Journaux 1950-1959 -> Documents -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

La vague française de 1954 dans la presse:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien régional Nord Littoral, Calais, France, page 4, le 20 octobre 1954.

Voir le dossier du cas.

Scan

"J'ai poursuivi,
à mobylette,
une soucoupe volante!"

Un Calaisien, M. Claude Thelliez, 2 rue André Gerschel, à Calais-Nord nous écrit:

"Permettez-moi d'entrr de suite dans le vif du sujet, puisque c'est d'un engin à la mode que je vais vous entretenir: il s'agit, en l'occurrence, de soucoupe volante.

"Disons tout de suite que, personnellement, sans y croire, je veux toutefois bien en admettre l'existence, sans plus!

"Comme vous voyez, il y a une nuance!

En fait, la France est le pays de visions auquel nous pouvons accorder plus ou moins de crédit: il y a eu, dernièrement, les illuminés d'Hedrequent, pourquoi n'y aurait-il pas les visionnaires des soucoupes quand on sait que la France est le pays du bon vin et de la bonne chère, on peut se demander si dans un moment d'euphorie, on n'est pas plus enclins à l'indulgence?

Bref, voici la petite aventure qui nous est arrivé personnellement: Rentrant assez tard chez moi dans la soirée du 13 Octobre, je tombé à Calais-Nord sur un petit groupe de personnes scrutant le ciel d'un regard interrogateur et supputant les chances de voir, enfin!, une de ces fameuses soucoupes, car chacun sait que les Martiens ont un faible pour Calais-Nord: On y a déjà enregistré des visions de ce genre. Or donc, je m'approche de ce petit groupe et voyant tous les nez levés, j'en fis autant. Eh bien! Il fallut me rendre à l'évidence: Là-haut, dans le ciel, vers la mer (nous étions rue Royale), il y avait effectivement "une boule lumineuse" dont, par instants, l'éclat s'estompait sans disparaître totalement toutefois, puis soudainement reprenait de plus belle. "L'engin" s'élevait dans le ciel, redescendait et allait par moments de gauche à droite. L'instant d'après, la lueur s'évanouissait, ne laissant subsister qu'un faible halo. Il n'y manquait plus que le Martien! Quand tout à coup, notre vaisseau interplanétaire pique vers la mer (nous, nous étions toujours rue Royale!). Je me dis alors que la plage étant une piste d'atterrissage impeccable, "l'engin venait de se poser" (le groupe dixit). Sans plus attendre, j'enfourche la mobylette (les Terriens sont plus terre à terre, si je puis dire) et fonce vers la plage. Là, pas de soucoupe évidemment. J'aurais été très étonné, et fort satisfait aussi, d'en voir une, une seule, une toute petite. Après un moment d'attente, je rentrais en ville et trouvait le groupe de spectateurs auquel je soumettais l'explication suivante: au bassin Ouest, un cargo était en cours de déchargement et l'engin interstellaire était la classique ampoule de quelques centaines de watts qui se trouve à la flèche de la grue. Dans le noir, ne voyant pas la flèche, nous n'assistions qu'au déplacements de l'ampoule à laquelle les "soucoupistes" donnaient toutes les caractéristiques de la soucoupe déjà vue par le petit cousin du copain du fils de l'épicier du coin. Eh bien! Que dire de plus, déception pour certains, confirmation pour d'autres, dont je suis, que vraiment les Français ont l'imagination fertile. Voilà, je crois, une explication des soucoupes, vues de Calais-Nord, le soir!

"Espérant que cette petite aventure fera rire du monde.

"Je vous prie de croire, M. Le rédacteur en chef, à l'assurance de ma considération distinguée".

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 8 juin 2020.