Index ACUFO -> Accueil 

This page in EnglishClick!

ACUFO:

ACUFO est un catalogue à visée exhaustive des cas de rencontres entre aéronefs et OVNIS, qu'elles soient «expliquées» ou «inexpliquées».

Le catalogue ACUFO donne pour chaque cas un dossier comprenant un numéro de cas, un résumé, des informations quantitatives (date, lieu, nombre de témoins...), des classifications, l'ensemble des sources mentionnant l'affaire, avec leur références, une discussion du cas dans le but d'une évaluation de ses causes, et un historique des changements apportés au dossier.

Cas précédent Cas suivant >

Kawasaki et Tokyo, Japon, le 15 avril 1945:

Numéro de cas:

ACUFO-1945-04-15-KAWASAKITOKYO-1

Résumé:

Le Rapport de Mission Tactique du quartier général du XXIst Bomber Command de l'armée de l'air américaine documentait les missions 68 et 69, opérées le 15 avril 1945 au Japon, au-dessus de la zone urbaine N° 2 de Tokyo et de la zone urbaine N° 1 de Kawasaki, avec décollage à partir de 14h50 heure locale à 17h24 heure locale.

La section «Opposition ennemie» du rapport comprenait une partie intitulée «Boules de Feu»:

a. Les rapports différaient considérablement sur les quelque 59 «boules de feu» observées. Les estimations de leur taille variaient de 6 pouces de diamètre à «la moitié de la taille d'un fuselage de B-29». Les descriptions de leurs schémas de vol par leurs observateurs comprenaient certains des éléments suivants: elles sont venues du sol en un arc jusqu'à l'altitude de vol, puis ont poursuivi leur route indépendante; elles erraient sans but; elles suivaient de près le B-29'a, malgré une action d'évitement; et elles ont suivi les B-29 pendant 38 minutes après la côte, mais n'ont pas pu rattraper lorsque les bombardiers ont calibré leur vitesse aérienne à plus de 230 mph.

d. Lorsque nos mitrailleurs ont touché 4 boules de feu, les boules de feu ont été rapportées comme suit: (1) comme se désintégrant, (2) comme flottant vers le sol dans une rotation contrôlée et s'enflammant lors d'explosions.

e. Dans un cas, une boule de feu a été observée traversant le faisceau d'un projecteur et laissant une traînée de fumée ou de vapeur blanche.

f. Il n'y avait qu'un seul aspect du rapport qui a fait consensus: à distance, elles apparaissaient comme des boules rouge-orange, avec une lueur augmentant à l'approche.

Il n'y avait aucune indication dans le rapport que ne serait-ce qu'une de ces «boules de feu» ait attaqué un B-29.

Données:

Données temporelles:

Date: 15 avril 1945
Heure: Nuit.
Durée: Variées.
Date du premier rapport connu: 15 avril 1945.
Délai de rapport: Heures.

Données géographiques:

Pays: Japon
Département/état:
Commune ou lieu: Kawasaki et Tokyo.

Données concernant les témoins:

Nombre de témoins allégués: Nombreux.
Nombre de témoins connus: ?
Nombre de témoins nommés: 0

Données ufologiques:

Témoignage apporté via: Rapport de missions militaires.
Conditions d'éclairage: Nuit.
OVNI observé: Oui.
Arrivée OVNI observée: Parfois.
Départ OVNI observé: Parfois.
Actions OVNI: Variées.
Actions témoins: PArfois, ouvrent le feu.
Photographies: Non.
Dessins par témoins: Non.
Dessins approuvé par témoins: Non.
Sentiments des témoins: ?
Interprétations des témoins: ?

Classifications:

Senseurs: [X] Visuel: Nombreux.
[ ] Radar aéronef:
[ ] Radar sol directionnel:
[ ] Radar sol altitude:
[ ] Photo:
[ ] Film/vidéo:
[ ] Effets EM:
[ ] Pannes:
[ ] Dégâts:
Hynek: LN
Armé / non armé: Armé, 12 mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm.
Fiabilité 1-3: 3
Etrangeté 1-3: 2
ACUFO: Roquettes et non identifiés.

Sources:

[Ref. aaf1:] U.S. ARMY AIR FORCES:

Le Rapport de Mission Tactique du quartier général du XXIst Bomber Command des U.S. Army Air Forces, déclassifié le 3 mai 1972, documentait les missions 68 et 69, opérées le 15 avril 1945, au-dessus de la zone urbaine N° 2 de Tokyo et zone urbaine N° 1 de Kawasaki.

Scan.

QUARTIER GENERAUX
XXI BOMBER COMMAND
APO 234

Ordre de Terrain No. 57.

Missions No. 68 et 69

Cibles: Zone Urbaine No. 2 de Tokyo et Zone Urbaine de Kawasaki No. 1.

15 avril 1945

La Mission 68 a été réalisée par 111 B-29's de la 313th Bomb Wing et 108 B-29's de la 314th Bomb Wing.

La Mission 69 a été réalisée par 118 B-29 de la 73e Bomb Wing.

Les premiers décollages, à l'exception des éclaireurs qui ont décollé avant les forces principales, ont eu lieu à 18h50, heure Zulu, les derniers décollages à 09h24, heure Zulu, soit à partir de 14h50 heure locale à 17h24 heure locale:

Scan.

