France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

18 octobre 1954, Chambois, Puy-de-Dôme:

Référence pour ce cas: 18-Oct-54-Chambois. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Rapports:

[Ref. am1:] AIME MICHEL:

Aimé Michel indique que le 18 octobre 1954, à 17:30, M. Bachelard, âgé de 42 ans, roulait en camionnette entre Gelles et Coheix dans le Puy-de-Dôme, sous une météo claire, sans brouillard et avec un soleil encore vif.

A 6 kilomètres de Coheix, au détour d'un virage il s'est senti à demi paralysé, et le moteur de sa camionnette donnait des signes d'essoufflement. Sa vitesse est tombée à 30 kilomètres à l'heure. Il a essayé d'accélérer, mais en vain.

A ce moment il a aperçu dans un champ voisin un objet allongé ou aplati d'une dizaine de mètres de longueur sur 2 mètres 50 de hauteur. L'objet était immobile, silencieux, et n'avait pas de hublots.

M. Bachelard est arrivé à Coheix quelques minutes plus tard et y a raconté son expérience. Les gens ont remarqué qu'il tremblait encore. Les gendarmes ont été avertis et l'ont interrogé. On alla sur les lieux mais rien d'anormal n'a été trouvé.

Les gendarmes lui dirent que ces engins semblaient "avoir un faible pour la région," sans doute en raison des atterrissages à Gelles et Cisternes-la-Forêt non loin.

[Ref. mc1:] "MICHEL CARROUGES":

L'auteur indique que le 18 octobre 1954 dans le Puy-de-Dôme, Mr. Bachelard en auto a vu une soucoupe obscure posée dans un champ proche de la route. Il s'est senti à moitié paralysé, le moteur s'est essoufflé et la vitesse est tombée à 30 km/h.

La source est indiquée comme "M., II, p. 336".

[Ref. rh1:] RICHARD HALL:

Richard Hall indique que le 18 octobre 1954, à Coheix, dans le Puy-De-Dome, France, un conducteur de camion léger s'est senti a moitié paralysé, le moteur a commencé à faillir, un objet ovale foncé a été vu dans le champ voisin. La police a ensuite fouillé le champ et n'a rien trouvé.

[Ref. gc2:] LEONARD G. CRAMP:

("Fig 48. Tableau de quelques effets typiques d'OVNIS sur voitures et personnes à diverses distances.")

LIEU. DATE. EFFETS. DISTANCE APPROX. DE L'OVNI.
Puy-de-Dôme France. Octobre 1954 Paralysie. Moteur de camion a des problèmes, ralenti à 20mph. Ne va pas plus vite. 180 pieds.

[Ref. ld1:] MAGAZINE "LUMIERES DANS LA NUIT", M. ET MME. AMEIL:

Dans un "catalogue des effets" du magazine d'ufologie LDLN, M. et Mme Ameil donnent des informations sur le cas de "Gelles (Puy-de-Dôme)" indiquant que le témoin est Monsieur Bachelard, garde-champêtre à Gelles, que le cas est connu et a été relaté par la plupart des journaux régionaux et nationaux de l'époque.

Ils indiquent que 14 ans après, ils ont recueilli auprès du témoin qui leur semble digne de foi, avoir une assez bonne mémoire, et possédant toute sa lucidité.

Ils indiquent que le 18 octobre 1954, le témoin revenait de Chanat et se dirigeait vers Gelles. A l'enbranchement de Chambois, à la sortie d'un grand virage, en lisière de forêt, il a aperçu une "citerne" à quelques mètres de la route.

Le moteur de sa voiture a eu des "ratés" et de grosses difficultés à tourner.

Approchant de la "citerne" au volant de sa voiture, il a eu peur et s'est senti comme hypnotisé, voire demi-paralysé, et n'a plus semblé être maître de son véhicule.

Il se retrouve à Coheix sans savoir comment ni pourquoi, cette localité n'étant pas sur son chemin.

Des agriculteurs de Coheix le voient arriver "le visage blême et décomposé". Alertés par le témoin, ces personnes vont sur les lieux une heure plus tard armés de plusieurs outils, ne trouvent ni la "citerne" ni aucune trace de son passage.

Il y avait là des hautes herbes plus ou moins couchées par le vent.

Les auteurs citent cette déclaration que leur a fait le témoin:

"Je me suis aperçu par la suite que ce n'était pas exactement une citerne car il avait les deux extrémités en forme de pointe comme un gros cigare. Il était de couleur marron chocolat et présentait des dessins en forme de rectangle qui semblaient quadriller ses deux extrémités. Il pouvait bien mesurer 10 mètres de long sur 2.50 mètres de haut environ. Je n'ai entendu aucun bruit en provenance de l'engin mais seulement ressenti cette peur indescriptible."

Les auteurs ajoutent que le témoin n'est pas de nature peureuse mais a pourtant eu pendant plusieurs semaine la crainte de sortir le soir et surtout de passer dans les environs du lieu d'observation.

