ALSACAT -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

ALSACAT:

Comme son nom le suggère, ALSACAT est mon catalogue exhaustif à terme des affaires d'OVNIS en Alsace, qu'elles soient "expliquées" ou "inexpliquées".

Le catalogue ALSACAT donne pour chaque cas un dossier comprenant un numéro de cas, un résumé, des informations quantitatives (date, lieu, nombre de témoins...), des classifications, l'ensemble des sources mentionnant l'affaire, avec leur références, une discussion du cas dans le but d'une évaluation de ses causes, et un historique des changements apportés au dossier. Un index général et des sous-catalogues thématiques donnent accès à ces dossiers Alsaciens.

Cas de Riedisheim, le 25 juin 1971:

Numéro de cas:

ALSACAT-1971-06-25-RIEDISHEIM-1

Résumé:

Le rapport essentiel sur cette affaire peu commune a été rédigé par l'enquêteur ufologue local Jean-Pierre Schirch, et publié dans le magazine ufologique Lumières Dans La Nuit d'avril 1972. Je l'ai complété de précisions sur les lieux et d'éléments recueillis auprès du témoin principal par le journaliste Christian Valentin en 2008.

Le 25 juin 1971, vers 23 heures, Joël Schweitzer, alors âgé de 18 ans, et son camarade qui a demandé à rester anonyme, avaient rendu visite à une amie, et rentraient chez eux.

Ils venaient de la colline d'Entremont en bordure de Riedisheim, culminant à 283 mètres, d'où l'on domine Mulhouse. La descente est assez raide, et, avant d'atteindre les voies de chemin de fer allant de Mulhouse vers Bâle, elle se termine sur ce qui était alors un grand pré en cuvette, entouré de maisons récentes, sauf côté Est où des champs s'étendaient encore.

La nuit était plutôt sombre, il y avait eu dans la soirée un orage, le temps était lourd, de gros nuages noirs passaient dans le ciel, la lune ne paraissait pas éclairer la nature - elle était couchée ou sur le point de l'être.

Les deux jeunes descendaient par un vague sentier arrivant en bordure du pré, lorsqu'ils ont vu vers le nord-est une lumière au loin. Elle avait l'apparence d'une lampe électrique se trouvant loin d'eux. Elle semblait se rapprocher, ce qui les a intrigués, et ils se sont mis à l'observer.

Ils ont dit qu'elle était très claire, comme un flash électronique, et donnait l'impression de tourbillonner. Elle est arrivée en descendant vers l'école privée de filles de Sainte Ursule, et a continué à arriver, toujours en descendant, et en se rapprochant de plus en plus d'eux. La lumière avait maintenant la forme d'un disque.

D'après ce qu'a entendu des témoins Mr. Schirch, ce disque avait une surface plane, et l'autre bombée - comme une calotte - et l'avance se faisait plus ou moins avec la face plane à la verticale par rapport à l'axe de déplacement.

L'objet a bientôt été à la verticale du pré, à une hauteur de 15 mètres environ selon l'estimation des témoins. Le disque s'est alors arrêté, est resté sur place 2 à 3 secondes, sa luminosité paraissant faiblir mais sans jamais disparaître dans toute la durée de l'observation.

Les deux témoins voyaient parfaitement cette lumière qui leur parut très blanche, et remarquèrent que le sol était éclairé au-dessous car ils parvenaient à distinguer l'herbe du pré. En 2008, Mr. Schweitzer dira que la lumière avait été éblouissante.

Durant son stationnement, l'objet a exécuté une manoeuvre de retournement: la face plane s'est incliné pour se placer face au sol, et à partir de ce moment le disque se présentait sous la forme d'un segment de sphère. Il donnait une forte impression d'être en rotation très rapidement, comme une toupie.

Il y avait une lumière, comme un gyrophare blanc, sur le dessus de l'objet, qui avait l'air de pouvoir être orienté, incliné, et donnait une apparence de clignotement - les témoins n'avaient pas pu expliquer la cause de ce clignotement.

Après ces quelques secondes d'arrêt, l'objet est descendu au sol, très lentement et la descente se faisait verticalement. Le sol était maintenant bien éclairé, et l'objet a mis 3 ou 4 secondes avant d'atteindre le sol, sans autre mouvement particulier observé au cours de cette descente.

A aucun moment les témoins n'avaient entendu le moindre bruit. Les chiens pourtant nombreux aux alentours n'ont pas aboyé.

Les deux amis s'étaient assis, un peu apeurés, près de s'enfuir, lorsqu'ils ont vu l'objet arrêté dans sa descente rester stationnaire à 25 mètres d'eux. Sa luminosité avait augmenté au cours de la descente, puis elle a baissé, clignotant toujours un peu.

L'objet semblait avoir atterri, ou était à proximité immédiate du sol. Il ne bougeait plus du tout, et la lumière éclairait l'herbe. Il y avait une zone d'ombre sous l'objet, où il était impossible de distinguer quelque chose. Les alentours étalent éclairés.

Les témoins n'ont pas pu voir si l'objet était au-dessus du sol ou sur le sol même, ils n'ont pas vu de pieds ou train d'atterrissage, parce que le contraste entre la zone d'ombre et la partie éclairée du sol était trop violent.

L'objet est resté ainsi durant environ une minute et demie, puis il est remonté verticalement, toujours très lentement, et a reprit pendant quelques instants la position qu'il occupait avant la descente, à 15 mètres au-dessus du sol, la face plane faisant face au sol.

Il s'est ensuite remis à tourbillonner et est parti lentement. La lumière éclairait le sol comme à son arrivée, c'est-à-dire faiblement, de plus en plus faiblement à mesure de son éloignement - ils ont vu le sol s'obscurcir à mesure.

Finalement, il est parti d'un coup à grande vitesse, sans accélération perceptible, presque à l'horizontale, et s'est évanoui dans la nuit.

La taille de l'objet a été estimée à 8 mètres de diamètre sur 2 mètres de haut. La teinte a été malaisée à définir, certaines parties brillaient comme si elles étaient métalliques, surtout les contours.