La section «Opposition ennemie» du rapport comprenait une partie intitulée «Boules de Feu»:

Scan.

5. Boules de Feu:

a. Les rapports différaient considérablement sur les quelque 59 «boules de feu» observées. Les estimations de leur taille variaient de 6 pouces de diamètre à «la moitié de la taille d'un fuselage de B-29». Les descriptions de leurs schémas de vol par leurs observateurs comprenaient certains des éléments suivants: elles sont venues du sol en un arc jusqu'à l'altitude de vol, puis ont poursuivi leur route indépendante; elles erraient sans but; elles suivaient de près le B-29'a, malgré une action d'évitement; et elles ont suivi les B-29 pendant 38 minutes après la côte, mais n'ont pas pu rattraper lorsque les bombardiers ont calibré leur vitesse aérienne à plus de 230 mph.

Scan.

d. Lorsque nos mitrailleurs ont touché 4 boules de feu, les boules de feu ont été rapportées comme suit: (1) comme se désintégrant, (2) comme flottant vers le sol dans une rotation contrôlée et s'enflammant lors d'explosions.

e. Dans un cas, une boule de feu a été observée traversant le faisceau d'un projecteur et laissant une traînée de fumée ou de vapeur blanche.

f. Il n'y avait qu'un seul aspect du rapport qui a fait consensus: à distance, elles apparaissaient comme des boules rouge-orange, avec une lueur augmentant à l'approche.

6. Revendications par type et position d'armes:

Détruits Probablement détruits Endommagé Position mitrailleuse
1 HampRSG
1 T/ERB
1 S/ERB
1 U/I (Poss. T/E)Tail
4 «boules de feu»

Informations aéronef(s):

Le Boeing B-29 «Superfortress» était le bombardier le plus lourd des U.S. Army Air Forces, utilisé dans les opérations à partir du 8 mai 1944. Sa vitesse maximale était de 574 km/h.

Son armement défensif était de 12 mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm.

B-29.

Discussion:

Carte.

Quelques remarques préliminaires: le rapport indique 59 «boules de feu» observées; mais il faut garder à l'esprit que plusieurs équipages aient pu observer les mêmes boules de feu et qu'il y aurait donc pu y en avoir moins.

Le rapport classe ces «phénomènes» dans une catégorie bien à part, pas celle de la DCA, ni celle des fusées, ni celle des projecteurs, ni celle des avions ennemis. Ceci indique qu'à ce moment au moins, on ne savait pas ce qu'étaient exactement ces «boules de feu».

Celle laissant voir une traînée de fusée lorsqu'elle est dans le faisceau d'un projecteur pourrait bien avoir été un fusée, ou une bombe au phosphore telle que es japonais en tiraient ou un larguaient sur les B-29.

La remarque sur la taille rapportée avec des variations considérable ne saurait étonner un ufologue. Pour un objet de nature inconnue, s'il n'y a pas une circonstance telle qu'un arrière-plan à distance connue, il n'est pas vraiment possible de donner une taille réelle crédible. Comme tous ces rapports sont cumulés, il est maintenant impossible de discuter de la taille des «boules de feu».

Qu'étaient ces «boules de feu»?

Il est vraiment tentant de dire que tout cela n'était que des bombes air-air au phosphore, des avions ennemis équipés de projecteur - les japonais le faisaient pour désigner des B-19 aux défenses anti-aériennes au sol en les éclairant - des roquettes anti-aériennes venues du sol, ce qui paraît être le cas pour certaines de ces «boules de feu», et autres artifices de la pyrotechnie anti-aérienne japonaise.

Ce qui sème le doute dans mon esprit est que:

1) Ces «boules de feu», comme les «Foo-Fighters» du théâtre européen de la Deuxième Guerre mondiale, ne semblent pas avoir attaqué les B-29. Ceci n'a aucun sens, surtout pour celles décrites comme approchant un B-29 ou le suivant pendant 38 minutes. Il n'y a aucun sens à ce qu'une arme approchante ne finisse pas son trajet en frappant le B-29. Il n'y a aucun sens non plus à ce qu'un pilote japonais suive un B-29 pendant 38 minutes strictement pour rien, sachant qu'un problème majeur de l'aviation japonaise était le manque de carburant.

2) Les analyses ultérieures des U.S. Army Air Forces sur les «boules de feu» notent bien qu'elles n'attaquent pas, et concluent que «le mystère n'est pas résolu.»

Certes, j'ai bien du mal à trouver que ces boules de feu seraient ici nécessairement des «engins extraterrestres», mais je n'ai pas de réponse à ce mystère, au moins dans le cas des «boules de feu» de ces missions du 15 avril 1945.

Evaluation:

Roquettes et non identifiés.

Références des sources:

* = Source dont je dispose.
? = Source dont l'existence m'est signalée mais dont je ne dispose pas. Aide appréciée.

Historique du dossier:

Rédaction

Auteur principal: Patrick Gross
Contributeurs: Aucun
Reviewers: Aucun
Editeur: Patrick Gross

Historique des changements

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 16 juin 2024 Création, [aaf1].
1.0 Patrick Gross 16 juin 2024 Première publication.

HTML5 validation



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 16 juin 2024.