France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

5 novembre 1954, Vrigne-aux-Bois, Ardennes:

Référence pour ce cas: 5-nov-54-Vrigne-aux-Bois. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Le journal régional L'Ardennais du 6 novembre 1954 avait rapporté un incident amusant ayant eu lieu le 5 novembre 1954 vers 18 h. 30 à Vrigne-aux-Bois:

Une foule "mi-rigolarde, mi-intriguée" était dans les rues pour contempler une lumière rouge assez bas dans le ciel, qui est restée sur place une bonne demi-heure.

"C'est au-dessus de 'La Roche' disait l'un: "ça doit être bien plus loin", disait un autre. "On dirait qu'elle a bougé", estima un troisième; "c'est faux" proclamait un quatrième, un scientifique, qui s'était repéré sur un poteau.

Quelques enfants partis en reconnaissance ont grimpé la pente boisée qu'on appelle "La Roche" et qui domine Vrigne, et se sont emparés de la "soucoupe" qui était en haut d'un arbre. Ils l'ont ramenée triomphalement à la gendarmerie au bout d'une perche de trois mètres.

C'était un vieux boîtier d'horloge dont le cadran avait été remplacé par un papier rouge, avec une bougie allumée à l'intérieur, et comme "moteur à réaction qui devait permettre à l'engin de disparaître dans une gerbe d'étincelles, comme toute 'soucoupe' digne de sa réputation, il y avait deux gros pétards liés sur un gros bouchon, qui n'avaient pas eu le temps d'exploser.

Rapports:

[Ref. me1:] CNEGU - "LES MYSTERES DE L'EST":

L'Ardennais. samedi 6 novembre 1954.

VRIGNE-AUX-BOIS A EU SA SOUCOUPE

Après les deux "Martiens", il était normal que Vrigne ait sa soucoupe. Tout le monde était hier soir, dans les rues sur le coup de 18h30, pour contempler une lumière rouge assez bas dans le ciel et qui resta sur place une bonne demi-heure, devant une foule mi-rigolarde, mi-intriguée.

"C'est au-dessus de "La Roche" disait l'un: ça doit être bien plus loin, disait un autre. On dirait qu'elle a bougé, estima un troisième; c'est faux proclamait un quatrième, un scientifique, qui s'était repéré sur un poteau.

Quelques gosses étaient partis en reconnaissance et grimpèrent la pente boisée qu'on appelle "La Roche" et qui domine Vrigne. Ils capturèrent en haut d'un arbre la "soucoupe" qu'ils ramenèrent triomphalement à la gendarmerie. au bout d'une perche de trois mètres.

Une vieille boite d'horloge y était accrochée dont le cadran avait été remplacé par un papier rouge. A l'intérieur brûlait une bougie. Les plaisantins n'avaient même pas oublié le moteur à réaction qui devait permettre à l'engin de disparaître dans une gerbe d'étincelles, comme toute "soucoupe" digne de sa réputation.

Il s'agissait d'une bougie et de deux gros pétards liés sur un gros bouchon. Les explosifs n'ont pas eu le temps de sauter. L'un des astronautes a perdu son cache-nez, un cache-nez écossais, au pied de l'arbre. Il peut, à tout hasard, aller le réclamer au chef de la brigade de gendarmerie.

Explications:

Farce.

Ceci est un "cas négatif", c'est-à-dire une observation que les témoins eux-mêmes ont expliquée sur le moment.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Vrigne-aux-Bois, Ardennes, farce, négatif, bougie, pétard, rouge

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
1.0 Patrick Gross 15 décembre 2018 Première publication.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à 5 le 15 décembre 2018.