou Walter Riedel, également de North American Aviation, l'un des pères de la fusée V-2, venu aux Etats-Unis dans le cadre de l'opération Paperclip".

Voir aussi: Numéro 1.



CSI NEWS

CIVILIAN SAUCER INVESTIGATION

BULLETIN TRIMESTRIEL
LOS ANGELES, LA CALIFORNIE

Vol. I, Numéro III, JUILLET 1953


QUI EST A L'INTERIEUR DES SOUCOUPES VOLANTES?

Gerald Heard de Los Angeles, auteur de "Is Another World Watching" ("Est-ce qu'un autre monde nous observe?") et ancien président de Civilian Saucer Investigation, a contribué par un article stimulant et intrigant sur qui, s'il y a quelqu'un, est à l'intérieur des soucoupes volantes, dans le numéro du 17 août 1953 du magazine Fortnight.

Voici certaines des remarques les plus pertinentes de Mr. Heard: "il ne peut guère y avoir de doute que les anneaux creux qui descendent, examinent la terre et ensuite remontent, disparaissant dans le ciel, font penser à des instruments. Ces anneaux creux sont clairement contrôlés mais pas par une équipage - ils sont des sondes commandées à distance. Une des meilleures observations de ces derniers a été faite par un grand nombre de personnes quand de tels anneaux sont descendus au-dessus du pont au-dessus de Forth près d'Edimbourg, Ecosse, le 25 septembre 1950.

"L'eau, si courante pour nous, pourrait être un liquide fascinant, puissant et anormal pour toutes créatures d'un monde sans eau."

"Les histoires de 'petits hommes' ont aujourd'hui une odeur très douteuse. Trop de récits frauduleux ont été répandus."

Cependant, Mr. Heard cite deux cas qui semblent résister à l'examen - un incident en Allemagne de l'Ouest [de l'Est en réalité] dans la première semaine de juillet 1952 [1950 en réalité], impliquant Oskar Linke, maire de Gleimershausen, et à Flatwoods, un cas en Virginie occidentale du 11 septembre 1952 impliquant Gene Lemon, âgé de 17 ans, et son ami Neil Nunley [et d'autres]. Dans le premier, le maire et sa fille de 11 ans ont observé une soucoupe au sol et deux personnages d'apparence humaine près d'elle dans une forêt. Les occupants, apercevant le maire et sa fille, ont sauté dans le disque et sont montés droit en l'air. Dans le cas de Flatwoods, les garçons ont monté une colline et ont rencontré un personnage de huit ou neuf pieds de haut peu après qu'un disque [ou un météore] ait été aperçu au-dessus de la ville.

"En réponse à la question, 'qui, s'il y a quelqu'un, est à l'intérieur d'une soucoupe?', Mr. Heard écrit, "nous devons suivre la plus difficile des disciplines mentales, nous devons garder un esprit ouvert... Les disques existent... Mais quant à qui ou qui les dirige et peut-être voyage à bord, tout que nous pouvons dire est, il n'est pas vrai de dire qu'il n'y a aucune évidence que personne n'est à l'intérieur et que personne jamais n'a été vu dehors."


LA PLUS GRANDE SOUCOUPE JAMAIS OBSERVEE

De nombreuses observations de soucoupe ont été faites en Australie et rapportées à l'Australian Flying Saucer Magazine, qui, comme ses contre-parties américaines, est occupé à essayer de résoudre la grande énigme de l'époque.

Le magazine a également publié des observations venant de partout dans le monde. Le numéro de Mai 1953 en contenait une des plus inhabituelles, de de Mme. A. M. King, B.P 2162, Nairobi, Afrique. Tandis qu'en route vers Capetown sur le S.S. Llandovery Castle en fin juin 1947, Mme King a fait une observation spectaculaire. Elle s'est produite approximativement à 23:00. L'objet a été aperçu pendant que le bateau était


en train de passer le détroit de Madagascar.

