Index ACUFO -> Accueil 

This page in EnglishClick!

ACUFO:

ACUFO est un catalogue à visée exhaustive des cas de rencontres entre aéronefs et OVNIS, qu'elles soient «expliquées» ou «inexpliquées».

Le catalogue ACUFO donne pour chaque cas un dossier comprenant un numéro de cas, un résumé, des informations quantitatives (date, lieu, nombre de témoins...), des classifications, l'ensemble des sources mentionnant l'affaire, avec leur références, une discussion du cas dans le but d'une évaluation de ses causes, et un historique des changements apportés au dossier.

Cas précédent Cas suivant >

Vallée du Rhin, le 27 décembre 1944:

Numéro de cas:

ACUFO-1944-12-27-RHINEVALLEY-1

Résumé:

Dans son rapport du 30 janvier 1945 au Tactical Air Command des U.S. Army Air Forces, l'officier de renseignement du 415th Night Fighter Squadron, qui opérait sur l'Alsace et le Sud-Ouest de l'Allemagne à ce moment, Fred Ringwald, avait compilé des observations par cette unité de ce que l'on appelait des «foo fighters», et indiquait pour celle-ci:

«Nuit du 26 au 27 décembre 1944 - 'A 01h45, vu deux traînées de flammes jaunes voler au même niveau à environ 3000 pieds au large de bâbord. Nous avons également vu des boules de feu rouges qui sont restées en l'air pendant 10 secondes à environ 45 miles de distance. Après avoir vu des stries jaunes, le vecteur tribord a perdu de l'altitude et les stries ont disparu de la vue. Appelé GCI Blunder et demandé s'il y avait des E/A [avions ennemis] à proximité. Ils ont répondu non. On nous a demandé de retourner à Angels 10 [10 000 pieds]. Nous avons senti ce que nous avons pensé être un souffle d'hélice; très net. Remarqué plusieurs groupes de lumières au large de la gauche lors d'une patrouille à proximité de Q-9050 et R-1556. Les lumières formaient des lignes nettes un peu comme des flèches.'»

Ringwald précisait que dans tous les cas qu'il listait où le pilote avait appelé la station de radar au sol et demandé s'il y avait un avion détecté dans la région, il avait reçu une réponse négative.

Données:

Données temporelles:

Date: 27 décembre 1944
Heure: 01:45
Durée: ?
Date du premier rapport connu: 30 janvier 1945
Délai de rapport: Heures, semaines.

Données géographiques:

Pays: France ou Allemagne
Département/état:
Commune ou lieu: Dans la vallée du Rhin.

Données concernant les témoins:

Nombre de témoins allégués: 1 ou 2
Nombre de témoins connus: 1 ou 2
Nombre de témoins nommés: 0

Données ufologiques:

Témoignage apporté via: Rapport militaire de synthèse.
Conditions d'éclairage: Nuit.
OVNI observé: Oui.
Arrivée OVNI observée: ?
Départ OVNI observé: ?
Actions OVNI: Apparaissent.
Actions témoins:
Photographies: Non.
Dessins par témoins: Non.
Dessins approuvé par témoins: Non.
Sentiments des témoins: ?
Interprétations des témoins: ?

Classifications:

Senseurs: [X] Visuel: 1 ou 2.
[ ] Radar aéronef: ?
[ ] Radar sol directionnel: Négatif.
[ ] Radar sol altitude:
[ ] Photo:
[ ] Film/vidéo:
[ ] Effets EM:
[ ] Pannes:
[ ] Dégâts:
Hynek: LN
Armé / non armé: Armé, mitrailleuses et canons de 20 mm.
Fiabilité 1-3: 3
Etrangeté 1-3: 3
ACUFO: Non identifiés, possibles engins extraterrestres.