Ils ajoutent qu'il n'y a aucune "ligne orthoténique" passant par ce lieu mais qu'il est à 8 kilomètres de la ligne Baillonne-Vichy, qu'il n'y a là pas de failles ou fracture géologique à moins de 3 km 200, que le sol est composé de trachybasalte, d'andésite et de plusieurs sortes de gneiss.

Ils ajoutent qu'une personne de Vichy qui a par la suite rendu visite au témoin lui a raconté une aventure assez semblable: roulant dans sa voiture, il a eu des difficultés de moteur, lequel s'est arrêté à l'approche d'un "cigare" qui volait à hauteur d'homme. [Ni date ni lieu.]

[Ref. jv5:] JACQUES VALLEE:

373 18 10 1954 17 30 1 COHEIX P. GELLES F 0011333 G

[Ref. jv1:] JACQUES VALLEE:

273

16 Octobre 1954, 17h30. Mazaye (France):

M. Bachelard conduisait une camionnette sur la route D52, entre Chanat et Courhay, lorsque soudain le moteur sembla ralentir et il se sentit "paralysé". Il vit alors dans un champ proche de la route un objet un objet brun d'environ 10 m de long, 2,5 m de haut, silencieux, n'émettant aucune lumière et sans ouverture. (70; M 198) (Combat, La Croix, 20 oct 1954).

[Ref. ld2:] MAGAZINE "LUMIERES DANS LA NUIT:"

Le magazine inclut l'affaire sous forme d'un bref résumé dans une liste des cas du Puy-de-Dôme:

1. 18 octobre. Coheix.

A 6 km de Coheix, M. Bachelard se sentit paralysé et la vitesse de son camion tomba. Il aperçut dans un champ un objet allongé (A.M. p. 241).

[Ref. fs1:] MR. AND MRS AMEIL, "FLYING SAUCER REVIEW":

L'atterrissage à Gelles

Ceci fait partie d'une série d'autres enquêtes sur des atterrissages au cours de la grande vague de 1954. La contre-enquête a été réalisée par M. et Mme. Ameil pour Lumières dans la Nuit. Notre article est une traduction, par Gordon Creighton, du rapport paru dans LDLN n° 97 de Décembre 1968 (adresse, M. Veillith, "Les Pins", 43-Le-Chambon-sur-Lignon, France).

Cet incident a eu lieu à Gelles (Puy-de-Dôme, Sud-Centre de la France) sur la soirée du 18 octobre 1954. L'affaire est bien connue, et a été signalé par la plupart des journaux régionaux et nationaux de la France. Le compte rendu d'Aimé Michel de celui-ci se trouve à la page 198 de Flying Saucers and the Straight Line Mystery (Criterion Books, New York., 1958), qui est la version anglaise de Mystérieux Objets Célestes.

Bien que cette affaire est maintenant âgé de quatorze ans, le témoignage donné à l'époque par le témoin, Mr. Bachelard, un policier du village de 42 ans, conserve toute sa saveur, car nous ne pouvons certifier que le témoin nous semble être digne de confiance, en pleine possession de toutes ses facultés mentales, et qu'il a une bonne mémoire. Ce qui suit est notre rapport sur ce qu'il vient de nous dire.

L'incident

Le 18 octobre 1954, M. Bachelard, village policier, domicilié à Gelles (Puy-de-Dôme) revenait dans une camionnette légère de Chanat à Gelles. Atteignant la bifurcation de la route qui mène à Chambois, il prend un virage net sur le bord d'une zone de forêt et voit une 'citerne', il est vaincu par la peur et se sent tout à coup, comme s'il était à demi-paralysé, même "hypnotisé"; il ne semble plus avoir le contrôle de son véhicule.

En outre, la prochaine chose dont il se rend compte, c'est qu'il est à Coheix, sans savoir comment ni pourquoi. Parce que Coheix ne se trouve pas sur sa route du retour. Quelques agriculteurs de Coheix le voient s'approcher, "son visage pâle et défait". Alerté par lui, ces gens, armés de quelques outils agricoles, visitent les lieux de son étrange rencontre environ une heure plus tard, mais ils ne trouvent ni la "citerne extraordinaire" ni aucune trace claire qu'elle ait été là.

L'herbe à cet endroit était haute, mais avait été plus ou moins aplatie par le vent.

Monsieur Bache1ard eu néanmoins le temps d'observer l'objet et, entre autres choses, c'est ce qu'il nous dit à ce sujet:

"J'ai réalisé plus tard que ce n'était pas précisément une citerne, parce que ses deux extrémités étaient pointues, comme un gros cigare. C'était d'une couleur brun chocolat et avait des marques rectangulaires qui sillonnaient ses deux extrémités. Elle peut très bien avoir été de dix mètres de long et environ 2.5 mètres de haut. Je n'ai entendu aucun bruit de la machine, mais seulement ressenti cette peur indescriptible".