"Nous avons remarqué une étoile particulièrement lumineuse. Cela voyageait très rapidement et a approché le bateau. Soudainement, un projecteur est apparu qui a fait clignoté un faisceau de lumière puissante sur l'eau à moins de 50 mètres du bateau. Il est descendu, son faisceau se raccourcissant et devenant plus lumineux pendant qu'il s'approchait de l'eau, et l'instant d'après, il n'y avait plus de lumière, mais un objet est apparu, apparemment fait d'acier et en forme d'un cigare coupé à l'extrémité arrière. Il est resté dans le ciel à environ 20 pieds au-dessus de la mer, parallèle au Llandovery Castle, et s'est déplacé dans la même direction.

"Gagnant de la vitesse, après une seconde ou deux, la forme entière a disparu sans bruit, de l'arrière jaillissaient des flammes terribles qui se sont étendues sur à peu près la moitié de la longueur de l'objet. Il s'est avéré qu'il devait y avoir quelque chose comme un four énorme à l'intérieur de la chose, mais nous ne pouvions encore entendre aucun bruit venant des flammes. Aucune fenêtre n'a pu être vue, seulement une bande de métal autour de la chose entière, qui, si c'avait été une forme de cigare complète, aurait été localisée en son centre."

"L'objet était très grand, environ quatre fois la longueur du Llandovery Castle et, à vue de nez approximativement, environ quatre fois aussi haut. Nous en avons eu une excellente vue, mais en quelques secondes, il a disparu. Aucune lumière n'a été vue en avant quand il est parti, il juste a disparu sans faire de bruit dans l'obscurité... Un des officiers du bateau avec quelques passagers... avait vu la même chose... A ma grande surprise, j'ai lu plus tard l'expérience du capitaine Bicknell au-dessus du mont Kilimandjaro en 1951 (voir le numéro 2 du bulletin du CSI, 1953) et j'ai vu exactement la même forme dans une illustration que celle que j'avais vue et avais dessinée précédemment pour mon mari et plusieurs amis."


ELLIPSOIDE GEANT VU A CINCINNATI

Beaucoup d'observations de soucoupe reçues par le CSI sont identiques ou presque à une masse d'autres que nous recevons. Beaucoup d'autres sont incomplètes ou sans importance. Mais de temps en temps le CSI reçoit des rapports remarquables comme dans ce cas de Leonard H. Stringfield de Cincinnati, Ohio. Mr. Stringfield, un observateur qualifié (il a servi dans la 5the Air Force Intelligence de l'Armée de l'Air pendant la deuxième guerre mondiale avec 30 mois sur le théâtre du Pacifique [où il a observé un OVNI depuis un avion], et est expérimenté dans l'identification des types d'avions de jour ou de nuit) a fait "une observation stupéfiante dans la fraîche nuit du 29 septembre, 1952. Les détails descriptifs et le comportement maneuvrable de ce dernier objet sont analogues à celui du monstre métallique de Godman en 1948, qui a leurré le capitaine Mantell vers sa mort."

M. Stringfield rapporte: "j'ai observé cet ellipsoïde géant à approximativement 04:15 du matin dans un ciel d'un noir d'encre mais sans nuages. Les étoiles étaient visibles et bien brillantes. Marchant vers mon domicile, après avoir emmené mon épouse (à l'hôpital de Mercy) pour une appendicectomie d'urgence, j'ai jeté un coup d'oeil vers le ciel pour chercher la position de Jupiter. Immédiatement, l'objet est arrivé en vue. Se déplaçant sur un cours nordique, j'ai jugé que l'objet devait être à haute altitude, en gros de plusieurs miles. Il s'est déplacé sur deux demi-dollars de long (se basant sur sa taille égale à demi dollar) dans une minute de temps avant d'accomplir son étrange disparition. L'objet était d'une luminescence pâle ou laiteuse-bleue, avec un effet de nervures multiples courant sur toute sa longueur. Ces nervures ou plissements ont produit une luminosité bleuâtre-blanche plus brillante qui auraient pu être les fenêtres du véhicule ou un échappement de moteurs à réaction."

"Le comportement aussi, était singulier. L'engin, dans sa marche avant, a semblé tanguer ou rouler. A la fin de cette manoeuvre, l'objet a alors traversé ce qui a semblé une ligne de disparition hypothétique - une région de l'espace qui a graduellement englouti la forme lumineuse entière. La partie frontale de l'objet a semblé vaguement pointue ou acuminée comme une forme de feuille, alors que l'arrière s'effilait vers un bord émoussé, presque amorphe. Aucune traînée d'échappement n'était visible, aucun bruit audible."


