ET absurde? -> Documents -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

OVNIS, extraterrestres et objections fréquemment avancées:

"Quand nous pensons à une vie ET, nous imaginons des conditions terrestres sur une exoplanète [*]. Serait-ce possible qu'une forme de vie intelligente et avancée technologiquement puisse exister dans des conditions bien différentes que sur notre bonne vieille terre? Et quelles pourraient être ces conditions?"

"Pourquoi les visiteurs extraterrestres allégués sont-ils le plus souvent de forme humanoïde? Pourquoi pas des limaces géantes, des êtres à multiples tentacules, des êtres ailés?"

Une très grande partie des contraintes qui constituent des blocages nets à l'élaboration d'une technologie par une forme de vie d'une planète quelconque sont pratiquement évidentes pour des raisons physiques.

La technologie avancée ne peut pas apparaître d'un seul coup toute constituée, elle s'élabore par une suite de perfectionnement. La base de l'élaboration d'une technologie est la possibilité de "ramasser" des objets et matériaux et de les manipuler, et la possibilité de la maîtrise du feu, seul moyen simple et non dépendant d'une technologie pré-existante d'en arriver à la métallurgie, à partir de laquelle la suite des évolutions technologique peut s'enchaîner.

Le dauphin, mammifère terrien qui est retourné vivre dans l'eau, malgré un cerveau comparable au notre, ne peut pas, dans ce milieu, utiliser le feu pour la métallurgie. Pour une métallurgie, la forme de vie doit prospérer en milieu atmosphérique et non en milieu aqueux.

A droite: Europa, l'un des satellites de Jupiter. Les planétologues soupçonnent fortement que les brisures de la glace en surface indiquent la présence d'un océan d'eau liquide en dessous. Les brisures sont causées par les déformations ou marées causées par la proximité de la planète géante Jupiter, et montrent des épanchements de matériaux brunâtres indiquant des eaux riches en composés chimiques pouvant nourrir une vie dans un tel océan. Mais dans l'eau, de telles formes de vie ne pourront pas maîtriser le feu pour finir par construire des outils, des machines, ou des vaisseaux spatiaux.

  

Un buisson, forme de vie en milieu atmosphérique, ne peut pas maîtriser le feu, d'une part parce qu'il n'est pas mobile, ne peut donc pas faire de la prospection minière, d'autre part parce qu'il n'a pas la possibilité d'effectuer des gestes de préhension.

Une fourmi vit bien en milieu atmosphérique et est capable d'un minimum de préhension, mais sa petite taille résulte en ce qu'elle ne peut aucunement approcher une source de feu quelconque sans fondre.

  

Tandis que les premiers hominidés ont évolué en des êtres créateurs de technologie en 5 millions d'années, les fourmis existent sur terre depuis plus de 600 millions d'années, sous une forme pratiquement inchangée, mais n'ont pas pu développer de technologie: elles sont trop petites pour développer un cerveau complexe, trop petites pouvoir approcher le feu sans fondre.

Une forme de vie sera d'autant avantagée pour développer une technologie qu'elle aura:

D'autres caractéristiques sont des atouts de manière générale mais également en termes d'avantages pour le développement d'une technologie:

Parmi les avantages faciles à décrire, ceux des organes de préhension permettent de se rendre compte de nombres d'avantages de la forme humanoïde sur d'autres formes dont notre propre planète nous donne une vaste collection.

Avec juste une bouche et pas de main, ou une seule main, il n'est pas facile de tenir quelque chose et de le travailler en même temps.

Avec des doigts qui ne seraient pas articulés, il n'est pas facile de bien manipuler des objets.

Avec seulement deux doigts, il est bien moins facile de manipuler des objets qu'avec cinq.

A droite: L'Homoncule: représentations de l'être humain dans laquelle les proportions de tailles des organes ne sont pas réelles, mais à la mesure de la place que la gestion de ces organes prend dans le cerveau.

