Journaux 2000-2009 -> Documents -> AccueilAcceuil
This page in English

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

Kecksburg, un autre Roswell?

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Central Daily Times, USA, 8 décembre 2005.

Un chercheur s'exprimant sur le Sci Fi Channel demande les fichiers 'OVNIS' de la NASA

PITTSBURGH - Des chercheurs et les témoins qui pensent qu'un OVNI a atterri dans les bois de la Pennsylvanie occidentale il y a 40 ans marquent un autre anniversaire ce vendredi: deux ans se sont écoulés depuis qu'un procès a été ouvert pour obliger la NASA à publier les documents sur ce qui s'est produit.

Un porte-parole de la NASA dit qu'il n'y a aucune dissimulation: l'"OVNI" était un satellite russe, mais les dossiers gouvernementaux le documentant ont été perdus.

Leslie Kean, un journaliste d'investigation soutenu par le Sci Fi channel, et un groupe relié à la chaine TV ont poursuivi la NASA il y a deux ans en vertu de la loi sur la liberté de l'information.

Kean veut les dossiers sur ce qui s'est produit le 9 décembre 1965, dans le hameau isolé de Kecksburg, à environ 30 miles au sud-est de Pittsburgh. Les témoins ont décrit un "aérolithe" dans le ciel du soir, et un objet métallique et en forme de gland de chêne d'environ 12 à 15 pieds de hauteur et 8 à 12 pieds de diamètre qui a atterri doucement dans les bois, selon des comptes rendus d'alors dans les médias.

L'avocat de Kean, Lee Helfrich a indiqué qu'elle introduira vendredi un nouveau mouvement de cour "pour faire avancer" la recherche d'information par la NASA.

La NASA nous a snobbé trop longtemps, et dans le processus nous a donné de gros éléments montrant qu'ils sont recalcitrant et agissant de façon déloyale," a dit Helfrich. "Qu'est-ce que la NASA essaye de cacher?"

Rien, dit Dave Steitz, porte-parole de la NASA.

L'objet a semblé être un satellite russe qui est entré dans l'atmosphère et s'est brisé. Les experts de la NASA ont étudié des fragments de l'objet, mais les enregistrements de ce qu'ils ont trouvé ont été perdus dans les années 90, dit Steitz.

"En règle générale, nous ne dépistons pas les OVNIS. Ce que nous pourrions faire, et ce que nous avons apparemment fait en tant qu'experts en matière de vaisseau spatial dans les années 60, était de jeter un coup d'oeil à quoi que ce soit que cela ait été et donner notre avis expert," a dit Steitz. "Nous avons fait cela, nous avons mis le cas dans un tiroir et c'était fini. Malheureusement, les documents soutenant ces résultats ont été égarés."

Kean et Helfrich ne croient pas cette explication.

Kean a dit que Nicholas L. Johnson, le scientifique en chef en ce qui concernet les débris orbitaux à la NASA, a déterminé l'objet n'a pas pu être un satellite russe ni n'importe quel autre objet fait par l'homme, après avoir étudié les trajets orbitaux des satellites connus et d'autres dossiers de 1965.

Johnson n'a pas immédiatement répondu aux appels pour son commentaire jeudi à son numéro de téléphone listé sur le site web de la NASA. Steitz à renvoyé les questions sur les affirmations de Kean au Johnson Space Center de la NASA à Houston, qui n'a pas immédiatement commenté.

Les témoins affirment que du personnel militaire a interdit l'accès au site, enlevé l'objet et menacé les résidants qui ont remis en cause l'incident. Les militaires ont ensuite dit que l'objet était un météore.

Ce samedi, Kean, Helfrich et d'autres en rapport avec un documentaire du Sci Fi Channel parleront au hall des pompiers de Kecksburg, où une maquette de l'objet est exposée en permanence.

Kean a indiqué qu'une paire de scientifiques de l'université de Virginie Occidentale qui ont examiné le site de l'atterrissage ont rapporté avoir fait deux découvertes récemment.

Le professeur de sylviculture Ray Hick sa compté les anneaux de croissance des arbres et a déterminé que les arbres dans le secteur ont été endommagés en 1965. Hicks, cependant, a indiqué que les arbres ont été probablement endommagés par la glace, et on cassé ensuite à cause du vent. Il dit que ses résultats ne soutiennent pas l'affirmation de Kean que "quelque chose a physiquement atterri" à l'emplacement.

Le Géoarchaeologue J. Steven Kite indique qu'il n'a trouvé aucune évidence pour soutenir l'impact à grande vitesse d'un météore ou de tout autre grand objet - ce dont Kean indique que cela soutient les comptes rendus de témoins qu'un engin spatial a atterri doucement.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 5 septembre 201