ALSACAT -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

ALSACAT:

ALSACAT est mon catalogue exhaustif à terme des affaires d'OVNIS en Alsace, qu'elles soient "expliquées" ou "inexpliquées".

Le catalogue ALSACAT donne pour chaque cas un dossier comprenant un numéro de cas, un résumé, des informations quantitatives (date, lieu, nombre de témoins...), des classifications, l'ensemble des sources mentionnant l'affaire, avec leur références, une discussion du cas dans le but d'une évaluation de ses causes, et un historique des changements apportés au dossier. Un index général et des sous-catalogues thématiques donnent accès à ces dossiers Alsaciens.

Cas précédent Cas suivant >

Cas de Didenheim, le 5 novembre 1990:

Numéro de cas:

ALSACAT-1990-11-05-DIDENHEIM-1

Résumé:

Sur le forum du Web Ufologie & Paranormal, le 3 août 2009, "Dam" dit communiquer le témoignage de "Niela", habitant à Didenheim, indiquant qu'il a dû insister un peu pour qu'il le lui livre, car il ne tenait pas à être dérangé par des importuns:

"Niela" est cité comme rapportait que vers 19 heures le 5 novembre 1990, il était en train de lire, assis, une épaule contre la fenêtre, dans sa cuisine située à l'arrière d'un immeuble au 18 rue des Carrières à Didenheim. La fenêtre, qui donnait sur le nord-est, était à sa droite.

Subitement il a pris conscience d'un mouvement hors de son champ de vision, il a levé les yeux et a vu vers le nord-est à 70-80° sur l'horizon trois lumières blanches rondes qui ressemblaient à trois spots lumineux blancs derrière un verre dépoli. Cela paraissait très proche, il compare la chose à un "Airbus à 200 m d'altitude en train d'atterrir sans phare d'atterrissage (mais où ?)."

Il rapporte que la lumière était douce et légèrement bleuâtre, le tout formant un triangle isocèle dont la base était plutôt plus longue que les deux autres côté qui occupait environ 60° à bout de bras. Il a tout de suite eu une impression d'étrangeté qu'il a mis un moment à identifier: cela ressemblait à un avion en phase d'attérissage en début de piste mais le bruit manquait.

L'objet a glissé vers le nord-est et a disparu derrière des arbres en haut d'une colline proche vers la rue Bellevue. Pendant que cela s'éloignait il avait remarqué une quatrième lumière qui ressemblait à un cylindre blanc type tube néon dont la longueur était comparable à celle de la base du triangle et qui semblait dirigé vers l'arrière par rapport au mouvement de l'objet.

Il avait eu la forte impression que cela allait tomber sur Mulhouse, à tel point qu'il a appelé sa femme en crriant "viens vite, il y a un ovni". Puis il a téléphoné à un ami amateur d'ufologie pour lui dire "sors sur ton balcon, tu vas choper un ovni qui vient vers toi"... L'ami l'a fait mais n'est resté que quelques secondes sur son balcon et n'a rien vu parce que la portion de ciel qu'il pouvait surveiller était trop étroite.

Il ne risquait pas d'estimation de la vitesse de l'objet mais il lui a semblé qu'il avait traversé 80 à 90 degrés de ciel en 5 ou 6 secondes.

Dans ses souvenirs, quand il était à 45° sur l'horizon, il est passé vers l'incinérateur des Coteaux.

Quelques jours plus tard, il a retrouvé deux autres témoins, des hommes adultes qui se trouvaient au Lycée Louis Armand.

Il a alors trouvé des plus étrange que les deux hommes aient été survolés à la verticale par un immense engin qui leur a paru piqueté de lumières rouges présentait trois feux ronds de couleur orangée et au centre une boule d'une espèce de feu orangé piqueté de blanc, une chose gigantesque "qui leur a couvert tout le ciel quand il est passé au-dessus d'eux."

L'un d'entre eux se rappelait que quand l'objet s'est éloigné, la boule orangée centrale s'est mise à ressembler "à la tuyère d'un avion de chasse en postcombustion".

