France -> Officiels -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Officiel, France:

En France, il n'y a toujours aucune liberté d'accès à l'information sur les OVNIS comme c'est pourtant maintenant le cas dans la plupart des autres pays, USA, Royaume-Uni, Espagne, Italie etc., si ce n'est qu'en principe, les informations sont éventuellement accessibles 60 ans après leur rédaction. (Donc 2014 pour des affaires remontant à 1954 etc). Il se trouve tout de même que si vous êtes "Quelqu'un d'Important" comme le journaliste Jean-Claude Bourret dans les années 70, ou si vous avez des "Amis dans le Sérail", ou en quémandant, vous pouvez glaner quelques éléments, dont celui-ci.

Un OVNI décolle dans la Sarthe, 1977:

Ce document a été reproduit dans la littérature ufologique grand public commerciale depuis longtemps disponible.

Groupement: Sarthe.
Compagnie: Mamers.

Le 14 décembre 1977 à 14 heures, nous nous rendons aux établissements L[-] à Fye (72) pour rencontrer deux ouvriers susceptibles d'avoir aperçu, selon la rumeur publique, un objet volant non identifié (OVNI). Il s'agit de MM. R. R., 22 ans, et F. A., 27 ans, demeurant respectivement le premier commune de Saint-Ouen-de-Mimbre (72) et le deuxième à Oisseau-le-Petit (72).

Ces deux personnes nous confirment avoir été témoins d'un phénomène insolite auquel aucune explication n'a pu être donnée. Ce fait remonte déjà au 4 décembre 1977 et s'est produit sur le territoire de la commune d'Asse-le-Boisne (72),

Etat des lieux et constatations.

En compagnie de MM. R. R. et F. A., nous nous rendons sur les lieux afin de procéder aux constatations d'usage.

Les deux témoins oculaires de cette apparition nous conduisent à l'entrée d'un champ situé à 500 mètres environ de la sortie nord-est de l'agglomération d'Asse-le-Boisne (72), en bordure de la route départementale reliant cette localité au village de Saint-Victeur (72). Cet endroit se trouve à proximité du lieu-dit "Lévrigné".

Le champ est délimité par des haies et des arbres. Le terrain est très humide, ce qui le rend difficilement praticable pour des véhicules dits de tourisme. Il y a très peu d'herbage, néanmoins du chaume subsiste encore. Nous remarquons que le sol est en très grande partie marqué de nombreuses empreintes de pieds de bovins ou autres animaux d'élevage.

La surface du champ est plane, avec une légère déclivité sur sa partie droite.

Les deux témoins étant restés à l'entrée du champ au moment où ils ont aperçu l'objet, ils ne peuvent nous donner l'emplacement précis où ce dernier se trouvait. Cependant, nous parcourons la surface du terrain dans sa presque totalité et nous examinons minutieusement le terrain. Nous ne remarquons aucun indice ou trace suspecte, rien qui puisse laisser supposer qu'un objet ou appareil volant ait pu se poser à cet endroit.

Nous mentionnons cependant qu'un délai de dix jours s'est écoulé entre l'apparition de l'objet et le recueil de l'information. Il est peut-être possible que des intempéries ou de mauvaises conditions atmosphériques aient pu effacer d'éventuelles traces.

Enquête.

Le 14 décembre 1977 à 14 h 30, après avoir procédé aux constatations d'usage de l'état dès lieux, nous nous rendons au lieu-dit "Lévrigné" afin de savoir si les habitants n'ont rien aperçu de suspect, ou même entendu, dans la nuit du 3 au 4 décembre 1977 près de chez eux, ou si par hasard, ils ne se sont pas trouvés en présence d'un phénomène étrange. Ceux-ci nous répondent par la négative.

N'ayant recueilli aucun renseignement positif sur les lieux, nous retournons au bureau de notre unité, où nous procédons séparément à l'audition des deux témoins oculaires de cette scène.

