Index ACUFO -> Accueil 

This page in EnglishClick!

ACUFO:

ACUFO est un catalogue à visée exhaustive des cas de rencontres entre aéronefs et OVNIS, qu'elles soient «expliquées» ou «inexpliquées».

Le catalogue ACUFO donne pour chaque cas un dossier comprenant un numéro de cas, un résumé, des informations quantitatives (date, lieu, nombre de témoins...), des classifications, l'ensemble des sources mentionnant l'affaire, avec leur références, une discussion du cas dans le but d'une évaluation de ses causes, et un historique des changements apportés au dossier.

Cas précédent Cas suivant >

Selfridge Field, Michigan, USA, en juillet 1945:

Numéro de cas:

ACUFO-1945-07-00-SELFRIDGEFIELD-1

Résumé:

L'auteur et ufologue français Jean-Gabriel Greslé indiquait dans son livre de 2004 «Documents Interdits - Ce que savent les Etats-Majors», qu'il présente un témoignage inédit: en août 1945, dans l'Etat de Washington, Jean Kisling, pilote de chasse instructeur français, futur commandant de bord à Air France, a été envoyé en mission d'interception sur son Republic Thunderbolt P-47H, version perfectionnée de cet avion, équipée d'un compresseur efficace qui lui permet de voler à très haute altitude pour la protection des bombardiers Super Fortress B-29.

Kisling a décollé, pour tenter d'intercepter un objet grisâtre qui ressemblait vaguement à un ballon mais possédait des performances très différentes. Il avait reçu l'ordre de l'abattre et ses six mitrailleuses étaient chargées.

Après une longue poursuite qui l'entraîne à une altitude supérieure à 13 000 mètres, alors que l'objet va lui échapper, Kisling tire une rafale dans sa direction puis s'engage dans un piqué pour retrouver un niveau plus confortable, manœuvre lui a peut-être sauvé la vie.

Reçu dans le bureau de son commandant il s'entend dire qu'il a eu «beaucoup de chance!» parce que «jusqu'à ce jour tous ceux qui ont tiré sur ces engins se sont fait descendre.»

Jean-Gabriel Greslé reproduit également une lettre signée du commandant Kisling.

Il y déclare qu'en 1945, il était basé à Selfridge Field près de Detroit dans le Michigan, et qu'à cette époque il était courant d'apercevoir des «ballons» passer à haute altitude, et tout le monde pensait que ces «ballons» provenaient du Japon pour espionner les U.S.A.

Le Colonel Commandant la base lui a un jour ordonné de décoller avec un Thunderbolt P-47 pour aller abattre ces «ballons». Kisling avait décollé, pris de l'altitude, alors que ces «ballons» paraissaient avoir toujours la même taille et rester à la même distance.

Arrivé à 55000 pieds, plus de 16000 mètres, ne pouvant continuer de monter à cause de douleurs dans les articulations, de l'appareil non pressurisé, il avait déchargé ses mitrailleuses en direction de ces «ballons», et immédiatement, il a vu ces «ballons» devenir des «soucoupes» et disparaître à une vitesse exceptionnelle en laissant derrière elles des traces semblables à celles d'avions à réaction à haute altitude. Kisling ajoutait que ce jour-là, il a avait eu des centaines de témoins sur la base assistant à cet événement.

L'auteur et ufologue britannique Timothy Good a rapporté dans son livre de 2012 «Need to Know: UFOs, the Military and Intelligence», qu'en été 1945, «de nombreux objets volants circulaires furent aperçus» par des citoyens et du personnel militaire à proximité de la base des U.S. Army Air Forces de Selfridge Field, Mount Clemens, près de Detroit, Michigan, USA.

On avait supposé qu'il s'agissait de ballons japonais «Fugo», mais, indique Tim Good, les derniers étaient arrivés en juin et très peu d'entre eux avaient atteint l'est jusqu'au Michigan.

Good indique que de nombreux pilotes américains ainsi que des pilotes canadiens avaient participé à l'attaque de ces ballons, mais relativement peu d'entre eux ont été abattus.

Il indique qu'en juillet 1945, trois ou quatre objets ressemblant à des ballons étaient apparus directement au-dessus de l'aérodrome de Selfridge en juillet, et le commandant de la base a demandé un volontaire pour les attaquer. Jean Kisling, servant dans un détachement de l'Armée de l'Air Française Libre en tant qu'instructeur sur les chasseurs P-47D et P-47N Thunderbolt, avait alors relevé le défi.

Kisling avait dit à Tim Good:

«J'étais le seul à dire oui! Alors j'ai décollé et j'ai grimpé. Il était impossible de juger de la distance de ces objets - ils étaient très hauts. J'ai grimpé bien au-delà du plafond de service du P-47D - et j'ai finalement réussi à en avoir un dans mon champ de visée.»

Kisling a ouvert le feu avec les huit mitrailleuses de calibre .50 montées sur les ailes de son P-47, mais à son étonnement...

«Au moment où j'ai tiré, il s'est soudainement envolé sur le côté - sur le bord - après être d'abord apparu comme une sphère. Et il a laissé une traînée de condensation. Ce n'était pas un ballon!»

Tim Good raconte qu'à l'atterrissage, Kisling a été célébré comme un héros. Il se souvenait également de la douleur dans ses bras «due à la décompression - après avoir volé si haut».

Kisling a indiqué à Tim Good que quelques jours plus tard, un avion de chasse, dont il pense qu'il s'agissait peut-être d'un avion à réaction, envoyé pour intercepter un objet similaire, a explosé et s'est écrasé près de Denver, Colorado, tuant le pilote.

On trouve également un article dans le magazine de juin 2008 de la commission «PAN» (Phénomènes Aériens Non Identifiés) «SIGMA» de l'association 3AF, «Association Aéronautique et Astronautique de France».

Il y est rappelé que durant la seconde guerre mondiale, Jean Kisling s'est retrouvé dans un premier temps en Tunisie. Ayant dû fuir dans un second temps devant l'avancée des forces allemandes, il embarque, après de multiples péripéties, via le Maroc à destination des Etats-Unis. Sur place, ses aptitudes de pilote lui valent d'abord d'être distingué puis promu pilote instructeur dans l'Air Force Army à la base de Selfridge dans l'Etat du Michigan, l'endroit même où devait se dérouler le combat aérien qu'il a mené contre des OVNIS à l'été 1945. Ce jour-là, à la demande du commandant de la base de Selfridge, Jean KISLING accepte de faire une tentative d'interception de «ballons d'observation» régulièrement observés à cette époque dans le ciel du Michigan.

«A cette époque, le ciel de l'Etat de Michigan est régulièrement traversé par des «ballons» d'origine inconnue. Le traumatisme de Pearl Harbour étant encore très vivace dans les esprits yankees, ils sont considérés par beaucoup comme des engins d'observation et d'espionnage venus du Japon. A la demande du commandant de la base de Selfridge et en l'absence d'autres candidats, compte tenu des issues tragiques de certaines tentatives récentes, je me porte volontaire pour intercepter les «ballons» et décolle en urgence.»

«A bord de mon P47 j'ai beau monter pour atteindre mon objectif, de façon surprenante, entre mon appareil et ces ballons la distance demeure inchangée! Arrivé à près de 55 000 pieds, malgré les difficultés de pilotage - froid et altitude - je réussis à lâcher une longue rafale de mes 8 mitrailleuses calibre 12,7 mm en direction des ballons. A ma grande surprise, ces ballons se transforment alors en soucoupes volantes, s'éloignent et disparaissent à une vitesse exceptionnelle, laissant derrière elles des traces semblables à celles d'avions à réaction à haute altitude.»

«Au sol, le 'combat aérien' a été suivi avec attention par plus de 1 000 témoins oculaires, à l'aide de jumelles de fort grossissement, de télescopes (ou de ce qui à l'époque en tenait lieu) pour certains, et des traînées laissées dans le ciel par les protagonistes. Les militaires de la base de Selfridge ont pu ainsi constater qu'il ne s'agissait aucunement de simples ballons d'observation. A mon retour sur terre, je suis fêté comme un héros par le Colonel commandant de la base. Le rapport de débriefing est envoyé au Pentagone. Il n'y aura de la part des autorités aucun retour concernant cet «incident».

L'article ajoute que Jean Kisling est décédé en 2017, qu'il avait été entendu en 1998 par deux membres du COMETA et que son récit n'a pas été retenu dans leur compte rendu final.

Il précise que c'est grâce à l'intermédiation d'Alain Boudier que son témoignage avait été également recueilli le 26 mars 2008 par Jean-Gabriel Greslé et Tim Good et consigné dans leurs ouvrages respectifs.

L'article indique qu'en 1947, Jean Kisling était devenu co-pilote chez Air France sur les avions de ligne «Constellation», et qu'il a déclaré qu'en 1952 ou 1953, lors d'une escale à New-York - Ildlewild, le Directeur de l'aéroport leur a indiqué que leur «Superconstellation» va faire l'objet d'une attention toute particulière de la part d'une escorte de gardes armés déployés sur le tarmac, dans le cadre d'une prise en charge une délégation d'une dizaine de personnes. Kisling voit que l'escorte surveille soigneusement l'embarquement en veillant à ce qu'aucun regard indiscret ne puisse épier le groupe en partance. Pendant le vol, dit Kisling, une personne d'une soixantaine d'années de cette délégation a curieusement commencé à lui parler de la question OVNIS, et Kisling lui a raconté son observation.

L'homme lui déclare alors que sa délégation va se rendre en l'Europe de l'Est pour discuter entre autres choses de la question des OVNIS avec des soviétiques. Il lui dit que les Américains savent parfaitement qui il est, il ajoute qu'il existe au Pentagone un bureau dédié à l'étude des «Flying discs», et qu'ils avaient «récupéré quelques années auparavant une soucoupe volante, qui s'est écrasée du côté de El Paso (Texas) et dont tous les occupants étaient décédés.»

