Mes trouvailles -> Crop Circles -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Crop Circles:

Mauvaise science - Le rapport de laboratoire N.3 du BLT:

Note préalable: l'article qui suit est de Paul Fuller [pf1], dans son magazine The Crop Watcher, N.23, automne 1994.

Une première partie portait sur la "Rapport N.18" du BLT, elle est ici.

Le "BLT", c.à.d. essentiellement le laborantin américain William Levengood, produisait alors des "Rapports de laboratoire" sensés démontrer des "différences" entre des "vrais" et des "faux" crop circles. Parce que ces textes étaient appelés des "rapports de laboratoire", les fans de crop circles "extraterrestres/paranormaux" ont cru ou veulent faire croire que ce sont des papiers scientifiques publiés dans la presse scientifique, mais il n'en est rien.

Beaucoup de ces "rapports de laboratoires", comme celui-ci, ont été réfutés depuis belle lurette, mais les partisans des crop circles "extraterrestres" ou "paranormaux" ne le savent pas, ou ne vous le disent pas.

En juillet 1994 une polémique encore plus grande a éclatée avec la publication de ce qui a été appelé le rapport H-Glaze. L'auteur, John A. Burke, commence par affirmer que lui et Levengood ont fait "une découverte extraordinaire" après leur analyse de craies lisses brunes-rougeâtres trouvée par Peter Sorensen [ps1] dans deux formations qui se trouvent près de l'agroglyphe de 1993 à Cherhill.

Sorensen aurait préféré examiner ces cercles immédiatement mais - malheureusement - Busty Taylor [bt1] a dû rentrer chez lui ce soirée à cause d'un rendez-vous. Sorensen est revenu à l'emplacement deux jours plus tard, accompagné d'un voisin. Selon un aimable fermier les cercles étaient arrivés une semaine plus tôt ou à peu près et originellement certaines parties de ces cercles avaient été couverts par "une poudre grise foncée" qui avait été en grande partie lavée par la lourde pluie. Quand Sorensen est arrivé les deux formations avaient été moissonnées. La première formation était en forme de larme (en fait comme un "Nautile" [nc1]) et montrait des aplatissements multiples et des effets de recouvrement complexes. Sorensen a remarqué que la poussière était concentrée à l'intérieur des recouvrements et ressemblait à de la suie. Pendant qu'il prenait la formation en vidéo Sorensen a en grande partie écarté la possibilité d'une farce parce que la poussière a semblé "presque accidentelle". Cependant, quand il a regardé de plus près, Sorensen a découvert "un lustre brun-rougeâtre et mat" sur des morceaux de craie et des cailloux. Une plus petite concentration de poussière et de craie enduite a été découverte dans la deuxième formation, un cercle avec un arc, qui se trouve très près.

L'analyse de Levengood

Selon le rapport H-Glaze, Levengood a soumis ce lustre à une analyse spectroscopique. Il a découvert que les particules se composaient de fer et d'oxygène (Fe). selon le raisonnement de Levengood ceci n'avait aucun sens, parce que si cela venait du sol il devrait y avoir eu des traces de calcium et de silicium également, mais étrangement il n'y en avait aucune. L'étude microscopique a indiqué que le lustre se composait de "milliers de sphères minuscules partiellement fondues" qui contenaient à la fois de la magnétite (Fe+2 Fe2+3 O4) et hématite (Fe2 O3). Comme les particules étaient magnétisées, le "lustre" a acquis un "H" - le symbole chimique pour le magnétisme. Ne trouvant aucune évidence "d'un système terrestre" qui pourrait expliquer de telles particules peu ordinaires Levengood et Burke ont entamé une recherche "approfondie" de la littérature pour découvrir si un tel matériel avait déjà été découvert. Etonnamment, ils ont conclu que la seule manière possible pour que des particules contenant du fer et de l'oxygène puissent être apparues dans un crop circle était si elle avait été déposée pendant une pluie de météore! Dans leur rapport préliminaire Levengood et Burke entrent dans de grandes considérations au sujet de la façon dont la surface d'une météorite fondrait tandis qu'elle pénétrerait l'atmosphère de la terre. Pendant ce stade la surface externe de la météorite serait arrachée et se solidifierait en sphères minuscules qui s'oxyderaient (la rouille) et tomberaient à la terre. De façon quelque peu arrangeante ce processus est dit prendre des jours ou même des semaines.