Nous pourrions ajouter que, bien que Mr. Bachelard ne soit pas d'une nature nerveuse ou timide, il avait eu peur de sortir la nuit pendant plusieurs semaines après, et surtout peur d'aller n'importe où près de la scène de son observation.

La position orthoténique du lieu

Aucune ligne clairement établie passe sur le site même. Mais elle se trouve en plein centre et à seulement quelques kilomètres de plusieurs lignes qui forment un réseau. En particulier, il est à huit kilomètres de la ligne BAYONNE ~ VICHY.

La position géologique du lieu

L'endroit ne se trouve sur aucune ligne particulière de fractures ou de failles. Le sol se compose de trachybasalte, d'andésite, et de plusieurs sortes de gneiss.

* * *

Une personne de Vichy qui est venu visiter Mr. Bachelard après l'accident lui a dit qu'il avait lui-même eu une expérience un peu similaire. Il a dit que tandis qu'il conduisait, il a eu quelques problèmes de moteur, jusqu'à ce que finalement le moteur se soitt arrêté tout à fait alors qu'un "cigare" approchait, volant silencieusement à la hauteur d'un homme depuis le sol.

Commentaire par Gordon Creighton

Les Ameil ne donnent pas de détails sur l'heure et la durée de cette expérience, et compte tenu de l'apparence désemparé et pâle du témoin quand il est arrivé dans Coheix - un endroit pas sur sa route prévue - on peut d'abord être tenté de se demander si ce n'était pas vraiment un autre cas du type Barney et Betty Hill, et s'il pourrait avoir passé un temps considérable en garde des extraterrestres pour subir une sorte de traitement ou d'examen. Toutefois, selon Aimé Michel (op. Cit., p. 198), Mr. Bachelard a vu le "cigare" ou la "citerne" à 17h30, et est arrivé à Coheix quelques minutes plus tard. Il semblerait donc que sa pâleur était simplement due à l'énorme peur engendrée par ce qu'il avait vu et non par une "contact" mystérieux ou des "traitements" qu'il aurait subi, même si nous devons garder à l'esprit la possibilité d'une "distortion temporelle" et de la "manipulation du temps".

Parce qu'il y a de bonnes indications de ces phénomènes de temps manquant, de sorte que pour ce que nous en savons, Mr. Bachelard a peut-être été effectivement sous la garde d'êtres extraterrestres et avoir subi une sorte de "traitement".

En ce qui concerne la mention des "hautes herbes aplaties par le vent", cela en tout cas semble assez familier. Est-ce que les agriculteurs ont manqué de percevoir la preuve alors qu'elle était là devant leurs yeux?

[Ref. gl1:] CHARLES GARREAU ET RAYMOND LAVIER:

Les deux auteurs indiquent qu'à Mazaye, dans le Puy de Dôme, le 18 octobre 1954 à 17:30, M. Bachelard, garde-champêtre à Gelles dans le Puy-de-Dôme, revenait de Chanat en direction de Gelles en voiture lors de cette très belle soirée d'automne, avec un ciel sans nuage, le soleil encore vif au-dessus de l'horizon.

Arrivé à l'embranchement de Petit-Chambois, à la sortie d'un grand virage en lisière de forêt, il a aperçu ce qu'il a d'abord pensé être une grande citerne à quelques mètres de la route.

A ce moment le moteur de sa voiture a eu "des ratés" et n'a plus bien fonctionné. M. Bachelard appuie vainement sur l'accélérateur. La vitesse de la voiture tombe alors à 30 km/h. Son véhicule approchant de la "citerne", M. Bachelard s'es senti envahi par la peur et s'est senti soudainement "hypnotisé" ou paralysé, et ressent qu'il a perdu la maîtrise de son véhicule.

Il déclarera:

"Je me suis aperçu par la suite que ce n'était pas exactement une citerne car il avait les deux extrémités en pointe, comme un gros cigare. Il était de couleur marron chocolat et présentait des dessins en forme de rectangles qui semblaient quadriller ses deux extrémités. Il pouvait bien mesurer 10 mètres de long sur deux mètres 50 de haut environ. Je n'ai entendu aucun bruit en provenance de l'engin mais seulement ressenti cette peur indescriptible."

Sans savoir comment ni pourquoi, il se retrouve soudainement à Coheix, qui n'était pas du tout sur le chemin qu'il avait prévu.

Des agriculteurs de Coheix le verront arriver le visage blême et décomposé, visiblement sous l'effet d'une frayeur intense. Il tremblait encore quand il leur a raconté son étrange expérience.

Les gendarmes sont alors prévenus, et ils viennent entendre son récit. Les gendarmes et quelques paysans retournent alors avec lui sur les sur les lieux de la rencontre armés de plusieurs outils. Ils arrivent là environ une heure plus tard et ne trouvent aucune citerne ni aucune trace particulière. Ils notent qu'il y a bien de hautes herbes couchées mais cela pouvait s'expliquer très bien par l'action du vent.

