France -> Officiels -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Officiel, France:

En France, il n'y a toujours aucune liberté d'accès à l'information sur les OVNIS comme c'est pourtant maintenant le cas dans la plupart des autres pays, USA, Royaume-Uni, Espagne, Italie etc., si ce n'est qu'en principe, les informations sont éventuellement accessibles 60 ans après leur rédaction. (Donc 2014 pour des affaires remontant à 1954 etc). Il se trouve tout de même que si vous êtes "Quelqu'un d'Important" comme le journaliste Jean-Claude Bourret dans les années 70, ou si vous avez des "Amis dans le Sérail", ou en quémandant, vous pouvez glaner quelques éléments, dont celui-ci.

Le maire et le cigare volant, 1955:

Voici un rapport de la Gendarmerie sur une observation du 19 janvier 1955 dans le secteur de Saint-Simon, département de l'Aisne, France.

Ne comprenez pas ce rapport de travers: les gendarmes ont pris note des dépositions des témoins, mais ce qui a été vu peut avoir été un météore.

Ce document a été reproduit dans la littérature ufologique grand public depuis longtemps disponible.

Nous soussigné H[-] F[-], gendarme à la brigade de Saint-Simon, département de l'Aisne, rapportons les opérations suivantes que nous avons effectuées en uniforme et conformément aux ordres de nos chefs.

Le 30 janvier 1955 à 17 heures nous, maréchal des logis chef B[-] apprenons par M.G[-], maire de la commune que le 19 janvier 1955 vers 22 heures il a vu, au-dessus du village, un engin lumineux, genre soucoupes volante, se dirigeant nord-est-sud-ouest. Il ajoute que son épouse ainsi que son petit-fils et Mme H[-], ont été témoins de cette apparition. Le même jour à 18 heures, par message téléphoné n°19, nous avisons des faits notre commandant de section. Le 31 janvier 1955 à 10h30, nous procédons à une enquête et recevons le témoignage de M.G[-] (cinquante-huit ans), maire de la commune de Saint-Simon, dans l'Aisne, qui déclare:

Le 19 janvier 1955, vers 22h10, je revenais de passer une veillée chez un parent, route d'Artemps, j'étais accompagné de mon épouse et de mon petit-fils C[-] Jean-Pierre, âgé de neuf ans. Alors que nous arrivions à la hauteur de l'habitation H[-], nous avons eu soudain notre attention attirée par un engin lumineux dans le ciel, venant de la direction de Saint-Quentin et se dirigeant vers Cugny. Cet engin avait la forme d'un disque lumineux, blanc, d'un diamètre apparent de 20 à 30 centimètres environ. Un faisceau lumineux de couleur orange prenait naissance à l'arrière du disque. Ce faisceau avait une longueur d'une vingtaine de mètres et se terminait en queue de poisson large de deux mètres environ. L'appareil se déplaçait à très grande vitesse. Je l'ai suivi des yeux pendant 150 mètres, c'est-à-dire pendant 5 secondes environ. Puis il a disparu. J'estime que l'engin en cause pouvait se trouver à 300 mètres de hauteur. Sa marche n'allait pas vers la terre mais, au contraire, il s'élevait vers le ciel avec un angle d'ascension de 10 degrés environ. Je n'ai perçu aucun bruit, seule la luminosité a frappé mon attention. Après le passage, je n'ai remarqué aucune traînée ou étincelle. Aucun doute n'est possible, il ne s'agit pas là d'un aérolithe, ni d'une étoile filante, comme tout le monde a pu en apercevoir. Il s'agit d'un engin conduit de main d'homme ou télécommandé puisqu'il suivait une direction bien définie. J'insiste sur la hauteur que je vous ai donnée et qui n'était pas excessive, ainsi que sur l'ascension. Quelques jours plus tard, je travaillais chez Mme H[-] à Cugny lorsque j'ai parlé de mon observation. Mme H[-] m'a fait connaître que le même jour et à la même heure que moi, étant dans sa cuisine et à travers la fenêtre elle a aperçu, venant de la direction de Saint-Simon, un engin dans le ciel. Elle n'a pu me donner la description n'ayant vu qu'un faisceau violet. Je ne connais aucune autre personne ayant été témoin de cette apparition.

