Journaux 1960-1969 -> Documents -> AccueilAcceuil
This page in English

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

L'AFFAIRE DU GAZ DES MARAIS, PAR CLIFFORD D. SIMAK:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Edmonton Journal, d'Edmonton, Alberta, Canada, le 12 décembre 1966.

Croyez-vous aux soucoupes volantes? Y a-t-il des engins d'autres mondes arrivant dans notre atmosphère? Y a-t-il des explications secrètes derrière les observations qui restent classées comme objets volants non identifiés?

Pour le moment, c'est une question de conviction personelle, dit cet auteur scientifique qui a passé des mois de recherches pour préparer une série d'articles qui paraîtront chaque lundi dans notre journal.

Peut-être que ses efforts vous aiderons à vous faire une opinion.

Rapports Luminescents

Le Désaccord Avec Des Conclusions Par L'Armée de l'Air Donne Une Publicité Spectaculaire A l'Observation d'OVNI

PAR CLIFFORD D. SIMAK
Minneapolis Star Science Writer

Les OVNIS sont venus dans le comté de Hillsdale au Michigan il y a environ 18 mois. Depuis lors, 37 observations ont impliqué des objets qui ne peuvent pas être identifiés.

De tous ces observations, seulement un, et celle-ci n'est pas la plus spectaculaire, a eu comme conséquence une large publicité. Ceci est expliqué par la parole donnée aux témoins de l'OVNI par William E. Van Horn, directeur de la défense civile du comté, qu'il ne divulguera pas les noms des gens qui lui fournissent des informations.

Van Horn considère que cela fait partie de son devoir comme chef de la défense civile que d'étudier les observations dans l'intérêt de la sûreté publique. Il a remarqué que dans quelques autres secteurs visités par des OVNIS les témoins rapportant ces incidents avaient été soumis au harcelement et a des humiliations par les agences investigatrices et le public. Cela a rendu Van Horn déterminé a ce que cela ne se produise pas dans son comté. Les gens, ceux qu'il dit croire, ont le droit de rapporter ce qu'ils voient sans courir le risque qu'on les fasse passer pour des imbéciles.

Cette politique a eu comme conséquence la coopération du public dans ses investigations, ce qui n'auraient pas autrement été possible. Les gens du comté de Hillsdale savent que ce qu'ils lui indiquent n'ira pas ailleurs que dans ses dossiers.

Rapport Formel

Celle des observations qui a gagné la publicité l'a gagnée non pas tellement parce qu'elle était particulièrement spectaculaire, mais parce que Van Horn était en désaccord avec des conclusions atteintes par l'Armée de l'Air des Etats-Unis et en a fait part dans un rapport formel défiant les résultats de l'Armée de l'Air.

Souscrivant entièrement au mode de fonctionnement de Van Horn, et coopérant avec lui, Richard Deller est le directeur de la sécurité de la ville de Hillsdale, le siège du comté. Deller est chef administratif de la police, des pompiers et des départements de santé de la ville.

La politique qui traite avec respect la confiance des témoins quant a leur idente et, dans la plupart des exemples, les details des observations, revient a une gestion officielle des informations. Ce peut être une situation de frustration pour un journaliste, mais cela produit des résultats du fait les gens n'ont pas peur de parler à leurs officiels. Le comté de Hillsdale, en conséquence, a un dossier exceptionnel d'information sur les OVNIS.

Pas d'Explications

Comme on aurait pu s'y attendre, on a rapporté beaucoup d'observations qui se sont expliquées comme des avions volant bas et d'autres phénomènes qui, traditionnellement, provoquent des rapports d'OVNIS. Les 37 incidents que Van Horn cite sont ces événements pour lesquels, pour le moment, aucune explication n'existe.

Le comté est agricole avec de larges, riches champs et bâtiments de fermes bien ordonnés. Avec une population de 8.500, la ville de Hillsdale a un certain nombre d'usines industrielles et est un centre marchand pour le secteur agricole environnant. Elle est intensément fière de l'université de Hillsdale, fondé en 1844. Elle a des intérêts culturels larges. Elle est aussi américaine qu'un champ de maïs. Ses habitants sont de solides citoyens du Midwest.

Il n'y a là aucune communauté arriérée où des croyances superstitieuses pourraient être un facteur des observations d'OVNIS. Ni non plus ne peut-on trouver de gens du comté de Hillsdale enclins à des cultismes qui provoquent souvent des contes sur des soucoupe volantes.

