France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

17 octobre 1954, Varigney, Haute-Saône:

Référence pour ce cas: 17-Oct-54-Varigney. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Le journal régional L'Est Républicain du 19 octobre 1954 rapportait en page 7 depuis Saint-Loup-sur-Semouse via leur correspondant de presse, que "dimanche", donc le 17 octobre 1954, vers 20:30, des personnes de Varigney, en Haute-Saône, se rendaient au cinéma à Conflans, quand ils ont aperçu, après avoir franchi le passage à niveau, une sorte de feu encore plus rouge que le soleil couchant, mais de forme à peu près carrée, selon un des témoins, de forme arrondie selon d'autres.

La chose était immobile à la partie la plus élevée et la plus lointaine de la pâture située en bordure de la route de Conflans à Saint-Loup, contre le jeu de quilles du café Beuclair.

Alors que personne ne s'est approché pour mieux voir de quoi il s'agissait, Mr. Jean Beuclair, averti par Mr. Barrat, garde-barrière, est entré dans la pâture et est resté là en observation, accompagné de sa fille aînée Jeanne, âgée de 16 ans, qui se tenait à une dizaine de mètres en arrière.

Mr. Beuclair déclarera avoir vu une espèce de globe s'approcher sans bruit, très vite, jusqu'à moins de vingt mètres de lui, en descendant la pente du pré. A ce moment, il lui a semblé que l'appareil émettait des radiations blanches et d'autres rouges juxtaposées.

Le journal le cite:

"Ces radiations étaient insuffisantes pour éclairer le pré, mais assez fortes pour influencer ma vue et m'empêcher d'approcher".

"Je vis deux sortes de jambes supportant l'appareil qui, à un certain moment, se plièrent. Je criai, mais ne reçu aucune réponse".

Sa fille corroborait ses dires en partie, mais elle était moins affirmative et moins précise, ayant vu la "chose" de plus loin.

Sur les objurgations de sa femme et des autres membres de sa famille, très effrayés bien qu'ils n'aient rien vu de terrifiant, Mr. Beuclair et sa fille se sont retirés. Quand Mr. Beuclair est ressorti quelques minutes après, l'apparition s'était "évanouie" sans que l'on ait vu comment.

Des gendarmes de Saint-Loup se sont rendus sur le lieux, et n'ont relevé aucune trace anormale.

Dans son loivre de 1958 sur la vague française de 1954, l'ufologue pionnier Aimé Michel évoquait ce cas du 17 octobre 1954 vers 20:30 à Varigney, de façon quelque peu différente, et sans indiquer ses sources:

Ce sont plusieurs personnes qui roulaient sur la départementale 10 en direction de Conflans-sur-Lanterne dans la Haute-Saône qui avaient franchi le passage à niveau qui sépare le village de la route, et ont vu une sorte de corps lumineux rouge vif, immobile, se tenant dans la partie la plus élevée du pâturage qui bordait la départementale 10.

Ils s'étaient arrêtés au bord de ce pâturage dans le café tenu par Mr. Beuclair, de Varigney, qui avec le garde-barrière Mr. Barrat ont été alertés, et tout le monde regarda le phénomène de loin.

Ensuite, Mr. Beuclair et sa fille Jeanne aaient décidé d'aller voir de plus près, ils ont franchi la clôture et entreprit de gravir la pente du pâturage tandis que les autres témoins observaient de loin.

Après que Mr. Beuclair et sa fille aient parcouru une dizaine de mètres, l'objet s'était mis en mouvement, a descendu la pente en s'approchant des témoins qui en ont été terrorisés, et s'est arrêté à une vingtaine de mètres d'eux.

Tout le monde vit nettement la forme circulaire de l'objet qui était demi-sphérique par-dessus.

Mr. Beuclair et sa fille ont soudain vu des espèces de radiations blanches et rouges superposées jaillir parallèlement sous l'engin. Mr. Beuclair a crié, "qu'est-ce que c'est? Qui va là?" mais n'a eu aucune réponse. Mais comme sa femme le suppliait de revenir, il a reculé. Le spectacle a continué pendant encore quelques minutes, puis l'objet s'est envolé à grande vitesse - assure Aimé Michel.