Quand Kisling lui demande pourquoi ils n'informent pas les citoyens américain à ce sujet, l'homme lui explique qu'il est impossible de révéler la vérité, «car cela entrainerait une panique généralisée sur toute la planète!»

Données:

Données temporelles:

Date: Juillet ou août ou été 1945
Heure: ?
Durée: ?
Date du premier rapport connu: 1998
Délai de rapport: 5 décennies.

Données géographiques:

Pays: USA
Département/état: Michigan
Commune ou lieu: Mount Clemens

Données concernant les témoins:

Nombre de témoins allégués: 1000
Nombre de témoins connus: 1
Nombre de témoins nommés: 1

Données ufologiques:

Témoignage apporté via: Rapport du témoin à des ufologues.
Conditions d'éclairage: ?
OVNI observé: Oui.
Arrivée OVNI observée: Non.
Départ OVNI observé: Oui.
Actions OVNI: Partent quand attaqués.
Actions témoins: Tirs de mitrailleuses.
Photographies: Non.
Dessins par témoins: Non.
Dessins approuvé par témoins: Non.
Sentiments des témoins: Etonnés.
Interprétations des témoins: Ballons espions japonais, plus tard engins extraterrestres.

Classifications:

Senseurs: [X] Visuel: 1 à 1000.
[ ] Radar aéronef:
[ ] Radar sol directionnel:
[ ] Radar sol altitude:
[ ] Photo:
[ ] Film/vidéo:
[ ] Effets EM:
[ ] Pannes:
[ ] Dégâts:
Hynek: ?
Armé / non armé: Armé, 8 mitrailleuses Browning M2 de 12.7 mm.
Fiabilité 1-3: 2
Etrangeté 1-3: 2
ACUFO: Non identifié.

Sources:

[Ref. jge1:] JEAN-GABRIEL GRESLE:

Cet auteur et ufologue indique qu'il présente un témoignage inédit: en août 1945, dans l'Etat de Washington, Jean Kisling, pilote de chasse instructeur français, futur commandant de bord à Air France, a été envoyé en mission d'interception sur son Republic Thunderbolt P-47H, version perfectionnée de cet avion, équipée d'un compresseur efficace qui lui permet de voler à très haute altitude pour la protection des bombardiers Super Fortress B-29.

Kisling a décollé, pour tenter d'intercepter un objet grisâtre qui ressemblait vaguement à un ballon mais possédait des performances très différentes. Il avait reçu l'ordre de l'abattre et ses six mitrailleuses étaient chargées.

Après une longue poursuite qui l'entraîne à une altitude supérieure à 13 000 mètres, alors que l'objet va lui échapper, Kisling tire une rafale dans sa direction puis s'engage dans un piqué pour retrouver un niveau plus confortable, manœuvre lui a peut-être sauvé la vie.

Reçu dans le bureau de son commandant il s'entend dire qu'il a eu «beaucoup de chance!» parce que «jusqu'à ce jour tous ceux qui on tiré sur ces engins se sont fait descendre.»

L'auteur reproduit également une lettre signé du commandant Kisling.

Il y déclare qu'en 1945, il était basé à Selfridge Field près de Detroit dans le Michigan, et qu'à cette époque il était courant d'apercevoir des «ballons» passer à haute altitude, et tout le monde pensait que ces «ballons» provenaient du Japon pour espionner les U.S.A.

Le Colonel Commandant la base lui a un jour ordonné de décoller avec un Thunderbolt P-47 pour aller abattre ces «ballons». Kisling avait décollé, pris de l'altitude, alors que ces «ballons» paraissaient avoir toujours la même taille et rester à la même distance.

Arrivé à 55000 pieds, plus de 16000 mètres, ne pouvant continuer de monter à cause de douleurs dans les articulations, de l'appareil non pressurisé, il avait déchargé ses mitrailleuses en direction de ces «ballons», et immédiatement, il a vu ces «ballons» devenir des «soucoupes» et disparaître à une vitesse exceptionnelle en laissant derrière elles des traces semblables à celles d'avions à réaction à haute altitude. Kisling ajoutait que ce jour-là, il a avait eu des centaines de témoins sur la base assistant à cet événement.

[Ref. tgd1:] TIMOTHY GOOD:

Lorsque de nombreux objets volants circulaires furent aperçus au cours de l'été 1945 par des citoyens et du personnel militaire à proximité de la base de l'USAAF à Selfridge Field, Mount Clemens, près de Detroit, Michigan, il fut naturellement supposé que les Japonais en étaient responsables, bien que il s'est avéré plus tard que les derniers Fugos avaient débarqué en juin et que très peu d'entre eux avaient atteint l'est jusqu'au Michigan. De nombreux pilotes américains ainsi que des pilotes de l'Aviation royale canadienne et de la Marine ont participé à l'attaque des ballons de 33 pieds de diamètre, avec leur charge utile suspendue de cinq bombes, quatre incendiaires et une bombe antipersonnel de 33 livres. Cependant, relativement peu d'entre eux ont été abattus. Ainsi, lorsque trois ou quatre objets ressemblant à des ballons sont apparus directement au-dessus de l'aérodrome en juillet, le commandant de la base a demandé un volontaire pour les attaquer. Jean Kisling, servant dans un détachement de l'Armée de l'Air Française Libre en tant qu'instructeur sur les chasseurs P-47D et P-47N Thunderbolt, a vaillamment relevé le défi.

«J'étais le seul à dire oui!» m'a dit Kisling. «Alors j'ai décollé et j'ai grimpé. Il était impossible de juger de la distance de ces objets - ils étaient très hauts. J'ai grimpé bien au-delà du plafond de service du P-47D - et j'ai finalement réussi à en avoir un dans mon champ de visée.» Ouvrant le feu avec les huit mitrailleuses de calibre .50 montées sur les ailes du P-47, il fut étonné de ce qui se passa ensuite. «Au moment où j'ai tiré, il s'est soudainement envolé sur le côté - sur le bord - après être d'abord apparu comme une sphère. Et il a laissé une traînée de condensation. Ce n'était pas un ballon!»

A l'atterrissage, Kisling a été célébré comme un héros. Il se souvient également de la douleur dans ses bras «due à la décompression - après avoir volé si haut».

Un Français est ainsi devenu le premier pilote en Amérique, à ma connaissance, à tenter d'abattre un objet volant non identifié. Kisling a eu de la chance de survivre. Quelques jours plus tard, un avion de chasse - il pense qu'il s'agissait peut-être d'un avion à réaction - envoyé pour intercepter un objet similaire, a explosé et s'est écrasé près de Denver, Colorado, tuant le pilote.

[Ref. taf1:] "3AF - PAN":

Scan.

3AF-PAN: Jean KISLING,
un grand témoin

[Légende photo:] Jean KISLING lors de son interview

La commission 3AF-PAN d'information sur les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés (PAN) contribuera, durant les deux à trois années à venir, à l'information des adhérents et du grand public en organisant des conférences sur ce sujet en coopération avec le Groupe régional Ile de France, et en publiant régulièrement des articles dans la Lettre 3AF consacrés à des témoignages, des analyses de dossiers PAN officiels, des revues de presse et des résumés de livres... Voici, pour inaugurer cette série de publications le récit d'une expérience vécue exceptionnelle d'un grand témoin direct.

TEMOIGNAGE DE M. JEAN KISLING 1

M. Jean KISLING, 86 ans, ancien pilote de chasse, ancien commandant de bord à Air France, totalise 27 000 heures de vol. Il est titulaire de la médaille de l'Aéronautique et membre du discret Tomato Club 2. Son témoignage concerne une tentative d'interception d'OVNIs en 1945 aux USA.

Il est à rappeler que Jean KISLING a déjà été auditionné à ce sujet en 1998 par deux membres du COMETA3 et que son récit n'a pas été retenu dans le compte rendu final. Grâce à l'intermédiation d'Alain BOUDIER, son témoignage a été également recueilli par Jean-Gabriel GRESLE4 et Tim GOOD5 et consigné dans leurs ouvrages respectifs.

Il nous livre ici des éléments inédits donnant un éclairage intéressant sur le niveau des connaissances des militaires américains sur le phénomène OVNI. Durant la seconde guerre mondiale, Jean KISLING s'est retrouvé dans un premier temps en Tunisie. Ayant dû fuir dans un second temps devant l'avancée des forces allemandes, il embarque, après de multiples péripéties, via le Maroc à destination des Etats-Unis.

Sur place, ses aptitudes de pilote lui valent d'abord d'être distingué puis promu pilote instructeur dans l'Air Force Army à la base de Selfridge dans l'Etat du Michigan, l'endroit même où devait se dérouler le combat aérien qu'il a mené contre des OVNIS à l'été 1945. Ce jour là, à la demande du commandant de la base de Selfridge, Jean KISLING accepte de faire une tentative d'interception de «ballons d'observation» régulièrement observés à cette époque dans le ciel du Michigan.

Cette tentative d'interception est effectuée avec un P47, le plus puissant avion de chasse de l'époque, dont le moteur développe en 1945 une puissance approchant les 3000 ch, capable d'atteindre des altitudes supérieures à 10 000 m.

Voici donc son témoignage.

«A cette époque, le ciel de l'Etat de Michigan est régulièrement traversé par des «ballons» d'origine inconnue. Le traumatisme de Pearl Harbour étant encore très vivace dans les esprits yankees, ils sont considérés par beaucoup comme des engins d'observation et d'espionnage venus du Japon. A la demande du commandant de la base de Selfridge et en l'absence d'autres candidats, compte tenu des issues tragiques de certaines tentatives récentes, je me porte volontaire pour intercepter les «ballons» et décolle en urgence.

