Journaux 1950-1959 -> Documents -> AccueilAcceuil
This page in English

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

LE "MONSTRE DE FLATWOODS" DANS LA PRESSE, 1952:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Washington Daily News, USA, le 15 septembre 1952.

LE MONSTRE DU COMTE DE BRAXTON

Au détour d'un virage ils ont vu un paire d'yeux globuleux

Par la United Press

SUTTON, Virginie de l'Ouest, 15 Septembre. -- Peu de temps après qu'une météorite - ou quelque chose - ait flamboyé à travers cette ville vendredi passé et ait semblé atterrir tout près, un montre de 12 pieds de haut puant comme l'enfer avec des yeux globuleux et des mains comme avec des pinces a fait courir sept jeunes citoyens comme pour sauver leur vie.

A. Lee Stewart, qui avec son père publie le Braxton County Democrat, a vu les traces mystérieuses de quoi que ce soit que cela ait été, et voici son histoire:

"Il était environ 19:15 quand cette météorite, ou quelque chose, était censée avoir été vue et que que j'ai déambulé dans la rue et que les gens me parlaient de l'avoir vue. Puis, un petit moment plus tard, cet appel arrive de Flatwood, une ville à environ cinq miles de distance.

UNE PAIRE D'YEUX

""Mme Kathleen May et six garçons avait monté la colline où cette chose était censée avoir atterri, et ils ont pu voir des éclairs de lumière - flash, flash, flash, trois ou quatre - venir du dessus de la colline.

"Comme ils passaient autour d'une petite courbure sur la route, là dans les ombres, ils ont vu une paire d'yeux. Il y avait une odeur particulière - une odeur épaisse, écoeurante, chaude.

"Le garçon le plus âgé - il a 17 ans - a dirigé une lampe-torche là-dessus. Tout le reste d'eux l'ont aussi vu. Le garçon est tombé à la renverse et toutes les personnes ont pris leur jambes à leur cou et sont revenues en courant à la ville.

"Ils ont dit que c'était d'environ 11 ou 12 pieds de haut, et avait un visage du genre brillant et métallique et des yeux saillants. Son corps était vert. Il avait des mains étendues - des sortes de mains semblant comme des pinces.

"Quand ils sont tous arrivés de nouveau à la ville, ils ont donné au garçon une dose ou deux de sels, et ont appelé la police.

TRACES

"Naturellement", a dit M. Stewart, "la police d'état n'était pas au bureau, mais le lendemain matin le shérif et quelques autres sont montés, et naturellement je suis allé avec eux enquêter. J'ai emmené mon appareil-photo."

Au sommet de la colline raboteuse et sauvage, il n'y avait aucune trace d'une météorite, mais il y avait un secteur "tout piétiné", a dit M. Stewart. Il a dit qu'il pouvait encore sentir des traces d'odeur de l'odeur particulière.

Il y avait deux traces. Elles ont ressemblé des marques de dérapage, d'environ un pied de large, séparées d'une longueur de voiture, et d'environ dix mètres de long, a dit M. Stewart. Il a dit que vous ne pourriez pas emmener une voiture vers le haut de cette colline.

M. Stewart et les policiers ont emmené Gene Lemon, le garçon de 17 ans, avec eux.

VU QUELQUE CHOSE

"Nous avons dû insister pour l'y faire retourner," a dit M. Stewart. "J'ai dû garder ma main sur son épaule. Il tremblait de peur comme s'il était effrayé à mort.

"Je connais toutes ces personnes," dit M. Stewart. "Et j'ai essayé tous les moyens de mettre cette histoire en pièce. Mais ils ont tout indiqué la même histoire et ils s'y sont tous tenus.

"Je n'avais jamais vu des gens plus effrayés.

"Je ne sais pas ce qu'ils ont vu, mais ils ont pour sûr vu quelque chose sur cette colline.

"Naturellement, au crépuscule, vous pouvez voir un bon nombre de choses. Ils pourraient avoir vues un hibou posé là haut dans un arbre, et avoir imaginé un corps sous lui."

Monstre, extraterrestre, hibou?


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 23 avril 2007