Près du Dortoir

Cette observation particulière qui a gagnée une large publicité est survenue dans la nuit du 21 mars passé. Des étudiantes à un des dortoirs à l'université de Hillsdale ont vu un objet avec des lumières incandescentes plonger depuis leurs fenêtres. Plus tard, l'objet, ou un autre infiniment comme lui, est revenu en vol plané au-dessus d'un secteur de parc en arrière du dortoir. Pendant la nuit, 90 à 100 étudiantes l'ont observé. Van Horn, appelé sur les lieux, a trouvé que l'objet était localisé 1.300 à 1.500 pieds du dortoir, et que parfois il a reposé sur ou près de la terre. Deux lumières étaient visibles. L'une qu'il a décrit comme "blanc sale," l'autre comme faiblement orange. Parfois, cependant, le brillant des lumières augmenterait, et le blanc devenait un blanc clair et l'orange un rouge lumineux. Quand ceci se produisait, l'objet montait à une hauteur de 100 à 150 pieds et ensuite revenait lentement de nouveau à sa position originale. Les deux lumières, à tout moment, ont maintenu une distance d'environ 25 pieds.

Van Horn a estimé le taux de montée et de descente à 25 à 30 pieds par minute. Parfois également, l'objet oscillait avec un mouvement latéral sans heurt. A aucun moment il n'a fait un bruit.

A un point pendant son observation, a rapporté Van Horn, une lueur venant du verso de l'objet a jaillie vers le haut, et il pouvait distinguer une surface convexe. Il estime qu'il pouvait voir la surface clairement pendant une période de 30 secondes à une minute.

"Gaz des Marais"

L'objet est demeuré visible pendant environ 5 heures et demie, de 23:00 jusqu'à 04:30 heure du matin. Van Horn a bien pu de pas vouloir publié les nouvelles de l'observation, mais il est difficile de garder le secret quelque chose qui a été vue par jusqu'à 100 personnes. Les nouvelles sont sorties.

Le 24 mars, le Dr. J. Allen Hynek, directeur de l'observatoire de Dearborn de l'Université du Nord-Ouest et consultant en matière d'OVNI de l'Armée de l'Air, est arrivé pour étudier l'observation. Sa conclusion: ce que les étudiants avaient vu était un gaz des marais [alias feu follet]. Egalement, dit-il "certains jeunes hommes avaient joué des farces avec des fusées." L'objet a-t-il dit, avait plané au-dessus de terres marécageuses, ce qui faisait que le gaz des marais semble l'explication la plus probable.

Dans une réponse formelle, Van Horn a répondu point par point à Hynek.

2 Jours Plus Tard

"L'incident de la fusée," a-t-il dit, ne s'est pas produit le 21 mars mais deux jours plus tard, quand deux jeunes hommes, espérant apparemment provoquer une autre "alarme" OVNI, couraient aux environs du secteur de parc avec des torches.

Hynek a pu ne jamais avoir vu de gaz de marais; mais Van Horn en a vu. Il a énoncé franchement que l'objet qu'il avait vu n'était pas du gaz de marais.

Le secteur au-dessus duquel l'objet a plané n'était pas non un marais. C'était, plutôt, un parc adjacent à l'université. Hynek n'avait pas visité le secteur et avait apparemment décidé que c'était un marais.

Hynek a mentionné que des bruits de petites explosions, tels que pourraient en faire des gaz de marais, avait été entendus. Il n'y avait eu, dit Van Horn, aucuns bruits - ni petites explosions ni autres.

Contestation les déclarations de Hynek, Van Horn a indiqué que la météo était bien trop froide pour la formation du gaz de marais et qu'un vent soufflait, suffisamment fort pour dissiper n'importe quel gaz s'il s'en était formé. Il a soutenu son rapport avec des données météorologiques.

Dans une annexe à son rapport, Van Horn a rapporté que l'enquête avait prouvé que le secteur au-dessus duquel l'objet a plané contenait une quantité anormale de radiation, non seulement dans le sol, mais dans les formes de vie animales et végétales trouvées là. Toute la vie microscopique de plantes et d'animaux dans un petit étang dans le secteur était morte.

Des taches blanches flottaient sur la surface de l'étang. L'analyse a montré que ce matériel blanc était du bore. La pureté de l'élément était d'environ 90 pour cent. Des quantités peu ordinaires de bore ont été trouvées dans le sol, également.

Le bore existe dans quelques sols en des quantités tellement minimes qu'on en parle comme d'un oligo-élément. Il est absent même a l'état de traces d'oligo-éléments dans les sols du comté de Hillsdale. Van Horn a demandé: d'où est-ce que ce bore est venu?

Article suivant: Conclusions atteintes par l'Aerial Phenomena Research Organization [APRO].

Dossier sur le cas ici.


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 9 mai 2007