Sources:

[Ref. rwd1:] FRED B. RINGWALD, RENSEIGNEMENT, U.S. ARMY AIR FORCES:

Note: le document qui suit a été présenté par le Project 1947, le site de recherches ufologiques historiques de Jan Aldrich, à www.project1947.com/fig/1945a.htm
Seuls l'entête, la fin, et la partie relative au cas documenté ici sont montrés.
Seuls les autres cas sont retirés, chacun étant montré dans son propre dossier dans ce catalogue.

Scan.

S E C R E T

1er W/Ind

D-W-2

QUARTIERS GENERAUX XII TACTICAL AIR COMMAND, APO #374, U.S. Army, 23 janvier 1945.

A: S-2, 415 Night Fighter Squadron.

Envoyé réglementairement avec le paragraphe 2 du 1er Ind.

[Signature]

LEAVITT CORNING, JR,.
Lt. Colonel, G.S.C,.
A/C du S, A-2.

2ème W/Ind

415th. NIGHT FIGHTER SQUADRON, APO #374, U. S. Army, 30 janvier 1945.

A: AC du S A-2. XII Tactical Air Command, APO 374, U. S. Army.

1. Conformément au paragraphe 2 du 1er In., les extraits suivants des rapports de Sortie de divers pilotes ayant rencontré le Phénomène Nocturne sont soumis pour votre information.

[... autres cas...]

Scan.

[... autres cas...]

Nuit du 26 au 27 décembre 1944 - «A 01h45, vu deux traînées de flammes jaunes voler au même niveau à environ 3000 pieds au large de bâbord. Nous avons également vu des boules de feu rouges qui sont restées en l'air pendant 10 secondes à environ 45 miles de distance. Après avoir vu des stries jaunes, le vecteur tribord a perdu de l'altitude et les stries ont disparu de la vue. Appelé GCI Blunder et demandé s'il y avait des E/A [avions ennemis] à proximité. Ils ont répondu non. On nous a demandé de retourner à Angels 10. Nous avons senti ce que nous avons pensé être un souffle d'hélice; très net. Remarqué plusieurs groupes de lumières au large de la gauche lors d'une patrouille à proximité de Q-9050 et R-1556. Les lumières formaient des lignes nettees un peu comme des flèches.»

[... autres cas...]

Scan.

2. Dans tous les cas où le pilote a appelé le Control GCI et a demandé s'il y avait un avion Bogey [= ennemi] dans la zone, il a reçu une réponse négative.

[Signature.]

F. B. Ringwald
Capitaine, A.C.
Officier du Renseignement

* Foofighters est le nom donné à ces phénomènes par les équipages de combat de cet escadron.

S E C R E T

[Ref. jcn1:] JO CHAMBERLIN:

Le premier véritable indice est venu avec la dernière apparition des lumières exaspérantes et potentiellement mortelles. Elles n'ont jamais empêché le 415e de remplir ses missions, mais elles étaient certainement déconcertantes. La dernière fois que les foo-fighters sont apparus, le pilote s'est tourné vers eux le plus tôt possible - et les lumières ont disparu. Le pilote était sûr d'avoir senti un souffle d'hélice, mais lorsqu'il a vérifié auprès du radar au sol, il n'y avait aucun autre avion.

Le pilote a continué sa route, perturbé, voire en colère - lorsqu'il a aperçu des lumières loin derrière. La nuit était claire et le pilote s'approchait d'un énorme nuage. Une fois dans le nuage, il est descendu de deux mille pieds et a effectué un virage à gauche de 30 degrés. Quelques secondes plus tard, il émergea du nuage, l'œil tourné vers l'arrière. Effectivement, le foo-fighter sortait du nuage dans la même position relative, comme pour faire un pied de nez au pilote, puis il a disparu.

C'était la dernière fois que les foo-fighters étaient vus en Allemagne, même s'il aurait semblé approprié que les lumières aient fait un dernier geste, se regroupant de manière à épeler «Devinez quoi» dans le ciel, et disparaissant à jamais.

Mais elles ne l'ont pas fait.

[Ref. hws1:] HAROLD T. WILKINS:

L'étrange mystère des FOO FIGHTERS

Pendant les derniers mois de la guerre, nos avions de chasse ont poursuivi des boules de feu aux couleurs étranges qui ont soudainement disparu.

