Journaux avant 1940 -> Documents -> AccueilAcceuil
This page in English

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

ETRANGE RENCONTRE, TEXAS, 1897:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Houston Post, Texas, USA, le 22 avril 1897.

Attention: les histoires d'airship dans la presse de cette époque ne doivent pas être assimilées d'office à des "observations d'OVNIS" juste à leur lecture. Une évaluation de ces récits est ici.

Rockland - Texas: M. John M. Barclay, vivant près de ce lieu, rapporte que la nuit dernière à environ 11 heures, après s'être retiré, il a entendu son chien aboyer furieusement, ainsi qu'un bruit de gémissement. Il est allé à la porte pour déterminer le problème et a vu quelque chose, a-t-il dit, qui lui a fait s'écarquiller les yeux et, n'était le fait qu'il ait fait lecture d'un dirigeable lequel était censé avoir été au ou au-dessus du Texas, il l'aurait pris pour du vent.

C'était un corps de forme étrange, avec une forme oblongue, avec des ailes et des attachements de côté de diverses tailles et forme. Il y avait des lumières brillantes, qui ont semblé beaucoup plus brillantes que les lumières électriques. Quand il l'a vu au début, il a semblé être à environ cinq yards du sol, parfaitement stationnaire. Il a fait des cercles à plusieurs reprises et est graduellement descendu au sol dans un pâturage à côté de sa maison. Il a pris sa Winchester et s'y est rendu pour étudier.

Dès que le vaisseau, ou quoi que ce soit que cela ait été, est descendu, les lumières se sont éteintes. La nuit était assez claire pour qu'un homme soit distingué à plusieurs yards, et quand il fut à environ 30 yards du bateau, il a été accueilli par un mortel ordinaire, qui l'a invité à mettre de côté son arme à feu car aucun mal n'était voulu.

Sur quoi la conversation ci-dessous s'ensuivit:

Mr. Barclay s'enquit, "Qui êtes-vous et que voulez-vous?"

"Ne vous tracassez pas au sujet de mon nom, disons que c'est Smith. Je veux de l'huile de graissage et une paire de burins si vous pouvez les obtenir, et un peu d'ardoise. Je suppose que la scierie a de ces deux anciens articles et l'opérateur de télégraphe a de l'ardoise. Voici un billet de dix-dollars; prenez-le et obtenez-nous ces articles et gardez la monnaie pour le dérangement."

Celui qui voulait se faire appeler Smith a dit, "Non, nous ne pouvons pas vous permettre de vous approcher plus près, mais faites comme nous vous demandons et votre bonté sera appréciée, et nous vous appellerons un certain jour futur et nous vous rendrons votre bonté en vous faisant faire un voyage."

M. Barclay est allé chercher le pétrole et les burins, mais n'a pas pu obtenir d'ardoise. Ils n'y a eu aucun changement et M. Barclay lui a offert le billet de dix-dollar, mais il a été refusé. L'homme a échangé une poignée de main avec lui et l'a remercié cordialement et a demandé qu'il ne le suive pas jusqu'au vaisseau."

Tandis qu'il partait, M. Barclay l'a appelé et lui a demandé d'où il venait et où il allait. Il a répondu, "de partout, mais après-demain nous serons en Grèce."

Il est monté à bord, il y eut encore le bruit de tourbillonnement, et la chose fut partie, selon les mots de M. Barclay, comme un projectile tiré d'un pistolet. M. Barclay est parfaitement digne de confiance.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 5 septembre 201