Le cas sera résumé par Jacques Vallée qui ne donnait aucune source et présentait Mr. Beuclair comme un "policier", puis Michel Figuet et autres se baseront plutôt sur la version d'Aimé Michel,

En 1979, dans un article paru dans une revue ulologique belge, les deux ufologues "sceptiques" Gérard Barthel et Jacques Brucker donneront leur version en l'opposant à celle de Vallée, signalant que "l'enquête" a fait apparaître que Mr Beuclair n'a jamais été policier, qu'il travaillait en usine (ce qui semble faux), et que l'affaire "n'est qu'un canular qui nous a été confirmé par un autre témoin."

La version de Barthel et Brucker n'aura apparamment aucun afficionados; l'explication "sceptique" suivante sera celle de Renaud Leclet qui cite le cas xomme exemple de "similiutude avec les hélicoptères" et par sa formulation fait penser que dans l'objet il y avait "des personnes", ce qui n'avait manifestement jamais été rapporté.

Rien de plus ne sembla voir été appris par la suite, les nombreuses versions parues alors, y compris sur le Web, ne faisant que reprendre de façon plus ou moins résumée les versions de Vallée ou de Michel.

Rapports:

[Ref. ler1:] JOURNAL "L'EST REPUBLICAIN":

Scan

Du sommet de la Lorraine jusqu'à la Franche-Comté

Les "Martiens" se font de plus en plus téméraires...
... Quand ils ne prouvent pas aux "Terriens" qu'ils ont l'imagination trop belle!

Walscheid (de notre correspondant). -- Chaque province, pour ne pas dire chaque cité, a eu, qui sa "soucoupe" qui son "cigare" qui son martien (vrai ou faux). Mis a part certaines gracieuses jeunes filles, ces derniers se présentaient sous des formes diverses: petits, velus à souhait ou dépourvus de poids, têtes rondes et disproportionnées, yeux perçants, point d'oreille, bref, des formes qui... à priori... n'attirent pas la sympathie.

A Walscheid (Moselle), pourtant des Martiens d'une autre forme - mais venons en aux faits. La prière s'achevait à peine, certain soir, que la cité fut alertée par des cris enfantins, des cris d'angoisse, de frayeur... de ceux qui créent les atmosphères de romans noirs. Et tout aussitôt les promeneurs accoururent et, avec eux, s'enfla cette nouvelle énorme qui se transmit comme la foudre: des Martiens étaient là, qui s'apprêtaient à attaquer Walscheid...

La résistance s'organise

Et c'est d'un doigt tremblant, le visage ruisselant de larmes, que les bambins, dissimulés derrière les plus braves de leurs aînés, désignaient sur une terrasse là-bas, derrière la maison, un "commando" d'une bonne dizaine de sujets.

Dans la pénombre ambiante, que troublait à peine l'éclairage public, on distinguait en effet les formes assez hautes, anguleuses et tout à la fois volumineuses de ceux qui épiaient avant l'heure H de l'invasion.

La résistance fut vite organisée et les jeunes gens accoururent, équipés de l'armement le plus hétéroclite: bâtons, haches, fourches, tenus d'une main ferme, annonçaient le moment solennel de l'offensive. Et, dans la bruyante ambiance du moment, au milieu des cris et des larmes, plus d'un volontaire sentit monter en lui, avec l'excitation du combat, le sentiment de l'héroïsme et la certitude de la victoire.

Et la paix revint

L'assaut allait être donné. Des renforts avaient surgi, que des enfants, à la hâte, avaient été chercher, quand, dans le tumulte, le propriétaire de la maison se réveilla, enfin et apparut à sa porte. Les yeux encore gonflés de son sommeil interrompu. On l'avertit aussitôt, avec les ménagements d'usage de la présence insolite des Martiens sur sa terrasse. Et sans doute, à Walscheid, on n'entendit jamais plus formidable éclat de rire que celui qui jaillit et déferla sur la foule ébahie.

La stupeur des uns et l'étonnement des autres étaient à peine émoussés que survenait enfin la nouvelle qui allait les détendre.

"Des Martiens, pensez voir, ce sont mes chrysanthèmes... La radio avait annoncé la gelée, alors je les ai couverts , voilà tout!"