Par Harold T. Wilkins

[...]

En une autre occasion, lorsque l'étrange formation de foofighters s'est mise à la poursuite d'un un chasseur de nuit américain du 415ème escadron, le pilote perplexe et exaspéré a fait pivoter son engin et s'est dirigé vers elles à toute vitesse! A son arrivée, les lumières ont disparu dans les airs. Elles n'étaient tout simplement plus là.

Notez ce que ce pilote a rapporté:

«En passant là où elles s'étaient trouvées, je jurerais que j'ai senti le contre-courant des hélices d'avions invisibles!»

Vient la réponse dérisoire d'une station radar au sol:

«Vous êtes tous des fadas? Vous devez être fous! Vous êtes là-haut tout seuls!»

Le pilote, perplexe, a continué son vol et, regardant en arrière, a été surpris de constater que les boules étaient réapparues à environ 800 mètres derrière son avion. Il pensa: «Je vais montrer un truc à ces avions fantômes!» La nuit était étoilée mais, près du zénith, il y avait un banc de cumulus. Il a dirigé son avion à toute vitesse directement dans la masse de nuages, puis il a reculé et a glissé sur environ 1 800 pieds du nuage comme il y était entré, mais à un niveau beaucoup plus bas, les boules avaient été surprises en train de faire la sieste. Elles ont émergé du nuage devant lui mais maintenant sur une trajectoire opposée à la sienne!

Il est vrai que lorsque les Alliés ont envahi l'Allemagne, on n'a plus vu de foofighters. En revanche, lorsque des stations expérimentales secrètes allemandes ont été saisies et leurs secrets examinés par des agents du renseignement, aucun projet de boules enflammées pouvant être rendues visibles ou invisibles en un clin d'œil n'a été trouvé! Une telle découverte aurait été la réalisation la plus formidable de la science du milieu du XXe siècle! Cela n'aurait pas pu rester secret!

[...]

[Ref. kap1:] KENNETH ARNOLD ET RAY PALMER:

En une autre occasion [en 1944-1945], lorsque l'étrange formation de foofighters s'est retrouvée derrière la queue d'un chasseur de nuit américain du 415ème escadron, le pilote perplexe et exaspéré a fait pivoter son engin et s'est dirigé vers eux à toute vitesse! A son arrivée, les lumières ont disparu dans les airs. Elles n'étaient tout simplement plus là.

Notez ce que ce pilote a rapporté:

«En passant là où elle s'étaient trouvées, je jurerais que j'ai senti le contre-courant d'hélices d'avions invisibles!»

Une station radar au sol nous a répondu: «Vous êtes tous fous, les gars? Vous devez être fous! Vous êtes tout seuls là-haut!»

Le pilote, perplexe, a continué son vol et, regardant en arrière, a été surpris de constater que les boules étaient réapparues à environ 800 mètres derrière son avion. Il pensa: «Je vais montrer un truc à ces avions fantômes!» La nuit était étoilée mais, près du zénith, il y avait un banc de cumulus. Il a dirigé son avion à toute vitesse directement dans la masse nuageuse. Puis il a ralenti et est descendu sur environ 1 800 pieds. Il a fait demi-tour et a quitté le nuage par le chemin par lequel il y était entré, mais à un niveau beaucoup plus bas. Effectivement, les boules avaient été surprises en train de faire la sieste! Elles ont émergé du nuage devant, mais maintenant sur une trajectoire opposée à la sienne!

