ALSACAT -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

ALSACAT:

Comme son nom le suggère, ALSACAT est mon catalogue exhaustif à terme des affaires d'OVNIS en Alsace, qu'elles soient "expliquées" ou "inexpliquées".

Le catalogue ALSACAT donne pour chaque cas un dossier comprenant un numéro de cas, un résumé, des informations quantitatives (date, lieu, nombre de témoins...), des classifications, l'ensemble des sources mentionnant l'affaire, avec leur références, une discussion du cas dans le but d'une évaluation de ses causes, et un historique des changements apportés au dossier. Un index général et des sous-catalogues thématiques donnent accès à ces dossiers Alsaciens.

Cas de Mulhouse, le 5 novembre 1990:

Numéro de cas:

ALSACAT-1995-11-05-MULHOUSE-1

Résumé:

L'ufologue Franck Marie, persuadé qu'une vague de plus de 400 OVNIS avait survolé la France le 5 novembre 1990, indique une observation à Mulhouse à la gare SNCF ce soir-là à 18:37 à plus ou moins 8 minutes près et d'une durée de 30 secondes.

Le récit provient d'une lettre d'un témoin du 8 novembre 1990.

Le témoin écrit qu'entre 18:30 et 18:45 environ, elle sortait de chez elle, le bâtiment annulaire en face de la gare SNCF, et traversant le petit square qui occupe le centre de l'hémicycle, en se dirigeant vers la gare, elle a soudain aperçu devant elle, à une altitude qui lui a paru relativement peu élevée, une série de points lumineux assez espacés pour certains, d'autres plus rapprochés, de couleurs, d'intensité et de tailles diverses, qui lui ont d'abord fait penser que c'était un gros avion de ligne volant à très, très basse altitude.

Elle s'est dit "Ils sont fous!"; mais elle a aussitôt réalisé que cela ne pouvait pas être un avion unique , mais plutôt d'une escadrille d'avions.

Certains des points lumineux étaient comme suivis, ou précédés, de faisceaux lumineux très clairs, comme diffusés par de puissants projecteurs, et le tout se déplaçait parfaitement en même temps, assez lentement, du nord-est vers le sud-ouest, en glissant littéralement, sans le moindre bruit, ni pendant ni après le passage.

Elle a été tellement subjuguée qu'elle ne saurait même pas dire si d'autres personnes traversaient le square à ce moment-là l'avaient aussi vu, et indique que c'était "très beau, impressionnant, inattendu", que ce n'était pas un fouillis de lumières disposées en tous sens, mais un ensemble presque géométrique, homogène, plutôt un rectangle qu'un triangle ou un losange.

Il s'agissait là, évidemment, d'une des nombreuses observations de ce qui n'était en rien un "OVNI", mais des débris incandescents de la fusée russe Proton qui ont traversé les cieux de France du Sud-Ouest au Nord Est ce jour-là et à ce moment-là.

Données:

Données temporelles:

Date: 5 novembre 1990
Heure: Approximativement entre 18:30 et 18:45.
Durée: 30 secondes.
Date du premier rapport connu: 8 novembre 1990
Délai de rapport: 3 jours.

Données géographiques:

Département: Haut-Rhin
Commune: Mulhouse
Lieu: Entre le bâtiment annulaire et la gare, OVNI dans le ciel.
Latitude: 47.743
Longitude: 7.341
Rayon d'incertitude: 100 m

Données concernant les témoins:

Nombre de témoins allégués: 1
Nombre de témoins connus: 1
Nombre de témoins nommés: 0
Ages des témoins: Adulte ou âgé.
Types de témoins: Femme.

Données ufologiques:

Témoignage apporté via: Lettre.
Type de lieu: A l'extérieur en centre ville, OVNI dans le ciel.
Conditions d'éclairage: Nuit
OVNI observé: Oui
Arrivée OVNI observée: Non
Départ OVNI observé: Non
Entité(s): Non
Photographies: Non.
Dessins par témoins: Peut-être.
Dessins approuvé par témoins: Peut-être.
Sentiments des témoins: Impressionné, surpris.
Interprétations des témoins: ?

Classifications:

Hynek: LN
ALSACAT: Rentrée de débris spatiaux.

