France -> Officiels -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Officiel, France:

En France, il n'y a toujours aucune liberté d'accès à l'information sur les OVNIS comme c'est pourtant maintenant le cas dans la plupart des autres pays, USA, Royaume-Uni, Espagne, Italie etc., si ce n'est qu'en principe, les informations sont éventuellement accessibles 60 ans après leur rédaction. (Donc 2014 pour des affaires remontant à 1954 etc). Il se trouve tout de même que si vous êtes "Quelqu'un d'Important" comme le journaliste Jean-Claude Bourret dans les années 70, ou si vous avez des "Amis dans le Sérail", ou en quémandant, vous pouvez glaner quelques éléments, dont celui-ci.

Du "GEPAN" au "SEPRA", 1988:

Ce document a été reproduit dans la littérature ufologique grand public depuis longtemps disponible.

Le document:

Scan

Transcription:

CNES

[CENTRE NATIONAL D'ETUDES SPATIALES]

Lettre d'information

A compter du 25 novembre 1988, le centre National d'Etudes Spatiales a créé un Service d'Expertise de Rentrées Atmosphériques, le SEPRA.

Ce service est chargé:

  • du suivi des objets satellisés rentrant dans l'atmosphère
  • du recueil et du pré-traitement des informations concernant les phénomènes aérospatiaux non identifiés

Comme par le passé, les activités relatives aux phénomènes spatiaux non identifiés se feront sur la base de protocoles s'accord réactualisés entre le CNES et les administrations publiques (Gendarmerie, aviation civile et militaire, Météorologie Nationale). Toutefois, la production et la vente des documents techniques au public sont arrêtés.

Le SEPRA est rattaché au sein de la Sous-Direction Exploitation des Systèmes Opérationnels du Centre Spatial de Toulouse au Département ESO/SC.

Activités du SEPRA

Les rentrées atmosphériques

  • Sélection des objets satellisés et suivi en fonction des critères définis par la Direction du Centre Spatial de Toulouse pour la détermination du créneau de rentrée de ces objets.
  • Mise en place de procédures de coordination et des moyens lors de rentrées particulières (type SKYLAB, COSMOS 1900, etc).

Les phénomènes aérospatiaux non identifiés

  • Collecte et gestion des informations concernant les phénomènes aérospatiaux non identifiés.
  • tri et expertises de ces informations
  • organisation d'enquêtes approfondies
  • mise à la disposition de ces résultats aux laboratoires et organismes de recherches désireux de les utiliser dans e cadre de leurs propres travaux
  • coordination éventuelles d'études pluridisciplinaires dans ce domaine.

Toulouse, le 14 septembre 1989

Je veux donner quelques explications à propos de ce document.

Comme tout le monde peut le savoir ou l'ignorer, en 1977 la France a mis en place un groupe d'étude sur les rapports d'OVNIS appelé GEPAN, qui fonctionnait au sein du CNES.

Le GEPAN a fait son travail et en a conclu qu'il y a des rapports d'OVNIS ayant des explications ordinaires, mais aussi d'autres, qui sont des rapports d'objets réels qui ne peuvent pas venir de la terre. La publication de ce résultat (*) a été empêchée. Le dirigeant du GEPAN, Claude Poher, est parti faire du bateau, ce qui a intrigué les ufologues.

(*) Je ne peux pas reprendre tout le dossier ici, des documents dans cette section éclairent ou éclaireront tous ces points.

En 2005, Claude Poher explique à propos d'un cas sur lequel il a enquêté quand il dirigeait le GEPAN (http://www.premiumwanadoo.com/universons/ovni_gbFr/cussac_fr.html):

"Ainsi, mon objectif est-il bien ici "d'aider nos contemporains à se faire une opinion par eux-mêmes sur les faits de Cussac". Parce que j'estime que l'enjeu est important. Il me semble en effet avoir quelques raisons de pouvoir donner un point de vue éclairé, parce que c'est bien moi qui ai fondé le GEPAN au CNES en 1977. C'est bien moi qui ait mené l'enquête officiellement sur place, à Cussac, en 1978, pendant deux jours, avec trois autres personnes. C'est bien moi qui ai fait présenter l'analyse des témoignages de Cussac à un Comité scientifique officiel composé de huit personnes, en 1978. Enfin c'est bien moi qui ai décidé de quitter la direction du GEPAN en 1979, tout simplement parce que le CNES entendait nous "empêcher de publier nos travaux", pour des raisons "manifestement scientifiques", comme le dira publiquement Monsieur Curien 25 ans plus tard, à un journaliste de "Ciel et espace" en 2004, "Cela faisait partie du contrat. Nous ne souhaitions pas publier pour ne pas entrer dans des polémiques publiques."

La lettre qui précède établit le remplacement du GEPAN par le SEPRA.

Deux choses sont à noter:

Quand au début des années 1990, Jean-Jacques Velasco, l'ingénieur qui dirigeait ce SEPRA a écrit que les OVNIS sont réels, il n'aura aucun document, aucun travail réalisé au sein du SEPRA, pour justifier son opinion.

Quand au début de 2005, il publiera son livre pour y dire que les OVNIS sont extraterrestres, il n'aura rien non plus a publier issu du SEPRA, aucun document, aucun travail réalisé au SEPRA, pour justifier son opinion, si ce n'est trois cas datant du GEPAN déjà connus depuis lors.

Et le SEPRA sera alors fermé, le CNES assurant que les OVNIS extraterrestres ne sont qu'une opinion personnelle de Jean-Jacques Vélasco, et que sa mission se poursuivra sous quelque autre forme restant à définir.

Ce qui n'empêche pas certains de nous jurer qu'il n'y a rien de secret à propos des OVNIS en France, que tout est clair et transparent...

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 3 juillet 2005.