Le lendemain, Joël Schweitzer et son ami étaient revenus sur les lieux, et a alors trouvé des traces dans l'herbe à l'endroit où l'objet avait été. Ces traces étaient très visibles. Le pré avait été fauché quelques jours auparavant, l'herbe, en majeure partie de la luzerne, avec un peu d'herbe, atteignait 5 à 10 cm de hauteur. La végétation n'avait pas eu le temps de reprendre depuis sa dernière coupe, et le terrain étant très sec.

Selon l'enquêteur, les traces étaient un cercle de 6.20 mètres, avec en son centre une figure de "H" de 2.20 mètres par 2.20 mètres. Il y avait également trois traces circulaires de 30 centimètres de diamètre, excentrées par rapport au cercle, et un petit trou carré. Une des traces de 30 cm était dans le cercle, les deux autres hors du cercle à 5.50 de la première et distantes entre elles de 4.20 mètres. Un plan précis de ces traces a été dressé, visible plus bas dans ce dossier. Plusieurs photographies ont également été prises.

La surface de ces traces état matérialisée par l'aspect de l'herbe: elle était aplatie, et comme noircie mais sans être brûlée par une source de chaleur, autrement dit sans être consumée, conservant son aspect d'herbe.

Cette trace a posé bien des problèmes et causé bien des interprétations. Tout d'abord, dans leur livre de 1979, deux ufologues "sceptiques", Gérard Barthel et Jacques Brucker, avaient dit que ce qu'il y avait dans la trace était de la suie - comme en guise d'explication: "Mulhouse, 25 juin 1971, la trace était faite de suie." Aucune information n'est donnée quant à la façon dont aurait été déterminé que c'était de la suie, et aucune autre information que celle-ci n'est donnée par ces auteurs sur cette affaire.

Un premier problème était le suivant: sur les photos prises de la trace, on constate que la trace est "blanche", ou au moins, plus claire que l'herbe alentour. Or, selon les constatations initiales, elle aurait dû être "noircie." Quelqu'un a-t-il "marqué" la trace avec du plâtre ou de la farine afin de la rendre visible sur les photographies? Tout ce qu'il semble, est que les photographies avaient été prises plusieurs semaines après l'atterrissage allégué, alors que les traces étaient encore visible en Septembre, selon le témoin principal.

Un deuxième problème est que le cercle avec son "H" au centre est exactement le dessin du marquage d'une aire d'atterrissage d'hélicoptère - je peux assurer que le pré en question n'était pas en soi un héliport. Mais il se trouve qu'en 2008, Joël Schweitzer avait déclaré à Christian Valentin ne pas se rappeler qu'il y ait eu ce "H" dans la trace.

Enfin, ce "H" dans un cercle a été interprété par des auteurs - généralement hispaniques - comme indication que s'était posé là une soucoupe volante venue de la planète "Ummo". "Ummo" a été un gigantesque canular monté en Espagne essentiellement, un des éléments étant de fausses photos d'une "soucoupe volante" Ummite vue dans la banlieue de Madrid, Espagne, en 1966, montrant sur son dessous un dessin que rappellerait le "H". Mais en réalité, la "soucoupe" d'Ummo ne portait pas un "H" mais un sigle ayant une barre de plus que le H en son centre - la ressemblance est donc parfaitement douteuse - voir plus bas dans ce dossier.

Données:

Données temporelles:

Date: 25 juin 1971
Heure: ~23:00
Durée: 1.36 minutes ou plus.
Date du premier rapport connu: Avril 1972
Délai de rapport: Jours, mois.

Données géographiques:

Département: Haut-Rhin
Commune: Riedisheim
Lieu: Du bord d'un pré, OVNI dans le ciel puis dans le pré.
Latitude: 47.754
Longitude: 7.377
Rayon d'incertitude: 50 m

Données concernant les témoins:

Nombre de témoins allégués: 2
Nombre de témoins connus: 1 ou 2
Nombre de témoins nommés: 1
Ages des témoins: 18, jeune.
Types de témoins: Jeunes hommes.

Données ufologiques:

Témoignage apporté via: Non connu.
Type de lieu: Du bord d'un pré, OVNI dans le ciel puis dans le pré.
Conditions d'éclairage: Nuit.
OVNI observé: Oui
Arrivée OVNI observée: Oui
Départ OVNI observé: Oui
Entité(s): Non
Photographies: Non.
Dessins par témoins: Non.
Dessins approuvé par témoins: Probablement.
Sentiments des témoins: Etonnés.
Interprétations des témoins: ?

Classifications:

Hynek: RR2
ALSACAT: Non identifié, engin extraterrestre ou canular.

Sources:

[Ref. ld1:] MAGAZINE "LUMIERE DANS LA NUIT":

Atterrissage à Mulhouse (Haut-Rhin)

Enquête de J.-P. SCHIRCH

Joël Scheweitzer [sic, "Schweitzer"], de Mulhouse-Riedisheim et son camarade (qui a demandé l'anonymat) avaient ce soir-là rendu visite à une amie demeurant dans les faubourgs et rentraient à leur domicile vers 23:00.

Le lieu d'où ils venaient est situé sur une colline culminant à 283 m., d'où l'on domine Mulhouse. La descente est assez rapide et, avant d'atteindre les voies de chemin de fer, s'étend un grand pré en cuvette, entouré de maisons récentes le dominant, sauf côté E où les champs s'étendent jusqu'à la vaste forêt de La Hardt.

La nuit était assez noire, dans la soirée un orage avait éclaté, le temps était lourd, de gros nuages noirs passaient dans le ciel, la lune ne paraissait pas éclairer la nature (couchée ou sur le point de l'être et jeune de 3 jours).

Nos deux jeunes gens descendaient par un vague sentier en bordure du pré, lorsqu'ils aperçurent vers le NE une lumière au loin. Elle avait l'apparence d'une lampe électrique se trouvant loin d'eux. Elle semblait se rapprocher, ce qui les intrigua, et ils se mirent à l'observer.

Elle était très claire, disent-ils, comme un flash électronique, et donnait l'impression de tourbillonner, tout en se rapprochant de plus en plus vers eux. Elle prenait à présent la forme d'un disque. D'après les témoignages recueillis par M. Schirch, ce disque aurait eu une face plane, l'autre bombée, et l'avance se faisait plus ou moins perpendiculairement à cette face plane située dans le sens de l'avancement.