[Ref. vgs1:] VINCENT H. GADDIS:

Cet auteur, écrivant sur les Foo Fighters de 1944-1945 rapportés par le 415th NFS, a indiqué:

En une autre occasion, alors que plusieurs globes suivaient un avion, le pilote a fait un tour et s'est dirigé vers eux à toute vitesse. Les lumières ont disparu. Le pilote était certain d'avoir senti un souffle d'hélice, mais le radar au sol a signalé qu'aucun autre objet ne se trouvait à proximité de lui. Alors qu'il poursuivait sa mission, il remarqua à nouveau les lumières qui le suivaient. Il est entré dans un nuage, est descendu de 2 000 pieds et a effectué un virage à gauche de 30 degrés. Alors qu'il émergeait du nuage, il jeta un coup d'œil en arrière. Les lumières sortaient du nuage dans la même position relative, comme pour faire un pied de nez au pilote. Quelques secondes plus tard, elles disparurent à nouveau.

De toute évidence, aucune explication simple ne résout le mystère des Foo Fighters. Les fusées éclairantes ne plongent pas, ne fuient pas et ne font pas de virages. Les ballons météorologiques montent presque verticalement et ne poursuivent pas les avions. Il n'y avait aucune corrélation entre les lumières et la flak, et la flak nocturne était généralement dirigée par radar et non visuellement. Puisqu'ils n'apparaissaient pas sur les radars, il ne pouvait pas s'agir de dispositifs de brouillage. Les pilotes connaissaient bien le phénomène du feu de Saint-Elme. Si le but des boules était de dérouter ou d'effrayer les pilotes, elles n'y sont pas parvenues. Une fois jugés inoffensives, les hommes du 415ème Escadron les regardèrent avec humour.

[Ref. gld1:] GORDON LORE ET HAROLD DENEAULT:

Un autre pilote qui avait vu les objets en janvier s'est dirigé brusquement vers eux. Il a dit qu'il avait ressenti un «souffle d'hélices» alors qu'il passait devant les «foo-fighters». Le radar au sol lui a indiqué qu'il n'y avait aucun autre avion à proximité. Il s'est dirigé droit vers un gros nuage, déterminé à semer les OVNIS.

En descendant de 2 000 pieds, il a fait un virage de 30 degrés et a émergé du nuage quelques secondes plus tard. Derrière lui et dans la même position relative suivaient les «foo-fighters». Les lumières ont suivi l'avion sur une courte distance, puis ont disparu.

[Ref. jcf1:] JEROME CLARK AND LUCIUS FARISH:

Les Foo Fighters ont continué à harceler le 415th tout au long du mois de janvier 1945. Habituellement, les lumières, de couleur orange, rouge ou blanche, suivaient l'avion pendant quelques instants avant de s'éloigner. Les objets fantomatiques ne sont jamais apparus sur les radars, mais les équipages vétérans ont écarté les théories selon lesquelles les globes lumineux étaient des reflets, le feu de Saint-Elme ou des fusées éclairantes, qu'ils avaient tous observés et auraient facilement reconnus. Un pilote a même insisté sur le fait qu'il avait senti un souffle d'hélice lorsque les foos l'ont dépassé.

[Ref. bgd1:] BARRY GREENWOOD:

Barry Greenwood, dans un article sur les documents militaires sur les “Foo-Fighters” dans les archives militaires U.S., indiquait:

Un résumé des incidents [rapportés par les aviateurs du 415th Night Fighter Squadron des U.S. Army Air Forces] a été préparé par le capitaine F. B. Ringwald, officier du renseignement au quartier général 12 du Tactical Air Command, pour informer le S-2 du "phénomène nocturne" rencontré par les pilotes et daté du 30 janvier 1945.

Barry Greenwood citait ensuite 13 cas du rapport de Ringwald, dont celui-ci:

«Nuit du 26 au 27 décembre 1944 - A 01h45 vu deux traînées de flammes jaunes voler au même niveau à environ 3 000 pieds au large de bâbord. Nous avons également vu des boules de feu rouges qui sont restées allumées pendant 10 secondes à environ 45 miles de distance. Après avoir vu les stries jaunes, viré vers tribord perdu de l'altitude et les stries ont disparu de la vue. Appelé GCI [radar au sol] Blunder et demandé si des E/A [avions ennemis] se trouvaient à proximité. Ils ont répondu non. Nous avons reçu l'ordre de retourner à Angels 10. Nous avons senti ce que l'on pensait être un souffle d'hélice; très net. Remarqué plusieurs groupes de lumières au large de bâbord lors d'une patrouille à proximité des Q-9050 et R-1556. Les lumières formaient des lignes nettes un peu comme des flèches.»