A 15 h 40, nous entendons M. R. R. Celui-ci nous déclare que le 4 décembre 1977 vers 0 h 30 du matin, alors qu'il revenait d'un bal à Sougé-le-Ganelon (72) à bord de son véhicule personnel et en compagnie d'un camarade de travail (F.A.) il remarque une lueur d'une forte intensité près de la localité d'Asse-le-Boisne (72). Pensant qu'il s'agit d'un feu de souches mortes, il décide, avec son camarade, de s'en assurer. Arrivé sur les lieux, il se trouve en présence d'un objet étrange, posé dans un champ situé près de la localité précitée (environ 500 mètres), d'une couleur rouge orange, ayant la forme d'un cercle au dessus plat, mesurant entre 1 mètre et 1,30 mètre de hauteur et de longueur. Néanmoins, au fur et à mesure qu'il s'approche de l'appareil (une cinquantaine de mètres), la lueur diminue d'intensité, ne provoquant aucun éblouissement. Aucune chaleur ne provenait de cet objet, ainsi qu'aucun bruit, ni ronflement. Après avoir observé cet objet insolite pendant une durée de trois à quatre minutes, M. R. et son camarade F. repartent en empruntant la route de Saint-Victeur (72). A peine le conducteur de la voiture a-t-il fait 150 mètres que l'objet le dépasse en s'élevant progressivement en l'air. Ce dernier côtoie le véhicule tout le long d'un parcours de 10 kilomètres environ. R. et son camarade aperçoivent une dernière fois l'objet volant derrière les bâtiments de notre unité, se déplaçant à faible allure dans le ciel. Les circonstances atmosphériques au moment de cette apparition étaient très bonnes. Il ne pleuvait pas et il n'y avait pas de brouillard. Le témoin nous affirme n'avoir ressenti aucun trouble à l'approche de cet objet. Il conclut sa déclaration en affirmant être de bonne foi et précisant que s'il avait été le seul témoin de cette scène, il aurait hésité à en parler.

A 15 h 50, M. F. A. entendu séparément, confirme les circonstances dans lesquelles il aperçut l'objet volant en compagnie de son camarade. Il décrit l'objet d'une façon un peu différente de celle de son camarade R. R. Selon lui, l'objet ressemblait à une assiette renversée et était équipé de vitres. Il n'émettait pas de bruit et sa couleur était orange. Il affirme que les conditions atmosphériques étaient très bonnes et qu'il y avait même un faible clair de lune. il maintient qu'il ne s'agit pas d'un canular et qu'il se trouvait dans un état normal. Il ajoute n'être pas venu rapporter les faits à notre unité, n'ayant pu donner d'explications valables sur ce qu'il venait de voir et ne voulant pas se montrer ridicule. (Cf. pièce n° 3.)

Le 15 décembre 1977, au bureau de notre unité, se présente M. R. M., demeurant [adresse]. Il vient porter a notre connaissance des faits dont il a été le seul témoin oculaire. En effet, il nous déclare verbalement avoir vu le 19 décembre 1977 à 18 h 45 un engin volant lumineux se déplaçant dans le ciel. Il nous affirme qu'il ne s'agissait pas d'un avion.

Ce même jour, M. D. R., demeurant [adresse], à Arnage (72) nous informe par voie téléphonique que le vendredi 9 décembre 1977 vers 21 heures, il a remarqué un appareil lumineux se déplaçant dans le ciel dans la direction nord-sud (Le Mans vers Tours). Cet objet étrange était circulaire, formé d'une couronne verte, d'un noyau central jaune et équipé d'une sorte de queue en triangle isocèle. La vision de cet appareil était très nette et sa vitesse ne se comparaît pas à celle d'un avion de ligne ou autre.

Le 16 décembre 1977, nous sommes avisés par une personne demeurant à proximité de l'endroit où s'est posé l'objet, plus précisément au lieu-dit "Lévrigné" sur la commune d'Asse-le-Boisne (72), de ce que sa voisine Mme. B., une personne âgée, a remarqué le 4 décembre 1977 vers 2 heures un phénomène étrange.