Pendant plusieurs semaines, M. Bachelard a eu peur de sortir après la tombée de la nuit, et, surtout, de repasser au même endroit.

[Ref. pd1:] PIERRE DELVAL:

Dans son chapitre sur les cas de paralysie ou de somnolences des témoins d'OVNI lors de leur expérience, Pierre Delval indique 12 cas relevant de la vague française de 1954, dont celui à Coheix dans le département du Puy-de-Dôme, le 18 octobre 1954 à 17:30.

Gaston Bachelard, 42 ans, roulait sur la route départementale 52, entre Chanat et Couhay. A la sortie d'un virage, il a aperçu une "citerne" de 10 mètres de long et de 2,50 mètres de diamètre, posée en bordure de la route.

Son moteur a eut des ratés, et quand il a approché de la chose, il s'est senti à moitié paralysé, comme hypnotisé.

Curieusement, alors qu'il se rendait à Gelles, il s'était retrouvé sans savoir comment à Coheix, une autre localité, où il n'avait pas à aller.

[Ref. fr1:] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

Les deux auteurs indiquent que près de Chambois, entre Chanat-la-Mouteyre et Mazaye, au lieu dit "Champille", Gaston Bachelard, 42 ans, garde-champêtre de Gelles, revenait de Chanat et se dirigeait vers Gelles. A l'embranchement de Grand-Chambois, peu avant Champille, à la sortie d'un virage en lisière de forêt, il a vu posé au sol une sorte de "citerne".

Il l'a décrit comme un cigare de couleur marron chocolat présentent des dessins en forme de rectangles qui semblaient quadriller ses extrémités. Les dimensions sont données comme 2.50 mètres de haut et 10 mètres de long.

L'objet se trouvait à quelques mètres de la route, et le moteur du véhicule du témoin a eu des "ratés" et aussi de grosses difficultés à tourner.

En approchant de l'engin le témoin a eu peur et s'est soudain senti comme "paralysé" ou même "hypnotisé." Il n'a plus semblé maître de son véhicule, et se retrouve sans savoir pourquoi ni comment à Couhay, au sud de Mazaye, alors que cette localité n'était pas sur sa route. Il ne se souvenait pas être passé ni par Mazaye ni par Ceyssat sur la D52 alors qu'il devait passer par l'un ou l'autre de ces villages pour se retrouver à Couhay.

Des agriculteurs de ce village le voient arriver "le visage blême et décomposé". Ils sont allés sur les lieux une heure plus tard armés de plusieurs outils, mais n'ont vu ni la "citerne" ni aucune trace d'atterrissage, à l'emplacement d'herbes hautes couchées par le vent.

Les auteurs notent la proximité de deux champs de tir et d'un camp militaire, et qu'Aimé Michel avait écrit Coheix au lieu de Couhay.

Les sources sont indiquées comme une contre-enquête de M. et Mme Ameil, enquêteurs LDLN, dans LDLN N. 97 en page 11; Aimé Michel dans "A Propos des S.V." page 241; et Quincy.

[Ref. lg1] LOREN GROSS:

Le 18 octobre. Gelles (Puy-de-Dôme), France. (17h30.)

MISSING TIME?

Peut-être le cas le plus important de la grande vague était l'expérience d'un policier de village de 42 ans nommé Monsieur Bachelard. Son "temps manquant" semble valider des rapports sensationnels faits des décennies plus tard. Si c'est cela, les implications sont énormes.

Dans des circonstances semblables à beaucoup d'autres de cette période, M. Bachelard a rencontré, dit-il, un objet étrange en conduisant un véhicule. Prenant la route de Gelles après avoir quitté le village de Chanat, le policier a conduit sa camionnette légère au-dessus de la sortie de Chambois et est entré dans un tronçon boisé de la route. Il remarqua alors quelque chose placé à côté de la route que, d'abord, il a cru être une sorte de citerne. Un compte-rendu de presse indique:

"J'ai réalisé plus tard que ce n'était pas précisément une citerne, car ses deux extrémités étaient pointues, comme un cigare, de couleur brun chocolat et il avait des marques rectangulaires qui sillonnaient ses deux extrémités. Il pourrait avoir eu 10 mètres de long et environ 2.5 mètres de haut. Je n'ai entendu aucun bruit de la machine, mais simplement ressenti cette peur indescriptible. 151.

A ce moment, le moteur de la fourgonnette a commencé à avoir des ratés et la direction est devenue difficile. Peu de temps après, il a commencé à avoir des problèmes physiques, se trouvant dans une condition de semi-paralysie. Un autre mot utilisé dans le compte-rendu était "hypnotisé". Ici, il y a une lacune troublante dans la mémoire de M. Bachelard, une période de "temps manquant".

La chose suivante que le policier s'est rappelé était qu'il entrait dans le village de Coheix dans sa camionnette, mais pourquoi il avait pris une route déviant de sa route habituelle et ce qui s'était passé depuis sa rencontre avec le "cigare" était un blanc total.