Barry Greenwood commentait au sujet de ces rapports:

Il est utile de souligner que ces pilotes faisaient la distinction entre les éclats de flak habituels envoyés par les tirs anti-aériens et ce qu'ils ont vu lors de ces incidents. On pourrait s’attendre à ce qu’en raison des progrès techniques réalisés au cours de la guerre, l’un des camps finisse par développer un nouveau type d’arme anti-aérienne capable de se comporter de manière intelligente dans la poursuite des avions ennemis. Le problème ici est qu'il n'existe aucun rapport connu ni d'un côté ni de l'autre faisant état de "Foo Fighters" abattant des avions. Les objets qui semblaient être "parfaitement contrôlés à tout moment" ne semblaient pas causer de dégâts mais accompagnaient simplement les avions dans leurs missions respectives sans interférer avec leurs missions.

En terminant son résumé, Ringwald déclarait que dans chaque cas où le pilote appelait le contrôle GCI [radar au sol] pour demander si des "Bogey A/C" [avions ennemis] étaient dans la zone, il avait reçu une réponse négative. Il a également été noté, ce qui est peut-être plus intéressant pour le public moderne, que ces objets étaient appelés "Foofighters".

[Ref. lhh1:] LARRY HATCH:

525: 1945/01/12 13:00 200 8:00:00 E 50:00:00 N 3311 WEU GER RHP 6:8
VLEE RHIN,ALLE:J.THOMPSON/P51:4-5 FORME FOOTBALL ARGNT: une vision commune
Ref#171 ALDRICH, Jan: PROJECT 1947 (research) Page No. 0: EN VOL

[Ref. jck1:] JEROME CLARK:

L'auteur rappelle qu'entre novembre 1944 et janvier 1945, des membres du 415th Night Fighter Squadron avaient effectué des observations répétées au-dessus de la vallée du Rhin. Des lumières, généralement orange, blanches ou rouges, apparaissant seules ou par paires, suivant les avions intercepteurs, toujours la nuit. Les lumières ou les objets, que les pilotes pensaient être intelligemment contrôlés, effectuaient des manœuvres rapides et semblaient réagir aux actions des pilotes.

L'auteur dit que dans un cas, un pilote voyant les objets s'est dirigé droit vers eux, espérant en avoir une vision claire. En les dépassant, il a ressenti ce qu'il pensait être un «souffle d'hélice», bien que le personnel radar au sol ait insisté sur le fait qu'il n'y avait aucun autre avion sur l'écran.

Regrettant sa décision audacieuse de les approcher, le pilote a décidé qu'il devait se retirer de la situation; il a volé dans un gros nuage, puis est descendu de 2 000 pieds et a exécuté un virage à 30 degrés. Il a regardé derrière lui, et les foofighters étaient toujours là derrière lui. Ils l'ont suivi pendant un court moment avant de disparaître.

[Ref. kml1:] KEVIN MCCLURE:

Cet ufologue cite l'article de l'American Legion Magazine de décembre 1945, «intitulé 'The Foo Fighter Mystery', et écrit par un certain Jo Chamberlin:»