A bord de mon P47 j'ai beau monter pour atteindre mon objectif, de façon surprenante, entre mon appareil et ces ballons la distance demeure inchangée!

Arrivé à près de 55 000 pieds6, malgré les difficultés de pilotage – froid et altitude – je réussis à lâcher une longue rafale de mes 8 mitrailleuses calibre 12,7 mm en direction des ballons. A ma grande surprise, ces ballons se transforment alors en soucoupes volantes, s'éloignent et disparaissent à une vitesse exceptionnelle, laissant derrière elles des traces semblables à celles

  1. 1. Cette interview a été effectuée le 26 mars 2008 par Pierre BESCOND, Alain BOUDIER et Khoa DANG-TRAN au domicile de M. Jean KISLING.
  2. 2. Tomato Club: le rendez-vous privé des pilotes et anciens pilotes, 6 rue Galilée Paris 16ème
  3. 3. COMETA: COMité d'ETudes Approfondies placé sous la houlette du Directeur de l'IHEDN (Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale). Le «rapport Cometa»: Les OVNI et la Défense, à quoi doit-on se préparer?» est disponible sur le site web du Cnes (http://www.cnes-geipan.fr/documents/Cometa.pdf)
  4. 4. Jean-Gabriel GRESLE est l'auteur de «Documents interdits. Ce que savent les Etats-majors» Dervy Livres, paru en 2004.
  5. 5. Tim GOOD est l'auteur de «Need to Know» paru en 2006 chez Sidgwick & Jackson.
  6. 6. Le modèle de P-47 mentionné par Jean KISLING est vraisemblablement un P-47N: la base de données P-47 donne en effet deux accidents de P-47N1RE à Selfridge les 8 et 12 mars 1945 (serial numbers 44-87985 et 44-88023). .Le P-47-N utilisait un P&W Double Wasp R2800-77(C), réputé pour être légèrement plus puissant que le moteur P&W R2800-57(C) de la version précédente P-47M; ce dernier moteur, équipé d'un turbo-supercharger GE CH-5, donnait 2800 hp à 32 500 ft en utilisant le WEP (Wartime Emergency Power; injection d'eau). Le plafond des différents P-47 (service ceiling) n'a pas dépassé 43 000 ft, soit 13 100 m. Le P-47 pouvait monter à 20 000 ft en 4,75 minutes (en WEP).

Scan.

[Légende photo:] Jean KISLING (deuxième à partir de la gauche), instructeur sur P-47 Thunderbolt à Oscada, Michigan en octobre 1944

d'avions à réaction à haute altitude. Au sol, le «combat aérien» a été suivi avec attention par plus de 1 000 témoins oculaires, à l'aide de jumelles de fort grossissement, de télescopes (ou de ce qui à l'époque en tenait lieu) pour certains, et des traînées laissées dans le ciel par les protagonistes. Les militaires de la base de Selfridge ont pu ainsi constater qu'il ne s'agissait aucunement de simples ballons d'observation. A mon retour sur terre, je suis fêté comme un héros par le Colonel commandant de la base. Le rapport de débriefing est envoyé au Pentagone. Il n'y aura de la part des autorités aucun retour concernant cet «incident».

Peu après la fin des hostilités en 1947, Jean KISLING entre à Air France où il officie comme jeune copilote sur les avions de ligne de type «Constellation». Il nous raconte.

New-York/Ildlewild, nous sommes informés par le Directeur de l'aéroport que notre Superconstellation va faire l'objet d'une attention toute particulière de la part d'une escorte de gardes armés déployés sur le tarmac. Il nous explique que nous allons prendre en charge une délégation d'une dizaine de personnes en bordure de piste qui seront les seuls passagers à bord. Et de fait, je remarque que l'escorte surveille soigneusement l'embarquement en veillant à ce qu'aucun regard indiscret ne puisse épier le groupe en partance. Le vol à cette époque étant long (environ 12 heures), je vais me détendre à un moment donné à l'arrière de l'appareil réservé à la délégation et me retrouve assis à côté d'une personne d'une soixantaine d'années. La conversation s'engageant curieusement sur la question des UFOs8, je relate ce que j'ai vécu dans le Michigan.

Mon interlocuteur m'indique alors que la délégation qu'il conduit, une fois arrivée à Orly, doit prendre la correspondance en direction de l'Europe de l'Est pour discuter – entre autres choses – de cette sulfureuse question avec ses homologues soviétiques.

Il m'affirme en plus qu'ils – les Américains – savent parfaitement qui je suis. La CIA déjà... Il mentionne dans la foulée qu'il existe au Pentagone un bureau dédié à l'étude des «Flying discs» et révèle qu'ils ont récupéré quelques années auparavant une soucoupe volante, qui s'est écrasée du côté de El Paso (Texas) et dont tous les occupants étaient décédés.

A ma question: «Pourquoi n'en informez- vous pas les citoyens américains?», il me répond qu'il leur est impossible de révéler la vérité, car cela entrainerait une panique généralisée sur toute la planète! Plus tard, dans les années 60, j'ai eu à nouveau l'occasion d'être confronté au phénomène OVNI en Argentine où l'observation de tels phénomènes aériens n'était pas rare.»

Plus de 63 ans après ces événements, quel est le sentiment de Jean KISLING sur cette énigme? Voici sa réponse.

«Pour moi, il n'existe pas le moindre doute, les soucoupes volantes existent et viennent d'un autre système solaire. Je suis extrêmement étonné que de soidisant grands scientifiques refusent encore obstinément à l'heure actuelle d'accepter l'idée de l'existence d'une vie E.T.9 intelligente à travers le cosmos et par là-même d'extra-terrestres. Face à ce défi posé à notre humanité, j'estime que nous sommes encore à l'époque de Galilée!...»

ANALYSE DE SON TEMOIGNAGE

Compte tenu de la personnalité et de la carrière de Jean KISLING, il paraît difficile de mettre en doute la sincérité et l'authenticité du témoignage de Jean KISLING concernant un événement également observé par un millier de témoins oculaires

Ce témoignage, exceptionnel à plus d'un titre, soulève un certain nombre de questions concernant la position officielle des autorités américaines face au phénomène OVNI d'une part, et leurs actions officieuses dans ce domaine d'autre part:

1. Le survol du territoire américain par des objets non identifiés durant l'été 45 n'était pas une réelle surprise pour les autorités américaines: des opérations de défense aérienne avaient été engagées, justifiées par la situation de guerre avec le Japon et le traumatisme de Pearl Harbor et un certain nombre d'avions perdus pour des causes non entièrement élucidées ;

2. Contrairement à la position officielle classique des autorités consistant à affirmer la non existence du phénomène OVNI, les autorités américaines avaient parfaitement identifié Jean KISLING en tant qu'ancien pilote de chasse aux USA et copilote à Air France;

3. Ils ne pouvaient donc pas ignorer son engagement aérien face aux «ballons» du Michigan. Le fait qu'aucun RETEX10 n'ait été renvoyé du Pentagone au Colonel dirigeant la base de Selfridge pose une véritable question. Il peut aussi constituer une vraie réponse en soi... ;

4. Il est étonnant que le chef de la délégation ait lié conversation aussi facilement avec Jean KISLING. Il mentionne que les autorités américaines ont récupéré un objet matériel avec des EBEs (Entités Biologiques Extraterrestres) décédées11 ; dans quel but? Il mentionne également – toujours dans quel but? – comme objet du déplacement de la délégation, des discussions entre autorités russes et américaines sur la question OVNI, ce qui témoignerait d'une certaine entente tacite dès cette époque entre les deux superpuissances.

Alain BOUDIER, Pierre BESCOND,
Khoa DANG-TRAN, membres
de la Commission 3AF-PAN

Scan.

Biographie succincte de Jean KISLING

[Légende photo:] Jean KISLING à Oscada, Michigan en décembre 1944

L'ENGAGEMENT EN AFRIQUE DU NORD

Engagé volontaire à Salon-de-Provence le 19 mars 1941, Jean KISLNG est affecté au Groupe de Bombardement 1/25 à El-Aouina (Tunisie), jusqu'en novembre 1942, puis à Blida, Alger, Rabat et Marrakech.

Il part le 3 septembre 1943 pour Casablanca, au CFPNA (les Centres de Formation du Personnel Navigant en Amérique ont été ouverts de 1943 à 1946). Il embarque le 15 octobre sur l'Empress of Scotland à destination des Etats-Unis avec le 5ème détachement du CFPNA: départ le 16, arrivée le 23 à Newport (USA), débarquement le 24. LA PERIODE DE FORMATION AUX ETATS-UNIS Arrivé à Craig Field, Selma (Al), le 26 octobre 1943, il intègre la Primary School de Van de Graaf Field à Tuscaloosa jusqu'au 16 janvier 1944. Il y effectue son premier vol le 8 novembre 1943. Il fréquente ensuite la Basic School de Gunter Field à Montgomery, jusqu'au 24 mars 1944, puis l'Advanced School de Craig Field à Selma, où il est breveté Pilote le 23 mai de la même année avec 244 heures de vol (Brevet N° 30 457).

Arrivé à Oscoda Air Base dans le Michigan le 20 juillet 1944, il commence l'entrainement sur P-47 Thunderbolt. Après la qualification sur cet appareil, il est désigné instructeur (575 heures de vol sur P-47) puis affecté à Selfridge Field, Mount Clemens d'avril 1945 à janvier 1946.

DE RETOUR EN FRANCE

Il est affecté à la Base Aérienne de Tours en tant qu'Instructeur à la Patrouille de Tours sous le commandement du Cdt PERRIER.

Démobilisé en juillet 1946, il pilote sur Junker 52 à «Alpes Provence» en juin et juillet 1947. Après un stage de pilote de ligne, il entre à Air France en août 1947; il est aussi instructeur pilote à l'Aéro-Club Air France à Melun.