L'objet descendait en arrivant vers les deux témoins, et se trouvait bientôt à la verticale du pré, et à une hauteur de 15 m environ à ce qu'ils jugèrent. A ce moment, il arrêta sa marche en avant, resta sur place 2 à 3 secondes, sa luminosité parut alors faiblir (sans d'ailleurs ne jamais disparaître de toute la durée de l'observation). Les deux témoins voyaient parfaitement cette lumière qui leur parut très blanche, et remarquèrent que le sol était éclairé dessous car ils parvenaient à distinguer l'herbe du pré.

Durant son stationnement, l'objet exécuta une manoeuvre de retournement: la face plane s'inclina pour sa tourner vers le sol, et à partir de ce moment le disque se présentait sous la forme d'un segment sphérique. Il donnait très bien l'impression de tourner sur lui-même très rapidement, comme une toupie. On voyait la lumière située au-dessus de l'engin, et celle-ci donnait une apparence de clignotement: les témoins n'ont pu expliquer la cause de ce clignotement.

Après ces quelques secondes d'arrêt, l'objet se mit à descendre sur le sol. La manoeuvre s'effectuait très lentement et la descente se faisait verticalement. Le sol était à présent bien éclairé et l'objet mit 3 ou 4 secondes avant d'atteindre le sol: aucun mouvement particulier n'a été observé au cours de cette descente. A aucun moment les témoins n'entendirent le moindre bruit, et les chiens pourtant nombreux aux alentours ne se manifestèrent pas par leurs aboiements.

Les deux amis qui s'étaient assis au cours de leur observation, étaient un peu apeurés, près de s'enfuir, lorsqu'ils virent l'objet arrêté dans sa descente rester stationnaire à 25 mètres d'eux. La luminosité avait

PLAN DE 51TUATION (F. Lagarde)

T Lieu de l'atterrissage
A Direction d'arrivée de l'objet
D Direction de départ de l'objet Mulhouse: 47' 45 N -7° 20 E
Riedisheim: 47' 45 N -7° 22 E

augmenté au cours de la descente, puis elle baissa, clignotant toujours un peu.

L'objet semblait avoir atterri, ou se tenait à proximité immédiate du sol. Il ne bougeait plus du tout, et la lumière éclairait l'herbe. On apercevait une zone d'ombre sous l'objet, où il était impossible de distinguer quelque chose. Les alentours étalent éclairés.

Impossible de voir si l'objet reposait ou non sur le sol, et s'il avait des pieds, le contraste entre la zone d'ombre et la partie extérieure éclairée était trop violent.

L'objet resta dans cette position durant environ une minute et demie. Puis il remonta verticalement, tou-

- 10 -


jours très lentement, et reprit pendant quelques instants la position qu'il occupait avant la descente, à 15 m. au-dessus du sol, la face plane faisant face au sol. Il se remit ensuite à tourbillonner et partit lentement. La lumière éclaira le sol comme à son arrivée, c'est-à-dire faiblement, et cela de moins en moins à mesure de son éloignement; on voyait le sol s'obscurcir à mesure.

Enfin dernier mouvement, il partit à une très grande vitesse, presque à l'horizontale, et tout s'évanouit dans la nuit.

L'OBJET

On sait peu de chose sur lui en plus de ce qui a été dit. Il ressemble à une calotte sphérique s'étant présentée sous la forme d'un disque puis d'un segment. Aucun appendice n'a été remarqué, mais l'engin possédait une sorte de phare au sommet, lequel paraissait pouvoir se diriger ou tout au moins s'incliner.

Les dimensions pouvaient être de 8 mètres de diamètre pour 2 mètres de haut. La teinte est malaisée è définir, certaines parties brillaient comme si elles étaient métalliques, surtout les contours.

LES TRACES SUR LE SOL

L'objet a laissé des traces qui étaient très visibles, dès le lendemain quand les deux amis retournèrent sur les lieux. Le pré était fauché depuis quelques jours et l'herbe atteignait 5 à 10 cm de hauteur. J'ai remarqué qu'il s'agissait en majeure partie de luzerne mélangée è l'herbe, et la végétation n'avait pas repris depuis sa dernière coupe, le terrain étant très sec. 5ur les traces, cette herbe présentait un aspect assez curieux, comme noircie, sans être brûlée par une source de chaleur, autrement dit sans être consumée, conservant son aspect d'herbe.

On apercevait tout d'abord un cercle de 6,20 mètres de diamètre, trois traces circulaires de 30 cm de diamètre, disposées en triangle, et enfin un petit trou carré dans la terre.

Dans la partie centrale du cercle on apercevait, très bien dessiné, comme une sorte de H majuscule: la hauteur des branches du H étant de 2,20 m et leur écartement avait cette dimension.

(Dessin de F. Lagarde)

LES TRACES A MULHOUSE
NS direction nord-sud, La direction des traces est repérée par rapport au nord dans le sens direct,
A: arrivée - D: départ.

- 11 -


Les traces do 30 cm, comme le H, étaient formées par de l'herbe écrasée, aplatie et couchée presque au niveau du sol. Elles apparaissaient encore assez nettes on septembre et le H ressort bien sur les photos. Les trois ronds étaient écartés de 4,2 -5,1 et 5,5 mètres.

Voir le croquis qui en a été fait.

Remarques à postériori.

Les deux jeunes gens ne remarquèrent rien de particulier d'autre que cet engin. On peut se demander pourquoi, dans un lieu aussi peuplé, cerné de nombreuses maisons, presque en pleine ville, aucun autre témoin ne s'est manifesté. C'est une remarque que l'on fait fréquemment. Il est possible que les circonstances ne se soient pas prêtées à une alarme particulière. L'engin n'a fait aucun bruit, il est venu assez tard: 21:30 environ, après un orage, peu de gens en fait n'avaient les yeux tournés vers l'extérieur durant la courte séquence de temps pendant laquelle l'engin s'est manifesté.

Les conditions d'observation n'étaient pas non plus les mêmes que celles des témoins, et combien de ceux qui auraient pu voir auraient eu le courage de rendre publique leur observation?

