Journaux avant 1940 -> Documents -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

le Jersey Devil dans la presse de 1909:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Columbian, Washington D. C., USA, page 2, 24 juin 1909.

Pour les affaires du "Jersey Devil", voir les cas de 1909 dans le New Jersey.

Scan

POURSUITE DU BOMBAT DU JERSEY

Le Bizarre 'Oiseau Diable' a Franchi la Frontière le l'Etat et Terrifie Spring Valley, New York

UNE TROUPE COURAGEUSE CHASSE LE MONSTRE

Décrit Comme Ayant une Immense Tête, et un Corps Petit mais Musclé Couvert de Poils - Ses Bras Sont Equipés de Peau Comme de la Toile

Spring Valley, NY - Une troupe d'hommes armés intrépides fait des recherches par monts et par vaux et par terrains marécageux envahis sans crainte dans et autour de ce village, à la poursuite de l'étrange "Bombat" du Jersey qui a fait sa tanière à proximité. La capture présumée de "l'oiseau diable" à Atlantic City n'est pas crédité ici. Ce n'était pas le véritable "oiseau diable" qui avait combattu le Pêcheur Dougherty, le monstre est dans "le milieu" ici.

La créature est apparue dans le coeur du marais près de la section des affaires de la rue principale. Ses étranges cris ont d'abord surpris les villageois, et quand un groupe d'exploration, armé de lanternes, est entré dans le marais, les yeux brillants de la créature et ses fluctuations sauvages ont semé l'effroi dans les coeurs des plus braves, et le groupe d'éclaireurs, dirigée par Charlie Fisher, qui garde les pistes de bowling, a fui pour revenir vers la sécurité des rues du village.

Tout au long de la nuit, les cris du quoi-que-ce-soit ont été entendus en provenance de différentes directions, mais toujours dans le quartier du marais.

Le chef de la Police "Tommy" Walker, qui représente la totalité des forces en uniforme, a été appelé, mais "a estimé que" son métier ne consiste pas à poursuivre des Bombats ou Jersey Devils, et il a compté qu'il ferait mieux de rester sur les rues des hommes et faire son travail habituel.

Sur le chemin de l'école les enfants le lendemain se sont regroupés pour passer le repaire du Bombat. Les femmes ont exprimé une peur égale et les hommes s'aventuraient là avec la peur de rencontrer la créature.

Elle a été décrite comme ayant une tête immense au sommet d'un corps petit, mais musclé, couvert de poils. Son bras semblait être équipé d'une peau semblable à une toile qui ferait office d'ailes, ce qui donne à la créature la capacité de sauter des distances immenses, tandis que les ailes battaient afin de soulever son corps au-dessus de la terre.

La nuit, quand les cris affreux et parfois lugubres du Bombat portait dans tous les foyers du village, les noirs vivant sur Chicken Hill, terrifiés, couraient dans le village et un grand nombre ont afflué dans l'église Méthodiste et ont prié hystériquement.

Sarah Allston, épouse d'Oméga Allston, un bûcheron, était plus hystérique que les autres. Elle s'est enfuie de l'église sur Main street et tomba morte devant le bureau de poste. Le Dr. Smith déclara qu'elle était morte d'une maladie cardiaque, mais les villageois s'écrièrent que la main du diable du Bombat s'est portée contre Sarah, et que quiconque ainsi désigné par le monstre subirait le même sort.

Une heure plus tard, la peur des villageois s'est intensifiée quand on annonça que le corps d'un homme a été trouvé mort sur les voies du chemin de fer. Le corps n'a pas encore été identifié.

Après une nuit de veille, au cours de laquelle le Bombat continué à hurler et à crier et gémir, les hommes de Spring Valley se sont réunis au bowling de Fisher, mais pas une boule n'a roulé, pas même une fari-balle. Les choses étaient trop désespérées, a admis Charlie Fisher, pour permettre la moindre festivité.

"Je vais vous dire ce qu'on va faire", a énoncé Tom Moore, bombant le torse. "Nous allons former une battue, nous armer jusqu'aux dents, et chaque homme se promettant de se serrer les coudes, nous allons entrer dans le marais demain et traquer cette embêtante créature."

Il y en avait là plusieurs qui ont déclaré qu'il serait utile de faire appel à des concours extérieurs et ne pas aller tenter le diable, mais quand J. C. Gibbs, Harold Sheldon, Ross Youmans, Roswald Farrington, Walter Foley, Shep Small et Dink Davis se sont portés volontaires pour commencer la chasse, dès le lendemain matin, les autres les ont rejoint.

Pendant le reste de la nuit a suivi une recherche dans tout le village pour des armes à feu, et coutelas, et il arriva que très tôt le groupe entra dans le marais pour chasser à mort le terrifiant bombat.

Spring Valley attendait avec anxiété feutrée le résultat du formidable élan des braves hommes de la localité dans le coeur de l'abri choisi par le bombat. Leurs recherches furent vaines.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 7 avril 2013