Journaux 1900-1939 -> Documents -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

LE PRETENDU AIRSHIP A CHATTANOOGA, USA, JANVIER 1910:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Chattanooga Times, Chattanooga, Tennessee, USA, le 19 juin 1924.

Voir le dossier sur cette affaire.

IL PENSE QUE DES VAISSEAUX D'UN AUTRE MONDE NOUS ONT VISITE

Charles Fort Cherche des Information Auprès des Habitants de Chattanooga

IL DIT QUE D'AUTRES PLANETE TENTENT DE COMMUNIQUER

Il Ecrit de Londres A Propos des Etranges Engins Volants Observés Ici en Janvier 1910 - Auteur de "New Lands."

Les résidents de Chattanooga qui se rappellent le "dirigeable mystérieux" rapporté pour avoir plané au-dessus de cette ville pendant trois jours en janvier 1910, seront intéressés par une lettre reçue par le journal d'un Charles Fort, du 29 rue de Marchmont, place de Russell, Londres, Angleterre. Mr. Fort, qui a écrit un livre "inquiétant" titré "nouvelles terres," propose que l'avion étrange vu ici ait été un visiteur d'une autre planète. Sa lettre au Times suit:

Au Chattanooga Times:

Cher Monsieur - je ne sais pas si vous penserez que la lettre que j'envoie est absurde ou pas. Je pense, moi-même, qu'elle semble l'être. Mais je pense que vous serez d'accord avec moi que l'effet d'étrangeté, ou l'affront aux préconceptions n'est pas un bon critère. Naturellement je ne raisonne pas dans le sens contraire et ne favorise pas une idée simplement parce qu'elle semble absurde.

J'espère que vous ne penserez pas que je vous fais une farce. Mon dernier livre, "nouvelles terres," qui a été publié cet octobre dernier, à New York, est rempli de données semblables. L'introduction au livre est par Booth Tarkington. D'autres personnes, que l'on oserait pas accuser d'être des farfelus, sont intéressées par cette nouvelle recherche.

Si vous publiez la lettre, je vous en serais très obligé. J'ai essayé de la rendre assez intéressante, et quelques nouvelles données peuvent être reçues pour justifier la place considérable, et je pense que la spéculation sur d'autres mondes, stimulés par l'opposition approchante de la planète Mars, rends le sujet opportun. Très cordialement. CHARLES FORT. 39 rue Marchmont, Place De Russell, Londres, Angleterre, 11 juin 1924.

Accompagnant la communication ci-dessus il y avait ce qui suit:

Selon le New York Tribune, du 13 janv. 1910, un dirigeable inconnu a été vu dans le ciel, trois jours de suite, à Chattanooga. Le 10 janvier, il était vu à nouveau se déplaçant au sud, disparaissant au-dessus de Missionary ridge.

Une raison de penser que cet objet n'était aucunement un dirigeable d'origine terrestre, est qu'on l'a rapporté également d'Huntsville, Alabama, à soixante-quinze milles de Chattanooga. A cette époque, l'aéronautique sur cette terre était tellement peu développée que, au milieu de décembre, 1909, quelqu'un a gagné un prix pour avoir volé dans un dirigeable de la rue St Cyr à la tour Eiffel, à Paris, et retour, une distance de moins de vingt-cinq miles.

J'utilise mon temps à rassembler les données qui indiquent qu'il y a d'autres mondes habités, peut-être pas les planètes visibles; pas inaccessibles; et que des explorateurs venant d'elles ont été vus de nombreuses fois dans le ciel. Dans les journaux, ce travail a été appelée "historique"," également par ailleurs, selon divers avis et émotions - "plutôt fou," par exemple. De nombreux compte-rendus des possibles explorateurs d'autres mondes, dans le ciel de cette terre, j'en sélectionne un qui n'est pas particulier par sa force de conviction, mais qui est commode quant à la date, parce que l'occurrence était à un moment où les dirigeables de cette terre ne pourraient pas même avoir navigué de la rue St Cyr vers Paris.