Ces deux témoins étant à environ 1700 mètres de lui, si l'objet était vraiment à 45° sur l'horizon pour lui quand il est passé à leur verticale, alors, estime "Niela" il était à environ 1700 m d'altitude et ses dimensions se comptaient en centaines de mètres alors que sa vitesse était très faible pour un si gros engin.

Il pense que puisqu'ils avaient vu l'objet à verticale alors que poour lui il était à 45° de l'horizon, cela exclut totalement un objet à 80 km d'altitude (entre: les débris de fusée passés exactement là à ce moment), et il conclut que c'était bien un "OVNI", ou bien qu'il y avait eu à la fois les débris de fusée et un OVNI.

Données:

Données temporelles:

Date: 5 novembre 1990
Heure: 19:00
Durée: 5 ou 6 secondes.
Date du premier rapport connu: 3 août 2009.
Délai de rapport: 2 décennies.

Données géographiques:

Département: Haut-Rhin
Commune: Didenheim
Lieu: Depuis cuisine face nord Est de l'immeuble 18 rue des Carrières, OVNI dans le ciel.
Latitude: 47.720
Longitude: 7.300
Rayon d'incertitude: 20 m.

Données concernant les témoins:

Nombre de témoins allégués: 3
Nombre de témoins connus: 1
Nombre de témoins nommés: 0
Ages des témoins: Adultes.
Types de témoins: Habitants.

Données ufologiques:

Témoignage apporté via: Forum ufologie - paranormal sur le Web.
Type de lieu: Depuis domicile en immeuble, OVNI dans le ciel.
Conditions d'éclairage: Nuit.
OVNI observé: Oui
Arrivée OVNI observée: ?
Départ OVNI observé: Oui.
Entité(s): Non.
Photographies: Non.
Dessins par témoins: Non.
Dessins approuvé par témoins: Non.
Sentiments des témoins: Etonnés.
Interprétations des témoins: Non identifié, OVNI.

Classifications:

Hynek: LN
ALSACAT: Rentrée de débris spatiaux.

Sources:

[Ref. upl1:] FORUM "UFOLOGIE ET PARANORMAL":

Dam

Membre - Niveau1

Message n°10

Re: Le 5 Novembre 1990

Message par Dam le Lun 3 Aoû 2009 - 11:29

Bonjour les amis, je vous communique le témoignage de Niela habitant à Didenheim, près de Mulhouse, son témoignage est très précis et cohérent, je ne vous cacherai pas que j'ai dû insister un peu pour qu'il me le livre en mp, il ne tient pas à être dérangé par des importuns:

"Bon, je te donne rapidement les grandes lignes.

Je résidais à Didenheim, près de Mulhouse. il était vers 19 heures et j'étais en train de bouquiner dans ma cuisine située à l'arrière d'un immeuble au 18 rue des carrières (visible sur google maps). J'avais le fenêtre, qui donne sur le nord-est, à ma droite.

C'est juste à l'extrémité inférieure de l'immeuble marqué "rue des carrières" là ;

http://maps.google.fr/maps/mm?ie=UTF8&hl=fr&ll=47.719911,7.300667&spn=0.001007,0.002199&t=h&z=18

Subitement j'ai conscience d'un mouvement hors de mon champ de vision (je lisais assis, une épaule contre la fenêtre). Je lève les yeux et là, je vois vers le nord-est à 70-80° sur l'horizon trois lumières blanches rondes qui ressemblaient à trois spots lumineux blancs derrière un verre dépoli. Cela paraissait très proche. Si on m'avait posé la question j'aurais dit que c'était un airbus à 200 m d'altitude en train d'atterrir sans phare d'atterrissage (mais où ?). La lumière était douce et légèrement bleuâtre. Le tout formait un triangle isocèle dont la base était plutôt plus longue que les deux autres côté qui occupait disons 60° à bout de bras. J'ai tout de suite eu une impression d'étrangeté que j'ai mis un moment à identifier: ça ressemblait à un avion en phase d'attérissage en début de piste mais le hic c'est que le bruit manquait.

