France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

9 novembre 1954, Froberville, Seine-Maritime:

Référence pour ce cas: 9-oct-54-Froberville. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Rapports:

[Ref. cs1:] CHRISTIAN SOUDET:

Témoins:

M. Dufits Lucien, 20 ans en 1954, directeur du théâtre municipal de Fécamp.

Lors de son observation M. Dufits était en compagnie d'une collègue qui est décédée à la suite d'une longue maladie.

Date: 9 novembre 1954.
Heure: 18h45 - 19h00.
Lieu: Froberville près de Fécamp (76). Michelin N.52, pli N.12 et 12.
Phénomène observé: Objet de forme ovale inconnue comme un ballon de rugby. Aucun bruit, lumière intense au-dessous de l'objet.

Récit du témoin:

Enregistré le 09-08-84.

Alors pour le phénomène, disons céleste, que j'ai remarqué le 9 novembre 1954, je me souviens bien de la date car je venais d'obtenir un grand prix de la chanson française, avant de repartir pour une carrière lyrique. J'étais en compagnie d'une collègue qui était directrice d'un établissement sanitaire d'enfants malades.

Il devait être environ 18h45 - 19h, il ne pleuvait pas et faisait pas froid, par contre il y avait beaucoup de vent (70-80 km/h).

Nous revenions d'aller chercher quelques produits laitiers dans la ferme qui se situe dans le parc du château.

A cette époque de l'année, le château était vide, il n'y avait pas d'enfants à l'intérieur.

Quand nous sommes arrivés à environ 200 mètres du château, il m'a semblé voir derrière les grands bosquets d'arbres des espèces de lumières qui scintillaient, qui étaient mal déterminées.

Au fur et à mesure que nous avancions vers le château, à un certain moment, nous nous sommes trouvés en face du phénomène.

Alors là c'était net, c'était un cercle orangé un peu vert au-dessus et bleu. Ma collègue me dit en souriant "on dirait une soucoupe volante".

La chose était suspendue à environ 30 mètres du sol, peut-être plus donc à 10 ou 15 mètres au-dessus du château. Il n'y avait aucun bruit sinon le vent qui soufflait, nous avancions toujours vers le château.

Le phénomène avait la forme d'un ballon de rugby, il y avait comme au-dessus de ces cercles des espèces de lucarnes, des carreaux, c'était plutôt des carreaux mais à l'horizontale, plus long que haut.

Plus nous nous approchions, plus les lumières devenaient éblouissantes et j'avais comme des picotements dans les yeux.

Ma collègue était une femme courageuse, elle avait son brevet de pilote, son mari était officier sur le Normandie-Niémen.

Elle me dit: je veux en avoir le coeur net, j'y vais.

Je lui dis: non attendez-moi, mais comme c'était une femme décidée, elle avait pris 7 à 8 mètres d'avance sur moi et j'ai du courir pour la rattraper.

Nous étions arrivés pratiquement sous l'engin. A ce moment-là, l'intensité de la lumière a pratiquement doublée, triplée et à partir de là, les cercles étaient beaucoup plus apparents. Je ne pouvais plus les regarder, et l'engin, car on peut dire l'engin, s'est élevé à une rapidité déconcertante, toujours sans bruit, sans sifflement. Il est monté à la verticale pendant une demi seconde, et il est parti en courbe ascendante sur la mer, du côté des falaises. Nous l'avons perdu de vue en quelques secondes.

Le dossier comprend les schémas suivants:

[Ref. lc1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique que dans la Seine Maritime à Froberville le 9 novembre 1954 à 18:45 heures, "Un homme et une femme se trouvent dans le parc d'un château ou la femme travaille revenant d'une ferme. A environ 200 mètres de l'édifice l'homme observe des lumières derrières les bosquets. Continuant leur chemin, ils observent alors un objet en forme de ballon de rugby de couleur orange un peu vert bleu sur le dessus. Des stuctures étaient visible sur l'objet comme des lucarnes ou des carreaux horizontaux. L'objet se tenait à une trentaine de mètres au-dessus du sol. Il restait immobile alors qu'un fort vent soufflait. Les deux témoins accélèrent et se retrouvent dessous l'objet. La lumière déjà violente et provoquant des picotements aux yeux augmenta alors en intensité devenant éblouissant. L'objet s'est élevé à la verticale pendant une demi seconde, puis parti vers la mer en courbe ascendante."

La source est indiquée comme "Lumières dans la Nuit numéro 259/260".

Explications:

Non encore recherchée.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Froberville, Seine-Maritime, Lucien Dufits, objet, ovale, hublots, carreaux, cercles, lumineux, ballon de rugby, silencieux, lumière, ébloui, picotements, effets, stationnaire, manoeuvre, vertical, courbe, rapide, château, mer, orange, vert, bleu

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 27 janvier 2005 Première publication.
1.0 Patrick Gross 25 mai 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [lc1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 25 mai 2009.