M. Bachelard s'adressa aussitôt à des fermiers de Coheix et essaya d'expliquer sa situation. Les paysans furent impressionnés par l'aspect "pâle et abattu" de Bachelard et furent assez convaincus pour épauler leurs fourches et revenir avec le policier au lieu de la rencontre prêt à combattre si le besoin s'en faisait sentir. Il n'y avait pas d'objet étrange à l'endroit où les hommes arrivèrent mais une heure s'était écoulée, donnant à la chose beaucoup de temps pour s'échapper.

Ceux qui connaissaient M. Bachelard le décrivaient comme une personne stable, et non du genre nerveux ou timide, ce qui est logique compte tenu de l'occupation de l'homme, mais la rencontre a eu un effet puissant sur l'homme. Pendant longtemps, M. Bachelard avait peur de s'aventurer à l'extérieur après la tombée de la nuit et il refusa d'aller n'importe où près de la zone de sa mystérieuse expérience. 152.

  • 151. "The Landing at Gelles." Flying Saucer Review. Supplément N°5, juin 1971. Londres, Angleterre. éd.: Charles Bowen. p.iii. Données rassembléEs par M. Mme. Ameil pour Lumieres Dans La Nuit article traduit par Gordon Creighton qui a paru dans LDLN N'97 de décembre 1968. (De toute évidence une citation de journal)
  • 152. Ibid.

[Ref. js1:] JEAN SIDER:

L'auteur indique que le 18 octobre 1954 à Chanat-la-Mouteyre et Mazaye dans le Puy-de-Dôme, Gaston Bachelard roulait en voiture sur la D52, et peu avant le lieu-dit "Champille", il a vu une sorte de cigare ou citerne de couleur chocolat posé à quelques mètres de la route.

Le moteur de sa voiture a toussé et a eu des ratés, puis le témoin s'est senti a demi paralysé ou "hypnotisé." Il a eu l'impression de ne plus être maître de sa voiture et s'est retrouvé à Coheix, au Sud de Mazaye, sans savoir pourquoi ni comment puisque cette localité n'est pas sur son trajet normal.

Jean Sider note que Figuet indique "Couhay" alors que c'est bien Coheix selon l'Atlas Michelin de 1996 en C2 à la page 112.

Sider indique que la source est une enquête de Mr. et Mme Ameil dans LDLN N.97 de décembre 1968, qu'il reproduit en annexe.

Il commente que le cas comprend un "missing time" puisque le témoin n'a aucun souvenir d'avoir traversé deux localités avant d'arriver à Coheix.

[Ref. js2:] JOHN F. SHUESSLER:

1954/10/18 FRANCE, près de COHEIX 1730

Source:
UFO Reports Involving Vehicle Interference, CUFOS
Michel

Un objet brun ovale planant à environ cinq pieds au-dessus d'un champ voisin a causé la sensation de paralyse d'un conducteur et sa voiture a ralenti bien qu'il ait essayé d'aller plus vite. Il a pu dépasser l'objet et le laisser derrière lui.

EFFETS:
Paralysie
Effets EM sur voiture

[Ref. ni1:] NICAP:

Le NICAP inclut le cas dans son listing sur son site web:

"Rapport - 18 octobre 1954; Coheix, Puy-De-Dorne [sic], France. Le conducteur d'un camion léger a senti une demi-paralysie, le moteur a commencé à faire défaut; objet ovale foncé vu dans le champ voisin."

[Ref. go1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

L'ufologue belge indique qu'en 1954, le 16 ou le 18 octobre, en France, à Chambois (Puy de Dôme) à "17 h 30 le garde-champêtre Bachelard roule en camionnette, il fait encore jour. Au sortir d'un virage M. Bachelard ressent un étrange engourdissement, une sorte de paralysie. En même temps le moteur du véhicule a des ratés et s'essouffle. La vitesse tombe à 30 km/h. C'est alors qu'il aperçoit dans un champ proche de la route un gros cigare aux bouts pointus, d'une dizaine de mètres de long, haut de 2,50m environ, de couleur marron chocolat avec des dessins en forme de rectangle qui semblaient quadriller les extrémités. L'objet est immobile, silencieux, sans lumière ni hublot. Quelques minutes plus tard M. Bachelard, sans savoir comment, se retrouve à Couhay, en dehors de sa route normale. Des agriculteurs le voient arriver le visage blême, et décomposé, visiblement sous l'effet d'une frousse intense. Pendant plusieurs semaines le témoin n'ose plus sortir le soir ni repasser au même endroit."

La source pour ceci est indiquée comme "GARREAU et LAVIER: ' Face aux extra-terrestres' - DELARGE 1975 - J'ai Lu, p. 199".

"A Mazaye, à 17 h 30 M. Bachelard conduisait une camionnette sur la départementale D 52 E entre Chenat et Couhay, lorsque soudain le moteur sembla ralentir et il se sentit paralysé. Il vit alors dans un champ proche de la route un objet brun d'environ 10 m de long et 2,5 m de haut, silencieux, n'émettant aucune lumière et sans ouverture."