Et dans l'apaisement général, peut-être certains, regretteront-ils toujours de n'avoir pas été les valeureux combattants d'une nouvelle guerre à l'échelle, sidérale.

Plus rouge que le soleil couchant

Saint-Loup-sur-Semouse (de notre correspondant). -- Les visions lumineuses nocturnes se multiplient à tel point que nous ne désespérons pas de voir un jour en panne sur notre planète l'un de ces innombrables disques ou cigares dont on signale la présence un peu partout depuis quelque temps. En attendant cette panne, si souhaitée mais très problématique, car selon de nombreux témoignages, ces engins sont extrêmement perfectionnés, nous en sommes réduits à relater les déclarations de ceux qui ont eu la chance d'apercevoir un de ces mystérieux appareils.

Ainsi dimanche, vers 20h30, des personnes de Varigney (Hte-Saône) se rendant au cinéma à Conflans, aperçurent, après avoir franchi le passage à niveau, une sorte de feu plus rouge encore que le soleil couchant, mais de forme à peu près carrée, selon un des témoins (d'autres, cependant, affirment que l'engin était plutôt arrondi). Il était en tout cas immobile à la partie la plus élevée et la plus lointaine de la pâture située en bordure de la route de Conflans à Saint-Loup, contre le jeu de quilles du café Beuclair.

Personne alors ne s'approcha pour voir plus nettement de quoi il s'agissait. Seul M. Jean Beuclair, averti par M. Barrat, garde-barrière, pénétra dans la pâture et resta là en observation, accompagné de sa fille aînée, Jeanne, âgée de 16 ans, qui se tenait à une dizaine de mètres en arrière.

Sans laisser de traces

M. Beuclair devait déclarer avoir vu cette espèce de globe, s'approcher sans bruit, très vite, jusqu'à moins de vingt mètres de lui, en descendant la pente du pré. A ce moment, il lui sembla que l'appareil émettait des radiations blanches et d'autres rouges juxtaposées.

"Ces radiations, dit-il, étaient insuffisantes pour éclairer le pré, mais assez fortes pour influencer ma vue et m'empêcher d'approcher".

Et il poursuit: "Je vis deux sortes de jambes supportant l'appareil qui, à un certain moment, se plièrent. Je criai, mais ne reçu aucune réponse". Sa fille corrobore ses dires en partie, mais elle est moins affirmative et moins précise, ayant vu la "chose" de plus loin.

Sur les objurgations de sa femme et des autres membres de sa famille, très apeurés, bien qu'ils n'aient rien vu de terrifiant, M. Beuclair et sa fille se retirèrent.

Lorsque M. Beuclair ressortit, quelques minutes après, l'apparition s'était évanouie. La manière dont l'engin disparut reste donc mystérieuse.

La gendarmerie de Saint-Loup, qui s'est rendue sur les lieux, n'a relevé aucune trace anormale. Ce témoignage unique, s'il a fortifié les convictions des uns qui croient aux soucoupes volantes, aura également augmenté le scepticisme des autres.

[Ref. aml1:] AIME MICHEL:

Aimé Michel note que le 17 octobre 1954 vers 20:30 à Varigney, plusieurs personnes roulaient sur la départementale 10 en direction de Conflans-sur-Lanterne dans la Haute-Saône.

Après qu'ils aient franchi le passage à niveau qui sépare le village de la route, ils ont vu une sorte de corps lumineux rouge vif, immobile, se tenant dans la partie la plus élevée du pâturage qui bordait la départementale 10.

Les témoins se sont arrêtés au bord de ce pâturage dans le café tenu par M. Beuclair, de Varigney. M. Beuclair ainsi que le garde barrière M. Barrat furent alertés et tout le monde regarda le phénomène de loin.

Ensuite, M. Beuclair et sa fille Jeanne décidèrent d'aller voir de plus près, franchirent la cloture et entreprirent de gravir la pente du pâturage, tandis que les autres témoins restèrent à observer de loin.

Après que M. Beuclair et sa fille aient parcouru une dizaine de mètres, l'objet s'est mis en mouvement, descendit la pente en s'approchant des témoins qui en furent terrorisés. L'objet s'arrêta à une vingtaine de mètres d'eux.

