Journaux 1950-1959 -> Documents -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

La vague française de 1954 dans la presse:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Nord-Eclair, Roubaix, Nord, France, page 10, le 12 septembre 1954.

Scan

A QUAROUBLE, PRES DE VALENCIENNES
Un garde-barrière prévient la police: "Une soucoupe
volante et ses deux occupants
ont atterri près de chez moi"

LA GUERRE DES MONDES, un film projeté sur bien des écrans de la région, va-t-elle engendrer une épidémie de soucoupes volantes susceptible de troubler le sommeil des habitants de nos paisibles campagnes? On pourrait le craindre.

Voici quelques jours, c'était près d'Amiens, que deux paisibles promeneurs apercevaient, en se promenant, un mystérieux engin qui s'envola après les pétarades et les illuminations d'usage, sans laisser de traces valables pour les yeux attentif des gendarmes.

Dans la nuit de vendredi à samedi, l'affaire s'est passé, cette fois, à Quarouble, petite localité du Valenciennois, proche de la frontière belge.

Le commissariat d'Onnaing, la brigade de gendarmerie proche furent alertés, en pleine nuit par M. Marius Dewilde, 34 ans, occupant d'une maisonnette cachée dans la verdure, près du passage à niveau 79. M. Dewilde, encore sous le coup de l'émotion, se mit à conter la plus extraordinaire aventure qu'il ait vécue.

DEUX FORMES BASSES ET TRAPUES

"Il était environ 22 h. 30, déclare-t-il, je lisais près de mon feu, tandis que ma femme avait gagné la chambre. Soudain j'entends mon chien hurler à la mort. Je pensais à quelque rôdeur cherchant à pénétrer dans ma basse-cour. J'ouvris la porte et je sortis, une lampe de poche à la main.

J'aperçus aussitôt une masse sombre à cinq ou six mètres de la maison. Je cru qu'un cultivateur avait dételé son chariot en bordure du champ voisin.

C'est alors que d'un sentier surgirent deux formes basses et trapues qui me frôlèrent. Le faisceau de ma lampe éclaira l'une d'elles: je discernais une tête énorme protégée par une espèce de casques de de verre ou de matière plastique. La taille de l'être étrange ne dépassait pas un mètre. Mais à peine étais-je revenu de ma surprise qu'une ouverture se fit dans l'engin, les mystérieux voyageurs s'y engouffrèrent et la "Soucoupe" s'éleva à la verticale, gagnant une altitude d'une dizaine de mètres, puis bascula vers l'Ouest, elle disparut à une vitesse prodigieuse, pareil à une boule de feu.

PAS DE TRACE

Des affirmations de M. Dewilde, qui passe pour un homme sérieux, peu enclin aux hallucinations, il ressort que la machine volante pouvait mesurer six mètres de diamètre sur trois mètres de hauteur environ. Elle était de forme ronde ou conique.

De la scène qui ne dura que quelques instants ne permit pas à l'auteur du récit, de rapporter d'autres détails.

Quoiqu'il en soit la police de l'Air s'est rendu samedi après-midi à Quarouble. En dépit des recherches minutieuses qui furent effectuées, dans les parages l'atterrissage, aucun indice ne vint appuyer les dires de M. Dewilde.

Ajoutons que les mystérieux voyageurs avaient choisi pour lieu de leur visite, un site particulièrement calme, fort propre à les reposer de leurs voyages extraterrestres.

Et attendons calmement que la prochaine boule, le prochain fuseau, où le prochain cigare, même si nous ne gardons pas de passage à niveau...

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 15 juin 2020.