Les enquêteurs n'expliquent pas non plus la cause exacte des traces relevées. Si l'engin en est bien à l'origine, il leur est impossible de savoir à quoi correspond l'empreinte de 6,20 m de diamètre qui fait double emploi, pourrait-on dire, avec les trois ronds relevés de 30 cm que l'on aurait pu attribuer à l'empreinte de trois appuis comme on en relève souvent. Même point d'interrogation pour la trace centrale qui rappelle celle de Son José de Valdéras en 1967 (Espagne) et la disposition des pieds (et du H) celle d'Aluche on février 1966 (Espagne). Ces observations se valorisent en quelque sorte, mais le mystère reste entier.

N.D.L.R. -- Mulhouse est situé sur faille géologique. BAVIC passe à 10 km au NO. Mulhouse est de plus sur la ligne géodésique de 1.100 km d'observations traversant les frontières de cinq pays, citée par A. Michel (Southend à Po di Gnocco) dans son livre "A propos des Soucoupes Volantes" auquel il faut toujours se reporter. C'est à Niffer-Kembs qu'une observation a été faite le 15 octobre 1954 (8 km). Le 23.7.68 c'est M. Bouaziz qui observait un énorme disque lumineux de couleur orange pâle (Contact 96 bis de novembre 68). Le 26 mai 1970 c'est Mlle Chantal Denis qui observe du parc de la cité universitaire, à 23:45, un objet qui descend et remonte trois fois, décrivant de plus un grand huit dans le ciel (Contact n' 4, novembre 70).

Si nous remontons l'histoire, à Ruelisheim (6 km ou N), selon la légende, des jeunes gens égarés dans la forêt auraient vu un chêne vénérable soudain embrasé, et du tronc calciné se serait élevée une statue de la Vierge, intacte et resplendissante: une chapelle fut construire par souscription en 1704.

Pour l'anecdote: sur un des murs de la maison communale de Mulhouse est suspendue la "pierre des bavards". Une chaîne est rivée dans le lobe des oreilles comme un pendentif. Il s'agissait d'un instrument de supplice: le klupperstei [sic, "Klapperstein"]. Les bons bourgeois de la ville s'arrangeaient toujours en cas de crime pour que le coupable aille se faire pendre ailleurs, aucune faute n'était jugée plus grave que la calomnie. Celui qui en était convaincu se voyait condamné à porter la pierre au cou à travers les rues de la ville, en chevauchant un âne à rebours.

Un peu plus ou nord, à Ensisheim (sur BAVIC) l'église paroissiale a longtemps possédé un aérolithe de 140 kg tombé à proximité le 7 novembre 1492.

- 12 -

[Ref. ld1:] MAGAZINE "SCIENCE ET AVENIR":

Photographies de l'aire d'atterrissage allégué d'un OVNI, près de Mulhouse.

Date: 25 juin 1971. Heure: 23 h.

Deux témoins, qui regagnaient Mulhouse par un sentier qui descend d'une colline surplombant la ville, virent une "lumière" dans le ciel, qui en se rapprochant d'eux, leur apparut bientôt comme un disque.

Celui-ci se stabilisa à une quinzaine de mètres au-dessus d'un pré situé à 25 m seulement des témoins, qui évaluèrent le diamètre de l'objet à un peu moins de 10 mètres.

Puis le disque qui donnait l'impression de tourner sur lui-même, descendit lentement jusqu'au sol, en augmentant d'éclat.

Une minute 1/2 plus tard, il s'éleva puis partit à l'horizontale très rapidement.

Ce genre de témoignage, considéré isolément, ne serait aucunement probant quant à la réalité de l'OVNI, s'il n'était assorti de marques au sol découvertes le lendemain, à l'endroit de l'atterrissage allégué, par les enquêteurs alertés.

Ces marques ne peuvent avoir été faites par aucun engin connu et toute possibilité de fabrication frauduleuse par les témoins est également exclue.

L'herbe (principalement de la luzerne) est roussie (mais non brûlée) sur une circonférence de 6,20 m de diamètre. à l'intérieur de laquelle s'observe une sorte de H majuscule de 2,20 m de côté.

D'autres traces plus petites, de 30 cm de diamètre, forment un triangle isocèle excentré.

L'herbe est couchée à l'endroit de toutes ces marques.

(Document L.D.L.N.)

[Ref. hd1:] "HENRY DURRANT":


DOCUMENT N°21. -MULHOUSE-RIEDISHEIM (Haut-Rhin), France, 25 juin 1971 (23 h 00 env.). -- Témoins: Joël Scheweitzer [sic, "Schweitzer"] et un ami (anonyme). Temps: nuit assez noire, très nuageuse après orage. Lieu: Pré en bordure d'un sentier descendant d'une colline (283 m) dominant Mulhouse. Objet: Calotte sphérique, brillante comme du métal poli, munie d'une sorte de phare puissant, blanc, inclinable, à sa partie supérieure. Diamètre estimé à 8 m environ, hauteur 2 m environ. Les faits:

Les deux témoins ont aperçu, au N.-E., une lumière très blanche, genre flash, qui se dirigeait vers eux. En se rapprochant elle prit la forme d'un disque tournant rapidement sur lui-même. Une face était plane, et verticale par rapport à la direction du déplacement, l'autre bombée. L'objet s'arrêta au-dessus du pré, à 15 m d'altitude, pendant deux à trois secondes. Sa luminosité faiblit alors mais permettait encore de voir l'herbe. Sa face plane s'inclina parallèlement au sol et le phare du dessus clignotait. S'arrêtant de tourner, l'objet descendit alors vers le sol, très lentement, toujours silencieusement, pendant trois à quatre secondes, il était à 25 m des témoins. fi semblait posé au sol et y resta pendant une minute et demie. Puis il remonta verticalement, lentement, jusqu'à 15 m du sol, se remit à tourner sur lui-même et s'éloigna lentement; enfin brusquement, il partit à très grande vitesse, sans accélération progressive.

Les témoins revinrent le lendemain et découvrirent des traces très visibles. Luzerne et herbe, fauchées depuis quelques jours, n'ayant que 5 à 10 cm de haut, le terrain étant sec.

On a relevé un grand cercle de 6,20 m de diamètre; en son centre un "H" majuscule aux branches de 2,20 m de long écartées de 2,20 m ; trois traces circulaires de 30 cm de diamètre disposées en triangle isocèle excentré; un petit trou à section carrée. A l'intérieur du grand cercle, l'herbe était noircie sans être brûlée. Sur le grand cercle, sur le "H" majuscule, sur les trois traces circulaires, l'herbe était couchée, aplatie, écrasée.