Dans le Journal des Debats (Paris) du 12 avril 1905, est rapporté un objet lumineux, ou un objet portant des lumières, qui était apparu chaque nuit depuis le 1 avril, au-dessus de la ville de Cherbourg, France. Dans le "Bull. Soc. Astro. De France," 19-243, Flammarion indique que l'objet doit avoir été la planète Venus; il se moque donc des descriptions qui disent qu'il s'est déplacé parfois dans diverses directions, disant que de telles observations supposées étaient des illusions. Dans Le Figaro, 13 avril, on lui dit que le préfet maritime, de Cherbourg, a commisionné le commandant de Kerillis, du "Chasseloup-Laubat," pour une enquête. Les résultats des investigations de cet officier sont publiés; que l'objet n'était pas dans la position de la planète Vénus, et qu'il n'a pas eu le disque en croissant de Vénus.

Les dernières observations sur cet objet, à Cherbourg, avaient eu lieu dans la nuit du 11. Il y a des informations pour soutenir l'idée que quelque chose avait exploré les lieux au-dessus de Cherbourg, et avait ensuite volé au loin, et avait été vu volant au loin. Dans Le Figaro, 15 avril, on dit que, lors de la nuit du onze, les gardiens du phare de La Blanche avaient vu quelque chose comme un ballon éclairé dans le ciel, et avaient commencé à le signaler, mais qu'il avait disparu. On a dit que le phare avait été hors de communication avec le continent, et que les gardiens n'avaient pas entendu parler de l'objet qui avait excité les gens de Cherbourg.

Il y a des données qui indiquent que les observations sur un vaisseau inconnu dans le ciel du Tennessee et de l'Alabama, en janvier 1910, étaient de quelque chose qui a bien exploré diverses parties du ciel de cette terre. Pour certains esprits les données peuvent sembler sans lien: presque tout ce qui a été découvert a été développé en organisant ce qui est apparemment sans lien.

Dans le New York Tribune, 21 Déc. 1909, on dit que, à 1 heure, le matin du 21, l'inspecteur de l'immigration Hoe, de Boston, avait vu "une lumière brillante passer au-dessus du port," et avait conclu qu'il avait vu un dirigeable d'une certaine sorte. Dans les numéros suivants du Tribune, et d'autres journaux, on dit que deux nuits plus tard, les rues de Worcester, Massachusetts, étaient emplie de foules, observant un "visiteur mystérieux" dans le ciel la nuit du 23, un objet foncé, soutenant des lumières qui se déplaçait dans le ciel, au-dessus de Boston. "Pendant qu'il volait loin au nord, les questions ont commencé à fuser dans les bureaux des journaux et les commissariats de police, concernant les visitations remarquables."

Lors de la nuit du 24 il n'y avait aucune telle observation rapportée sur n'importe quoi dans le ciel de la Nouvelle Angleterre.

Selon des données, ceci peut se produire parce qu'une certaine construction d'exploration d'un autre monde s'était rapidement déplacée à travers l'Océan Atlantique.

Dans le English Mechanic, 104-71, James Fergusen, un auteur bien connu sur les sujets scientifiques, écrit de Rossbrien, Limerick, Irlande, que, à 8:30 heure, la nuit du 24 déc., il a vu un objet lumineux paraître au-dessus de l'horizon du nord-est, et voler vingt minutes au sud, faisant ensuite un cercle, repartant, et, deux minutes après neuf heure, disparaissant au point d'où il était venu.

Je recueille le matériel pour une recherche aussi étendue que possible sur ce sujet entier. Si les lecteurs de ce journal, qui ont vu l'objet qui a été rapporté dans le Tennessee, en janvier 1910, m'envoient des compte-rendus (33 rue de Marchmont, place de Russell, Londres, Angleterre) il se peut que nous puissions en apprendre plus au sujet de ces apparitions que ne le pourraient les Aztèques, par exemple, quand ils ont entendu parler des "lumières mobiles en mer," et ont probablement trouvé les rapports absurdes, ou pensé que ce n'était rien de plus que des torches dans des canoës qui avait été vues, ou n'avait pratiquement pas réfléchi sur le sujet, auquel ils ont dû beaucoup penser plus tard.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 20 février 2013