Jean KISLING est alors copilote jusqu'en 1952, commandant de bord puis instructeur Pilote de Ligne à la SFP du Bourget et Cormeilles-en-Vexin. Commandant de bord sur B747 depuis 1971, il totalise 5 900 heures de vols sur ce type d'appareil.

Il prend sa retraite d'Air France le 1er juillet 1982. Jean KISLING est Médaille d'or d'honneur de l'Aéronautique, et toujours en activité à l'Aéro-Club Air France et au Touring Aéro-Club de France.

QUALIFICATIONS:

[Légende photo:] Jean KISLING à Dayton, Ohio en mai 1986

(Source CFPNA - http://pagespersoorange.fr/patrice.laverdet/html/cfpna_vol5.htm)

[Ref. jkh1:] JEROME A. KROTH:

Corroboration inhabituelle

Le rapport de l'auteur Timothy Good, l'auteur de Need to Know: UFOs and the Military, n'a aucun rapport avec le texte de Corso. Good passe la plupart de son temps dans ce livre à examiner des documents militaires déclassifiés, mais il rapporte une interview assez étrange qu'il a eue avec Jean Kisling, un pilote français. Kisling avait déjà eu une rencontre avec un OVNI au-dessus du terrain de Selfridge dans le Michigan en 1945. Good voulait interviewer Kisling à propos de cet épisode puisque Kisling aurait effectivement tiré sur cet OVNI, mais au cours de leur entretien, une histoire bien plus dramatique a émergé:

Au début des années 1950, Kisling, pilote professionnel, effectuait la liaison New York-Paris. «Un jour, lorsque l'équipage est arrivé à l'aéroport d'Idelwild», a-t-il commencé, «on nous a dit que l'horaire régulier a été modifié. Le chef de la sécurité de l'aéroport m'a demandé de l'accompagner à son bureau. On m'a prévenu de ne pas divulguer les informations qu'il était sur le point de me révéler... Il m'expliqua qu'il s'agirait désormais d'un vol VIP «spécial sécurité» pour emmener une délégation d'une vingtaine ou d'une trentaine d'officiers militaires du Pentagone à Paris dans le cadre d'une mission classifiée confiée à notre Super Constellation, garé à l'écart du terminal avec un garde militaire. Nous avions à bord un équipage double ou «lourd». Lorsque j'ai pris ma période de repos pendant le vol transatlantique, j'ai discuté avec un homme âgé et barbu. Il a révélé qu'il était un spécialiste des OVNIS et qu'une unité très importante du Pentagone s'occupait exclusivement du sujet. Il a dit qu'une soucoupe volante s'était écrasée à El Paso, au Texas, quelque temps auparavant et que de «petites personnes» non terrestres avaient été récupérées. Je lui ai demandé pourquoi tout cela était gardé secret. Il a répondu que tout le monde allait paniquer.

Le monsieur âgé à bord de ce vol faisait probablement référence à l'épisode de Roswell et à la prétendue récupération de corps extraterrestres sur le site du crash.

[Ref. ekc1:] EGON KRAGEL ET YVES COUPRIE:

Ces auteurs indiquent qu'en novembre 2009, ils ont rencontré Alain Bouclier, président de la commission 3Af-SJGMA au sein de l'Association Aéronautique et Astronautique de France, et il leur a déclaré que parmi tous les témoignages de pilotes français qu'il connait, celui de Jean Kisling lui tenait à coeur. Il avait rencontré Jean Kisling, à son domicile le 26 mars 2008, et il leur a raconté qu'en 1945, est promu comme instructeur dans l'Air Force Army à la base de Selfridge, dans l'Etat du Michigan, à une époque où l'on signale un grand nombre de «ballons» d'origine inconnue dans le ciel américain. Un jour d'été 1945, à bord de son P47 et à la demande du commandant de la base de Selfridge, Kisling s'était porté volontaire pour intercepter ces «ballons» et a décollé en urgence. Kisling a témoigné:

«J'ai beau monter pour atteindre mon objectif; de façon surprenante, entre mon appareil et ces ballons, la distance demeure inchangée! Arrivé à près de 55 000 pieds, malgré les difficultés de pilotage - froid et altitude, je réussis à lâcher une longue rafale de mes huit mitrailleuses en direction des ballons. A ma grande surprise, ces ballons se transforment en soucoupes volantes, s'éloignent et disparaissent à une vitesse exceptionnelle, laissant derrière elles des traces semblables à celles d'avions à réaction à haute altitude. Au sol, le 'combat aérien' a été suivi avec attention par plus de l 000 témoins oculaires, à l'aide de jumelles de fort grossissement, de télescopes ... Les militaires de la base de Selfridge ont pu ainsi constater qu'il ne s'agissait aucunement de simples ballons d'observation. Il n'y aura de la part des autorités aucun retour concernant cet 'incident'.»

[Ref. nes2:] MAGAZINE "NEXUS":

Scan.

Jean Kisling, interviewé par la 3AF-Sigma 1 en 2008, ancien pilote/instructeur US, a témoigné de sa tentative d'interception à bord de son P47 d'un engin discoïdal sur la base de Selfridge (Michigan) en été 1945 (cf. NEXUS n° 58).

[Ref. yvh1:] "YVES H.":

Jean Kisling

yvesh Par yvesh
Le 28/02/2019

Dans OVNI/UFO

OVNIs: Rappel témoignage du pilote Jean Kisling

OVNI et Pilotes de Chasse 5

Pan interview jkisling1

[Légende photo:] M. Jean KISLING, 86 ans lors de cette photo

J'ai déjà à plusieurs reprises parlé des témoignages nombreux de pilotes sur leurs rencontres dans le ciel (voir les liens en bas de cet article), et je n'insisterai jamais assez sur la fiabilité évidente de ces témoignages de professionnels qui ne peuvent être accusés d'être des rêveurs permanents ou des illuminés. Je viens de retrouver dans mes archives celui de Mr Jean Kisling que j'ajoute donc à ceux déjà postés.

TEMOIGNAGE DE M. JEAN KISLING

[Légende photo:] Jean KISLING à Oscada, Michigan en décembre 1944

M. Jean KISLING, 86 ans lors de cet article, est décédé en septembre 2017, tous mes hommages. Ancien pilote de chasse, ancien commandant de bord à Air France, il totalise 27.000 heures de vol. Il est titulaire de la médaille de l'Aéronautique et membre du discret Tomato Club. Son témoignage concerne une tentative d'interception d'OVNIs en 1945 aux USA.

Il est à rappeler que Jean KISLING a déjà été auditionné à ce sujet en 1998 par deux membres du COMETA et que son récit n'a pas été retenu dans le compte rendu final. Grâce à l'intermédiation d'Alain BOUDIER, son témoignage a été également recueilli par Jean-Gabriel GRESLE et Tim GOOD et consigné dans leurs ouvrages respectifs.

Il nous livre ici des éléments inédits donnant un éclairage intéressant sur le niveau des connaissances des militaires américains sur le phénomène OVNI.

Durant la seconde guerre mondiale, Jean KISLING s'est retrouvé dans un premier temps en Tunisie. Ayant dû fuir dans un second temps devant l'avancée des forces allemandes, il embarque, après de multiples péripéties, via le Maroc à destination des Etats-Unis. Sur place, ses aptitudes de pilote lui valent d'abord d'être distingué puis promu pilote instructeur dans l'Air Force Army à la base de Selfridge dans l'Etat du Michigan, l'endroit même où devait se dérouler le combat aérien qu'il a mené contre des OVNIS à l'été 1945. Ce jour là, à la demande du commandant de la base de Selfridge, Jean KISLING accepte de faire une tentative d'interception de «ballons d'observation» régulièrement observés à cette époque dans le ciel du Michigan.

Cette tentative d'interception est effectuée avec un P47, le plus puissant avion de chasse de l'époque, dont le moteur développe en 1945 une puissance approchant les 3000 ch, capable d'atteindre des altitudes supérieures à 10 000 m.

Voici donc son témoignage ci-dessous:

«A cette époque, le ciel de l'Etat de Michigan est régulièrement traversé par des «ballons» d'origine inconnue. Le traumatisme de Pearl Harbour étant encore très vivace dans les esprits yankees, ils sont considérés par beaucoup comme des engins d'observation et d'espionnage venus du Japon. A la demande du commandant de la base de Selfridge et en l'absence d'autres candidats, compte tenu des issues tragiques de certaines tentatives récentes, je me porte volontaire pour intercepter les «ballons» et décolle en urgence.»

«A bord de mon P47 j'ai beau monter pour atteindre mon objectif, de façon surprenante, entre mon appareil et ces ballons la distance demeure inchangée! Arrivé à près de 55 000 pieds, malgré les difficultés de pilotage - froid et altitude - je réussis à lâcher une longue rafale de mes 8 mitrailleuses calibre 12,7 mm en direction des ballons. A ma grande surprise, ces ballons se transforment alors en soucoupes volantes, s'éloignent et disparaissent à une vitesse exceptionnelle, laissant derrière elles des traces semblables à celles d'avions à réaction à haute altitude.»

«Au sol, le «combat aérien» a été suivi avec attention par plus de 1 000 témoins oculaires, à l'aide de jumelles de fort grossissement, de télescopes (ou de ce qui à l'époque en tenait lieu) pour certains, et des traînées laissées dans le ciel par les protagonistes. Les militaires de la base de Selfridge ont pu ainsi constater qu'il ne s'agissait aucunement de simples ballons d'observation. A mon retour sur terre, je suis fêté comme un héros par le Colonel commandant de la base. Le rapport de débriefing est envoyé au Pentagone. Il n'y aura de la part des autorités aucun retour concernant cet «incident».

