AccueilAcceuil

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

DES MARTIENS EN ANJOU, 1954:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Les Nouvelles de Bretagne et du Maine, le Vendredi 26 Novembre 1954, page 4.

Des "Martiens" en Anjou!

En plein jour, ils ont pris
...des oignons à une fermière

Notre confrère "Le Courrier de l'Ouest" raconte l'étrange aventure qui vient d'arriver à une fermière de Blaison (Maine-et-Loire), Mme Besnier. Voici le récit de notre confrère:

Mme Besnier revenait de quérir des oignons et quelques gousses d'ail dans son grenier lorsqu'au bas de l'escalier de pierre qu'elle venait de descendre elle fut mise en présence de visiteurs de l'espace. Mystification? Hallucination? Nous ne saurions le dire et pour cette raison il nous a paru utile de nous rendre au lieu de cette brève rencontre et de faire préciser à Mme Besnier son témoignage. C'est une femme tranquille d'une soixantaine d'années qui n'a peur de rien et n'a entendu parler de soucoupe volante que par des bribes de conversation.

- A quelle heure "la chose" s'est-elle produite? Lui avons-nous demandé.

- En plein après-midi, vers 15h, 15h30 tout au plus.

- Comment avez-vous vu l'engin?

- En sortant du grenier, j'ai vu dans la cour un objet circulaire de la taille d'une bonne table ronde. Etait-il en bois, en aluminium ou autre, je n'en sais rien.

- Et alors?

- Alors, au moment où je descendais la dernière marche, un petit "mannequin" de la taille d'un enfant s'est précipité sur moi et a pris les oignons que je tenais dans un pan de mon tablier.

- Avait-il l'apparence humaine?

- Oui. Ils étaient habillés d'un costume marron qui les enveloppait entièrement. Sur leur bouche, une sorte de tuyau était fixé qui prenait naissance dans une sorte de hotte, comme une petite sulfateuse qu'ils avaient sur le dos.

- Comment était leur visage?

- Leur peau était jaune et leurs yeux petits, noirs et perçants.

Sans aucune hésitation, Mme Besnier a répondu aux questions que nous lui posions sans relâche. Elle ne vit pas les étranges "mannequins," comme elle les appelle, remonter dans leur soucoupe; mais "arrivée dans la cour après m'être relevée - j'étais en effet tombée à la renverse en les voyant et souffrais des reins - j'ai regardé en l'air dans le ciel et j'ai vu très haut une étoile brillante qui s'élançait dans le ciel."

Les voisins, le maire de Blaison, auxquels nous avons demandé leur avis sur l'étrange rapport, ont été unanimes. "Ce n'est pas une histoire. Cette personne est des plus calmes et n'a jamais fait parler d'elle." Et comme preuve ultime qu'elle a bien vu quelque chose, Mme Besnier n'a pas mangé pendant 48 heures, et tremblantes, transie de froid et de saisissement, elle est restée alitée quelque temps.

Scan


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 20 Mars 2003