LES SOUCOUPES APERCUES IL Y A 3500 ANS

Le numéro actuel de Doubt, publication officielle de la Société Fortéenne, consacrée aux aficionados de Charles Fort, pionnier de l'exploration de l'inconnu, contient une traduction remarquable d'hiéroglyphes égyptiens par Borris de Rachewiltz qui a clairement indiqué l'existence des soucoupes volantes à l'époque de l'antitquité égyptienne

- 2 -


1500 ans avant J.C.

La transcription est une partie des annales royales des temps de Thouthmosis III (circa 1504-1450 avant J.C.) et l'original est en état très mauvais. Une partie de la traduction donnée est comme suit:

"En l'année 22, au troisième mois de l'hiver, sixième heure du jour... les scribes de la Chambre de la Vie ont trouvé que c'était un cercle du feu qui venait dans le ciel. (Cependant) il n'avait pas de tête, le souffle de la bouche (avait) une odeur fétide. Son corps une 'tige' ronde et une 'tige' grande. Il n'avait pas de voix. Leurs coeurs ont été jetés dans la confusion par lui: alors ils se sont étendus sur leurs ventres."

"Maintenant après que quelques jours aient passé, vlan! Ils étaient plus nombreuses que n'importe quoi. Ils brillaient dans le ciel davantage que le soleil aux limites des quatre appuis du ciel. Puissante était la position des cercles de feu. L'armée du roi les a regardé et sa majesté était en son milieu."


CAS ETRANGE DU FEU VOLANT

Eva Rosacker, diligente membre associée du CSI à Seattle, raconte une rappelle un observation unique dans le désert du centre de l'état de Washington pendant la nuit en 1935. Un automobiliste qui traversait l'état, à de longs intervalles a rencontré et passés une voiture venant de la direction opposée.

Soudainement, il a vu venir vers lui à une vitesse fantastique, un objet qu'il a pensé être une voiture avec un phare éclatant. En se préparant à la rencontrer et à la passer, imaginez sa stupéfaction quand la voiture avec un phare, maintenant tout à fait près, a fait un virage brusque hors de la route et a filé au loin à travers la prairie, roulant au-dessus de la brousse de sauge. Quand l'histoire a été imprimée dans les journaux de l'époque, elle a fait rapporter plusieurs comptes rendus de pareille nature.

Les ricaneurs ont affirmé que ces lumières étaient des phénomènes naturels, de la foudre en boule ou des feu-follets, mais qui peut en être certain?


CE QUE LES SOUCOUPES NE SONT PAS

L'Armée de l'Air des Etats-Unis, qui a à plusieurs reprises énoncé dans le passé que les soucoupes ne proviennent pas des USA, a réaffirmé sa déclaration à un producteur de Hollywood, projetant de faire un film de science-fiction traitant des soucoupes.

Le rapport officiel donné à la Colombia Pictures était:

"Ces phénomènes aériens non identifiés ne sont pas une arme, un missile ou un avion secret développés par les Etats-Unis. Aucune des trois Armées ni n'importe quelle autre agence du gouvernement n'entreprend d'expériences, secrètes ou autres, avec les objets volants qui pourraient servir de base aux phénomènes rapportés. Tels que nous le savons, il n'y a rien là dedans qui puisse être associé au matériel ou aux véhicules qui serait dirigés contre les Etats-Unis par un autre pays ou d'autres planètes."

La déclaration a été faite par le lieutenant colonel Hugh A. Day du Bureau des Relations Publiques de l'Armée de l'Air des Etats-Unis.


OBSERVATIONS RECENTES

1953 jusqu'ici a été une année décevante pour les enquêteurs sur les soucoupes. Le flux des observations est devenu un mince filet pendant la première partie de l'année et c'est seulement pendant les dernières six semaines ou à peu prèS qu'il y a eu une reprise de l'activité. Juin a apporté une dispersion des rapports. Juillet a montré une tendance à la hausse. Août, jusqu'ici, est à peu près à égalité avec juillet.