Peu après la fin des hostilités en 1947, Jean KISLING entre à Air France où il officie comme jeune copilote sur les avions de ligne de type «Constellation». Il nous raconte.

«En 1952 ou 1953, lors d'une escale à New-York/Ildlewild, nous sommes informés par le Directeur de l'aéroport que notre Superconstellation va faire l'objet d'une attention toute particulière de la part d'une escorte de gardes armés déployés sur le tarmac. Il nous explique que nous allons prendre en charge une délégation d'une dizaine de personnes en bordure de piste qui seront les seuls passagers à bord. Et de fait, je remarque que l'escorte surveille soigneusement l'embarquement en veillant à ce qu'aucun regard indiscret ne puisse épier le groupe en partance. Le vol à cette époque étant long (environ 12 heures), je vais me détendre à un moment donné à l'arrière de l'appareil réservé à la délégation et me retrouve assis à côté d'une personne d'une soixantaine d'années. La conversation s'engageant curieusement sur la question des UFOs, je relate ce que j'ai vécu dans le Michigan.»

Mon interlocuteur m'indique alors que la délégation qu'il conduit, une fois arrivée à Orly, doit prendre la correspondance en direction de l'Europe de l'Est pour discuter - entre autres choses - de cette sulfureuse question avec ses homologues soviétiques. Il m'affirme en plus qu'ils - les Américains - savent parfaitement qui je suis. La CIA déjà... Il mentionne dans la foulée qu'il existe au Pentagone un bureau dédié à l'étude des «Flying discs» et révèle qu'ils ont récupéré quelques années auparavant une soucoupe volante, qui s'est écrasée du côté de El Paso (Texas) et dont tous les occupants étaient décédés.

A ma question: «Pourquoi n'en informez-vous pas les citoyens américains?», il me répond qu'il leur est impossible de révéler la vérité, car cela entrainerait une panique généralisée sur toute la planète! Plus tard, dans les années 60, j'ai eu à nouveau l'occasion d'être confronté au phénomène OVNI en Argentine où l'observation de tels phénomènes aériens n'était pas rare.«

Plus de 63 ans après ces événements, quel est le sentiment de Jean KISLING sur cette énigme?

Voici sa réponse. «Pour moi, il n'existe pas le moindre doute, les soucoupes volantes existent et viennent d'un autre système solaire. Je suis extrêmement étonné que de soidisant grands scientifiques refusent encore obstinément à l'heure actuelle d'accepter l'idée de l'existence d'une vie E.T. intelligente à travers le cosmos et par là-même d'extra-terrestres. Face à ce défi posé à notre humanité, j'estime que nous sommes encore à l'époque de Galilée!...»

Jean KISLING (deuxième à partir de la gauche), instructeur sur P-47 Thunderbolt à Oscada, Michigan en octobre 1944

ANALYSE DE SON TEMOIGNAGE

Compte tenu de la personnalité et de la carrière de Jean KISLING, il paraît difficile de mettre en doute la sincérité et l'authenticité du témoignage de Jean KISLING concernant un événement également observé par un millier de témoins oculaires. Ce témoignage, exceptionnel à plus d'un titre, soulève un certain nombre de questions concernant la position officielle des autorités américaines face au phénomène OVNI d'une part, et leurs actions officieuses dans ce domaine d'autre part:

  1. Le survol du territoire américain par des objets non identifiés durant l'été 45 n'était pas une réelle surprise pour les autorités américaines: des opérations de défense aérienne avaient été engagées, justifiées par la situation de guerre avec le Japon et le traumatisme de Pearl Harbor et un certain nombre d'avions perdus pour des causes non entièrement élucidées ;
  2. Contrairement à la position officielle classique des autorités consistant à affirmer la non existence du phénomène OVNI, les autorités américaines avaient parfaitement identifié Jean KISLING en tant qu'ancien pilote de chasse aux USA et copilote à Air France ;
  3. Ils ne pouvaient donc pas ignorer son engagement aérien face aux «ballons» du Michigan. Le fait qu'aucun RETEX10 n'ait été renvoyé du Pentagone au Colonel dirigeant la base de Selfridge pose une véritable question. Il peut aussi constituer une vraie réponse en soi...;
  4. Il est étonnant que le chef de la délégation ait lié conversation aussi facilement avec Jean KISLING. Il mentionne que les autorités américaines ont récupéré un objet matériel avec des EBEs (Entités Biologiques Extraterrestres) décédées ; dans quel but? Il mentionne également - toujours dans quel but? - comme objet du déplacement de la délégation, des discussions entre autorités russes et américaines sur la question OVNI, ce qui témoignerait d'une certaine entente tacite dès cette époque entre les deux superpuissances.

Alain BOUDIER, Pierre BESCOND, Khoa DANG-TRAN, membres de la Commission 3AF-PAN

Cette interview a été effectuée le 26 mars 2008 par Pierre BESCOND, Alain BOUDIER et Khoa DANG-TRAN au domicile de M. Jean KISLING.

  1. Tomato Club: le rendez-vous privé des pilotes et anciens pilotes, 6 rue Galilée Paris 16ème
  2. COMETA: COMité d'ETudes Approfondies placé sous la houlette du Directeur de l'IHEDN (Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale). Le «rapport Cometa»: Les OVNI et la Défense, à quoi doit-on se préparer?» est disponible sur le site web du Cnes (http://www.cnes-geipan.fr/documents/Cometa.pdf)
  3. Jean-Gabriel GRESLE est l'auteur de «Documents interdits. Ce que savent les Etats-majors» Dervy Livres, paru en 2004.
  4. Tim GOOD est l'auteur de «Need to Know» paru en 2006 chez Sidgwick & Jackson.
  5. Le modèle de P-47 mentionné par Jean KISLING est vraisemblablement un P-47N: la base de données P-47 donne en effet deux accidents de P-47N1RE à Selfridge les 8 et 12 mars 1945 (serial numbers 44-87985 et 44-88023). .Le P-47-N utilisait un P&W Double Wasp R2800-77(C), réputé pour être légèrement plus puissant que le moteur P&W R2800-57(C) de la version précédente P-47M; ce dernier moteur, équipé d'un turbo-supercharger GE CH-5, donnait 2800 hp à 32 500 ft en utilisant le WEP (Wartime Emergency Power; injection d'eau). Le plafond des différents P-47 (service ceiling) n'a pas dépassé 43 000 ft, soit 13 100 m. Le P-47 pouvait monter à 20 000 ft en 4,75 minutes (en WEP).
  6. UFOs: Unidentified Flying Objects
  7. E.T.: Extra-Terrestre
  8. RETEX: RETour d'EXpérience

Toute l'interview avec les événements après la guerre:

pan-interview-j-kisling-juin08-1.pdf

PS: ce pdf est largement dans le numéro de Nexus de septembre et octobre 2008 n°58 pages 80 à 82

[Ref. get1:] GEORGE M. EBERHART:

[... autres cas...]

Juillet - Lorsque plusieurs objets en forme de ballon apparaissent au-dessus de Selfridge Field (maintenant la base de la Garde Nationale aérienne de Selfridge) près du mont Clemens, dans le Michigan, le commandant de la base demande un volontaire pour les attaquer comme d'éventuels ballons-bombes japonais. Jean Kisling, en service dans un détachement de l'Armée de l'Air Française Libre en tant qu'instructeur sur P-47 Thunderbolt, relève le défi. Il en poursuit un «bien au-delà du plafond de service du P-47D» et ouvre le feu avec 8 mitrailleuses. L'objet s'éloigne latéralement, laissant une traînée de condensation. (Good Need, p. 24)

[... autres cas...]

[Ref. jbu1:] JEROME BEAU:

Copie d'écran.

Jean Kiesling

Jean Kisling

Kisling naît en 1929.

2nde guerre mondiale

Afrique du Nord

Le mercredi 19 il est engagé volontaire à Salon-de-Provence, affecté au Groupe de Bombardement 1/25 à El-Aouina (Tunisie), jusqu'en novembre 1942 où, face à l'avancée des forces allemandes, il est contraint de fuir via Blida, Alger, Rabat, Marrakech, et enfin Casablanca le vendredi 3 septembre 1943, où il entre au CFPNA 1. («L'album de Jean KISLING (5ème détachement)», CFPNA, 2015.)

USA

Le dimanche 15 octobre il embarque pour les USA avec le 5ème détachement du CFPNA, sur l'Empress of Scotland, qui part le lendemain. Le soir du lundi 23, il arrive à Newport, débarquant le lendemain. Le jeudi 26, il arrive à Craig Field, à Selma (Alabama). Là il passe au contrôle médical, habillement etc.

[Légende photo:] Kisling

Il entre ensuite à l'Ecole Primaire d'aviation de Van de Graaf Field à Tuscaloosa, jusqu'au dimanche 16 janvier 1944. Il fait son 1er vol le lundi 8 novembre 1943. Il entre ensuite à l'Ecole des Bases de l'aviation de Gunter Field à Montgomery, jusqu'au vendredi 24 mars 1944. Enfin l'école avancée de Craig Field à Selma. C'est le mardi 23 mai qu'il obtient le grade pilote, avec 244 heures de vol (brevet N° 30 457).

Le jeudi 20 juillet il arrive à la base aérienne d'Oscoda (Michigan) pour s'entraîner sur P-47 Thunderbolt. Une fois qualifié sur cet appareil, il désigné comme instructeur jusqu'en janvier 1946, au terme de 575 de vol sur P-47.