Tout le monde vit nettement la forme circulaire de l'objet qui était demi-sphérique par-dessus.

M. Beuclair et sa fille virent que soudainement, des espèces de radiations blanches et rouges superposées jaillir parallèlement sous l'engin.

M. Beuclair cria, "qu'est-ce que c'est? Qui va là?" mais n'eut aucune réponse. Sa femme cependant l'appelait en le suppliant de revenir, et il recula alors. Le spectacle continua pendant encore quelques minutes, puis l'objet s'envola à grande vitesse.

[Ref. mcs1:] MICHEL CARROUGES:

Michel Carrouges, se basant sur Aimé Michel, rapporte que le 17 octobre 1954 à 20:30, une observation très précise et très riche a eu lieu, avec de nombreux témoins dont les premiers sont des automobilistes qui sont descendus de voiture pour observer un corps lumineux, rouge vif, immobile dans un pâturage voisin d'une route près de Varigney en Haute-Saône.

Ces automobilistes ont alerté Mr. Barrat, un garde-barrière, et Mr. Beuclair, cafetier, ainsi que sa femme et sa fille. Ces quatre personnes habitent des maisons du bord de la route à côté du pâturage. Tout le monde sort et regarde le phénomène avec une extrême attention.

L'objet a une forme circulaire, hémisphérique à la partie supérieure. Mr. Beuclair et sa fille Jeanne franchissent alors la clôture du pâturage et s'approchent de l'objet.

L'objet à son tour s'est alors rapproché d'eux: "il descendit rapidement vers les deux curieux terrorisés et s'arrêta à une vingtaine de mètres d'eux", indique Aimé Michel.

Il y eut un silence de mort. Des radiations blanches et rouges ont alors jailli sous l'appareil. Le cafetier a crié: "Qu'est-ce que c'est? Qui va là?" mais il n'a pas eu de réponse. Sa femme l'appelait depuis la route en le suppliant de revenir, et Mr. Beuclair a reculé pour la rejoindre. L'observation a encore duré quelques minutes.

Michel Carrouges commente sur l'intérêt du cas du fait du nombre et de la variété des témoins, de la courte distance à laquelle ils se trouvaient, de la luminosité de l'étrange objet que tous ont vu, et par le comportement de Mr. Beuclair et sa fille qui vont vers l'objet, cet objet inconnu qui lui aussi s'avance à la rencontre des témoins, "et tout d'un coup, dans cette scène "fantastique" les deux cris si humains de l'homme et de sa femme."

Ailleurs il note que l'observation s'est faite à 20 mètres et a duré quelques minutes.

[Ref. mcs2:] "MICHEL CARROUGES":

Beuclair est sorti de chez lui, a traversé la route, une partie du pâturage pour s'approcher à 20 m de l'objet.

Nous n'avons bien entendu de telles indications que dans les cas détaillés. Pour combien d'autres aurions-nous des données analogues si l'on avait pris la peine de les rechercher?

[Ref. ton1:] THOMAS M. OLSEN:

DATE LOCALISATION GEOGRAPHIQUE SOURCE PAGE
17 Oct. 1954 VARIGNEY (P. D-DO), FRANCE (MICHEL 1958 P 188) M. T. 3-37

[Ref. jve5:] JACQUES VALLEE:

368 -006.21621 47.83500 17 10 1954 (VARIGNEY HT-SAONE) F 0016 G

[Ref. jve1:] JACQUES VALLEE:

Scan

280) 17 octobre 1954, 20:30. Varigney (France):

Plusieurs témoins, dont M. Beuclair, policier, virent un objet brillant, rouge vif, demi-sphérique par-dessus, descendre au sol à 20 mètres d'eux. Des lumières rouges et blanches étaient visibles sous l'appareil. (M 188).

[Ref. jve2:] JACQUES VALLEE:

Scan

17 octobre 1954, 20:30. Varigney (France):

Plusieurs témoins, dont M. Beuclair, policier, virent un objet brillant, rouge vif, demi-sphérique par-dessus, descendre au sol à 20 mètres d'eux. Des lumières rouges et blanches étaient visibles sous l'appareil.