Le premier v´ritable indice est venu avec la dernière apparition des lumières exasp´rantes et potentiellement mortelles. Ils n'ont jamais empêch´ le 415e de remplir ses missions, mais ils ´taient certainement d´concertants. La dernière fois que les foo-fighters sont apparus, le pilote s'est tourn´ vers eux le plus tôt possible – et les lumières ont disparu. Le pilote ´tait sûr d'avoir senti un souffle d'h´lice, mais lorsqu'il a v´rifi´ avec le radar au sol, il n'y avait aucun autre avion. Le pilote poursuit sa route, perturb´, voire en colère – lorsqu'il remarque des lumières loin derrière. La nuit ´tait claire et le pilote s'approchait d'un ´norme nuage. Une fois dans le nuage, il est tomb´ de deux mille pieds et a effectu´ un virage à gauche de 30 degr´s. Quelques secondes plus tard, il ´mergea du nuage, l'œil tourn´ vers l'arrière. Effectivement, le foo-fighter sortait du nuage dans la même position relative, comme pour faire un pied de nez au pilote, puis disparaître. C'´tait la dernière fois que les foo-fighters ´taient vus en Allemagne, même s'il aurait sembl´ appropri´ que les lumières aient fait un dernier geste, se regroupant de manière à ´peler "Devinez quoi" dans le ciel, et disparaissant à jamais. p>

[Ref. dwn2:] DOMINIQUE WEINSTEIN:

Cas 70

27 décembre 1944

Vallée du Rhin, Allemagne

A 1h05, l'équipage du 415th NFS observé aperçoit deux traînées de flammes jaunes volant à la même altitude (3 000 pieds) au large de leur bâbord. Ils ont également vu des «boules de feu rouges» qui sont restées en l'air pendant dix secondes, à environ 45 miles de distance. En réponse aux stries jaunes, le pilote a viré à tribord et a chuté d'altitude, mais les stries jaunes «ont disparu de la vue. Interrogé par le pilote, GCI Blunder a répondu qu'il n'y avait aucun avion ennemi sur son écran dans cette zone. L'équipage a reçu pour instruction de retourner à «Angels 10». Ils pensèrent qu'il s'agissait d'accessoires très distincts. Ils remarquèrent également plusieurs groupes de lumières au large de leur gauche alors qu'ils patrouillaient à proximité de Q-9050 et R-1556. Les lumières formaient «des lignes distinctes un peu comme des flèches».

Sources: USAAF, 64th Fighter Wing, Rapport de mission du 415th NFS Squadron, 26/27 décembre 1944 / USAAF, Rapport du Capitaine F.B. Ringwald, officier du renseignement, 415111 Night Fighter Squadron, à l'A/C du S,A-2 XII Tactical Air Command, 30 janvier 1945, NARA I Strange Company, Keith Chester, 2007

[Ref. sua1:] SITE WEB "SATURDAY NIGHT UFORIA":

[... autres cas...]

Et bien qu'il s'agisse du dernier rapport officiel connu concernant le 415th, dans l'article de Jo Chamberlin de décembre 1945 dans le magazine American Legion -- qui revisitait les expériences du 415th après avoir interviewé les équipages eux-mêmes -- la dernière rencontre rapportée avait une saveur légèrement différente...

La dernière fois que les foo-fighters sont apparus, le pilote s'est tourné vers eux le plus tôt possible -- et les lumières ont disparu. Le pilote était sûr d'avoir senti un souffle d'hélice, mais lorsqu'il a vérifié avec le radar au sol, il n'y avait aucun autre avion.

Le pilote a continué sa route, perturbé, voire en colère, lorsqu'il a remarqué des lumières loin derrière. La nuit était claire et le pilote s'approchait d'un énorme nuage. Une fois dans le nuage, il est tombé de deux mille pieds et a effectué un virage à gauche de 30 degrés. Quelques secondes plus tard, il émergea du nuage, l'œil tourné vers l'arrière. Effectivement, le foo-fighter sortait du nuage dans la même position relative, comme pour faire un pied de nez au pilote, puis disparaître.

C'était la dernière fois que les foo-fighters étaient vus en Allemagne, même s'il aurait semblé approprié que les lumières aient fait un dernier geste, se regroupant de manière à épeler "Devinez quoi" dans le ciel, et disparaissant à jamais. .

Mais ils ne l'ont pas fait.

Les foo-fighters ont tout simplement disparu lorsque les forces terrestres alliées ont capturé la zone à l'est du Rhin. On savait que c'était là que se trouvaient de nombreuses stations expérimentales allemandes.