Les sources de cette version sont indiquées comme "Combat, La Croix, 20 oct 1954" et "Jacques Vallée: 'Chronique des apparitions ET' - DENOEL 1972 - COLL. J'AI LU - p. 283", avec date du 16 octobre.

[Ref. kb1:] KEITH BASTERFIELD:

L'ufologue australien indique que le 18 octobre 1954 à 17:30 à Auvergne, France, le témoin masculin Bachelard, âgé de 42 ans, conduisait un camion léger un jour clair et ensoleillé, il s'est soudainement senti à moitié paralysé. Le véhicule ralenti de lui-même. Dans un champ voisin était un objet ovale de 10m long, planant à 1.2m au-dessus de la terre. Il a continué de conduire.

Les sources sont indiquées comme Michel, A. 1958. Flying Saucers and the Straight Line Mystery. New York. Criterion Books. p198; et Rodeghier, M. 1981. UFO Reports Involving Vehicle Interference. CUFOS. Chicago. p3.

[Ref. jc1:] DR. JACQUES COSTAGLIOLA:

L'ufologue et médecin Jacques Costagliola note dans son listing:

date lieu témoins lésions biblio
18.10.1954 F, Chambois (63) M. Bachelard, 42 ans cigare, sidération, PC, se retrouve loin avec voiture LDN 317

[Ref. js3:] JEAN SIDER:

Jean Sider indique que les rencontres rapprochées du premier, deuxième et troisième type peuvent "camoufler une abduction". Il cite à l'appui de cette thèse deux cas en France dont celui du 18 octobre 1954 à Gelles, en indiquant que son compte rendu succinct qu'il reprend provient de l'enquête de M. et Mme Ameil publiée dans la revue Lumières Dans La Nuit, et est également en version plus condensé dans son livre concernant la vague de 1954 en France.

Il indique que restitué dans ses grandes lignes le cas est que Gaston Bachelard, garde champêtre à Gelles dans le Puy-de-Dôme roulait en voiture sur la D.52 et que peu avant le lieu dit de Champille, il a aperçu un gros objet en forme de cigare ou de citerne de couleur marron posé à quelques mètres de la route.

L'objet a des extrémités en forme de pointe, sa taille est estimée à 10 pieds de long et 2.5 mètres de haut.

Le moteur de la voiture a des ratés et se met à toussoter, et le témoin s'est ensuite senti à demi-paralysé ou hypnotisé, ayant l'impression de ne plus être maître de sa voiture, et il se retrouve à Coheix, au sud de Mazaye, sur la D558, sans savoir pourquoi ni comment, parce que cette localité n'est pas sur le trajet qu'il devait emprunter.

Des témoins l'ont vu arriver blême et très choqué. Une heure plus tard, avec plusieurs agriculteurs, il revient où se trouvait la "citerne", mais elle avait disparu.

Jean Sider commente qu'à l'époque on ne parlait pas "d'enlèvements et encore moins d'abductions", le premier cas étant celui des époux Hill en 1961, qet que les enquêteurs, qui ont mené l'enquête en 1968, ne pouvaient donc pas soupçonner un enlèvement, et que l'on ne saura jamais si le témoin "a enregistré un missing time, ni s'il a été soulevé avec sa voiture de la D.52 pour être déposé sur la D.558, ni s'il y a conduit lui-même le véhicule, son esprit étant sous le contrôle d'une intelligence étrangère à la sienne."

[Ref. ad1:] ANNE DUFLOT:

Anne Duflot considère que le cas est un enlèvement extraterrestre, lesquels sont un "phénomène initiatique", et note le cas dans un tableau des "abductions" en France:

DATES LIEUX TEMOINS SOURCES COMMENTAIRES
5. 18-10-1954 Chambois (Puy de Dôme) Bachelard 42 ans LDLN 97 et 317 M.T. ? suivant version

[Ref. dj1:] DONALD JOHNSON:

Ce jour-là

16 octobre

[...]

1954 – A 17:30 à Mazaye, France, Mr. Bachelard conduisait un camion léger sur la route D52E entre Chanat et Couhay quand soudainement le moteur a semblé ralentir et il s'est senti "paralysé." Il a alors vu dans un champ près de la route un objet brun d'environ 10 m de long, 2.5 m de haut. Silencieux, il n'a dégagé aucune lumière et n'a montré aucune ouverture. (Sources: Aime Michel, Flying Saucers and the Straight Line Mystery, p. 198; Jacques Vallee, Passport to Magonia: A Century of Landings, p. 231).

[...]