[Ref. obr1:] OTTO BINDER:

Le 17 octobre 1954, à Varigney, en France, à 20:30. Des automobilistes se sont arrêtés sur la route D-10 quand ils ont remarqué un objet lumineux rouge lumineux dans les champs. M. Beuclair et sa fille Jeanne ont marché plus près, quand soudainement l'objet s'est déplacé et a filé vers eux, s'élevant de 60 pieds.

Maintenant ils pouvaient voir sa forme particulière, un corps hémisphérique avec un fond plat. D'un seul trait, ont rapporté les Beuclair, un rayonnement a éclaté depuis le fond en des jets parallèles de rouge et de blanc.

"Qu'est-ce que c'est?" a hurlé M. Beuclair dans la panique. "Qui est là?" Il avait évidemment présumé que quelqu'un était intérieur pour diriger l'engin étrange. Il n'y avait eu aucune réponse, et après un moment le véhicule fantastique a filé au loin à grande vitesse. (De "La Référence")

[Ref. fru1:] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

Les deux auteurs indiquent qu'à Dompierre-lès-Conflans en Haute-Saône, le 17 octobre 1954 à 20:30, plusieurs personnes prennent la D10, en direction de Conflans-sur-Lanterne, dans la Haute-Saône.

Ayant franchi le passage à niveau qui sépare le village de la route, une sorte de corps lumineux, d'un rouge vif, leur apparaît, immobile dans la partie la plus élevée de la prairie qui borde la D10.

Au bas de ce pâturage se trouve un café au lieu dit Varigney. Les automobilistes s'arrêtent, préviennent le tenancier Mr. Beuclair, sa femme, sa fille Jeanne, ainsi que le garde-barrière Mr. Barrat. Tout le monde regarde la scène de loin, puis le cafetier et sa fille décident d'aller voir de plus près. Nos deux courageux témoins, poussés par la curiosité, avaient déjà parcouru quelque mètres quand l'objet lumineux se met en mouvement, descend rapidement vers les deux "éclaireurs" terrorisés et s'arrête à une vingtaine de mètres d'eux.

Dans le silence le plus absolu, tout le monde voit, avec la plus grande netteté, la forme circulaire de l'objet, demi-sphérique par-dessus. Tout à coup, rapportent l'homme et sa fille, des espèces de "radiations" blanches et rouges juxtaposées jaillissent parallèlement sous l'appareil.

Le cafetier a crié "Qu'est-ce que c'est? Qui va là ?"

Ne recevant pas de réponse, et sa femme le suppliant de loin de s'éloigner, il recule accompagné de sa fille, jusqu'au bas du pré. Le spectacle dure encore quelques minutes, puis l'engin s'envole à grande vitesse.

Les auteurs indiquent que les sources sont le Catalogue Vallée, cas 280; Aimé Michel dans "A Propos des S.V." page 228; Quincy; Michel Carrouges dans "Les Apparitions de Martiens" pages 91-92.

[Ref. bbr2:] GERARD BARTHEL ET JACQUES BRUCKER:

Le second point, peut-être plus vicieux, est ce que nous appellerons l'escroquerie à la crédibilité du témoin. Jacques Vallée retient le cas de Varigney (Hte Saône) le 17 octobre à 20 h 30: "Plusieurs témoins, dont Monsieur Beuclair, policier, virent un objet brillant, rouge vif, demi-sphérique par dessus, descendre au sol à 20 mètres d'eux. Des lumières rouges et blanches étaient visibles sous l'appareil". L'enquête a fait apparaître deux points précis: 1) Monsieur Beuclair n'a jamais été policier, il travaillait en usine; 2) L'affaire n'est qu'un canular qui nous a été confirmé par un autre témoin.