Nos rapports indiquent que le Centre de l'Ohio a été visités avec (comparé au reste du pays pour la même période) un nombre disproportionné d'observations pendant la dernière moitié de juillet. Nous avons des rapports d'activité pour les 9, 10, 19, deux rapports pour le 22, un pour le 23, et deux pour le 24 de ce mois. Tous les objets observés ont été vus au-dessus de Columbus et de ses banlieues.

Une des observations les plus inhabituelles de cet été est arrivée du Parc National de Séquoia-King, Californie, le 29 juillet. Des fonctionnaires du parc et des résidants du secteur ont été effrayés de voir pendant quatre nuits de suite une série "d'étranges éclairs de lumière

- 3 -


jaune." E. T. Scoyen, le surveillant principal du parc, rapporté que lui et son épouse ont vu une lumière jaune lumineuse filer vers le canyon près de la roche de Moro. Scoyen a signalé que la lumière a voyagé à une vitesse énorme. "Environ dix secondes plus tard," a-t-il dit à des journalistes, "une grande boule jaune d'environ que 1000 pieds de diamètre s'est élevée de ce point." Le surveillant du parc a dit aux journalistes que les flashes avaient eu comme témoins plusieurs dizaines de personnes, certains d'aussi loin que de Visalia, en Californie. Tous les témoins étaient d'accord sur la couleur de la lumière et sa direction de vol.


Une nouvelle théorie sur ce que les soucoupes volantes pourraient être est avancée dans le numéro de ce mois du journal de la Société Interplanétaire Britannique par A. C. Clarke, Président. Elle change des vues de base tenues de la majorité jusqu'ici que les soucoupes sont des vaisseaux spatiaux d'une autre planète ou sont des missiles secrets d'une certaine nation sur notre propre terre.

"Avant d'aller aux Etats-Unis au printemps de 1952, j'ai cru que les soucoupes volantes n'existent probablement pas," écrit Clarke, "mais que si elles existent, ce sont des vaisseaux spatiaux. En raison de mes rencontres avec des témoins dont l'intégrité et la position scientifique ne pouvaient pas être mises en doute, et d'avoir discuté de ce point avec beaucoup de gens qui y avaient réfléchi sérieusement, j'ai maintenant changé d'avis."

"Je ne doute plus vraiment que les objets aériens non identifiés existent - et également mais je doute que s'ils existent ce soient des vaisseaux spatiaux! Les évidences contre cette dernière hypothèse, à mon avis, sont tout à fait accablantes, pour les raisons données ci-dessous."

"Ce n'est que tout récemment que j'ai trouvé l'observation classique par Maunder de l'observatoire de Greenwich en 1882 qui explique assurément certains des cas les plus spectaculaires et prouve par hasard l'existence des phénomènes qu'à priori, on n'aurait pas cru possibles."

"Je pense qu'il doit être dit tout de suite qu'il n'y pas une explication unique pour tous les U.A.O. Même les rapports qui résistent après une élimination complète des canulars, des interprétations fausses, etc., sont trop variables entre eux."

"Deux faits, à mon avis, prouvent d'une manière presque concluante que peut-être la plus grande et la plus représentative des catégories ne sont pas des vaisseaux spatiaux. En premier lieu on les a observé voyager à des accélérations qu'aucun corps matériel ne pourrait faire."

"Le deuxième fait est encore plus significatif. En dépit des énormes vitesses rapportées, aucun bruit n'est jamais entendu de n'importe quel U.A.O. Comme tous ceux qui ont jamais entendu un passage du mur du son l'admettra, même un petit corps se déplaçant rapidement à travers l'atmosphère peut produire une quantité considérable de bruit. Une partie des U.A.O. rapportés n'aurait causé rien de moins que des chocs qui auraient soufflé des centaines de miles carrés."

"Ceci, à mon avis, ne laisse aucun doute sur le fait que ce ne sont pas des corps matériels. Ou s'ils sont des corps solides, ils doivent être au-dessus de l'atmosphère - une explication qui est ridicule car elle rendrait les accélérations bien plus fantastiques, et signifierait que certains des objets avaient plusieurs kilomètres de diamètre".