La rencontre décrite par Chamberlin n'était en réalité qu'une des dernières rencontres, et s'est produite dans la nuit du 29 au 30 janvier 1945. Mais elle montre une fois de plus la différence frappante entre les rapports officiels secs et les rencontres telles que décrites par la personne. à personne.

Et bien que les étranges lumières aient vu leur dernière apparition en Europe, à l'autre bout du monde, les «foofighters» ont peut-être continué à se battre.

(Ref. nip1:) "THE NICAP WEBSITE":

(1944) 26/27 décembre 1944; Allemagne

Observations multiples: boules de feu rouges; deux traînées jaunes de flammes et ont disparu de la vue; l'équipage a pensé ressentir un souffle d'hélices; un groupe de lumières qui dessinaient des lignes distinctes, un peu comme des flèches; rangée de lumières blanches verticales. (Page 103,131 Réf.1)

La référence 1 est décrite en fin de document comme «Strange Company (2007), Keith Chester».

[Ref. tai1:] SITE WEB "THINK ABOUT IT":

Date: 26/27 déc 1944

Lieu: Allemagne

Heure:

Résumé: Observations multiples: boules de feu rouges; deux traînées jaunes de flammes et disparu de la vue; l'équipage pensait ressentir un souffle d'hélice; un groupe de lumières qui dessinaient des lignes distinctes, un peu comme des flèches; rangée de lumières blanches verticales.

Source:

Informations aéronef(s):

Le Bristol Type 156 «Beaufighter», surnommé «Beau», était un avion multi-rôles britannique développé pendant la Première Guerre mondiale. Il a été conçu à l'origine comme une variante de chasseur lourd du bombardier torpilleur Bristol Beaufort; il s'est avéré être un chasseur de nuit efficace, qui est entré en service dans la Royal Air Force (RAF) pendant la bataille d'Angleterre.

A l'origine, l'armement se composait de quatre canons de 20 mm et de six mitrailleuses de 0,303 pouces, mais de nombreuses variantes ont été construites; par exemple, les versions avaient la capacité de transporter en plus huit projectiles de roquettes, certaines avaient un canon Vickers 'K', le Beaufighter TF.Mk X était utilisé pour les opérations antinavires.

Le Beaufighter Mk VIF était équipé du radar Mark VIII.

Ci-dessous: Beaufighter Mk VIF du 415th Night Fighter Squadron.

Beaufighter VIF 415th NFS.

Les Beaufighters ont servi dans les U.S. Army Air Forces jusqu'à la fin de la guerre, mais la plupart avaient été remplacés par les P-61 «Black Widow» à partir du 20 mars 1945.

Discussion:

Carte.

Les événements décrits dans le rapport sont complexes et difficiles à expliquer de manière prosaïque. Les «deux traînées de flammes jaunes» auraient pu être des fusées V-2, mais elles «volaient au même niveau» que l'avion.

Le «souffle d'hélice» est très étrange, d'autant plus que le rapport dit qu'il était «très distinct». Les «plusieurs groupes de lumières» qui «créaient des lignes nettes un peu comme des flèches» sont également étranges.

Evaluation:

Non identifiés, possibles engins extraterrestres.

Références des sources:

* = Source dont je dispose.
? = Source dont l'existence m'est signalée mais dont je ne dispose pas. Aide appréciée.

Historique du dossier:

Rédaction

Auteur principal: Patrick Gross
Contributeurs: Aucun
Reviewers: Aucun
Editeur: Patrick Gross

Historique des changements

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 24 avril 2024 Création, [rwd1], [jcn1], [hws1], [kap1], [vgs1], [gld1], [jcf1], [lhh1], [jck1], [dwn2], [nip1], [tai1].
1.0 Patrick Gross 24 avril 2024 Première publication.
1.1 Patrick Gross 9 juin 2024 Additions [bgd1], [kml1].
1.2 Patrick Gross 13 juin 2024 Addition [sua1].

HTML5 validation



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 13 juin 2024.