L'objet a glissé vers le nord-est et a disparu derrière des arbres en haut d'une colline proche vers la rue Bellevue... Pendant qu'il s'éloignait j'ai remarqué une quatrième lumière qui ressemblait à un cylindre blanc type tube néon dont la longueur était comparable à celle de la base du triangle et qui semblait dirigé vers l'arrière par rapport au mouvement de l'objet.

J'ai vraiment eu l'impression que ce truc allait tomber sur Mulhouse, à tel point que j'ai crié à ma femme qui faisait prendre son bain à notre fils: "viens vite, il y a un ovni". Puis j'ai téléphoné à un copain amateur d'ufologie pour lui dire "sors sur ton balcon, tu vas choper un ovni qui vient vers toi"... Le bougre l'a fait mais n'est resté que quelques secondes sur son balcon et n'a donc rien vu parce que la portion de ciel qu'il pouvait surveiller était trop étroite.

Je ne me risquerai pas à estimer la vitesse de l'objet mais il m'a semblé qu'il a traversé 80 à 90 degrés de ciel en 5 ou 6 secondes.

Dans mes souvenir, quand il était à 45° sur l'horizon quand il est passé vers l'incinérateur qui est aujourd'hui démoli et qui se trouvait dans le rectangle arrondi à gauche du rond-point sur cette vue:

http://maps.google.fr/maps/mm?ie=UTF8&hl=fr&t=h&ll=47.727547,7.305286&spn=0.004027,0.008798&z=16

Ce détail a son importance car quelques jours plus tard j'ai retrouvé deux autres témoins, hommes adultes qui étaient au Lycée Louis Armand (donc dans l'axe reliant ma fenêtre à l'incinérateur) ici juste sous l'inscription "parc des collines"

http://maps.google.fr/maps/mm?ie=UTF8&hl=fr&t=h&ll=47.731732,7.306101&spn=0.004027,0.008798&z=16

Le plus étrange c'est que les deux hommes ont été survolé à la verticale par un immense engin qui leur a paru piqueté de lumières rouges présentait trois feux ronds de couleur orangée et au centre une boule d'une espèce de feu orangé piqueté de blanc. Un truc gigantesque qui leur a couvert tout le ciel quand il est passé au-dessus d'eux.

L'un d'entre eux se rappelait que quand l'objet s'est éloigné, la boule orangée centrale s'est mise à ressembler "à la tuyère d'un avion de chasse en postcombustion" selon ses propres dires.

Les deux gars étaient en gros à 1700 mètres de mois... Fais tes calculs... Si l'objet était vraiment à 45° sur l'horizon pour moi quand il est passé à leur verticale alors il était à 1700 m d'altitude (en gros bien sûr) et ses dimensions se comptaient en centaines de mètres alors que sa vitesse était très faible pour un si gros engin.

Par ailleurs le fait que nous ayons vu l'objet dans des directions si différentes (verticale pour eux lorsqu'il était à 45° de l'horizon pour moi) exclut totalement un objet à 80 km d'altitude. Ce truc était un ovni... A moins qu'on ait observé deux passages différents mais alors dans ce cas l'un des deux objets est un intrus."

[Ref. gei1:] "GROUPE D'ETUDES ET D'INFORMATIONS SUR LES PHENOMENES AEROSPATIAUX NON IDENTIFIES":

Dans sa documentation sur les cas du 5 novembre 1990 vers 19 heures sur la France, le GEIPAN a publié cette carte de la trajectoire des débris de la fusée, et une simulation de vue de leur passage sur Mulhouse:

Scan.

Discussion:

Carte.

Les liens vers des cartes "Google Maps" donnés dans le rapport ne fonctionnent pas; toutefois il est possible de reconstituer des cartes des lieux, d'autant que j'ai habité Brunstatt pendant des années et que je connais le secteur comme ma poche.

Le premier lieu est la situation du témoin qui s'exprime, qui est "dans ma cuisine située à l'arrière d'un immeuble" au 18 rue des Carrières à Didenheim. Ce témoin est donc derrière une des fenêtres de cet immeuble:

Scan.

Ce témoin peut donc observer le ciel au plus à 330° sur sa gauche et au plus à 146° sur sa droite, soit la moitié du ciel entre le nord-ouest à sa gauche et le sud-est à sa droite. Cette zone comprend effectivement la vue vers Mulhouse, dont le centre est au nord-est du témoin.