"Le comportement erratique et sans but des phénomènes, leur caractère immatériel et surtout le fait qu'on les a observé sous exactement la même forme pendant au moins 150 ans, suggère primordialement que nous traitions d'un certain phénomène naturel jusqu'ici non expliqué. L'analogie avec les météores s'est souvent imposée à moi: voici quelque chose qui existe assurément, qui met en parallèle sur une petite échelle le comportement des U.A.O. et n'a été jamais expliqué."

"Le célèbre astronome Walter Maunder avait été invité à décrire le phénomène le plus remarquable dont il avait jamais été témoin dans sa carrière en tant qu'observateur. Il s'est remémoré ce 17 novembre 1882, une expérience qui est tout à fait différente de toute autre."

Il y avait eu un orage magnétique violent durant le jour, et dès que le crépuscule est tombé, Maunder - qui était alors à Greenwich (l'observatoire) -

- 4 -


a pris sa position sur le toit de l'observatoire où il pourrait avoir une vue entière du ciel. Il a correctement cru, bien qu'on ne l'ait pas prouvé d'une manière concluante jusqu'à plus tard, que l'orage magnétique était lié aux aurores boréales, et espérait voir quelque chose d'intéressant. Il n'a pas été déçu."

Dès que les tonalités du coucher du soleil se sont fanées, une lueur aurorale attrayante s'est produite au-dessus du nord-ouest et a commencé à montrer ses rayons habituels. Laissons Maunder dire le reste de l'histoire:"

"Ensuite, quand la manifestation a semblé s'apaiser, un grand disque circulaire de lumière verdâtre était soudainement visible bas dans l'E.N.E., comme s'il s'était juste élevé, et s'est déplacé à travers le ciel sans à-coup et de façon constante comme le soleil, la lune, les étoiles et les planètes se déplacent, mais à peu près presque mille fois aussi rapidement. La circularité de sa forme comme vue au début était simplement l'effet de raccourcissement, parce que lorsqu'il s'est déplacé, il s'est rallongé, et quand il a traversé le méridien et est passé juste au-dessus de la lune, sa forme était presque celle d'une ellipse très ovale, et divers observateurs en ont parlé comme d'une "forme de cigare," comme "une torpille," ou un "axe" ou un "fuseau."

"Son passage entier a pris moins de deux minutes pour d'accomplir. Il a semblé être un corps net, et l'inférence que quelques observateurs ont tirée de cela était que c'était un météore. Mais rien ne pouvait avoir été plus différent dela course d'un grand météore ou aérolithe avec son rayonnement intense et sa queue ardente que l'avance régulière - cependant assez rapide - de cette "torpille."

Ce phénomène remarquable a été vu par des centaines de personnes, et un article dans le Philosopical Magazine de mai 1883 a récapitulé 26 observations fiables, desquelles a été conclu que l'objet a voyagé à 10 miles par seconde et était à une altitude de 133 miles. Ceci lui donnerait au moins 50 milles de longueur."

Clarke précise que la grande valeur de ce rapport, qui devrait être plus connu qu'il ne l'est, est qu'il prouve d'une manière concluante - pourtant toujours complètement inexpliqué - qu'un phénomène purement naturel peut produire de tels effets extraordinaires. Si cette torpille était vue aujourd'hui, dit-il, il n'y aurait probablement aucune manière de convaincre la moitié de la population qu'ils n'avaient pas vu un vaisseau spatial.

"Mais Maunder vivait à la fois avant que l'hystérie des soucoupes ait rendu l'évaluation des U.A.O. aussi difficile qu'elle l'est aujourd'hui, et il a pu être capable par des mesures par le spectroscope d'établir la nature aurorale de l'objet sans aucun doute. Il semble fortement probable, donc, que plusieurs des objets lumineux récemment rapportés dans le ciel peuvent avoir une origine de ce genre."

"Aussi solides, symétriques et artificiels que les U.A.O. puissent apparaître, ce n'est pas une preuve que la nature n'est pas en train de jouer un de ses petits tours."

"La seule chose à faire est, donc, de garder l'esprit ouvert jusqu'à ce que les preuves soient accablantes, dans un sens ou un autre."


