Journaux 1950-1959 -> Documents -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

L'affaire Ottaviani et Repellini dans la presse, France, 1954:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Petit Varois - La Marseillaise, France, page 1 et 5, 19 octobre 1954.

Voir le dossier du cas ici.

Scan

TANDIS QUE L'ENQUETE SE POURSUIT SUR LA 'DECOUVERTE' D'HYERES

L'ingénieur allemand Von Zborowski fait de nouvelles révélations:

LE "TUYAU VOLANT" (construit par la SNECMA) peut atteindre 2.500 kms à l'heure

Interpellation d'un député de l'Ariège sur les engins inconnus signalés dans le ciel de France

La rencontre fortuite - racontée avec un grand luxe de détails - de deux Toulonnais avec l'occupant d'un engin aéronautique inconnu a scuscité des commentaires divers.

Si de nouveaux témoignages et notemment ceux de MM. Laure, boucher, cours Lafayette, et Elie Gandolfe, jardinier, près d'Hyères, semblent accréditer les récits de MM. Repellini et Ottaviani, l'interprétation de cette affaire donnée par certains journaux fait preuve d'imagination débordante.

C'est ainsi que l'un de ces journaux (République, pour ne pas le citer), donne - textuellement - l'explication suivante:

"Le savant allemand Hermann Oberth, inventeur et constructeur de la fusée "V-2" a déclaré que les "Uranides", nom des habitants d'une planète ou l'oxygène n'existerait pas à l'état gazeux, ce qui interdit le développement d'une vie animale, seraient des plantes.

La planète en question se trouverait en dehors du système solaire, mais les engins mystérieux dans lesquels se déplaceraient les "plantes" intelligentes pourraient se déplacer à une vitesse de 300.000 km à la seconde.

Les engins vus au-dessus de la terre seraient chargés de surveiller les progrès terriens dans les sciences atomiques.

Si ces êtres végétaux décidaient de nous attaquer nous serions forcés de faire la guerre à des légumes!"

Ainsi d'après "République" l'engin d'Hyères venait d'une planète inconnue et ses pilotes seraient des "Uranides", c'est-

Suite en page 5:
L'ENGIN MYSTERIEUX

Scan

à-dire des légumes verts, de la famille des poireaux, des carottes ou des navets.

Des explications rationnelles

Il appartient à la police de l'Air et aux Renseignements Généraux qui mènent actuellement l'enquête, si MM. Repellini et Ottaviani ont dit oui ou non la vérité.

Mais dans un cas comme dans l'autre cela ne changera rien au problème posé.

Existe-t-il un nouveau modèle d'engin aéronautique mi-avions, mi-hélicoptère dont les essais dans le ciel de France auraient provoqué dans le public cette épidémie de "soucoupite"?

Un ingénieur allemand travaillant dans les usines de la S.N.E.C.M.A. vient de faire à ce sujet de nouvelles révélations.

Au cours d'un congrès international de la navigation aérienne qui s'est tenu à Duisbourg (Allemagne occidentale) l'ingénieur Von Zborowski a révélé les caractéristiques d'un nouveau type d'avion créé par la S.N.E.C.M.A.

Cet appareil, appelé "tuyau volant", aurait les avantages de l'hélicoptère, mais il pourrait atteindre 2.500 km à l'heure, n'aurait pas d'ailes, mais seulement un fuselage comprenant un poste de pilotage et les organes de propulsion.

Or ses caractéristiques ont été refusées à la presse française, elles sont considérées comme secrètes.

En admettant que l'ingénieur Zborowski ait seulement révélé ce qui précède, il y aurait déjà là quelque chose d'inadmissible. Mais on peut aisément imaginer que cet ingénieur allemand ayant reçu accès à nos services secrets s'est montré plus précis devant les experts de son pays, auxquels il s'adressait.

Une interpellation à la Chambre

Les essais de ces engins nouveaux expliqueraient qu'un peu partout en France soit signalée l'apparition de "boules de feu", "cigares volants" et autres soucoupes.

D'ailleurs à la suite de ces apparitions multipliées, M. René Dejean, député de l'Ariège vient d'adresser à M. le Président du Conseil une question écrite, lui demandant notemment:

- "S'il a été créé ou non un service chargé de rassembler la documentation existant à ce jour et d'étudier l'origine desdits engins.

- "Si les renseignements actuellement recueillis permettent d'exclure absolument l'hypothèse d'engins pilotés ou commandés par des êtres vivant d'espèce et d'origine inconnus.

- "Si le gouvernement a, au contraire, suffisamment d'informations pour attribuer la production de ces engins à l'industrie d'un état étranger.

- "Si dans ce dernier cas les accords internationaux signés par la France ont déjà permis des consultations relatives à l'utilisation de tels engins dans un conflit éventuel."

Ainsi l'affaire prend un caractère plus sérieux et l'on en revient à dire que ces "soucoupes" pourraient être en réalité des engins d'un type nouveau et bien terrestres.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 10 janvier 2017.