Observation

A partir de avril 1945, il est à Selfridge Field, Mount Clemens. Un jour d'été, les circonstances vont l'amener à faire une observation en vol:

A cette époque, le ciel de l'Etat de Michigan est régulièrement traversé par des ballons d'origine inconnue. Le traumatisme de Pearl Harbour étant encore très vivace dans les esprits yankees, ils sont considérés par beaucoup comme des engins d'observation et d'espionnage venus du Japon. A la demande du commandant de la base de Selfridge et en l'absence d'autres candidats, compte tenu des issues tragiques de certaines tentatives récentes, je me porte volontaire pour intercepter les ballons et décolle en urgence.

A bord de mon P-47 le plus puissant avion de chasse de l'époque, dont le moteur développe cette année-là une puissance approchant les 3000 chevaux, capable d'atteindre des altitudes supérieures à 10000 m) j'ai beau monter pour atteindre mon objectif, de façon surprenante, entre mon appareil et ces ballons la distance demeure inchangée! Arrivé à près de 55000 pieds, malgré les difficultés de pilotage - froid et altitude - je réussis à lâcher une longue rafale de mes 8 mitrailleuses calibre 12,7 mm en direction des ballons. A ma grande surprise, ces ballons se transforment alors en soucoupes volantes, s'éloignent et disparaissent à une vitesse exceptionnelle, laissant derrière elles des traces semblables à celles d'avions à réaction à haute altitude.

Au sol, le combat aérien a été suivi avec attention par plus de 1000 témoins oculaires, à l'aide de jumelles de fort grossissement, de télescopes (ou de ce qui à l'époque en tenait lieu) pour certains, et des traînées laissées dans le ciel par les protagonistes. Les militaires de la base de Selfridge ont pu ainsi constater qu'il ne s'agissait aucunement de simples ballons d'observation. A mon retour sur terre, je suis fêté comme un héros par le colonel commandant de la base. Le rapport de débriefing est envoyé au Pentagone. Il n'y aura de la part des autorités aucun retour concernant cet incident.

De retour en France en janvier 1946, il est affecté à la base aérienne de Tours, où il instructeur à la Patrouille de Tours sous les ordres du commandant Perrier.

Il est démobilisé en juillet. En juin 1947 il devient pilote sur Junker 52 à «Alpes Provence», jusqu'en le mois suivant.

Air France

Il entame alors un stage de pilote de ligne, pour entrer à Air France en le mois suivant, instructeur pilote à l'Aéro Club Air France à Melun.

Il sera co-pilote jusqu'en 1952. A cette époque il a l'occasion de relater son observation à une personne intéressée:

En 1952 ou l'année suivante, lors d'une escale à New-York/Ildlewild, nous sommes informés par le Directeur de l'aéroport que notre Superconstellation va faire l'objet d'une attention toute particulière de la part d'une escorte de gardes armés déployés sur le tarmac. Il nous explique que nous allons prendre en charge une délégation d'une dizaine de personnes en bordure de piste qui seront les seuls passagers à bord. Et de fait, je remarque que l'escorte surveille soigneusement l'embarquement en veillant à ce qu'aucun regard indiscret ne puisse épier le groupe en partance. Le vol à cette époque étant long (environ décembre 575), je vais me détendre à un moment donné à l'arrière de l'appareil réservé à la délégation et me retrouve assis à côté d'une personne d'une soixantaine d'années. La conversation s'engageant curieusement sur la question des UFOs(7), je relate ce que j'ai vécu dans le Michigan.

Mon interlocuteur m'indique alors que la délégation qu'il conduit, une fois arrivée à Orly, doit prendre la correspondance en direction de l'Europe de l'Est pour discuter - entre autres choses - de cette sulfureuse question avec ses homologues soviétiques. Il m'affirme en plus qu'ils - les américains - savent parfaitement qui je suis. La CIA déjà... Il mentionne dans la foulée qu'il existe au Pentagone un bureau dédié à l'étude des flying discs et révèle qu'ils ont récupéré quelques années auparavant une soucoupe volante, qui s'est écrasée du côté de El Paso (Texas) et dont tous les occupants étaient décédés. A ma question: Pourquoi n'en informez-vous pas les citoyens américains?, il me répond qu'il leur est impossible de révéler la vérité, car cela entrainerait une panique généralisée sur toute la planète!

Plus tard, dans les années 1960s, j'ai eu à nouveau l'occasion d'être confronté au phénomène ovni en Argentine où l'observation de tels phénomènes aériens n'était pas rare.

pilote de ligne n° 242 le vendredi 14, puis commandant de Bord sur Boeing 747 à partir de 1971 (5900 de vol sur ce type d'appareil), et enfin instructeur Pilote de Ligne à la SFP du Bourget et Cormeilles-en-Vexin.

Le jeudi 1, il part en retraite d'Air France.

Au terme de sa carrière, il aura acquis les qualifications de pilote de ligne français et américain (pilote américain commercial mono et multimoteurs avions et hydravions) - PP Français, Canadien, Japonais et Kenyan. Au total plus de 26300 de vol dont 9500 de nuit et 400 d'hydravions. 12051 atterrissages et amérrissages en octobre 2002. Il a piloté plus de 70 types d'appareils.

Toujours en activité à l'Aéroclub Air France et Touring Aéro Club de France, membre du Tomato Club b (Rendez-vous privé des pilotes et anciens pilotes, 6 rue Galilée 75006 Paris), il détient la médaille d'or d'honneur de l'Aéronautique.

[Légende photo:] Kisling aujourd'hui

En 1998, Kisling est auditionné sur son observation d'ovni par 2 membres du COMETA, mais son récit n'est pas retenu dans le compte-rendu final. Grâce à l'intermédiation d'Alain Boudier cependant, son témoignage est également recueilli par Jean-Gabriel Greslé et Timothy Good, Timothy, qui le consigneront dans leurs ouvrages respectifs.

De fait, Kisling a un avis tranché sur les ovnis:

Pour moi, il n'existe pas le moindre doute, les soucoupes volantes existent et viennent d'un autre système solaire. Je suis extrêmement étonné que de soi-disant grands scientifiques refusent encore obstinément à l'heure actuelle d'accepter l'idée de l'existence d'une vie E.T. intelligente à travers le cosmos et par là-même d'extra-terrestres. Face à ce défi posé à notre humanité, j'estime que nous sommes encore à l'époque de Galilée!... 2 (Bescond, Pierre & Boudier, Alain & Dang-Tran Khoa: Interview de M. Jean Kisling au domicile de ce dernier, 2008-03-26.)

Il décède le dimanche 17.

[Ref. mse1:] MARCELLO SOAVE:

Chronologie des observations établie par le Dr. Domenico Pasquariello du CEIFAN (Centre d'Enquête sur les Phénomènes Anormaux).

[... autres cas...]

- L'Association Astronomique de l'Astronautique Française a recueilli le témoignage d'un ancien pilote de chasse, Jean Kisling à propos d'une tentative d'interception d'un OVNI en 1945 aux USA. Ses fonctions à l'époque étaient instructeur de l'US Air Force basé à Selfridge, dans le Michigan.

Au cours de l'été 1945, le commandant de la base a ordonné à l'armée d'intercepter un OVNI qui volait à proximité de la base. Voici son témoignage: «A ce moment le ciel de l'Etat du Michigan était régulièrement traversé de «boules» d'origine inconnue. A la demande du commandant de la base de Selfridge, j'ai décollé à bord de mon P47 et nous avons atteint l'altitude pour intercepter «le ballon».

Etonnamment je n'arrive pas à atteindre l'objectif, la distance entre la caméra et les objets reste inchangée! Arrivé à 55 000 pieds malgré la difficulté du vol, le froid et l'altitude, j'arrive à déclencher une rafale de mes 8 mitrailleuses de calibre 12,7 mm en direction des sphères. A ma grande surprise ces boules se sont transformées en soucoupes volantes et à une vitesse incroyable elles s'éloignent et disparaissent à une vitesse exceptionnelle, laissant des traces semblables à celles des avions à réaction à haute altitude.«

Depuis le sol, le combat aérien a été observé par plus d'un millier de témoins utilisant des jumelles et des télescopes (ou autres équipements d'observation). L'armée a pu certifier qu'il ne s'agissait pas de ballons ou similaires, mais d'aéronefs de très hautes performances pilotés intelligemment. De retour à la base, le pilote protagoniste a été traité comme un héros par le colonel commandant de la base.

[... autres cas...]

[Ref. rie1:] "RICHEGE1999":

(DOMAIN PUBLIC) - 29 juin 2002 - Le commandant Jean Kisling raconte à Jacques Vallée qu'au début des années 1950, il a rencontré «un homme plus âgé avec une longue barbe» sur un vol privé de New York à Paris. L'homme a dit à Kisling qu'il se rendait avec plusieurs collègues dans des pays d'Europe de l'Est, notamment en URSS, pour discuter des OVNIS. L'homme aurait alors dit à Kisling qu'il appartenait à un «bureau secret du Pentagone» qui avait récupéré des matériaux «hors du commun» provenant d'un accident près de la frontière mexicaine, près d'El Paso. Aucun autre détail n'a été donné.

https://www.amazon.com/Forbidden-Science-Pacific-Heights-2000-2009/dp/1949501248

Informations aéronef(s):

Le Republic P-47 «Thunderbolt» était un puissant avion de chasse monoplace et monomoteur utilisé pour défendre les bombardiers de l'armée de l'air américaine lors de leurs raids de jour au-dessus de l'Allemagne.

P-47.

Discussion:

Carte.

Un incident de P-47:

J'ai trouvé cette information dans la base de données des rapports d'accident de l'armée de l'air américaine, dans la section mai 1945, à
www.aviationarchaeology.com/listPages/airforce/asp/AF_Monthly_1945May_S.asp

Date du crash AAMMDD Pilote Type avion N/S avion Escadron Groupe AF Station Code Action Code Dommages Pays Etat Lieu
450530 Kisling, Jean M P-47D 42-27836 - 146AAFBU 1AF Selfridge Fld SF [= Panne Structurelle] BL [= Vide (ou colonne laissée vide), étendue exacte des dommages non fournie dans le rapport] USA MI Yale / 2 mi E

En texte clair, cela signifie que le 30 mai 1945, Kisling se trouvait à la base de Selfridge dans le groupe «146AAFBU», sous la 1st Air Force, et a eu un accident d'avion dans un P-47D, numéro de série 42-27836, causé par une défaillance structurelle de l'avion. Il s'est écrasé à 3 km à l'est de Yale, dans le Michigan.

