Journaux 1950-1959 -> Documents -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

L'observation du Dr. Martinet, France, 1954:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien L'Est Républicain, France, le 1 octobre 1954.

Voir le dossier sur cette observation ici.

Scan

Cette fois les Savoyards ne haussent plus les épaules...

(Suite de la première page)

Un témoin chambérien extrêmement précis

Le docteur Martinet, dermatologue à Chambéry, considéré comme un esprit méthodique, observateur et pondéré, ne croyait pas, jusqu'à la semaine dernière, à l'existence des soucoupes volantes. Et il haussait les épaules chaque fois qu'on lui parlait de ces mystérieux engins.

Ancien observateur d'artillerie, avec le grade de capitaine, le médecin vient d'être frappé par une observation dont il nous a confié par écrit le détail. Il a, en outre, envoyé le double du rapport qui va suivre, avec plus de détails encore, à la préfecture de la Savoie.

Voici les faits:

"Il était environ 17 h. 12, dimanche dernier (26 septembre).

"Nous revenions, ma famille et moi, en voiture du Col du Chat, au-dessus d'Aix-les-Bains, lorsque soudain, j'aperçus à l'aplomb de la Croix du Nivollet, à environ deux mille mètres d'altitude, à la limite de la zone brumeuse, une masse grise aluminium foncé.

"J'arrêtais mon véhicule. Trois autres voitures me suivant en firent autant et nous suivîmes les évolutions de la "soucoupe". Il était alors 17 heures 14 minutes 30 secondes.

"Tout d'abord, j'ai pensé à une trombe d'eau, mais le vent soufflait du nord-ouest et le phénomène venait du sud.

"Trente secondes plus tard, alors que nous étions une quinzaine de personnes à observer la soucoupe, elle descendit en "feuille morte" puis se présenta sous la forme d'une assiette creuse dont le relief était tourné vers le haut.

"Nous pûmes enfin, à 17 h. 16, alors qu'elle se présentait de face, c'est-à-dire sous la forme d'un disque parfait, constater que la partie plus claire occupait le centre de l'ensemble et que des taches sombres se trouvaient tout autour.

"Après quoi, la soucoupe vint à l'aplomb de la gare du téléphérique du Revard, descendit un peut puis brusquement, disparut comme un éclair.

"Suivant les angles sous lesquels nous l'observions, elle changeait de couleur, passant du gris aluminium très foncé au gris plus clair.

"Il était très exactement 17 heures 18 minutes 40 secondes lorsqu'elle disparut.

"Le phénomène avait duré un peu plus de quatre minutes. Ce qui me permit de fixer sur un calepin les différents stades de son évolution et de les minuter."

Le docteur a fait un schéma du trajet tourmenté que suivit la soucoupe. Schéma qu'il nous communiqua avec ses descriptions.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 19 janvier 2017.