COMMENTAIRES.

- Ces traces, relevées et photographiées, sont parfaitement reliées à une observation d'OVNI, par le témoignage des deux jeunes gens qui ne sont évidemment pas les auteurs de celles-ci. L'indice d'étrangeté de leurs témoignages, distincts mais concordants, est extrêmement élevé et soutient parfaitement la sincérité de leurs déclarations respectives.

- Les traces circulaires, de 30 cm de diamètre, disposées en triangle, font penser à la prise de contact au sol par un système d'atterrisseur tripode; mais dans ce cas la trace circulaire, de 6,20 m de diamètre, ferait double emploi. Peut-être y a-t-il eu manœuvre d'approche avec des palpes, puis atterrissage effectif. De toute façon, comment expliquer ces traces autrement que par l'intervention d'un OVNI.

- F. Lagarde signale que Mulhouse se trouve sur une faille géologique. L'activité de cet OVNI se rattacherait donc à la théorie de ce chercheur: l'étude de l'activité séismique du globe par les OVNIs. Le lieu de l'incident se trouve aussi sur la ligne Southend (Angleterre) Po di Gnocca (Italie) de 1100 km, signalée par Aimé Michel; l'observation pourrait donc s'insérer, peut-être dans l'orthoténie michélienne, sûrement dans la théorie des couloirs de circulation de Dohmen. Vous trouverez ces théories exposées au Dossier IX, "Coïncidences".

- Enfin, la trace en "H" laissée au centre du cercle rappellerait vaguement le signe que portaient les OVNIs observés en Espagne, le 6 février 1966 à Aluche, le 1er juin 1967 à San José de Valdéras, bien que ce signe ressemble plutôt à la lettre majuscule de l'alphabet cyrillique correspondant au « J » de l'alphabet latin (Document L.D.L.N.).

Nous tenons à remercier ici bien vivement la direction du groupe Lumières dans la Nuit pour sa coopération confraternelle si aimable et si efficace.

[Ref. fr1:] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

T 25061971 23 h Mulhouse Riedisheim 68400 C5.

TEMOINS. M. Joël Scheweitzer [sic, "Schweitzer"] et son camarade M. (XX).

OBSERVATION. Un disque, comme une calotte sphérique 8 m de diamètre sur 2 cm de haut. Il porte sur le sommet un feu blanc.

DEROULEMENT. La nuit est assez noire. Joël Scheweitzer [sic] et son camarade redescendent d'une colline culminant à 283 mètres, d'où l’on domine Mulhouse. La descente est assez rapide en direction des voies de chemin de fer, les deux jeunes gens empruntent un sentier en bordure d'un pré en cuvette entouré de maisons récentes le dominant, sauf côté Est où les champs s'étendent jusqu'à la vaste forêt de la Hardt. Soudain, ils aperçoivent au loin vers le N-E une lumière comparable à celle que produit une lampe électrique. Elle est très claire et se rapproche comme en donnant l'impression de tourbillonner. Ils la comparent à un flash électronique.

Elle prend alors la forme d'un disque ayant une face plane et l’autre bombée. Il avance perpendiculairement à sa base située dans le sens de sa trajectoire. Il se trouve à la verticale du pré, et à une altitude de 15 m environ. A ce moment, il arrête sa marche en avant et reste sur place 2 à 3 secondes, sa luminosité paraît faiblir. Le pré est éclairé sous l'engin et les témoins parviennent à distinguer l’herbe du pré.

Durant son stationnement, il effectue un retournement: la face plane s'incline pour se tourner vers le sol. Il se présente alors sous la forme d'un segment sphérique et donne l'impression de tourner sur lui-même très rapidement, comme une toupie. La lumière blanche qui le surmonte donne une apparence de clignotement. Après ces quelques secondes d'arrêt, l'objet descend verticalement et lentement vers le sol, sans bruit.

Les deux amis s'assoient au cours de leur observation et ne distinguent aucun mouvement particulier au cours de cette descente. A aucun moment, ils n'entendent aboyer les chiens du voisinage. L’objet semble avoir atterri, ou se tient à proximité immédiate du sol.

Il ne bouge plus du tout et les témoins aperçoivent une zone d’ombre au-dessous où il leur est impossible de distinguer quelque chose. Les alentours étant éclairés. Après une minuté de station, 1engin remonte à la verticale lentement, reprend quelques instants la position qu'il occupait avant la descente, à 15 m au-dessus du sol, la face plane faisant face au sol. Il se remet à tourbillonner et part lentement. Enfin dernier mouvement, il part à une très grande vitesse, presque à l'horizontale, et s'évanouit dans la nuit.

Dès le lendemain, les deux témoins découvrirent des traces sur le pré fauché depuis quelques jours. Sur les traces, l'herbe présentait un aspect curieux, comme noircie, sans être brûlée par une source de chaleur, autrement dit sans être consumée, conservant son aspect d'herbe. On aperçoit tout d'abord un cercle de 6,20 mètres de diamètre, trois traces circulaires de 30 cm de diamètre (une dans le cercle et les deux autres à 5,50 m en dehors) disposées en triangle, et enfin un petit trou carré dans la terre. Dans la partie centrale du cercle, on aperçoit, très bien dessiné, comme une sorte de H majuscule: la hauteur des branches du H étant de 2,20 m et leur écartement de même dimension. Les traces de 30 cm, comme le H, sont formées par de l'herbe écrasée, aplatie et couchée presque au niveau du sol. Les trois ronds sont écartés de 4,2 et 5,5 mètres. Les traces apparaissent encore nettement en septembre 1971. Le H ressort bien sur les photos.

SOURCES. L.D.L.N., n° 117, p. 10-11 (enquête de M. J.-P. Schirsch).

[Ref. mf1:] "FRANCAT" - MICHEL FIGUET:

N° CAS CLASSIFICATION DATE HEURE LIEU CODE POSTAL CREDIBILITE SOURCES
439 CE2 25.06.1971 23:00 Mulhouse-Riedisheim 68400 C5 NI (OVNI: p. 360)

[Ref. bb1:] GERARD BARTHEL ET JACQUES BRUCKER:

Ces deux auteurs écrivent qu'à "Mulhouse, 25 juin 1971, la trace était faite de suie."