L'incinérateur, au sommet des "Coteaux" est a 1 km en ligne droite, dans son champ de vision, la direction est 22°, environ Nord-Nord-Est de ce témoin. Les deux autres témoins mentionnés sont dit êtres au Lycée Louis Armand, donc vers 11° du premier témoin; ce n'est pas exactement l'axe entre le premier témoin et l'incinérateur, mais presque. L'incinérateur comme le lycée - que mon fils a fréquenté, je connais très bien les lieux - font dans les 100 mètres de large, donc depuis le 18 de la rue des Carrières, les deux positions "se touchent" (lignes vertes):

Scan.

Les deux hommes au "Louis Armand" étaient non pas à 1700 mètres du premier témoin mais entre 1100 et 1500 mètres de lui à vol d'oiseau. S'il étaient dans la cour du lycée, ils étaient à 1370 mètres.

Cependant, malgré cette légère erreur de distance, le raisonnement su premier témoin est juste. Il est parfaitement évident que si au même moment, lui voit la chose à une élévation de 45° et les deux hommes voient la chose à une élévation de 90° ("au-dessus d'eux"), alors la chose n'est pas à 80 kilomètres de hauteur. à une distance de 80 km, la chose serait vu quasiment avec la même élévation par des témoins distants de 100 ou 1700 mètres.

Si le témoin évoque ces "80 kilomètres", c'est évidemment pour faire allusion à l'explication de l'observation par la rentrée de débris de fusée. Ces 80 kilomètres en sont l'altitude approximative, celle où ils commencent à se consumer dans les très hautes couches de l'atmosphère. Ensuite, il y a descente.

Mais si je comprend le raisonnement, je mets par contre en doute, non pas la description du premier témoin, mais la précision de celle des deux hommes au Louis Armand. Voici pourquoi:

Je pense que lorsque les deux hommes ont dit que la chose était passée "au-dessus" d'eux, cela ne valait pas une traduction stricte en 90°. D'où ils étaient placés, ils ont pu voir les débris de fusée arrivant du Sud-Ouest bien avant que le premier témoin ne puissent les voir; ils lui étaient cachés par les flancs de son immeuble. Ce premier témoin décrit bien le passage. avec sa lente descente vers l'horizon; les deux autres témoins ne donnent aucune description du déplacement de la chose. Ils exagèrent certainement lorsqu'il disent que cela leur "couvrait tout le ciel", et il est permis de penser que leur "au-dessus" était à prendre avec des pincettes également. "Au-dessus de moi" ne signifie pas forcément toujours "à ma verticale", parfois cela doit s'entendre comme "plus haut que moi".

Sur les 26 récits que j'ai documentés qui se rapportent à la rentrée des débris de la fusée russe le 11 novembre 1990 vers 19 heures vue d'Alsace, il y a peu d'anomalies de cette sorte; mais il est évident qu'il devait y avoir de temps à autre une anomalie de direction ou d'élévation dans ces rapports. C'était, je pense, inévitable; cela se produit également avec les météores. Heures, directions, élévations sont généralement concordantes, mais pas à cent pour cent.

Ce qui est certain est que si un "vrai OVNI" était passé là à 19 geures, il est incroyable que les débris de la fusée russe n'aient pas aussi été signalés. Il était impossible de ne pas les voir depuis Didenheim ou depuis le Louis Armand!

Trajectoire.

Ci-dessus: Passage des débris de la fusée russe sur le Haut-Rhin.

Evaluation:

Rentrée de débris spatiaux du 5 novembre 1990.

Références des sources:

* = Source dont je dispose.
? = Source dont l'existence m'est signalée mais dont je ne dispose pas. Aide appréciée.

Historique du dossier:

Rédaction

Auteur principal: Patrick Gross
Contributeurs: Aucun
Reviewers: Aucun
Editeur: Patrick Gross

Historique des changements

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 28 juillet 2022 Création, [upl1], [gei1].
1.0 Patrick Gross 28 juillet 2022 Première publication.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 28 juillet 2022.