France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

octobre 1954, Louvroil, Nord:

Référence pour ce cas: Oct-54-Louvroil. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Durant la vague de rapports d'observations de "soucoupe volantes2 en France de l'automne 1954, la presse ne dédaignait pas de publier, voir d'inventer, des "histoires édifiantes".

Ainsi dans le journal local Liberté, édition d'Avesnes et Maubeuge, dans le Nord, du 31 octobre 1954, on racontait que "une fois", un sympathique travailleur de Louvroil "haut comme trois pommes" qui voulait faire rire les grandes personnes a voulu jouer au "Martien", ce nouveau jeu qu'il avait appris dans les journaux.

Avec "les quelques accessoires indispensables", il s'était habillé à la mode "martienne" et s'était mit en tête de faire la tournée des cafés:

"Imperturbable, la tenancière de l'estaminet auquel il avait réservé sa première visite, lui a demandé: 'Qu'est-ce que tu bois?' 'Un rouge', s'entendit-elle répondre. Stupeur, le Martien connaissait notre langues et nos vins?! Qu'à cela ne tienne, il continua sa tournée; plus Martien que jamais notre héros exécuta un numéro de sa composition devant le monument aux Morts; un grincheux prit fort mal la chose et décocha un coup de poing à la mâchoire du fantaisiste. Notre Martien qui en connaissaient un bout sur notre mode d'existence, alla se plaindre en... français au commissariat de police. Les plus belles farces sur notre terre, se terminent parfois tragiquement."

Rapports:

[Ref. lib1:] JOURNAL "LIBERTE":

Scan

LE "MARTIEN"
PARLAIT NOTRE LANGUE

L'heure est à la planète Mars et à ses soucoupes et autres cigares volants et fumants: rien de tel pour créer la diversion; regardez en l'air, nous dit-on et oubliez la terre, Londres et ses accords, l'Allemagne et sa remilitarisation, les salaires de famine et la misère.

A la vérité, les soucoupes nous permettent parfois de rire un peu: elles permettent les plus folles fantaisies dont ne se privent pas quelques joyeux lurons héros d'histoires semblables à celle que nous allons vous compter.

Il était une fois un sympathique travailleur de Louvroil qui voulait faire rire les grandes personnes; se prenait-t-il au sérieux? Nul ne le sait: haut comme trois pommes, il voulut jouer au "Martien", ce nouveau jeu qu'il avait appris dans les journaux, il prit les quelques accessoires indispensables, s'habilla à la mode "martienne" et se mit en tête de "faire les cafés".

Imperturbable, la tenancière de l'estaminet auquel il avait réservé sa première visite, lui demanda: "Qu'est-ce que tu bois". "Un rouge", s'entendit-elle répondre. Stupeur, le Martien connaissait notre langues et nos vins?! Qu'à cela ne tienne, il continua sa tournée; plus Martien que jamais notre héros exécuta un numéro de sa composition devant le monument aux Morts; un grincheux prit fort mal la chose et décocha un coup de poing à la mâchoire du fantaisiste. Notre Martien qui en connaissaient un bout sur notre mode d'existence, alla se plaindre en... français au commissariat de police. Les plus belles farces sur notre terre, se terminent parfois tragiquement.

Retenez cette histoire qui a fait rire une ville et ne jouez pas au Martien...

Explications:

Farce ou invention journalistique.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Louvroil, Nord, ouvrier, farce, invention, Martien, petit

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
1.0 Patrick Gross 30 octobre 2020 Première publication.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 30 octobre 2020.