[Ref. rp1:] ROBERTO PINOTTI:

Enfin, le 25 juin 1971, dans le voisinage de la ville alsacienne de Mulhouse (Haut-Rhin), l'atterrissage d'un OVNI, repéré par plusieurs témoins, s'est produit. L'herbe brûlée, une sorte de triangle et un signe distinct semblable à une sorte de "H" majuscule (qui évoque tellement le "sceau" d'Ummo) étaient les traces évidentes que l'objet mystérieux aurait laissées sur le sol.

[Ref. uw2:] SITE WEB "UFOWEB":

COMMUNES DEPT LATITUDES LONGITUDES ANNEES
Mulhouse 68 47.750 7.333 1971

[Ref. fg1:] FRANCIS GATTI:

TEMOIGNAGE N°30

Mulhouse (Haut-Rhin) 25 juin 1971 à 23 heures. Monsieur Joël Schweitzer et un de ses amis

"nous avons vu une calotte sphérique en métal poli qui ressemblait à un disque tournant rapidement sur lui-même. Il resta stationnaire à quinze mètres du sol durant deux minutes ralentissant sa vitesse de rotation. Puis il se remit à tourner sur lui-même et s'éloigna."

L'observation a été faite depuis une distance de 25 m.

[Ref. lc1:] LUC CHASTAN - "BASE OVNI FRANCE":

Riedisheim (68) le 25 juin 1971

Caractéristiques générales

Num Base: 221
Département: Haut Rhin (68)
Lieu d'observation: Riedisheim
Latitude: 47.75
Longitude: +7.366
Date d'observation: 25 juin 1971
Heure: 23:00 heures
Durée (HH:MM:SS): N.C.
Météo: Ciel couvert basse altitude
Type d'observation: Visuel : proche
Nbre de témoin(s): 2
Enquète officielle: Non

Caractéristiques de l'objet

Nbre d'objet: 1
Type d'objet: Demi sphère
Taille: 5 à 10 mètres
Couleur: Métallique (argent,)
Luminosité: Brillant
Caractéristique visuelle: Pas d'indication
Vitesse: non définie
Mouvement/Déplacement: Atterrissage puis décollage
Objet au sol: Oui
Disparition instantanée: Non

Type d'effets constatés

Effets physiques: Trace au sol,

Observation

Deux témoins, par une nuit assez noire, très nuageuse après orage ont vu au niveau d'un pré en bordure d'un sentier descendant d'une colline (283 m) dominant Mulhouse. Un objet calotte sphérique, brillante comme du métal poli, munie d'une sorte de phare puissant, blanc, inclinable, à sa partie supérieure. Diamètre estimé à 8 m environ, hauteur 2 m environ. En voici le témoignage: Les deux témoins ont aperçu, au N.-E., une lumière très blanche, genre flash, qui se dirigeait vers eux. En se rapprochant elle prit la forme d'un disque tournant rapidement sur lui-même. Une face était plane, et verticale par rapport à la direction du déplacement, l'autre bombée. L'objet s'arrêta au-dessus du pré, à 15 m d'altitude, pendant deux à trois secondes. Sa luminosité faiblit alors mais permettait encore de voir l'herbe. Sa face plane s'inclina parallèlement au sol et le phare du dessus clignotait. S'arrêtant de tourner, l'objet descendit alors vers le sol, très lentement, toujours silencieusement, pendant trois à quatre secondes, il était à 25 m des témoins. Il semblait posé au sol et y resta pendant une minute et demie. Puis il remonta verticalement, lentement, jusqu'à 15 m du sol, se remit à tourner sur lui-même et s'éloigna lentement ; enfin brusquement, il partit à très grande vitesse, sans accélération progressive. Les témoins revinrent le lendemain et découvrirent des traces très visibles. Luzerne et herbe, fauchées depuis quelques jours, n'ayant que 5 à 10 cm de haut, le terrain étant sec. On a relevé un grand cercle de 6,20 m de diamètre ; en son centre un " H " majuscule aux branches de 2,20 m de long écartées de 2,20 m ; trois traces circulaires de 30 cm de diamètre disposées en triangle isocèle excentré ; un petit trou à section carrée. A l'intérieur du grand cercle, l'herbe était noircie sans être brûlée. Sur le grand cercle, sur le "H " majuscule, sur les trois traces circulaires, l'herbe était couchée, aplatie, écrasée.

Sources

Le dossier des OVNI par Durrand [sic, "Durrant"] ]Henry ** Laffont 1973


La photo de la trace

[Ref. no1:] NOUFORS:

Ce site web ufologique canadien publie une des photos de la trace d'OVNI alléguée, avec la légende:

"Mulhouse-Riedisheim, France
Le 25 juin 1971"

[Ref. is1:] BLOG "ISUNDGAU":

Ce blog présente plusieurs cas alsaciens pêchés sur le web, dont:

Observation sur Mulhouse, Haut-Rhin, le 25 juin 1971 à 23 heures.

Monsieur Joël S. et un de ses amis : "Nous avons vu une calotte sphérique en métal poli qui ressemblait à un disque tournant rapidement sur lui-même. Il resta stationnaire à quinze mètres du sol durant deux minutes ralentissant sa vitesse de rotation. Puis il se remit à tourner sur lui-même et s'éloigna." L'observation a été faite depuis une distance de 25 mètres.

Il n'y a pas de référence de source pour l'observation, citée parmi d'autres. Il y a simplement en fin d'article une série de liens vers des sites ou pages ufologiques, dont un lien vers l'ancienne adresse web de la page d'accueil de mon site web.

[Ref. cv2:] CHRISTIAN VALENTIN:

L'ancien journaliste Christian Valentin a publié en 2012 un très intéressant livre retraçant l'histoire des observations d'OVNIS et autres soucoupes volantes en Alsace, des origines jusqu'en 1980.

Dans ce livre, il relate que dans le 25 juin 1971 à Riedisheim, il y a eu un atterrissage qui a bénéficié d'une large couverture médiatique, plus important à l'échelle nationale que locale. L'affaire a été citée dans plusieurs livres ufologiques donc celui de Figuet et Ruchon [fr1].