[Ref. jge1:] JEAN-FRANCOIS GILLE:

ICOD DESIGNATION (57) DATE JV4 jve1 COMMENTS
098 1700 VARIGNEY RF70 54 10 17 280 368

[Ref. mft1:] MICHEL FIGUET:

N° de la liste de J. C. Fumoux N° du listing Francat Localisation Date Classe Crédibilité Sources Nombre de T
098 226 Varigney 17/10 CE1 NI J.V. Quincy 2-p. 179 4 T

[Ref. mft2:] MICHEL FIGUET:

Cet ufologue a noté:

CAS Nr CLASSIFICATION DATE HEURE LIEU CODE POSTAL CREDIBILITE SOURCE
226 CEl 17 10 1954 20.30 Varigney 708OO B4 NI, OVNI: p. 179

[Ref. lgs1:] LOREN GROSS:

17 octobre. Varigney, France. (20:30)

C'était une machine hémisphérique rouge incandescante qui est descendue pour un atterrissage près de la Rte D-10, une route qui a traversé le village de Varigney. L'objet était tellement visible, garé sur une légère élévation de la terre, que plusieurs automobilistes se sont arrâtés pour rester bouche bée. Mr. Barret, un garde barrière, un propriétaire de café nommé Beauclair et sa fille Jeanne, étaient parmi les témoins qui se sont rassemblés sur les lieux pour regarder l'objet mystérieux.

Quand certains des témoins eurent rassemblé assez de courage pour approcher l'objet, il est monté vers un point où il était hors de portée, environ 60 pieds de haut, où il a émis les faisceaux de lumière rouges et blancs de son dessous. 142.

[Ref. rle1:] RENAUD LECLET:

SIMILITUDES AVEC LES HELICOPTERES

[... Autre cas...]

17/10/54 Varigney (70) â 20h 30 un objet en forme de dôme rouge vif lumineux avec des personnes

[... Autre cas...]

[Ref. lhh1:] LARRY HATCH - "*U* COMPUTER DATABASE":

4180: 1954/10/17 20:30 12 6:13:00 E 47:50:00 N 3333 WEU FRN HSA 7:9

D10 pr VARIGNEY,FR:POLICIER+PLSRS:SCP ATTERRI PROXIMITE:S'ELEVE QUAND EST APPROCHE:/r70p3-37

RefN° 30 FIGEUT[sic]&RUCHON: OVNI: Le 1er Dossier Page No. 179 : PATURAGE

[Ref. goe1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

Godelieve van Overmeire indique que le 17 octobre 1954, en France, à Varigney, en Haute Saône, M. Beuclair, policier, et d'autres témoins virent à 20 h 30 un objet brillant, rouge vif, demi sphérique par dessus, descendre au sol à 20 m d'eux. Des lumières rouges et blanches étaient visibles sous l'appareil.

La source est donnée comme Jacques Vallée: "Chronique des apparitions ET" - Denoël 1972 - Coll. J'Ai Lu - p. 284, 285.

Godelieve van Overmeire indique qu'une autre version est: "Les témoins sont nombreux. Les premiers sont des automobilistes qui sont descendus de voiture pour observer un corps lumineux rouge vif, immobile dans un pâturage voisin d'une route près de Varigney, à 20 h 30. Ils alertent M. Barrat, un garde-barrière, et M. Beuclair, cafetier, ainsi que sa femme et sa fille. (...) Tout le monde est dehors et regarde avec une extrême attention. L'objet a une forme circulaire, il est hémisphérique à la partie supérieure. M. Beuclair et sa fille Jeanne franchissent la clôture du pâturage et s'approchent de l'objet. Celui-ci fit de même, il 'descendit rapidement vers les deux curieux terrorisés et s'arrêta à une vingtaine de mètres d'eux'. Il y eut un silence de mort. Des radiations blanches et rouges jaillirent sous l'appareil."

La source pour cette autre version est donnée comme Michel Carrouges: "Les apparitions de Martiens" éd. Fayard, 1963, p.91, 92).

[Ref. lcn1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique que dans la Haute Saône à Dompierre lès Conflans le 17 octobre 1954 à 20:30 heures, plusieurs personnes "prennent la D10, en direction de Conflans-sur-Lanterne, dans la Haute-Saône. Ayant franchi le passage à niveau qui sépare le village de la route, une sorte de corps lumineux, d'un rouge vif, leur apparaît, immobile dans la partie la plus élevée de la prairie qui borde la D10."