Sources:

[Ref. fm1:] FRANCK MARIE:

JO 18H37 (+-: 8 mn) 68 MULHOUSE (Gare Sncf) (30 s)

47°45n -7°21e 1 témoin (Lettre du 08/11/90)

"Ce lundi soir, entre 18h30 et 18h45 environ, je sortais de chez moi (bâtiment annulaire en face de la gare SNCF) et, traversant le petit square qui occupe le centre de l'hémicycle, en me dirigeant vers la gare, j'aperçois soudain devant moi, à une altitude qui m'a paru relativement peu élevée, une série de points lumineux assez espacés pour certains, d'autres plus rapprochés, de couleurs, d'intensité et de tailles diverses, qui m'ont fait d'abord croire à un gros avion de ligne volant à très très basse altitude et je me suis dit en moi-même: "Ils sont fous! !" Mais j'ai réalisé aussitôt qu'il ne pouvait nullement s'agir d'un seul avion, mais plutôt d'une escadrille! Certains de ces points lumineux étaient comme suivis (ou précédés) de faisceaux lumineux très clairs, comme diffusés par de puissants projecteurs! le tout se déplaçant parfaitement en même temps, assez lentement, du nord-est vers le sud-ouest, en glissant littéralement, sans le moindre bruit, ni pendant ni après le passage... J'étais tellement subjuguée que je ne saurais même pas dire si d'autres personnes que moi traversaient le square à ce moment-là... c'était très beau, impressionnant, inattendu... Ce n'était pas un fouillis de lumières disposées en tous sens, mais un ensemble presque géométrique, homogène, plutôt un rectangle qu'un triangle ou un losange..."

  • Transit: NE/SO, passage SE (20o/H), à 1 km max, très très bas
  • Vol horizontal en glissade, sans aucun bruit
  • Lumières: une quinzaine de plusieurs teintes
  • Puissants projecteurs aux faisceaux lumineux très clairs
  • Dimensions: entre immeubles distants de 150 m (env) vus à 100 m (env)
  • " déduites: 150 m vus à 100 m ; Longueur (= 1500 m/km)
  • Enorme objet géométrique, homogène, plutôt parallélépipédique
  • Très beau, impressionnant, inattendu!

Le récit est illustré de ce dessin:

Scan

Le récit est accompagné de ce plan:

Scan

[Ref. ra1:] ROBERT ALESSANDRI:

FICHIER OBSERVATIONS 5 NOVEMBRE 1990

Référence;Lieu;Latitude;Longitude
Heure;Durée (sec);Cap;Passage au plus près
Hauteur angulaire;Dimension(m/km);Distance rentrée atmosphérique (origine/passage au plus près)
Description
Remarques

________________________________________

68A;MULHOUSE; 47.75;-7.35
18H37+-;30;SO;SE
20;1500; 935/-93
Lumières formant à peu près rectangle, certaines suivies ou précédées de faisceaux lumineux
Vérifier direction sur plan

[Ref. my1:] FORUM WEB "LES MYSTERES DES OVNIS":

SebastienP Très bonne participation
Masculin Age: 34
Nombre de messages: 187
Inscription: 18/02/2008
Localisation: allemagne
Emploi: Technicien
Passions: Photo Astronomie

Sujet: Re: Les Observations du 5 novembre 1990 un satellite et des ovnis? Sam 05 Mar 2011, 18:07

Merci pour vos encouragements

Voici la liste des observations qui sont a priori incompatibles avec la rentrée atmosphérique:

[...]

68A|MULHOUSE| 47.75|-7.35|18H37+-|30|SO|SE|20|1500| 935/-93|Lumières formant à peu près rectangle, certaines suivies ou précédées de faisceaux lumineux|Vérifier direction sur plan.

[...]

[Ref. sp4:] ASSOCIATION UFOLOGIQUE SPICA:

Commune Date et heure d'observation Forme générale
Identification
Couleur générale
Hypothèse
Conclusion
MULHOUSE lundi 5 novembre 1990 à 19h00 information non communiquée
Non Identifié
noire
Néant
Non résolu -manque d'info

Discussion:

Le 5 novembre 1990, une ou deux minutes après 19:00, se déroule un phénomène tout à fait trivial, expliqué, dépourvu de toute caractéristique d'étrangeté réelle, mais qui suscitera dans une partie de l'ufologie française un véritable délire ovniesque.