Christian Valentin se rappelle avoir eu personnellement connaissance à l'époque de l'observation grâce à la photo des traces d'atterrissage parues dans le magazine "Science et Avenir" de septembre 1972. Il note cependant que toutes ces sources sont basées sur le rapport d'enquête de Jean-Pierre Schirch paru dans Lumières Dans La Nuit N°117 d'avril 1972 [ld1], qu'il reproduit dans son livre.

Christian Valentin donne ensuite la teneur de son entretien du mercredi 19 novembre 2008 avec "J.-S.":

Ce dernier indique que l'exercice su souvenir est périlleux 37 ans après les faits, qui étaient pour le moins extraordinaires. Il avait alors 18 ans et se souvient de ce qui a été une expérience fascinante.

Il indique que l'objet venait su nord-est, de la direction de l'usine PSA ["Peugeot"], et qu'il est d'abord descendu vers le bâtiment de l'école des filles Sainte-Ursule avant de s'approcher de leur emplacement, tout en continuant à descendre vers le sol. Lui et son camarade étaient à une trentaine de mètres du lieu où l'engin semblait s'être posé.

Il se rappelle de la présence intermittente d'une lumière aveuglante qui était comme une sorte de gyrophare. Ensuite l'engin s'est élevé verticalement, puis a filé comme une flèche vers le nord-ouest. J.-S. est formel: il est allé vers le Sud-Ouest en partant. L'atterrissage était à environ 200 mètres de Ste Ursule et environ 200 mètres au Sud de la voie de chemin de fer.

Le lendemain, il était retourné sur les lieux, et a alors vu les traces au sol à l'emplacement de l'observation. Il se rappelle le cercle et les renfoncements qui étaient de la taille d'une grande assiette, mais pas de la trace en forme de H. Il indique que les photos des lieux ont été prises plus tard, à la rentrée.

Il ne se souvient pas de la façon dont l'observation a été connue de la revue ["Lumières Dans La Nuit"], il se rappelle que l'observation avait été publiée dans un livre à l'époque, mais lui n'en avait pas beaucoup parlé autour de lui "à cause de la réaction des gens."

[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

24 juin 1971 23:00

Mulhouse, Alsace, France

A 23:00 à Mulhouse, Haut-Rhin, France un objet en forme de disque a été vu se penchant dans le ciel à 15 mètres d'altitude au-dessus d'une zone résidentielle.

Il s'est remis à plat, puis des lumières ont été vues sur se sol. Sur le site un cercle enfoncé et des traces au sol ont été trouvés.

Classification Hynek: NO

Les sources ne sont pas indiquées.

[Ref. ud2:] SITE WEB "UFODNA":

25 juin 1971 23:00

Mulhouse, Alsace, France

Disque penche à 15m d'altitude, se remet à plat, lumières sur sol. Cercle enfoncé et traces au sol.

Un objet a été observé et photographié. Les occupants de l'engin ont été vus. Des traces au sol ont été trouvées. Un disque, environ 40 pieds de large, a été observé par un témoin dans une zone résidentielle pendant deux minutes.

Classification Hynek: CE2

Classification Vallée: CE2

Les sources sont indiquées comme: "Phillips, Ted R., Ted Phillips investigation files; Phillips, Ted R., Physical Traces Associated with UFO Sightings, CUFOS, Chicago, 1975; Hatch, Larry, *U* computer database, l'Auteur, Redwood City, 2002."

[Ref. sp4:] ASSOCIATION UFOLOGIQUE SPICA:

Commune Date et heure d'observation Forme générale
Identification
Couleur générale
Hypothèse
Conclusion
RIEDISHEIM vendredi 25 juin 1971 à 23h00 soucoupe, ballon de rugby (3D)
Non Identifié
grise ou métallique
Néant
Non résolu -manque d'info

[Ref. ub3:] "UFODATENBANK":

ID-cas:19710624
Numéro de cas global:19710624-0003-UDB
Date d'observation (Jour)24
Date d'observation (Mois)6
Date d'observation(Année)1971
Heure d'observation23.00
Code Postal
Lieu d'observationMulhouse
Canton
Etat fédéral
PaysFrance
Témoins
Classification HynekRR II
Classification Vallee
Classification Ruthledge
Classification Henke
Evaluation
Identification
Enquêtes
Etat de l'enquête
DomaineUFO-Datenbank
Cas entré par
Dernière modification par:
Enquêteur assigné au cas
SourceDUFOA-Deutschland - SiDat - 1996-2002
Etat des informations25.04.2015 22:16
Accès à cette fiche2
Lien vers Openmaphttp://nominatim.openstreetmap.org/search?q=Mulhouse,France
Lien vers l'observationhttp://www.ufo-db.com/WfrmSetupSichtung.aspx?uid_Sichtung=72e8685a-4762-4a98-bfb4-434eb3004a27
Résumé pour invitésLes faits et éventuellement d'autres documents seront publiés progressivement. Nous vous remercions de votre patience.
Image d'aperçu
ID-cas:19700526
Numéro de cas global:19700526-0002-UDB
Date d'observation (Jour)26
Date d'observation (Mois)5
Date d'observation(Année)1970
Heure d'observation23.45
Code Postal
Lieu d'observationMulhouse
Canton
Etat fédéral
PaysFrance
Témoins
Classification Hynek
Classification Vallee
Classification Ruthledge
Classification Henke
Evaluation
Identification
Enquêtes
Etat de l'enquête
DomaineUFO-Datenbank
Cas entré par
Dernière modification par:
Enquêteur assigné au cas
SourceDUFOA-Deutschland - SiDat - 1996-2002
Etat des informations25.04.2015 22:16
Accès à cette fiche2
Lien vers Openmaphttp://nominatim.openstreetmap.org/search?q=Mulhouse,France
Lien vers l'observationhttp://www.ufo-db.com/WfrmSetupSichtung.aspx?uid_Sichtung=4cbdc237-5ad8-4ee1-8903-2db9f0b2a315
Résumé pour invitésLes faits et éventuellement d'autres documents seront publiés progressivement. Nous vous remercions de votre patience.
Image d'aperçu

[Ref. jm1:] JOEL MESNARD:

Cet ufologue indique qu'un exemple de "manifestation très ambiguës" se trouve dans une suite d'événements qui se sont déroulés à Riedisheim, dans le Haut-Rhin, le 25 juin 1971 et immédiatement après. Le soir du 25, vers 23 heures, J. S., âgé de 18 ans et un camarade qui a souhaité rester anonyme descendaient d'une colline qui surplombe Mulhouse, quand ils ont vu arriver vers eux un objet volant en forme de calotte sphérique d'environ 8 m de diamètre et 2 m de haut. Cet appareil donnait l'impression de tourner très rapidement autour de son axe, comme une toupie.