[Ref. lc1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique que dans le Puy de Dômes à Mazaye le 18 octobre 1954 à 17:30 heures, "Le témoin, garde-champêtre à Gelles dans le Puy-de-Dôme revient de Chanat en direction de Gelles en voiture. C'est une très belle soirée d'automne, un ciel sans nuage, le soleil encore vif au-dessus de l'horizon. A l'embranchement de Petit-Chambois, à la sortie d'un grand virage en lisière de forêt, il aperçoit ce qu'il pensera d'abord être une grande citerne à quelques mètres de la route. A ce moment le moteur de sa voiture "a des ratés" et ne fonctionne plus bien. M. Bachelard appuie vainement sur l'accélérateur. La vitesse tombe à 30 km/h. Son véhicule approchant de la "citerne", M. Bachelard se sent envahi par la peur et sent soudainement "hypnotisé" ou paralysé, il sent ne plus être maître de son véhicule."

"Il déclarera: 'Je me suis aperçu par la suite que ce n'était pas exactement une citerne car il avait les deux extrémités en pointe, comme un gros cigare. Il était de couleur marron chocolat et présentait des dessins en forme de rectangle qui semblaient quadriller ses deux extrémités. Il pouvait bien mesurer 10 mètres de long sur deux mètres 50 de haut environ. Je n'ai entendu aucun bruit en provenance de l'engin mais seulement ressenti cette peur indescriptible.'"

"Il se retrouve soudainement à Coheix, sans savoir comment ni pourquoi car ce lieu n'est pas du tout sur le chemin prévu. Des agriculteurs de Coheix le verront arriver le visage blême et décomposé, visiblement sous l'effet d'une frousse intense. Il tremble encore. Il raconte son étrange rencontre. Les gendarmes sont alertés. Ils viennent l'entendre. Puis on retourne sur les lieux armés de plusieurs outils, ils y arrivent environ une heure plus tard et ne trouvent aucune citerne ni aucune trace particulière. Il y a bien de hautes herbes couchées mais cela s'explique très bien par l'action du vent."

"Ce même jour, des témoignages ont été recueillis à Gelles et Cisternes-la-Forêt, c'est à dire dans un rayon de quelques kilomètres autour du lieu d'atterrissage."

"Pendant plusieurs semaines, M. Bachelard a eu peur de sortir après la nuit, et, surtout, de repasser au même endroit."

Les sources sont indiquées comme "Face aux Extra terrestres par Garreau et Lavier ** DELARGE 1975" et "Chroniques des apparitions E.T. par Vallée Jacques ** DENOEL 1972 - coll. J'AI L".

[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 18 octobre 1954 à 17:30 à Gelles, France, "on a observé un objet. Des effets électromagnétiques et physiologiques ont été notés." "Un objet en forme de cigare brun, d'environ 40 pieds de large, a été observé par temps clair par un témoin masculin de 42 ans (comme rapporté à la police) sur une route pendant plus d'une minute. Aucun bruit n'a été entendu."

Les sources sont indiquées comme Michel, Aime, Flying Saucers and the Straight-Line Mystery, S. G. Phillips, New York, 1958; FSR, FSR Case Histories (v.1 to v.18 complete), FSR, Londres, 1970; Bowen, Charles, The Humanoids: FSR Special Edition No. 1, FSR, Londres, 1966; Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Vallee, Jacques, Challenge to Science: The UFO Enigma, Henry Regnery, Chicago, 1966; Vallee, Jacques, Preliminary Catalog (N = 500), (dans JVallee01); Vallee, Jacques, A Century of Landings (N = 923), (dans JVallee04), Chicago, 1969; Cramp, Leonard G., Piece for a Jig-Saw, Somerton, Isle of Wight, 1966; Schoenherr, Luis, Computerized Catalog (N = 3173); Carrouges, Michel, Les Apparitions de Martiens, Fayard, Paris, 1963; Hall, Richard H., The UFO Evidence, NICAP, Washington, 1964; Flying Saucers, Flying Saucers Magazine, (Palmer); Bullard, Thomas E., UFO Abductions: The Measure of a Mystery. Volume 1: Comparative Study of Abduction Reports, FUFOR, Bloomington, 1987; Rodeghier, Mark, UFO Reports Involving Vehicle Interference, CUFOS, Chicago, 1981; Falla, Geoffrey, Vehicle Interference Project, BUFORA, Londres, 1979; Hatch, Larry, *U* computer database, l'Auteur, Redwood City, 2002.

[Ref. ud2:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 18 octobre 1954 à "Auvergne, France", "on a observé un objet. Des effets physiologiques ont été notés. Un objet non identifiable a été observé à courte distance et a causé des effets physiques."

La source est indiquée comme "Hall, Richard H., The UFO Evidence, NICAP, Washington, 1964".

[Ref. ud3:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 16 octobre 1954 à 17:30 Mazaye, en France, "Un objet brun d'environ dix mètres de long, 2,5 mètres de haut" et "A 17:30 à Mazaye, France, Mr. Bachelard conduisait un camion léger sur la route D52E entre Chanat et Couhay quand soudainement le moteur a semblé ralentir et il s'est senti 'paralysé' il a alors vu dans un champ près de la route un objet brun d'environ 10 m de long, 2.5 m de haut. Silencieux, il n'a dégagé aucune lumière et n'a montré aucune ouverture."