L'Homuncule Sensoriel et l'Homuncule Moteur montrent à quel point la main et les doigts sont d'importance pour l'être humain, tandis que les pieds "fonctionnent" quasiment "tout seuls" et ne sont pas utilisés pour des manipulations complexes de matériaux.

 

Homuncule sensoriel.

Homuncule moteur.

Avec des ongles, durs, il est plus facile d'effectuer certaines manipulations que sans ongles. Mais avec un doigt entièrement ongulé, il n'y a pas de réelle possibilité d'un sens du toucher élaboré permettant de bien sentir textures, températures, dureté ou souplesse d'objets et matériaux manipulés. La combinaison d'à la fois une partie sensible, charnue, et d'ongles au bout des doigts, apporte un grand nombre d'avantages.

Quelques confusions et impasses courantes sur ce sujet:

La question "quelles formes peut prendre la vie sur une planète" n'est pas la question "quelles sortes de formes de vies sur quelles sortes de planètes peuvent développer une technologie."

Il n'était nullement question de discuter quelles formes la vie peut prendre. Notre propre planète en montre une diversité. Toutes les formes de vie de notre planète ne sont pas humanoïdes comme les hommes et les singes. Nous distinguons sur notre planète des formes de vies animales et végétales, sans compter les mycètes [**] qui ne sont ni animaux ni végétaux, et nous avons des formes de vie unicellulaires et multicellulaires, sans compter les formes de vie symbiotiques tels que les lichens, et sans compter les virus dont la nature suscite des controverses sur les limites entre le vivant et le non vivant.

La question de quelles sortes de formes de vie peuvent développer une technologie n'étant pas la question de savoir quelle diversité de forme le vivant peut prendre, la réponse à ces deux questions n'est donc évidemment pas la même.

La question de l'intelligence de formes de vie n'est pas non plus la même question. Il est souvent évoqué la question de l'intelligence des dauphins, par exemple; mais quoi qu'il soit et quelle que soit la définition et les limites que l'on fixe à l'intelligence, les dauphins n'ont pas une forme et ne sont pas dans un milieu apte à la maîtrise du feu, la construction d'ordinateur ou de vaisseaux spatiaux.

Est parfois évoquée l'idée d'une télékinésie comme substitut à la préhension voir la fabrication d'objets.

Mais aucune réalisation technologique humaine n'a jamais résulté de la télékinésie. De la roue au téléviseur à la fusée, de l'ordinateur à la moissonneuse batteuse, rien ne provient d'une telle capacité supposée.

Il n'y a non plus aucune raison d'invoquer une télékinésie comme remplaçant la préhension dans des technologies extraterrestres: il n'existe jusqu'à preuve du contraire aucun rapport d'observation fiable dans lequel il est montré que la technologie extraterrestre résulterait d'une fabrication par télékinésie. Il est, au contraire, plutôt flagrant que les occupants d'OVNIS qui sont décrits ont presque toujours des membres, des mains, c'est à dire des moyens de préhension morphologiquement semblable aux nôtres. De fait, presque tous les occupants d'OVNIS décrits dans les cas ayant un minimum de fiabilité, voire les autres, sont humanoïdes.

Il est évident que si des extraterrestres sans membres et organes de préhension, utilisant la télékinésie faute de tels organes, avaient développé une technologie permettant de nous rendre visite, ils devraient être rapportés vus, or ce n'est pas le cas.

Par ailleurs, la notion que la pensée puisse permettre de manipuler des objets et de construire ainsi une technologie n'a aucun fondement. La pensée n'est en aucune façon une sorte de "force" permettant de déplacer ou altérer directement des matériaux. Il existe nombre d'allégations du contraire, bien entendu, mais faute de démonstration valide, il n'y a aucune raison de les croire vraies.

Au contraire, le fait que des organes de préhension permettent de manipuler des objets est hors de doute, chacun pouvant le vérifier n'importe quand par lui-même.

Notes:

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 13 avril 2007