Les observations commencent avec une désintégration au-dessus du golfe de Gascogne en France, résultant fragments en combustion vus de loin, généralement et au fur et à mesure de leurs approche, comme un ensemble de trois lumières principales, d'où l'appellation "triangle", de grande dimension angulaire, et suivi de traînées de fumées et flammèches.

Une fois au-dessus du territoire, la chose est vue sous divers angles et à diverses distances par des gens au sol, ce qui donne une gamme de descriptions assez diverses.

La chose traverse la France suivant une ligne à peu près Bordeaux - Strasbourg, en silence, en ligne droite, sans aucune manoeuvre, et en deux à trois minutes, passant Strasbourg à 19:06.

Des observations seront également faire dans le Sud de l'Angleterre, à Londres, en Allemagne, Tchécoslovaquie, Pologne, mais pas au-delà.

Dans la soirée, plusieurs brigades de Gendarmerie contactent le Centre Nationale d'Etudes Spatiales pour signaler ce que des gens leur ont rapporté. Aux brigades d'Angers et de Tulle, des gendarmes ont pu voir le spectacle eux-mêmes. Dans la soirée, le service de presse des armées, le SIRPA, confirme que des pilotes militaires avaient vu quelque chose sans arriver à l'identifier formellement. Près de Paris, aux aéroports d'Orly et de Roissy, le phénomène lumineux est vu depuis les tours de contrôle. Des centaines, voire des milliers de civils rapporteront leurs observations à la gendarmerie, à la presse et aux autres medias.

On parlera à la radio, à la télévision, dans les journaux, d'OVNI, puis de météore, puis enfin la bonne explication sera trouvée, grâce à une information donnée par la NASA: il s'agissait de l'entrée dans l'atmosphère de restes d'une fusée russe Proton lancée depuis le centre spatial de Baïkonour, pour mettre en orbite un satellite Gorizont 21. Les calculs avaient prévu la retombée de débris de la fusée, à sa 36e orbite, traversant la France du Sud-Ouest au Nord-Est le 5 novembre 1990 vers 19:00. Le SEPRA, alors service officiel en charge de ces questions, a fourni cette explications aux agences de presse le 9 novembre 1990.

Dès le 5 novembre 1990, un amateur versé en calculs de trajectoires des satellites et retombées de débris spatial, Pierre Neirinck, avait vu lui-même, et identifié également, indépendamment de la NASA, qu'il s'agissait de débris de la fusée Proton.

Tout ufologue sensé aurait dû dès le début, vu les descriptions, et au moins par la suite, comprendre correctement l'affaire, mais certains n'y voudront rien entendre et parleront de "vague d'OVNIS", de "400 OVNIS", voire de "milliers d'OVNIS", ajoutant souvent à ces observations d'autres, plus ou moins concomitantes, qui n'avaient pas cette explication. Ceci fait que des observations de cette réentrée sont présentées comme des observations d'OVNIS dans la littérature ufologique, et cela comprend des observations faites en Alsace.

Voyons ce cas-ci, se déroulant en des lieux que je connais parfaitement, et qui posent un problème de situation évident:

Pour Franck Marie [fm1], l'observation est donnée comme du "NE/SO, passage SE", du Nord-Est vers le Sud-Ouest ce qui est exactement le sens inverse de la trajectoire des débris de fusée, et "passage SE" que je ne comprends pas - passage au Sud-Est, ou passage par le Sud-Est après arrivée par le Nord-Est en allant ensuite au Sud-Ouest?"

Robert Alessandri [ra1] reprend le cap sud-Ouest le donne un passage au plus près au Sud-est, ce qui est aussi contraire à la trajectoire des débris de fusée russe.

C'est probablement pour cela que "SebastienP" [my1] liste le cas comme incompatible avec l'explication par les débris de fusée. Le SPICA [sp4] ne donne rien de bien correct, l'heure est autre, la couleur "noire" n'existe pas dans le témoignage, la direction n'est pas donnée, et le cas est dit inexpliqué par manque n'information, sans même une "hypothèse" explicative alors qu'il y bien lieu vu la date, l'heure et le lieu, de penser à la fameuse réentrée du 5 novembre 1990.

Ensuite, nous avons un plan et un dessin, apparemment par le témoin.

