AccueilAcceuil

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

RECHERCHE DE LA VIE SUR EUROPE:

L'article ci-dessous a été publié dans le journal Britannique The Guardian, le 18 Juillet, 2002, et également sur leur site web sur www.guardian.co.uk/spacedocumentary/story/0,2763,756868,00.html

La pêche aux Aliens

Il pourrait y avoir de la vie dans l'océan de Europe - si nous pouvons y aller, écrit Matthew Genge

Jeudi 18 Juillet 2002
The Guardian

L'eau, H20, est le fluide de choix pour la vie. Tout ce qui se passe dans la matière organique passe par l'eau - des milliards de réactions chimiques complexes se passant toute dans l'eau. Il n'est alors pas étonnant que sur Terre les océans cachent une prolifération de la vie allant de la plus simple des bactéries aux mammifères aquatiques avec leur vie sociale complexe.

C'est dans une autre mer bleue profonde, sur Europe, la lune de Jupiter, que les scientifiques espèrent, donc, trouver la vie au delà de la Terre, et la semaine dernière cette recherche a pris sa première mesure importante quand le projet de navette spatiale Europa de la NASA a été approuvé en tant qu'un des missions capitales de cette agence. Les résultats les plus récents, cependant, suggèrent que même si Europa est l'asile le plus susceptible d'abriter la vie extraterrestre, elle puisse également être l'endroit le plus difficile pour la trouver.

L'existence même de son océan est arrivée comme surprise complète. Europa est trop petite pour garder sa chaleur et devrait, donc, être froide et géologiquement morte. Cependant, les images du satellite de Jupiter renvoyées par la sonde spatiale nous mènent à supposer qu'Europa est tout sauf une boule de glace. La rareté des cratères sur la surface d'Europe, comparé au paysage poché des lunes Ganymède et Callisto, suggère que ces cicatrices aient été causées par l'irruption de l'eau de dessous la surface. Plus révélateurs, cependant, il y a ces secteurs avec des crénelures autour de radeaux de la glace, ressemblant à un pavage planétaire fou, ressemblant fortement à des images de glace sur la mer sur Terre et trahissent ainsi l'océan qui se trouve dessous.

La présence d'un océan sur Europa s'avère être dûe à son rapport stressant avec la planète Jupiter. Europa s'étire dedans et dehors comme une balle en caoutchouc quand elle tourne autour de planète géante parce qu'un côté de la lune, le plus proche de Jupiter, est tiré plus fortement par la pesanteur de cette planète que l'autre côté.

Puisque le chemin suivi par Europa la rapproche parfois plus près et parfois plus loin de Jupiter, la forme de cette Lune varie quand elle tourne autour de la planète. C'est cet exercice constant d'étirement et de contractions qui réchauffe l'intérieur d'Europe intérieur et empêche son océan de geler. Les calculs suggèrent, en fait, qu'assez de chaleur soit produite pour maintenir un océan de près de 60 kilomètres de profondeur, 20 fois la profondeur moyenne de ceux sur Terre.

La simple présence d'un océan sur Europe, cependant, ne signifie pas que la vie a évolué sous sa surface. Sans de bons composants chimiques pour la vie, tels que le carbone, le soufre et les phosphores, et une source appropriée d'énergie, l'océan d'Europe serait plus stérile que n'importe quel désert sur Terre.

Les calculs récents présentent, donc, un problème réel pour la vie sur le satellite glacial puisqu'ils suggèrent que peu de temps après qu'il ait été formé, il était fortement déficients en produits chimiques requis pour constituer la matière vivante. La même chose, néanmoins, était également vrai sur notre propre planète mais la vie est ici abondante.

Dans le cas de la Terre, on le pense que des composants importants pour la vie ont été ajoutés par la collision des comètes. Le mois dernier, une nouvelle recherche a prouvé qu'en dépit de sa petite taille, qui permettrait à une grande partie des débris d'une comète s'écrasant d'être à nouveau projetés dans l'espace, assez de matière devrait être conservée pour assurer à Europa les substances nécéssaires à la vie.

Qu'en est-il donc de la source d'énergie? Sur Terre, la lumière du soleil fournit finalement l'énergie pour la plupart des choses vivantes. Sur Europe, cependant, la lumière du soleil, qui est déjà faible, pénétrerait seulement de plusieurs mètres dans la glace et n'illuminerait pas les océans profonds. Dans les endroits sur le fond des océans de notre planète, cependant, la vie s'épanouit en l'absence de lumière et obtient son énergie et son alimentation des passages d'eau chaude riche en minerai. De telles communautés sur les passages d'eaux chaudes pourraient également exister dans les océans d'Europe si ces passages géothermiques, produits par le chauffage de Jupiter depuis l'intérieur rocheux de la lune, se trouvent à la base de son océan.

Les résultats de la dernière recherche sur Europe, publiés dans le journal Science, ont cependant livré le coup le plus cruel, sinon à la vie sur le satellite, certainement à nos chances de la trouver. Le Dr. Paul Schenk, de l'Institut Lunaire et Planétaire, à Houston, a découvert que les cratères présents sur Europa sont complètement de la mauvaise forme. Ceux qui sont plus grands que 25km de diamètre devraient avoir des crêtes centrales élevées mais à la place, elles sont d'une manière décevante plats comme des crêpes. La raison, pense Schenk, est que de plus grands cratères ont poinçonné complètement la croûte glaciale de l'océan au-dessous lequel, natturellement , a jailli pour remplir les trous. Les cratères nous indiquent donc quelle est la profondeur de la croûte glaciale d'Europe: 19 km.

La NASA avait projeté d'explorer Europa en utilisant des sondes robotiques qui fondraient un chemin vers le bas par la croûte glaciale pour rechercher la vie dans l'océan au-dessous. Ce "trou esquimau dans la glace," cependant, était déjà un défi technique quand on pensait que la croûte glaciale avait 1km d'épaisseur; à 19 km, c'est probablement entièrement impraticable. Les preuves de la vie pourraient être trouvée, cependant, quand la navette spatiale Europa de la NASA jettera un coup d'oeil rapproché sur la surface en 2010, puisque l'eau de l'océan qui a rempli les cratères et a éclaté ailleurs sur la surface a pu avoir porté les signes indicateurs de la vie avec elle. La navette spatiale peut même localiser de la glace mince, par exemple près des ruptures énormes provoquées par les étirements d'Europe, où une sonde pourrait atteindre l'océan.

Pour l'instant, cependant, il semble que la morue et le hareng d'Europe ne soient pas près d'être au menu.


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 27.07.2002