A 15 h 15, au cours d'un service, nous nous rendons au domicile de cette personne afin de recueillir d'éventuels renseignements utiles à l'enquête en cours. Celle-ci nous déclare que le 4 décembre 1977, vers 1 h 30, elle a été réveillée par les aboiements de son chien qui se trouvait à l'extérieur de la maison. C'est alors que, de son lit, elle a aperçu une lueur orangée. Elle s'est dépêchée d'ouvrir la porte pour faire entrer l'animal. Ce dernier était très nerveux. Elle nous précise qu'elle n'a pas vu d'objet, mais seulement une lueur orangée, semblable à celle fournie par l'éclairage des autoroutes. De plus, elle nous affirme que, ne pouvant plus se rendormir, elle a voulu écouter la radio. Malgré ses efforts, elle n'a pu découvrir de stations émettrices, celles-ci étant brouillées par d'importants parasites. Les indications données par Mme. B. concernant la position de cette lueur orangée semblent correspondre avec le sens de direction de l'objet aperçu par R. et F.

A ce jour, aucune autre personne n'est venue nous apporter son témoignage sur des faits similaires.

Clôture.

La présente procédure est adressée aux différents destinataires tels que le détail en figure sur le bordereau d'envoi.

Fait et clos à Oisseau-le-Petit, le 19 décembre 1977.


Ce jour, 14 décembre 1977, nous entendons:

R. R., 22 ans, ouvrier d'usine, demeurant à Saint-Ouen-de-Mimbre (72), qui nous déclare à 15 h 40:

Dimanche matin, vers 0 h 30, je revenais du bal de Sougé-le-Ganelon en compagnie de mon camarade F. A., ouvrier d'usine, demeurant Oisseau-le-Petit (72). Nous nous déplacions à bord de mon véhicule Citroën 2 CV.

A la sortie de l'agglomération de Sougé-le-Ganelon (72), mon camarade et moi-même avons aperçu une lueur d'une couleur rouge-orange. Nous avons aussitôt pensé qu'il s'agissait d'un feu de souches mortes. Nous avons donc voulu nous en assurer et nous nous sommes approchés de l'endroit d'où provenait cette lueur.

Nous nous sommes arrêtés à proximité de l'entrée d'un champ située à 500 mètres environ de la sortie de l'agglomération d'Asse-le-Boisne (72).

De l'endroit où nous étions arrêtés, nous avons constaté un phénomène étrange.

En effet, j'ai aperçu un objet brillant posé sur le sol. Il était d'une couleur orangée. Il mesurait environ entre 1 mètre et 1,30 mètre de hauteur, et 1 mètre et 1,30 mètre également de longueur.

Je n'ai pas remarqué si l'engin qui était devant nous à une cinquantaine de mètres possédait des pieds ou des trains d'atterrissage.

En ce qui concerne la luminosité de cet objet, je tiens à mentionner que la première fois que nous l'avons aperçue, elle nous semblait très étendue. Mais au fur et à mesure que nous nous sommes approchés du lieu, cette lumière s'est réduite au point de ne pas éblouir.

Cet objet n'émettait aucun bruit, ni ronflement. En ce qui concerne la forme de l'appareil, il était circulaire, au dessus plat, le tout illuminé par une lueur orangée.

Nous sommes restés à observer cet objet étrange environ trois à quatre minutes. Puis, nous sommes partis en direction de Saint-Victeur (72), empruntant la même route qu'à l'aller.

Nous avions fait 150 mètres environ lorsque cet objet est passé devant nous à une hauteur supérieure à celle d'un clocher d'église. Il s'élevait à une vitesse similaire à celle d'un hélicoptère. Cependant, nous n'entendions toujours aucun bruit, ni ronflement.

L'objet a survolé les bois d'Asse-le-Boisne (72.), puis s'est dirigé vers Saint-Victeur et Oisseau-le-Petit. A plusieurs reprises, nous avons côtoyé cet engin. Puis nous l'avons perdu de vue pour le retrouver une dernière fois derrière le bâtiment de la brigade de gendarmerie d'Oisseau-le-Petit (72).

L'objet se trouvait en l'air, aussi je ne peux dire s'il était immobilisé ou s'il continuait sa route.

A aucun moment, nous n'avons aperçu des êtres à proximité de l'appareil ou à l'intérieur même de celui-ci.