Voyons donc les lieux réels que je légende ici:

En haut à gauche, nous avons le bien connu "Bâtiment annulaire" où le témoin loge. C'est un immeuble d'habitations annulaire, avec un parc au centre, traversée par une voie donnant côté ville et côté gare. C'est côté gare que le témoin en sort.

Si l'on en croit le plan donné avec le témoignage, le témoin est au point vert, à l'angle de la chambre de commerce, à l'angle entre l'avenue Auguste Wicky dont elle vient et la rue du 17 novembre. Ou quelque part dans le cercle noir dessiné sur le plan, le point noir ne signifiant alors rien.

Si l'on en croit le dessin, elle est au point rouge, à la sortie du passage du bâtiment annulaire, avec la chambre du commerce à sa droite et la tour Wilson à sa gauche.

Sur le dessin, l'intervalle entre la chambre de Commerce et la tour Wilson est donné comme "100 mètres", en réalité c'est 40 mètres. Le témoin est indiqué placée "100 mètres maxi" derrière le milieu de cette ligne côté bâtiment annulaire. Ce serait 70 mètres maximum, faut de quoi elle aurait été dans l'enceinte du bâtiment annulaire. Elle aurait donc été au point rouge, juste en train de sortir par le passage sous le bâtiment annulaire. On a bien cette vue-là depuis cette endroit.

Sur les deux dessins, le phénomène passe de sa gauche vers sa droite. C'est ce qui serait interprété comme "du Nord-Est au Sud-Ouest", le sens contraire de celui des débris. Même si l'on pense à une trajectoire qui ne serait pas parallèle aux deux bâtiments comme indiqué (arbitrairement car la distance a pu changer en cours de route) sur le plan, cela ne collerait pas.

Si l'on en vient au récit, les choses sont encore plus embrouillées: le témoin dit qu'elle a vu la chose "devant elle" en "traversant le petit square au centre de l'hémicycle, en se dirigeant vers la gare". L'hémicycle pourrait être les voies de tram et la chaussée devant la gare, et le seul petit square est bien la "place du Général de Gaulle", elle aurait alors été dans la zone entourée de rouge. Mais le "phénomène aurait dû être derrière elle et non pas devant... Elle aurait eu la tour Wilson à sa droite et la chambre de commerce à sa gauche, le contraire du dessin.

Donc, le phénomène se déplace de sa gauche à sa droite devant elle "du nord-est au sud-ouest", alors que pour voir les débris de fusée elle aurait du se retourner pour le voir passer de sa gauche à sa droite du sud-ouest au nord-est devant elle.

Que s'est-il passé? A-t-on publié des plans et dessins erronés? S'est-elle trompée pour le sens de déplacement et a-t-on fait les dessins erronés de ce fait? Qui a fait les dessins?

Comme la description est tout à fait celle de la rentrée de débris de l'espace, je pense qu'en fait elle était proche de la gare en sortant de la place du Général de Gaulle, qu'elle a regardé en arrière, et vu le phénomène passer de la gauche vers la droite au-dessus de la chambre de commerce en direction de la tour Wilson, donc bien du sud-ouest au nord-est.

J'ai pris quelques photographies sur place (en 2015) pour mieux illustrer la situation.

A gauche, la tour Wilson et ses 24 étages, à droite, la chambre de commerce. La vue est prise juste en sortant du bâtiment annulaire pour aller vers la gare.

Le square devant la gare est visible partiellement, il se trouve derrière les arbres de gauche après la tout Wilson.

Le square à l'intérieur du bâtiment annulaire est derrière moi. Il faut être à l'intérieur du bâtiment pour le voir.

Cette photo correspond au dessin donné par [fm1]. On voit qu'il n'y a pas 100 mètres entre la tour et la chambre de commerce mais une quarantaine.

La chambre de commerce ne fait que deux étages.

Si c'était bien la situation du témoin, il y a un vrai problème: elle voit la rentrée de débris de fusée devant elle alors que cela se passait derrière elle.

Par rapport à ma vue satellite, je suis au point rouge, je regarde vers le Sud-Est.

Photographie prise en avançant un peu depuis la précédente. Je me trouve au point noir cerclé que l'on voit sur le plan donné par [fm1]. On voit mieux le square devant la gare.

Par rapport à ma vue satellite, je suis au point vert, je regarde vers le Sud-Est.