Levengood et Burke présument que cette poussière a été libérée pendant une pluie exceptionnellement intense de météore des Perséides, qui ont apparemment eu un pic presque deux semaines plus tôt. Au cours de leur examen au microscope des particules ils ont noté des patterns de "craquelures" et des bulles là où les gouttelettes météoritiques fondues avaient partiellement refondu. Essayant d'expliquer pourquoi les gouttelettes fondues n'ont pas brûlé les blés Levengood et Burke proposent que l'humidité à l'intérieur des tiges d'était évaporée et avait produit des gouttelettes d'eau sur les tiges, les isolant de ce fait de l'effet de la chaleur.

Cet "effet de Leidenfrost" a isolé les tiges de la brûlure. Levengood et Burke ont été tellement excité par leur découverte qu'ils ont rapidement fait circuler le rapport H-Glaze à de nombreuses sources, incitant des céréologistes "à faire des aimants une partie standard de leur équipement de terrain" pour localiser encore de la poussière météorique. En outre, les auteurs affirment que "cet incident fournit une preuve rare et directe pour un modèle théorique de formation des crop circles - des tourbillons de plasma, qui précédemment étaient seulement indiqués d'une manière indirecte." Ils continuent pour citer la confirmation de leurs résultats en déclarant que le blé affecté montre "des différences extraordinaires" avec des échantillons témoins en termes de test d'alpha et de taux de croissance mesurés. Dans leurs conclusions Levengood et Burle prétendent avec assurance représenter "la communauté scientifique mondiale" et ils défient les farceurs d'expliquer comment ils ont "empli l'atmosphère de poussière météorique, l'ont réchauffé et l'ont fait tomber sans la moindre contamination". Ils font la prédiction que les crop circles apparaîtront plus fréquemment lors de pluies de météores suivantes qu'à n'importe quel autre moment.

Le pot aux roses?

Eh bien, si toutes les affirmations faites par Levengood et Burke étaient vraiment fondées nous aurions une percée importante qui ferait faire un saut conceptuel géant à notre compréhension du phénomène des crop circles. Cependant, comme nous sommes venus à nous y attendre dans ces affaires, les faiseurs de crop circles n'étaient pas prêts à laisser Levengood et Burke s'en tirer avec une affirmation si étonnante sans un certaine sorte de réponse - oh que non!

Le 25 juillet 1994 Robert Irving a écrit à John Burke. La lettre d'Irving disait:

"Ce n'est pas notre intérêt principal que de contredire vos résultats... au lieu de cela, notre intention est d'utiliser votre rapport en tant que matériel de source textuel pour une exposition prochaine qui se tiendra au nom de la galerie Agence, à Londres. L'exposition en question (intitulée 'Fe3') comportera un coffret en verre modèle de musée avec un texte montré sur le verre. A l'intérieur du coffret, au-delà du texte, il y aura une bouteille standard de laboratoire de chimie de l'université d'Oxford contenant des particules de fer de catégorie fine. Cette bouteille a été à l'origine adressée, marquée, et timbrée pour correspondre au crop circle qui constitue le sujet de votre rapport... et sera montrée dans son état original. Des échantillons restants de la 'poussière grise' seront également montrés. Tout le texte vous sera entièrement crédité, citant les tests et les conclusions du Dr W.C. Levengood. Le contexte de l'exposition peut être en gros résumé par l'équation théorique suivante: Si la science est incongrue au mysticisme, et si le mysticisme est représenté par l'art, la est-ce que la science 'bidon' peut être élevée à une forme d'art? La galerie concernée semble assurément le penser, et nos doigts sentant l'impulsion d'une tendance croissante vers la conscience millénariste qui sembleraient le confirmer."

Nous avons reproduit la propre photographie d'Irving de la bouteille de laboratoire à la page 8. Cette bouteille a été exhibée à une galerie d'art de Londres sur la rive sud durant septembre et le texte d'accompagnement est reproduit à cette page. Le "Late Show" de la BBC2 a pris de l'intérêt pour l'objet exposé rempli de fer et ils ont filmé une interview avec Irving durant septembre (pour preuve, téléphoner à Matthew Collings au Beeb). En attendant, une dispute furieuse s'est développé entre Levengood et Burke, d'une part, et Irving et Montague Keen [mk1], de l'autre.