Les ballons Fugo:

Durant la Seconde Guerre mondiale, l'Armée Japonaise avait construit des ballons en papier remplis d'hydrogène et équipés de bombes incendiaires et antipersonnelles, destinés à être utilisés contre les Etats-Unis. Ces ballons libres (photo ci-dessous), appelés «Fugo» ou «FuGo» ou «Fu-Go», étaient portés au-dessus de l'océan Pacifique depuis le Japon vers l'Amérique du Nord par des courants aériens rapides et de haute altitude, les «jet streams», et utilisaient un système sophistiqué de lest de sacs de sable pour maintenir leur altitude. Les bombes étaient destinées à déclencher des incendies de forêt à grande échelle et à semer la panique.

Fugo balloon.

Entre novembre 1944 et avril 1945, l'armée impériale japonaise a lancé environ 9300 ballons depuis des sites situés sur la côte de Honshu, dont environ 300 ont été trouvés ou observés aux Etats-Unis, au Canada et au Mexique. Les bombes se sont révélées inefficaces comme armes incendiaires en raison des conditions saisonnières humides, aucun incendie de forêt n'ayant été attribué à cette offensive. Une campagne de censure des médias américains a empêché l'Armée Impériale japonaise d'avoir connaissance des résultats de l'offensive. Le 5 mai 1945, six civils furent tués par l'une des bombes près de Bly, dans l'Oregon, devenant ainsi les seules victimes de la guerre sur le territoire continental des Etats-Unis.

Les premiers ballons Fugo ont été lancés le 3 novembre 1944. En juillet 1945, on en a retrouvé ou repéré 14 («Japan's World War II Balloon Bomb Attacks on North America», Robert C. Mikesh, Smithsonian Institution Press, 1973.).

Certains ont bel et bien atteint le Michigan, comme en témoigne le document ci-dessous:

Scan.

Ceci étant posé, une des versions le récit nous dit qu'il y a eu trois ou quatre objets à intercepter; si cela est exact, ce n'étaient pas des ballons, peu susceptibles de rester groupés sur des milliers de kilomètres.

Les ballons n'avaient évidemment pas non plus de traînée de condensation, ni ne pouvaient avoir la forme de «soucoupes».

Ballons Fugo dans le Michigan:

A partir de divers journaux, de sites Web d'histoire locale et de sources historiques, je peux énumérer:

  1. Le 23 février 1945, Lawrence «Buzz» Bailey (ou Baily), 9 ans, et deux enfants du voisinage ont vu un gros ballon FuGo flotter vers le sol sur des terres agricoles à North Dorr, dans le comté d'Allegan, au sud de Grand Rapids, ou dans le comté de Byron, près des limites des comtés de Kent et d'Allegan. Les enfants l'ont ramené à la maison, ont poussé le ballon dans la cave de la maison de la famille Fein où il a rempli la pièce. Mais la mère a appelé le prêtre et lui en a parlé, et le lendemain, des gens de l'armée l'ont récupéré. Il a été rendu plus tard, il est maintenant stocké dans une boîte, exposée au musée historique du Byron Center, et de temps en temps, les résidents le regonflent pour une démonstration historique.
  2. Un mois plus tard que le 23 février 1945, un autre ballon Fugo a été découvert près des routes 8 Mile et Gill à Farmington.
  3. En 1945, un ballon FuGo a été repéré par deux hommes sur un toit de Cadillac. Les hommes ont pris une voiture pour poursuivre le ballon, et celui-ci a atterri et a mis le feu à un terrain vague à Meauwatakam, à l'ouest de Manton dans le canton de Colfax, brûlant les visages de nombreuses personnes qui se trouvaient là à ce moment-là.

Cela signifie que sur les quelque 300 ballons Fugo connus pour avoir atteint les Etats-Unis, au moins trois ont terminé leur voyage dans le Michigan.

Iterceptions de ballons Fugo aux U.S.A.

Dès que les ballons libres japonais ont été identifiés comme une menace potentielle, l'Armée Américaine a été continuellement en alerte pour engager des avions à intercepter et abattre tout ballon aperçu. Deux seulement furent abattus par avion au-dessus du continent américain. L'un l'a été par un P-38 le 23 février 1945 et un autre par un P-63 le 22 mars 1945. Dans le but d'améliorer les capacités de détection et d'interception, le «Sunset Project» fut activé début avril 1945. Une zone d'essai du site radar fut établi avec des radars de recherche situés sur six sites dans le nord-ouest de Washington. Les sites ont été conçus pour détecter les ballons par leur peinture ou leur signal radio à l'approche de la côte de Washington. Les résultats du projet furent quasiment nuls car le dernier ballon fut lancé depuis le Japon le 20 avril 1945 et les sites radar n'avaient détecté cible. Le projet fut abandonné le 11 juillet 1945. Ainsi, les opérations militaires américaines contre les ballons-bombes prirent fin. (1:36)

Source: «Analysis of Japanese balloons bombing of North America», par le Major Gary R. Brown, U.S. Air Force, Maxwell A.F.B., 1988, à
apps.dtic.mil/sti/tr/pdf/ADA195038.pdf

Il faut noter que le «premier» tir sur un ballon FuGo du 23 février 1945, n'était pas le premier. Le premier a eu lieu le 10 janvier 1945 par le commandant du Fighting Squadron 36 de la base aéronavale de Klamath Falls, Oregon, aux commandes d'un Grumman F6F-3 Hellcat. D'autres furent abattus, mais dans le Pacifique, et d'autres furent interceptés par les Canadiens au-dessus du Canada. J'ai également trouvé des mentions selon lesquelles le premier lieutenant Clinton Bergen, piloant un P-38, avait abattu un ballon au-dessus de la Californie.

Jusqu'à présent, je n'ai trouvé aucune trace officielle indiquant qu'une interception de ballon FuGo aurait entraîné des victimes ou des décès. Bien sûr, cela ne prouve pas que cela ne soit jamais arrivé.

Les archives historiques montrent les interceptions de ballons japonais comme:

Donc, des interceptions de ballons japonais par des avions U.S. ont eu lieu, mais presque aucun sur les USA, ou sinon, en Californie et dans le Nada. Par ailleurs, la liste n'est probablement pas complète.

Pour Selfridge Field, durant la Deuxième Guerre mondiale, je n'ai trouvé pour le moment aucune trace officielle écrite d'interception de ballons, ni d'objets non identifiés. Bien entendu, ceci ne suffit pas du tout à prouver que ce n'est pas arrivé. Les documents officiels sur les «Foo-Fighters» ne sont pas apparus spontanément; il a fallu attendre leur déclassification, puis aller les trouver sur place dans les énormes archives militaires ayant survécu au temps, et dont personne n'a lu la totalité.

Les révélations de «crash»:

Le «Superconstallation» a été mis en service aux USA en décembre 1951; le premier mis en service chez Air France l'a été le 16 juillet 1953. Comme il n'y a pas de signe que Kisling ait piloté dans une compagnie américaine, mais qu'il est clair qu'il a été pilote chez Air France, l'épisode doit donc être daté d'après le 16 juillet 1953. Kisling par bien de 1952 ou 1953, il n'y a donc rien de douteux sur ce point-là.

Kisling dit avoir entendu des choses. Elles sont telles que cela lui fait rejoindre le «club» des «lanceurs d'alerte», qui ne cesse de grandir. Beaucoup de gens sui paraissent crédibles font part de «récupérations» par les militaires américains de «soucoupes accidentées» ou de corps d'extraterrestres, et ainsi de suite. Pour certains, il a été révélé qu'ils avaient menti, usurpé leurs titres ou inventé leur carrière. D'autres n'ont pas été ainsi pris, mais les «révélations» qu'ils font sont tellement maigres qu'il paraît impossible de vérifier quoi que ce soit. Tel est le cas avec Jean Kisling.

Si je ne m'occupe que de ce que Jean Kisling a dit, j'ai du mal à y trouver de la crédibilité. D'une part, je l'ai signalé, comme souvent, il n'y a rien que l'on puisse tenter de vérifier. D'autre part, ce qui me gêne profondément est le contraste entre les mesures de précaution tout à fait étranges entourant l'embarquement de l'étrange comité dans le Superconstellation, et la facilité avec laquelle l'homme âgé et barbu confie des secrets «inouïs» à Jean Kisling. Comment expliquer un tel privilège? Comment expliquer que Kisling attende des décennies pour en parler? Citoyen français, il n'est lié par aucun engageant au secret américain.

Et comment penser que les Américains seraient allés à discuter «OVNIS» avec les Soviétiques? Sauf erreur de ma part, cette information est totalement inédite. Des centaines de personnes diverses et plus ou moins crédibles ont parlé de «récupérations» d'engins extraterrestres par les militaires Américains, mais il me semble qu'aucun n'ait jamais annoncé que les Américains aient approché les Soviétiques pour évoquer cela, ou même juste le sujet des OVNIS.

Kisling ne donne pas de date précise pour le «crash» dont il aurait entendu parler; il dit «quelques années auparavant», c'est-à-dire quelques années avant 1953, ce qui pourrait être 1947.

