Science -> AccueilAcceuil
This page in English

Scientifiques et OVNIS:

DR DAVID R. SAUNDERS:

Le Dr David R. Saunders était Professeur de Psychologie à l'Université du Colorado et plus tard Associé aux Recherches à l'Industrial Relations Center de l'Université de Chicago.

Il est devenu membre du projet Colorado, le prétendu effort scientifique civil indépendant de recherches sur les OVNIS mené à l'Université du Colorado sous l'égide du Professeur Edward Condon, et connu sous le nom de "rapport Condon."

Il a pensé que cet effort serait une évaluation impartiale, mais a bientôt découvert une note interne au projet qui a montré que la conclusion était déjà décidée dans les esprits d'Edward Condon et son adjoint Robert Low: les OVNIS n'existent pas et il suffira de faire semblant de les étudier. Puisqu'il a osé protester publiquement sur la partialité de cette idée, et qu'il a montré la note interne à la presse, lui et le Dr Levine, co-découvreur du fameux mémo, ont été mis à la porte sous le motif de "l'incompétence." Plus tard, la moitié des membres du groupe Condon a démissionné, comme protestation contre les préjugés évidents du projet.

Peu après avoir été mis à la porte du groupe "Condon", il a écrit un livre qui est resté largement ignoré, "OVNIS? Oui! En quoi le Comité Condon a mal tourné," dans lequel il a détaillé les raisons pour lesquelles Condon et Low ont décidé d'ignorer des cas d'OVNIS probants, et comment leur conclusion était formulée à l'avance d'une façon partiale. Il a également détaillé pourquoi d'autres scientifiques de ce projet ont déterminé que les OVNIS pourraient être des véhicules spatiaux, et comment ils ont été mis à la porte ou comment leur conclusion a été ignorée.

En tant que membre du groupe "Condon", le Dr David Saunders avait établi une base de données sur ordinateur nommée UFOCAT comportant des rapports d'OVNIS stockés en utilisant un système de codage qu'il a conçu. Il a continué ce travail après la fin du projet Colorado avec l'aide du centre d'études des OVNIS de J. Allen Hynek (le CUFOS) jusqu'en 1980. Il y avait alors plus de 106.000 observations d'OVNIS dans le catalogue. UFOCAT n'a pas été maintenu pendant environ dix années après 1980 mais il a été maintenant réactivé par le Dr Donald Johnson, un ancien associé du Dr Saunders et membre du conseil du CUFOS.

Différences dans la répartition

Avant que cela ne soit fini j'avais établi un arrangement complet du codage, et environ 7.500 rapports ont été traités - je me dirigeais vers les 10.000 pour fournir une bonne base pour des analyses statistiques. Cependant, même lorsque nous avions fait coder seulement quelques centaines de rapports et les avions rassemblés dans un "catalogue des observations," il était possible de voir quelques différences intéressantes concernant la qualité des rapports arrivant de différentes sources, et qui était d'autant plus intéressant quand il s'agissait de considérer ces derniers à la lumière de l'ensemble de questions qui pourraient avoir été utilisé pour rejeter les faux OVNIS.

Par exemple, un aspect très fondamental est la durée de l'observation. Les observations très brèves sont susceptibles d'être des météores ou des avions à réaction, et même si elles sont des OVNIS, ils ne peuvent pas contenir beaucoup d'information. Les observations très prolongés sont les plus susceptibles d'être des ballons (pendant la journée) ou des objets astronomiques (la nuit). Par conséquent, il y a une durée optimale pour une observation d'OVNI, environ cinq à quinze minutes - assez longtemps pour observer quelque chose d'intéressant à rapporter, mais pas trop longtemps. Quand j'ai fait les répartitions des durées associées aux rapports venant du Projet Blue Book et celles provenant des rapports du NICAP, puisque c'étaient alors nos seules sources courantes de rapports "non filtrés", j'ai été frappé par la différence dans les distributions. Le Projet Blue Book avait eu une proportion beaucoup plus élevée de durées extrêmement courtes et également une proportion sensiblement plus élevée de durées extrêmement longues, suggérant qu'ils aient traité une collection de rapports potentiellement plus explicable. Les rapports de NICAP ont inclus une proportion beaucoup plus élevée dans la gamme moyenne des durées qui nous intéressaient. J'ai alors été en mesure de faire des comparaisons basées sur d'autres caractéristiques pertinentes des rapports - par exemple, les couleurs rapportées, les heures, la taille apparente, le nombre de détails - je suis sûr que des patterns semblables auraient émergé.

Ce que j'ai fait ensuite a été de passer en revue les listings d'ordinateur pour voir quelle proportion des rapports courants venaient à nous par plus d'un canal. Le résultat de cet exercice a fait beaucoup pour expliquer les résultats précédents. Les seules observations dont nous avons eu connaissance à la fois par Blue Book et par le NICAP étaient des observations qui avaient obtenues assez de publicité pour que nous entendions parler d'elles encore par bien d'autres sources - des coupures de presse ou des appels téléphoniques. Excepté le chevauchement créé par ce nombre relativement petit de cas notoires, les échantillons de Blue Book et du NICAP étaient complètement différents.

Extrait de "UFOs? Yes! Where the Condon Committee Went Wrong - The inside story by an ex-member of the official study group", livre par le Dr David Saunders et R. Roger Harkins, World Publishing, New York, p. 119, 1969.

REFERENCES:


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 28 décembre 2003