Journaux 1950-1959 -> Documents -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

La vague de 1954 dans la presse:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien La Croix du Nord, Lille, Pas-de-Calais, France, pages 1 et 8, 12 septembre 1954.

Scan

Un habitant de Quarouble
affirme: "J'ai vu une
soucoupe volante
deux petits êtres casqués
de verre ont bondi dans l'engin"

L'épidémie de soucoupes volantes qui sévit habituellement en juillet et août, va-elle atteindre cette année son paroxysme en septembre? Voici quelques jours, c'est près d'Amiens que des promeneurs affirmaient avoir aperçu un mystérieux engin. A leur approche, la machine s'éleva dans les airs et lorsque les gendarmes se rendirent sur les lieux de l'atterrissage, ils ne relevèrent, bien entendu, aucune trace suspecte.

Dans la nuit de vendredi à samedi, une soucoupe se serait posée cette fois sur le territoire de la commune de Quarouble, située dans le valenciennois, à proximité de la frontière belge.

M. Marius Dewilde, 34 ans, qui occupe une maisonnette au P. N. 79, sur les lignes de chemin de fer, affirme avoir vu l'engin a moins de cinq mètres.

Deux petits êtres

"Vers 22 h. 30, a déclaré M. Dewilde, alors que j'étais occupé à lire, et que ma femme avait gagné la chambre voisine, j'entendis mon

Suite en dernière page,
en cinquième colonne, sous le titre
"SOUCOUPE"

Scan

SOUCOUPE

chien hurler à la mort. Pensant qu'un rodeur cherchait à pénétrer dans ma basse-cour, je sortis, muni d'une lampe de poche. J'aperçus alors, à six mètres environ, une forme sombre, que je pris pour un chariot de cultivateurs abandonné dans les champs. Tandis que ma bête continuait à aboyer, je vis de petits êtres déboucher d'un sentier voisin. Ils couraient vers le passage à niveau. Le faisceau de ma lampe éclaira la tête de l'un d'eux. Je fus ébloui par un reflet pareil à celui que peut émettre un objet en verre. Presque aussitôt la porte de l'engin s'entrouvrit, se ferma, puis ce dernier s'éleva d'une dizaine de mètres après avoir oscillé un instant. Une lumière très vive jaillit, tel un éclair de magnésium, et la soucoupe, pareille à une boule de feu, prit la direction de l'Ouest".

Des scaphandres métalliques

M. Marius Dewilde, après avoir alerté sa femme et ses voisins, se hâta de gagner le commissariat d'Onnaing, où il conta son étonnante aventure. D'après la description qu'il donna de l'engin, on put estimer que la hauteur de la machine volante était de l'ordre de trois mètres, son diamètre de six mètres, sa forme ronde ou conique.

La taille des extraordinaires voyageurs ne dépassait pas 1 m., et tous les deux semblaient porter des sortes de scaphandres métalliques.

Pas de trace

La police de l'air, informé des faits, s'est rendue, samedi après-midi, sur les lieux, mais elle ne découvrit aucun indice susceptible de donner plus de consistance aux affirmations de M. Dewilde, qui passe pour un homme sérieux peu enclin aux hallucinations. Cependant une parcelle de ballast, fraîchement bouleversée, retint l'attention des enquêteurs.

Ajoutons que la soucoupe se serait posée dans un endroit particulièrement calme, à plus de 2 kms du village, parmi les pâtures et les bosquets, bien faits pour reposer les visiteurs inconnus de leur périple interplanétaire... et attendons - dans le calme - les soucoupes à venir...

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 20 mai 2020.