"Au bas de ce pâturage se trouve un café au lieu dit Varigney. Les automobilistes s'arrêtent, préviennent le tenancier ainsi que le garde-barrière. Tout le monde regarde la scène de loin, puis le cafetier et sa fille décident d'aller voir de plus près. Nos deux courageux témoins, poussés par la curiosité, avaient déjà parcouru quelque mètres quand l'objet lumineux se met en mouvement, descend rapidement vers les deux "éclaireurs " terrorisés et s'arrête à une vingtaine de mètres d'eux."

"Dans le silence le plus absolu, tout le monde voit, avec la plus grande netteté, la forme circulaire de l'objet, demi-sphérique par-dessus. Tout à coup, rapportent l'homme et sa fille, des espèces de "radiations " blanches et rouges juxtaposées jaillissent parallèlement sous l'appareil."

"'Qu'est-ce que c'est ? cria le cafetier; qui va là ?'"

"Ne recevant pas de réponse, et sa femme le suppliant de loin de s'éloigner, il recule accompagné de sa fille, jusqu'au bas du pré. Le spectacle dure encore quelques minutes, puis l'engin s'envole à grande vitesse."

Luc Chastan indique que la source est "Ovni, Premier dossier complet... par Figuet M./ Ruchon J.L. ** éd. Alain Lefeuvre 1979".

[Ref. jbu1:] JEROME BEAU:

Jérôme Beau indique que le dimanche 17 octobre 1954, à 20:30 à "Varigney (France), plusieurs témoins, dont M. Beuclair, policier, voient 1 objet brillant, rouge vif ,demi-sphérique par-dessus, descendre au sol à 20 m d'eux. Des lumières rouges et blanches étaient visibles sous l'appareil."

Jérôme Beau n'indique pas de source.

[Ref. uda1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 17 octobre 1954 à 20:30, à Varigney D10, France, on a aperçu un "objet qui avait un aspect et des performances au-delà des possibilités des aéronefs terrestres connus. Un disque a été observé par un témoin masculin dans un pâturage."

Les sources sont indiquées comme Michel, Aime, Flying Saucers and the Straight-Line Mystery, S. G. Phillips, New York, 1958; Bowen, Charles, The Humanoids: FSR Special Edition No. 1, FSR, Londres, 1966; Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Vallee, Jacques, Challenge to Science: The UFO Enigma, Henry Regnery, Chicago, 1966; Vallee, Jacques, Preliminary Catalog (N = 500), (dans JVallee01); Vallee, Jacques, A Century of Landings (N = 923), (dans JVallee04), Chicago, 1969; Schoenherr, Luis, Computerized Catalog (N = 3173); Binder, Otto, What We Really Know About Flying Saucers, Fawcett T1863, Greenwich, 1967; Olsen, Thomas M., The Reference for Outstanding UFO Sighting Reports, UFOIRC, Riderwood, 1966; Hatch, Larry, *U* computer database, l'Auteur, Redwood City, 2002.

[Ref. uda2:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 17 octobre 1954, à 20:30, à Varigney, France, "plusieurs témoins, parmi eux M. Beuclair, un policier, ont vu un objet en forme de dôme rouge lumineux descendre au niveau du sol à 20 mètres de distance. Le dessous a montré des lumières rouges et blanches." "On a observé un disque volant." "Une boule rouge a été observée par un témoin masculin dans un pâturage (Beuclair)."

La source est indiquée comme "Vallee Magonia Database".

[Ref. mlr1:] MARC LEMONNIER:

Dix apparitions d'OVNI dans le ciel français en 1954

[... Autres cas ...]

8 - Dampierre-lès-Conflans (Haute-Saône)

Le 17 octobre 1954, plusieurs personnes circulant sur la D10 aperçurent un objet lumineux rouge vif dans une prairie. Les automobilistes s'arrêtent pour observer l'étrange phénomène. Deux des témoins, un cabaretier et sa fille s'en vont en éclaireur pour voir de quoi il retourne... l'objet se met alors en mouvement. Des radiations s'en échappent... terrorisant les témoins. Au bout de quelques minutes, l'objet s'envole. C'était l'un des épisodes les plus intrigants de cette "année des OVNI" en France.

[... Autres cas ...]