Je me suis placé dans le square "Place du Gel de Gaulle" et me suis retourné pour voir la tour Wilson. La chambre de commerce plus à gauche est cachée par les feuillages, mais il n'y en a pas en novembre.

Je regarde vers le nord-ouest; c'est là qu'est passé la rentrée atmosphérique.

Je me suis placé à l'extrémité ouest du square "Place du Gal de Gaulle", en fait légèrement à l'extérieur, et me suis retourné pour voir la tour Wilson. La chambre de commerce à gauche est visible sous les arbres de gauche.

Je regarde vers le nord-ouest; c'est là qu'est passé la rentrée atmosphérique.

Je suis placé à l'extrémité nord-ouest du square "Place du Gal de Gaulle", et face à la chambre de commerce à gauche et la tour Wilson à droite. Le bâtiment annulaire est face à moi.

C'est l'opposé du dessin donné par [fm1] Je regarde vers le nord-ouest; c'est là qu'est passé la rentrée atmosphérique. Aurait-ce été cela, la vraie position d'observation du témoin? En principe non, tout est inversé par rapport qu dessin fourni par [fm1], et si j'avance, je ne vais pas vers la gare, mais je m'en éloigne pour revenir au bâtiment annulaire...

Que faire de tout cela?

La thèse de certains ufologues est que le 5 novembre 1990, il y a eu de façon certaine une "vague d'OVNIS". Certains affirment qu'il n'y avait pas eu de rentrés de débris de fusée du tout, d'autres affirment que des extraterrestres à bord de nombreux OVNIS ont camouflé leur survol de la France en prenant l'apparence de la rentrée atmosphérique. Pour eux, chaque rapport d'observation qui diffère d'une façon ou d'une autre de celle de la rentrée de débris spatiaux prouve cette thèse. Donc, pour eux, cette observation est "incompatible" avec la rentrés de débris de fusée et est donc l'une de ces observations qui montre que des engins extraterrestres sont passés en imitant les débris spatiaux.

Pour moi, cela n'a aucun sens du tout.

Je suis d'accord sur l'idée que les rapports de cette journée entière ne peuvent pas tous être une interprétation erronée des débris de fusée. Je vois bien que certains d'entre eux ont d'autres causes. Evidemment, quand un pays tout entier entend dire que des milliers de personnes ont vu un OVNI, certaines personnes qui ont en fait vu quelque chose d'autre sont plus enclins à le signaler: il y a "d'innombrable témoins" qui rendent peu probable qu'on les traite de cinglés.

Mais dans tous les rapports, je n'en vois pas un seul qui serait assez certain et fiable et étrange pour vraiment prouver que ne serait-ce qu'un seul engin extraterrestre ait été impliqué.

Et je pense que des extraterrestres n'auraient eu absolument aucune raison de se mettre à "imiter" des débris spatiaux alors qu'il y en avait effectivement. Lorsque des débris spatiaux traversent le ciel, beaucoup de gens disent avoir vu un OVNI. Donc, s'ils ne veulent pas que l'on dise avoir vu un OVNI, ils devraient préférer choisir un autre moment ou un autre endroit, n'est-ce pas?

Pensez-y de cette façon: y a-t-il le moindre bon sens, alors que les débris spatiaux ont volé du SO au NE, à ce que les extraterrestres voulant se faire passer pour ces débris volent dans la direction opposée pour passer inaperçu? Ne voleraient-ils pas plutôt dans la bonne direction? Ou bien devons-nous croire que les extraterrestres sont stupides?

Il y a parfois des erreurs dans les rapports. Pas nécessairement des erreurs des témoins, cela peut être des malentendus entre le témoin et la source de seconde main ou troisième main. Je soupçonne que c'est ce qui s'est passé dans ce cas-ci.

Evaluation:

Réentrée de débris spatiaux.

Références des sources:

* = Source dont je dispose.
? = Source dont l'existence m'est signalée mais dont je ne dispose pas. Aide appréciée.

Historique du dossier:

Rédaction

Auteur principal: Patrick Gross
Contributeurs: Aucun
Reviewers: Aucun
Editeur: Patrick Gross

Historique des changements

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 8 juillet 2015 Création, [fm1], [ra1], [sp4].
1.0 Patrick Gross 8 juillet 2015 Première publication.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 8 juillet 2015