Lecture faite persiste et signe.


Témoignage de Mme G[-] Marcelle, âgée de soixante-deux ans, sans profession, demeurant à saint-Simon dans l'Aisne.

Le 19 janvier 1955, vers 22h10, je revenais de chez une parente, route d'Artemps. J'étais avec mon mari et mon petit-fils Jean-Pierre C[-].

Nous nous trouvions à hauteur de l'habitation H[-], lorsque tous trois, nous avons eu notre attention attirée par un engin lumineux de couleur blanche, suivi d'un long faisceau de couleur orange. Cet engin se déplaçait de la direction de Saint-Quentin vers Cugny, c'est-à-dire nord-est-sud-ouest, à une très grande vitesse. Cette apparition n'a été visible que pendant cinq secondes. Le disque pouvait avoir un diamètre de 20 centimètres environ, le faisceau prenant naissance à l'arrière du disque s'amplifiait sur une longueur de 20 mètres environ. Il se terminait en queue de poisson d'une largeur de deux mètres. L'engin paraissait se trouver à faible hauteur, approximativement 300 mètres et il s'élevait progressivement à la façon d'un engin qui décolle. Je n'ai perçu aucun bruit, ni vu aucune traînée ou étincelle après le passage de cet engin. Aucun doute n'est permis, il ne s'agit pas là d'un phénomène naturel.

Lecture faite persiste et signe.


Entendu également en présence de son grand-père, C[-] Jean-Pierre, âgé de neuf ans, écolier demeurant chez ses parents à Saint-Simon dans l'Aisne.

Le 19 janvier 1955 vers 22 heures, je revenais de passer une veillée lorsqu'à la hauteur de l'habitation H[-] nous avons eu subitement notre regard attiré par un petit disque blanc dans le ciel, à l'arrière duquel se trouvait un faisceau lumineux orange. Cet ensemble lumineux venait en direction de Saint-Quentin et se dirigeait vers Cugny. Il se déplaçait à très grande vitesse et n'est resté visible que quelques secondes. Le faisceau orange prenant naissance à l'arrière du disque allait en s'élargissant et se terminant en queue de poisson, toutefois, je dois dire qu'il était nettement visible. Le disque se déplaçait à plat, comme une assiette renversée. Il poursuivait un mouvement ascendant comme un avion qui vient de décoller. Au cours du passage de ce disque je n'ai perçu aucun bruit.

Lecture faite persiste et signe.


Poursuivant notre enquête à Cugny dans l'Aisne, nous entendons Mme H[-] Jeanne, âgée de quarante-trois ans, sans profession, demeurant à Cugny dans l'Aisne. Mme H[-] déclare:

Il est exact qu'il y a environ deux semaines, sans pouvoir préciser le jour, alors que je me trouvais dans ma cuisine vers 22 heures, j'ai eu mon attention attirée par une lueur bleu-vert dans le ciel. J'ai ouvert la fenêtre mais je n'ai plus rien vu. Il m'a semblé que le lueur signalée se déplaçait d'est en ouest à grande vitesse et à assez haute altitude. Je ne peux être plus précise à ce sujet, cette apparition n'ayant duré que quelques secondes. Je n'ai perçu aucun bruit lors du passage de cette lueur, ni vu aucun gerbe d'étincelle ou de flammes. J'ignore si la lueur que j'ai aperçue a un rapport avec l'engin vu par la famille G[-]

Lecture faite persiste et signe.


M. G[-] Alfred, électricien et maire de la commune de Saint-Simon est honorablement connu. Sa déclaration nous a paru sincère, de bonne foi, et exempte de toute idée fantaisiste. Il n'a pas été effrayé par ce qu'il voyait. Il a mis sur le compte de son métier d'artisan de ne pas avoir eu le temps matériel de nous en aviser plus tôt. Mme G[-] est comme son mari, très bien considérée. Sa bonne foi est évidente ainsi d'ailleurs que celle de son petit-fils. Mme H[-], cultivatrice est moins affirmative, car elle a vu le phénomène de l'intérieur de sa maison.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 20 octobre 2005.