Et: "Mr. Bachelard conduisait un camion léger sur la route D52-E entre Chanat et Couhay quand soudainement le moteur a semblé ralentir et il s'est senti 'paralysé.' Il a alors vu dans un champ près de la route un objet brun d'environ dix mètres de long, 2,5 mètres de haut. Silencieux, il n'a dégagé aucune lumière et n'a montré aucune ouverture."

Et: "On a observé un objet planant. Un objet brun a été observé par plusieurs témoins pendant 99 minutes."

Les sources sont indiquées comme Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Vallee, Jacques, Challenge to Science: The UFO Enigma, Henry Regnery, Chicago, 1966; Vallee, Jacques, Preliminary Catalog (N = 500), (dans JVallee01).

[Ref. ni1:] "THE NICAP WEBSITE":

(141) 18 oct. 1954 - Conduisant une camionnette à quatre miles de Coheix, Puy-de-Dôme, France Mr. Bachelard, 42 ans, entrait dans un virage de la route à 17h30 quand il sentit à moitié paralysé et que le moteur de son camion a commencé à ne plus fonctionner et a ralenti à 20 mph. Il a alors vu planant dans un champ à proximité un objet immobile, silencieux, allongé ou aplati de 30 pieds de long. Une enquête de police a été menée. (Source: Aime Michel, Flying Saucers and the Straight Line Mystery, p. 198; Richard Hall, The UFO Evidence, p. 74; Mark Rodeghier, UFO Reports Involving Vehicle Interference, p. 3).

[Ref. ni1:] "THE NICAP WEBSITE":

*16 oct. 1954 - A 17h30 à Mazaye, France Mr. Bachelard conduisait une camionnette sur la route D52E entre Chanat et Couhay quand tout à coup le moteur sembla ralentir et il se sentit "paralysé". Il vit alors dans un champ près de la route un objet brun d'environ 10 m de long, 2, 5 m de haut. Silencieux, il ne dégageait pas de lumière et n'a montré aucune ouverture. (Sources: Aime Michel, Flying Saucers and the Straight Line Mystery, p. 198; Jacques Vallee, Passport to Magonia: A Century of Landings, p. 231).

[Ref. ub1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré ce cas 19 fois!

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541016 16.10.1954 Mazaye France 17.30
19541016 16.10.1954 Mazaye France 17.30
19541016 16.10.1954 Mazaye France 17.30 CE II
19541018 18.10.1954 Chanat France Abends CE II
19541018 18.10.1954 Gelles France 17.30 CE II
19541018 18.10.1954 Coheix France 17.30 CE II
19541018 18.10.1954 Gelles France 17.30 CE II
19541018 18.10.1954 Coheix France 17.30
19541018 18.10.1954 Coheix France 17.30 CE I
19541018 18.10.1954 Coheix France 17.30 CE II
19541018 18.10.1954 Coheix France 17.30
19541018 18.10.1954 Gelles France 17.30 CE II
19541018 18.10.1954 Gelles France 17.30 CE II
19541018 18.10.1954 Gelles France CE II
19541018 18.10.1954 Gelles France 17.30 CE II
19541018 18.10.1954 Gelles France 17.30 CE II
19541018 18.10.1954 Gelles France 17.30 CE II
19541018 18.10.1954 Auvergne France CE II
19541018 18.10.1954 Coheix France 17.30

Dessin:

Ceci est un dessin de l'objet décrit, par l'artiste et ufologue Jean Giraud.

Explications:

Non encore recherchée.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Mazaye, Puy-de-Dôme, Coheix, Couhay, Chambois, Bachelard, route, voiture, Chanat, Curhay, moteur, panne, effet, paralysie, objet, brun, silence Gelles, garde-champêtre, Chanat, missing time, temps manquant, réservoir, eau, cigare, carrés, motif

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

LES ARCHIVES DE 1954 POUR LE PUY~DE.DOME", dans le magazine d'ufologie Lumières Dans La Nuit (LDLN), France, N° 126, page 27, mai 1972.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 20 mars 2003 Première publication.
1.0 Patrick Gross 2 janvier 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [js1], [go1], [ad1], [lc1], [ud1].
1.1 Patrick Gross 6 juin 2009 Additions [rh1], [fr1], [kb1], [dj1], [lc1].
1.2 Patrick Gross 9 juin 2009 Addition [js3].
1.3 Patrick Gross 25 décembre 2009 Addition [mc1].
1.4 Patrick Gross 29 décembre 2009 Addition [ud3].
1.5 Patrick Gross 30 juin 2010 Addition [jv5].
1.6 Patrick Gross 3 juillet 2010 Addition [gc2].
1.7 Patrick Gross 17 septembre 2014 Addition [ni1].
1.7 Patrick Gross 18 octobre 2014 Addition [ni2].
1.8 Patrick Gross 15 déCembre 2016 Additions [lg1], [ub1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 15 décembre 2016.