LE CSI SE MET EN VEILLE

Après la publication dU quatrième numéro (d'hiver) du trimestriel du CSI en octobre, Civilian Saucer Investigation se dissout et se met en situation de pause, avec appel à reprendre les activités à n'importe quelle future date si nécessaire.

La boîte de poste de CSI 1971, Los Angeles, restera ouverte durant décembre de cette année et ensuite des dispositions seront prise pour expédition de la correspondance au secrétariat.

En attendant, aucun abonnement additionnel au bulletin ne peut être accepté.

Ce numéro du bulletin est présenté sous la forme polycopiée pour la première fois afin d'économiser l'argent. Les recettes des abonnements ont été suffisantes, en dépit de l'augmentation constante du nombre d'abonnés, pour financer des éditions imprimées comme jusqu'alors.

Le CSI a fait un certain nombre de contributions et de découvertes notables en poussant la recherche sur les soucoupes, pensons-nous, et ceux-ci, ainsi que nos résultats, seront récapitulés dans l'édition finale du bulletin cet automne par Ed J. Sullivan, fondateur de l'organisation.

- 5 -


La liste des membres associés sera gardée en un dossier permanent au CSI pour futur contact possible.

Le CSI a décidé par un scrutin de mettre les adhésions en stand-by en raison de la légèreté des progrès accompli cette dernière année dans le démêlage du mystère des soucoupes et en raison de nette chute des observations.


DISQUES AU-DESSUS DE PRESCOTT

CSI a reçu d'un contribuant de Flagstaff, Arizona, une copie du Presscott Evening Courier daté de vendredi, 22 mai 1953. Le gros titre de premièRe page indique "Les soucoupes volantes reviennent à Prescott." L'article principal traite en bonne longueur des vagabondages de huit objets en forme de disque qui ont manoeuvré pendant une heure entière au-dessus de Prescott le matin du 21 mai.

Trois témoins, Bill Beers, un pilote pendant 20 ans et maintenant président du club des Sportifs de Prescott; Ray Temple, un employé de Bureau des Postes, et O. Ed Olson, ont tous donné des descriptions identiques des objets célestes au moment de l'observation, les hommes étant à 20 miles au nord de Prescott. Temple a repéré les disques et les a appelés la première fois à l'attention des autres.

Beers qui s'était moqué des soucoupes volantes jusqu'à ce que cette expérience a déclaré qu'il "n'était plus un sceptique." Il a déclaré les objets ne pouvaient probablement pas avoir été des oiseaux, des ballons, ou des avions. Beers a estimé qu'il pouvaient avoir été à environ 10.000 pieds dans le ciel.

Les trois hommes ont déclaré que deux disques sont restés à planer, stationnaire, alors que les six autres flottaient en faisant des manoeuvres élaborées.

Le Courier a cité des Beers: "Les six engins on volé dans les alentours en formation, ont rompu la formation, se sont écartés, et filé droit vers le haut puis le bas d'une façon qui ne pourrait être reproduite par aucun avion. Quand ils se sont déplacés, ils ont changé leur vitesses de très lentes à des vitesses plus rapides qu'un avion à réaction."

Après avoir manoeuvré pendant tout une heure, les huit disques sont partis vers Prescott.

Le Courier a cité Beers comme disant, "je suis plus que convaincu que ce que nous avons vu était une certaine sorte d'engin spatial inconnu du public, parce qu'aucun avion ne pourrait agir comme les disques que nous avons vus."


Le Département de l'Aviation Civile de l'Australie a interdit la diffusion des rapports de "soucoupes volantes" dans l'espoir d'encourager des citoyens à rédiger des rapports détaillés "confidentiels".

Un journal australien cite le Dr. Shaw, ingénieur aéronautique qui dirige ce Département comme énonçant, "nous avons décidé que les gens discuteront les 'observations' plus librement s'ils savent que leurs rapports ne les exposeront pas au ridicule."

"Le Département a examiné chaque rapport responsable, mais n'a encore émis aucune conclusion."

Boîte 1971
Poste Principale
Los Angeles 53, Californie.

-6 -

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 21 octobre 2007