Pour en savoir plus:
Le Dictionnaire de la France Insolite et Bizarre, Marc Lemonier, City Editions, 2009

[Ref. nip1:] "THE NICAP WEBSITE":

*17 oct. 1954 - A 20h30 à Varigney, département de la Haute-Saône, France plusieurs témoins, parmi eux le policier Beuclair, ont vu un objet en forme de dôme rouge vif descendre au niveau du sol à 20 mètres. Le dessous affichait des lumières rouges et blanches. (Sources: Aime Michel, Flying Saucers and the Straight Line Mystery, p. 188; Jacques Vallee, Passport to Magonia: A Century of Landings, p. 232, cas 280; Thomas M. Olsen, The Reference for Outstanding UFO Reports, cas 56).

[Ref. ubk1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré ce même cas 8 fois au lieu d'une:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541017 17.10.1954 Varigney France 20.30 CE I
19541017 17.10.1954 Varigney France 20.30 CE I
19541017 17.10.1954 Varigney France 20.30 CE I
19541017 17.10.1954 Varigney France 20.30 CE I
19541017 17.10.1954 Varigney France 20.30 CE I
19541017 17.10.1954 Varigney France
19541017 17.10.1954 Varigney France 20.30 CE I
19541017 17.10.1954 Varigney France 20.30 CE I

[Ref. prn2:] PETER ROGERSON - "INTCAT":

17 octobre 1954. 2030hrs.

VARIGNEY (HAUTE SAONE : FRANCE)

Plusieurs automobilistes sur la Rte D-10 ont remarqué un objet brillant rouge lumineux immobile sur la partie la plus haute du champ le long de la route. Ils ont appelé au café proche de Mr Beuclair, l'alertant et le garde barrière Mr Barrat. Apès quelques minutes Beuclair et sa fille Jeanne ont avancé vers l'objet hémispherique, qui s'est élevé et a approché jusqu'à 20m, et a ensuite envoyé des faisceaux de lumière rouge et blanche de son dessous. Les deux ont battu en retraite et après quelques minutes la chose a décollé à haute vitesse Il y avait de nombreux autres témoins.

Explications:

Il y a bien entendu le doute semé par Bartel et Brucker qui qssurent que l'affaire n'était qu'un canular; mais on peut même douter de leur explication puisqu'ils présentent Mr. Beuclair comme travaillant à l'usine alors qu'il était manifestemnt plus pertinent de signaler qu'il tenait le café du même nom.

Vallée le présenait comme un policier, ce qui est manifestement une distortion de son fait ou de sa source - qu'il ne précise jamais - probablement créée par la présence du garde barrière traduit en membre des forces de l'ordre par on ne sait qui.

La "similitude" avec un hélicoptère évoquée par Renaud Leclet ne me parait pas du tout convaincante: outre que l'on évoque le silence, on nous parle d'un objet vu à 20 mètres. Comment croire dès lors que l'on ne nous aprle nit du rracas de son moteur ni du souffle d'air de son rotor? Et si Mr. Buclair parle de "deux sortes de jambes supportant l'appareil", il ajouter qu'à un certain moment, elle "se plièrent."

L'affaire rest assez indécidable pour moi puisque comme souvent, l'affirmation de Barthel et Brucker de ce que ce serait un canular est vraiment mal documentée (quelle enquête? la leur? quand?) et présente même un élément qui peut sembler incohérent.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Varigney, Haute-Saône, Beuclair, Barrat, brillant, objet, lumières, rouge, proche, durée, rayonnement, blanc, demi-sphère, circulaire, multiple, rapide, atterrissage

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 4 décembre 2005 Première publication.
1.0 Patrick Gross 4 février 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [goe1], [lcn1], [uda1], [uda2].
1.1 Patrick Gross 5 avril 2010 Addition [lm1].
1.2 Patrick Gross 30 juin 2010 Addition [jve5].
1.3 Patrick Gross 16 octobre 2014 Addition [nip1].
1.3 Patrick Gross 7 décembre 2016 Additions [ler1], [lgs1], [ubk1].
1.3 Patrick Gross 13 décembre 2019 Additions [ton1], [mcs2], [mft1], [mft2], [jge1], [bbr2], [lhh1], [prn2].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 13 décembre 2019.