Il émettait une lumière blanche qui a éclairé l'herbe du pré autour de lui, et il portait une source lumineuse à son sommet. Il est descendu verticalement en douceur et s'est posé dans l'herbe, ou a plané à quelques centimètres du sol. Cela ne pouvait pas être un hélicoptère, étant donné que les deux témoins, distants seulement de 25 ou 30 mètres de la chose, ne percevaient aucun bruit venant d'elle.

Au bout d'une minute et demie environ, l'objet s'est élevé, s'est éloigné à très grande vitesse, at a disparu, toujours dans un silence total.

Le lendemain, J.S. et son camarade sont revenus sur les lieux et ont constaté la présence de traces: une couronne de 6,20 m de diamètre et trois disques de 30 cm de diamètrc formant un triangle presque isocèle, avec un sommet à l'intérieur de la couronne et les deux autres à l'extérieur.

Ces traces étaient formées par un noircissement et un aplatissement de l'herbe.

Dans le compte rendu d'enquête de Jean-Pierre Schirch, publié dans LDLN 117 en avril 1972, il est question également d'un H dont le centre coïncide avec celui de la couronne dont les trois barres sont longues de 2,20 m.

Toutefois, Christian Valentin, qui cite cette affaire dans son beau livre "Mythes et Réalités des Phénomènes Aérien Non Identifiés" précise qu'il s'est entretenu avec J. S. en décembre 2008, et que ce dernier ne se souvenait pas d'avoir observé le lendemain de l'observation, le H dans la couronne.

Mais le problème est que sur une photo prise quelques semaines plus tard, "vers la rentrée", (en tout cas certainement après mars ou avril 1972, on distingue parfaitement la couronne et le H, où l'herbe n'apparaît pas noircie, mais au contraire, blanchie. Or, ce dessin est le symbole conventionnel d'une aire d'atterrissage pour hélicoptères.

Joël Mesnard se demande donc ce qui a bien pu se passer, et comment comprendre cette histoire qui laisse une trace indiquant une aire pour hélicos?

Il publie cs deux images:

Discussion:

Le signe de la planète "Ummo":

Réglons tout de suite cette histoire: le dessin de la trace n'est pas le signe Ummo. Le sigle Ummo n'est pas un "H", et il n'est pas dans un cercle. Le signe Ummo provient de photographies avérées fausses, admises comme fausse par les deux "témoins" essentiels Peña et Ortuño- comme toute l'affaire Ummo - d'une prétendue soucoupe volante qui se serait posée près de Madrid en 1966. Voici le "signe Ummo" de cette soucoupe:

On voit que la "ressemblance" ressemble bien à un voeu pieu des "partisans" d'Ummo.

Hélioport:

Il est clair que le cercle et son "H" ressemblent au marquage d'une aire d'atterrisage permanente ou provoisoire d'hélicoptère:

Il se trouve que j'ai passé mon enfance et ma jeunesse à Riedisheim, à ebviron 2 km du lieu du cas, que je connais ce lieu tout au long de ces années. Le lieu n'a jamais été un héliport en tant que tel. Il n'y a ni hôpital ni terrain militaire là. Ceci n'exclut évidemment pas que cela ait été le cas provisoirement. Si l'ont veut défndre que le cas était un canular, on pourrait imaginer que les témoins aient trouvé une marque d'aire d'aterrissage d'hélicoptère là, n'aient pas su ce que c'était, et aient inventé alors 'histoire de la soucoupe. Ce n'est pas impossible, mais rien ne vient le prouver.

Plus étrangement, il y a cette information par Christian Valentin que le témoin principal ne se souvient pas en 2008 de la présence du "H". Il est pourtant bien sur les photos. Mauvaise mémoire, ou ajout du "H" par des plaisantins entre le moment de la découverte de la trace et celle de la prise de photographies?

Dans mon résumé, j'ai évoqué le problème de la couleur claire de la trace qui aurait dû être sombre. Y compris si l'on en croit Barthel et Brucker qui, sans qu'ils ne nous disent d'où ils sortent cela - c'est trèS habituel chez eux - assurent que la trace était "de la suie" - donc sombre ou noire. Il semble donc que la trace ait été altérée. J'estime qu'il n'ait pas été impossible que le ou le senquêteurs aient rendu plus visible la trace, afin d'en marqué les contours sur leurs photos, en utilisant du plaôtre ou autre poudre blanche. Mais cela demeure une pure conjecture.

Le lieu:

Ce n'est évidemment pas "Mulhouse" mais Riedisheim, attenante à Mulhouse certes.

Les gens du coin, comme moi, savent que la colline (cercle jaune) est dénonmmée "Entremont" depuis au moins les années 1975. Il y a là plusieurs résidences. Je sais où se trouve le fameux prés, mais je dois dire qu'il nest plus un pré, des maisons ont encore été bâties là depuis, en plus des maisons récentes évoquées par Mr. Schirch. Le lieu est entre les actuelles rue du Naegeleberg et rue des jonquilles (cercle rouge).

Sur cette vue plus vaste, j'ai noté "PSA" pour indiquer l'usine Peugeot. L'objet serait venu de cette direction. La limite de l'usine la plus proche des lieux d'observation est à 3 km.

Evaluation:

Non identifié, engin extraterrestre ou canular.

Références des sources:

* = Source dont je dispose.
? = Source dont l'existence m'est signalée mais dont je ne dispose pas. Aide appréciée.

Historique du dossier:

Rédaction

Auteur principal: Patrick Gross
Contributeurs: Aucun
Reviewers: Aucun
Editeur: Patrick Gross

Historique des changements

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 28 janvier 2018 Création, [ld1], [sa1], [hd1], [fr1], [bb1], [mf1], [uw2], [lc1], [no1], [is1], [ud1], [ud2], [cv2], [jm1], [ub3].
1.0 Patrick Gross 28 janvier 2018 Première publication.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 28 janvier 2018.