Irving a envoyé des échantillons du lot original de la poudre de fer à Montague Keen et les a offerts à Levengood et Burke, qui jusqu'ici n'ont pas accepté cette offre. L'intention d'Irving est de permettre à chacun des trois de comparer ces échantillons au lustre découvert dans les formations de Cherhill. Keen a très raisonnablement suggéré que ces échantillons, et ceux trouvés dans les formations de Cherhill, soit soumis à un test indépendant par un laboratoire honorablement connu pour établir s'ils sont une même chose.

Eloquemment, à l'heure où j'écris, Burke et Levengood ont encore à répondre à cette offre. En outre, Burke et Levengood ont failli à fournir des réponses complètes à une série de questions de statistiques détaillées que je leur avais envoyées durant fin septembre (lettres disponibles comme d'habitude).

Il n'est peut-être pas étonnant que ces chercheurs ont refusé d'être impliqués plus avant dans cette affaire vu leur promotion des "différences extraordinaires" entre les graines enduites de fer d'Irving et les graines de contrôle. S'ils devaient le faire, et si les affirmations d'Irving sont vraies, alors le caractère fallacieux des tests alpha serait exposé à la vue de tous.

Conclusions

Le rapport H-Glaze est encore une autre histoire amusante dans le long canular des crop circles, une autre démonstration de la faillite des chercheurs à atteindre une véritable objectivité dans leur travail, et une autre leçon impressionnante de la puissance du mythe de l'anomalie. Personne ne peut douter de la sincérité de Levengood et Burle, et leur attachement à leur travail mérite l'éloge. Mais ce travail est fatalement défectueux pour deux raisons principales - le désir désespéré de trouver une explication anormale de la part de Levengood et Burke, et leur naïveté visible quand il s'agit de comprendre l'ampleur véritable des preuves de canular et de la dissimulation massive de ces preuves par le groupe des croyants ces dernières années. Et voilà, ainsi va le monde!

Dans un article titré "Commentaire sur 'H-glaze expliqué' posté sur www.xstreamscience.org, en mai, 2005, W.C. Levengood et John Burke ont ajouté une autre notion très idiote à leur "H-glaze" ou "plasma météorique créant des crop circles":

"D'Autres Incidents Semblables: Notre papier cite une découverte qui est de façon saisissante semblable, à Trans-en-Provence en France, en 1981. Là, une boule de lumière incandescente a laissé un résidu sur la terre remarquablement semblable à celle du H-glaze."

Burke et Levengood sont tellement ignorant de la littérature ufologique qu'ils sont parvenus à croire, ou essayé de faire croire, que le très célèbre rapport d'observation d'OVNI de 1981 à Trans-en-Provence était un rapport d'une "boule de lumière incandescente", alors qu'en réalité ce n'est pas vrai du tout: l'OVNI rapporté, s'il n'était pas simplement une pure invention du témoin, n'était ni une lumière, ni incandescent, ni une boule, mais un objet solide, non-lumineux, non-incandescent, métallique, avec une structure nettement décrite, un objet totalement "tôle-et-boulons"!

A gauche: Dessin de l'OVNI de Trans-en-Provence par le témoin.

Simplement parce qu'ils croient que les météores créent des "tourbillons de plasma" qui seraient lumineux et aplatiraient des céréales pour créer des crop circles, Levengood et Burke parviennent à déformer n'importe quoi à l'appui de cette théorie insensée.

Et naturellement il est tout à fait désopilant que ces ufologues qui prétendent que des crop circles sont créés par des extraterrestres ou OVNIS citent Levengood et Burke comme "experts en crop circles" comme s'ils soutenaient une explication des crop circles par des extraterrestres ou des OVNIS, quand en réalité ils croient avoir démontré que ces crop circles sont créés par un phénomène totalement naturel de plasma météorique!

Notes:

(Ne sont pas dans le texte original! Notes par moi-même pour information de mes lecteurs, si besoin est).

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 6 avril 2009