S.I. ["Sur Intervention", cad, en réponse à une question]: Non, l'objet ne dégageait pas de chaleur.

Mon camarade et moi-même avons été fortement impressionnés par ce que nous avons vu. C'est la première fois que nous observons de tels phénomènes. Et je ne peux vous donner aucune explication réelle de ce que j'ai aperçu ce soir-là.

Je ne pense pas qu'il y ait eu d'autres témoins de cette vision.

Ce soir-là, il ne pleuvait pas, le ciel était étoilé et les conditions atmosphériques étaient bonnes.

Je tiens néanmoins à signaler que ces faits dont j'ai été témoin avec mon camarade se sont passés le 4 décembre 1977, c'est-à-dire il y a environ quinze jours. Aussi, il y a peut-être certains détails qui m'ont échappés.

C'est tout ce que j'ai à dire sur cette affaire, si ce n'est que je suis de bonne foi et que j'ai bien vu cet objet étrange. Si mon camarade F. n'avait pas été avec moi au moment de cette apparition, j'aurais certainement hésité à rapporter les faits tels que je les ai aperçus.


Le 14 décembre 1977, à 16 h 25.

Ce jour, 14 décembre 1977, nous entendons:

F. A., ouvrier d'usine, demeurant à Oisseau-le-Petit (72), qui nous déclare à 15 h 50:

Dans la nuit du 3 au 4 décembre 1977, vers 1 heure, alors que je revenais du bal de Sougé-le-Ganelon en compagnie de mon camarade R., et alors que nous nous trouvions entre Asse-le-Boisne et Saint-Victeur, j'ai aperçu au loin une lueur orange forte et attirante. Nous avons tout de suite pensé qu'il pouvait s'agir d'un tas de racines qui pouvait brûler. Nous avons donc décidé d'aller voir ce que c'était.

Dès que nous sommes arrivés en bordure du champ, nous avons stoppé et nous avons alors constaté qu'il ne s'agissait pas d'un incendie. Nous avons constaté qu'il s'agissait d'une espèce d'avion. La lueur n'avait pas changé et en ce qui concerne cet engin, je dois dire qu'il m'a semblé s'agir de quelque chose ayant la forme d'une assiette renversée et d'un diamètre de l'ordre de 2 mètres. Il était posé au sol, ou nous a semblé l'être. Il avait à mon avis une hauteur de 1,20 à 1,30 mètre. En fait, il faisait comme une coupole et au bas, il y avait des vitres. Je me souviens parfaitement qu'il y en avait. Nous devions nous trouver environ à 15 mètres de cet engin. Nous ne nous sommes pas approchés, mais mon camarade a juste arrêté son moteur pour entendre un bruit éventuel. Il ne faisait aucun bruit. Nous avons donc décidé de ne pas nous en approcher, et nous sommes remontés en voiture et sommes partis.

Il est parti presque aussitôt en direction d'Oisseau. Il est passé au-dessus des bois d'Asse en montant en biais. La couleur était restée la même. Il n'a fait aucun bruit, ni en décollant ni en montant. Nous l'avons suivi pour voir où il allait et nous avons alors constaté qu'il effectuait un arrêt au-dessus du champ, derrière la brigade. En fait, il n'était pas arrêté, mais avançait tout doucement. Nous ne nous sommes pas attardés et sommes rentrés chez nous.

En ce qui me concerne, je n'ai ressenti aucun trouble dû à cette observation. Nous n'avons entendu aucun animal au cours de notre arrêt à proximité de cet engin.

Il faisait parfaitement beau ce matin-là. Il n'y avait pas de brouillard. Il y avait un peu de clair de lune et il faisait noir. Je ne pense pas qu'il puisse s'agir d'un phénomène d'optique dû à la Lune. Il ne s'agit absolument pas d'un canular, mon camarade et moi étions dans un état parfaitement normal et nous ne faisons que vous rapporter ce que nous avons vu.

Nous n'avons pas songé à venir vous en parler, car nous nous sommes dit que c'était un engin que nous n'avions jamais vu de notre vie et que personne ne voudrait nous prendre au sérieux.

Le 14 décembre 1977, à 16 h 20.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 2 mai 2006.