Journaux avant 1940 -> Documents -> AccueilAcceuil
This page in English

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

LE MYSTERIEUX VISITEUR CELESTE SE DISSOUT, 1884:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Nebraska State Journal, Nebraska, USA, le 10 juin 1884.

Voir ici pour d'autres informations sur cette affaire.

LE METEORE MAGIQUE.

Il se dissout comme une goutte de rosée avant
le lever du soleil.

L'élément le plus mystérieux du phénomène étrange.

Spécialement pour le State Journal.

BENKELMAN, 9 juin 1884 -- Votre correspondant revient tout juste des lieux où le visiteur aérien est tombé vendredi passé. Il est parti, dissous dans l'air. Un énorme orage pluvieux est tombé hier après-midi, à partir de 2 heures environ. Tandis qu'il approchait, à la manière d'une tempête de neige habituelle, la plupart de ceux rassemblés pour observer le visiteur mystérieux se sont sauvés pour se mettre à l'abri. Une douzaine de gens ou plus, parmi eux votre correspondant, ont attendu pour voir l'effet de la pluie sur la masse de métal incandescente. L'orage est venu du nord, sur sa crête une couche de givre et un torrent de pluie. Il était impossible de voir plus qu'une tige à travers le front de l'orage, sans visibilité de la masse. Il a duré une demi-heure, et quand il s'est terminé de sorte que l'aérolithe devrait avoir été visible, celui-ci n'était plus là. L'eau courait sir trois pieds de profondeur et on a supposé qu'elle avait fait flotter au loin le vaisseau étrange. Le groupe a traversé au risque de leurs vies.

Ils ont été surpris de voir que l'objet étrange avait fondu, dissous par l'eau comme une cuillerée de sel. A peine un reste en demeurait. De petites flaques gélatineuses étaient ici et là sur le sol, mais sous les yeux des observateurs celles-ci sont devenues de plus en plus petites jusqu'à ce qu'elles n'aient plus été que de l'eau boueuse rejoignant les ruisselets qui menaient au courant à quelques pieds de distance. L'air était empli d'une faible odeur douceâtre.

Toute l'affaire est ahurissante au plus haut point, et restera sans aucun doute pour toujours un mystère.

Alf Williamson, le cowboy blessé, est parti hier pour Denver, accompagné par son frère. On craint qu'il ne recouvre jamais sa vue, mais il ne semble pas être sérieusement blessé par ailleurs.

Il y a eu un flot continu d'enquêteurs ici pendant les deux derniers jours, parmi eux un certain nombre de membres de la presse. Le représentant du Denver Tribune était parmi les témoins de l'évanouissement.


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 15 novembre 2003