Kisling dit que la soucoupe récupérée était tombée «du côté de El Paso.» El Paso, Texas, se trouve à 244 kilomètres au Sud-Ouest de Roswell, Nouveau Mexique. El Paso abrite la base de Fort Bliss. La base s'occupe de missiles, à la fin de 1945, Wernher von Braun, père des fusées V-2 et père du programme Apollo, y travaille jusqu'en 1950. Il n'y aurait donc rien d'absurde à ce que les restes d'une «soucoupe volante» tombée là s'y retrouvent.

On sait aussi («The Roswell Report» de l'U.S. Air Force en 1995 page 33) que C.B. Moore, du «Projet Mogul» de trains de ballons à haute altitude disait que le 4 juillet 1945 un C-54 est allé à El Paso pour y récupérer un ballon unique Smith et un cluster de ballons Mogul du «Flight 8». Et il y avait eu deux rapports d'observations d'OVNIS (vagues) à El Paso le 27 juin 1947, et un grand nombre d'autres dans la région entre juin 1947 et les années suivantes.

Kisling faisais allusion à la CIA: «La CIA déjà...». De fait, c'est en 1952 que la CIA se mêle sérieusement de la question OVNIS, suite à la vague d'observations de cette année-là, et du travail à ce sujet du «Projet Blue Book» de l'U.S. Air Force. C'est en 1952 et 1953 que le «Panel Robertson» de la CIA décide que les OVNIS ne sont que méprises diverses et canulars,et recommande que l'Air Force ne donne d'échos qu'au cas «expliqués», et que de manière générale, le public soit «éduqué» afin qu'il comprenne qu'il n'y a aucune visite d'extraterrestres dans les cieux américains.

La CIA avait également exploré la presse Soviétique et décidé qu'on n'y trouvait aucun OVNI rapporté, et que les OVNIS rapportés aux USA étaient peut-être une manœuvre de guerre psychologique menée par les Soviétiques contre les USA - chose aisée à démentir.

Je me suis attaché à considérer les principaux grand pontes de la CIA qui en 1952 - 1953 s'occupaient ainsi de la question OVNIS: Howard P. Robertson, Samuel A. Gouldsmit, Luis Alvarez, Thornton Page, et Lloyd V. Berkner. Et du côté de l'Air Force, H. Marshall Chadwell, A. Ray Gordon, Walter Bedell Smith.

Mon idée était d'y trouver le viel homme barbu dont parlait Kisling. Ni âgés, ni barbus: H.P. Roberston, Samuel Gouldsmit, Luis Alvarez, H. Marshall Chadwell, Walter Bedell Smith. Agé mais sans barbe: Lloyd V. Berkner. En fait, le seul homme barbu qui aurait pu être membre d'un comité OVNIS de la CIA ou aux marges de la CIA était Thornton Leigh Page, mais il n'avait que 40 and en 1953. Donc, j'ai fait «chou blanc».

Le témoignage sur l'observation:

Il y a des éléments dans le témoignage qui semblent «suspects».

Kisling aurait initialement pensé qu'il s'agissait de ballons espions japonais; ou bien, Kisling rapporte que les autorités militaires pensaient qu'il s'agissait de ballons espions japonais.

Mais ce que l'on pensait alors de ces ballons n'était pas qu'il s'agissait de ballons espions, mais de ballons munis de bombes incendiaires et antipersonnelles (les ballons Fugo). Il est peu vraisemblable que les autorités militaires aient parlé de ballons espion, parce qu'il n'y avait aucune chance que des ballons partis du Japon y retournent, ni même qu'ils puissent être «récupérés» par des espions Japonais aux Etats-Unis. Par contre, les autorités militaires étaient parfaitement au courant de la nature des ballons Japonais, ils savaient très bien que ce n'étaient pas des ballons espions.

Je ne pense pas que ceci soit «fatal» pour le témoignage; mais je pense que cela peut indiquer une mémoire perturbée. Lorsqu'il témoigne, Kisling est âgé.

Plus gênant, Kisling nous dit qu'à cette époque «le ciel de l'Etat de Michigan est régulièrement traversé par des «ballons» d'origine inconnue.»

Cette origine n'avait en principe rien d'inconnue. Cela n'est pas «fatal» non plus puisque les autorités avaient censuré l'existence des ballons Fugo, non pas pour éviter une quelconque «panique», mais pour que l'Armée Japonaise ne sache pas si cette arme était efficace ou non - elle ne l'était pas, mais les Japonais ne le sachant pas avaient continué à perdre des ressources à ces opérations inutiles.

Kisling assure que son interception avait été suivie «avec attention par plus de 1000 témoins oculaires» depuis le sol. Cela fait beaucoup de témoins, dès lors il est relativement gênant que rien n'en ai fuité, pour autant que je le sache.

Le nombre même me paraissait élevé. En 1945, le terrain de Selfridge. commandé par le colonel Bradford A. Shaw, abritait plusieurs unités dont le 477th Bombardment Group (Medium). Un tel groupe comprend environ 1400 hommes, donc, en ajoutant les autres unités et le personnel au sol, il n'est pas impossible qu'il y ait eu un millier de témoins oculaires au sol.

Les sources nous disent que l'avion de Kisling était un Republic Thunderbolt P-47H, équipé d'un compresseur pour en augmenter le plafond.

Mais il n'y a jamais eu de Republic Thunderbolt P-47H. Il a existé un Republic Thunderbolt XP-47H, le «X» indiquant qu'il s'agissait d'un prototype. Seulement deux exemplaires ont existé, il s'agissait de deux P-47D recevant le nouveau moteur Chrysler XI-2220-11, un 16 cylindres en ligne V à refroidissement par liquide. L'essai ne fut pas concluant.

Pratiquement tous les P-47 étaient équipés d'un turbocompresseur; il avait été remplacé de versions en versions par des modèles chaque fois plus efficaces. Le plafond n'en demeurait pas moins donné comme 12 500 mètres ou 12 800 mètres.

La problématique de la protection des bombardiers B-29 n'était pas une question d'altitude, mais bien plus de rayon d'action. La plupart des raids des B-29 se faisaient à des altitudes entre 7 000 et 12 500 pieds.

Il n'y a rien de suspect dans l'indication que Kisling aurait atteint les 13 000 mètres; par contre, la version indiquant qu'il avait atteint les 16 000 mètres est probablement erronée à ce sujet.

On trouve également qu'une des versions le dit armé de six mitrailleuses et l'autre huit. L'erreur ne vient probablement pas de Kisling, mais l'armement du P-47 était bien de huit mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm.

Six mitrailleuses ne se trouvent que sur le XP-47J, un prototype abandonné en 1944. D'un autre côté, je ne saurais exclure que Kisling ait justement volé sur ce prototype équipé du turbocompresseur General Electric CH-5, avec lequel l'avion atteignit 813 km/h en août 1944. (Les prototypes n'étaient pas forcément «mis au rebut», ils pouvaient trouver un emploi «hors du front», justement.

Parmi les éléments que j'ai vérifiés, j'ai:

Le fait qu'il y avait bien des aviateurs français à Selfridge Field en juillet 1945. Le 27 août 1945, le Général de Gaulle leur avait rendu visite. (Mount Clemens Monitor-Leader, page 1, 28 août 1945.)

Le fait que Selfridge Field était commandé par un colonel: il s'agissait du Colonel Bradford A. Shaw.

Le fait que Jean Kisling s'y trouvait - il apparait sur une photographie prise lors de la visite du Général:

Scan.

Après sa qualification sur P-47 Thunderbolt avec 575 heures de vol, il avait été désigné comme instructeur et basé à Selfridge Field d'avril 1945 à janvier 1946 (www.cfpna.fr/html/cfpna_kisling.htm).

Il est bien entré à Air France, en août 1947, comme instructeur pilote à l'Aéro Club Air France à Melun; il a été co-pilote Air France jusqu'en 1952, puis Commandant de Bord, puis instructeur Pilote de Ligne sur Boeing 717 en 1971, prenant sa retraite en 1982.

Etait-ce des jets?

Kisling dit avoir vu les soucoupes «disparaître à une vitesse exceptionnelle en laissant derrière elles des traces semblables à celles d'avions à réaction à haute altitude.»

Dans la vision «populaire» de l'aviation de la Deuxième Guerre mondiale, les seuls avions à réaction qui y ont participé étaient allemands. En réalité, les U.S. Army Air Forces avaient mis en service leur premier avion à réaction, le Lockheed P-80 «Shooting Star» durant la guerre. Certes, leur utilisation avait été très limitée: deux «Shooting Stars» avaient opéré en Italie. Mais aux USA, ce modèle avait fait son premier vol le 8 janvier 1944, au moins un an avant l'observation que rapporte Kisling.

A la fin de juillet 1945, il y avait 83 P-80s assignés à la base de Muroc (maintenant Edwards Air Force Base) dans le désert de Mojave, en Californie. Je n'ai pas pu trouver de trace précise de P-80 dans le Michigan en 1945, mais dans la presse de 1945, on le voit photographié un peu partout aux USA. Si l'on admet que le colonel commandant Selfridge Field ne connaissait pas bien l'avion, s'il avait pensé qu'il s'agissait de ballons japonais, on ne put pas totalement exclure que Kisling avait tenté d'intercepter des P-80 en vadrouille vers Selfridge Field.

Evaluation:

Non identifié.

Références des sources:

* = Source dont je dispose.
? = Source dont l'existence m'est signalée mais dont je ne dispose pas. Aide appréciée.

Historique du dossier:

Rédaction

Auteur principal: Patrick Gross
Contributeurs: Aucun
Reviewers: Aucun
Editeur: Patrick Gross

Historique des changements

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 18 juin 2024 Création, [jge1], [tgd1], [taf1], [lkh1], [ekc1], [nes2], [yvh1], [get1], [jbu1], [mse1], [rie1].
1.0 Patrick Gross 18 juin 2024 Première publication.

HTML5 validation



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 18 juin 2024.