ALSACAT -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

ALSACAT:

Comme son nom le suggère, ALSACAT est mon catalogue exhaustif à terme des affaires d'OVNIS en Alsace, qu'elles soient "expliquées" ou "inexpliquées".

Le catalogue ALSACAT donne pour chaque cas un dossier comprenant un numéro de cas, un résumé, des informations quantitatives (date, lieu, nombre de témoins...), des classifications, l'ensemble des sources mentionnant l'affaire, avec leur références, une discussion du cas dans le but d'une évaluation de ses causes, et un historique des changements apportés au dossier. Un index général et des sous-catalogues thématiques donnent accès à ces dossiers Alsaciens.

Cas de Schwoben, le 8 octobre 1954:

Numéro de cas:

ALSACAT-1954-10-08-SCHWOBEN-1

Résumé:

Données:

Données temporelles:

Date: 8 octobre 1954
Heure:
Durée:
Date du premier rapport connu:
Délai de rapport:

Données géographiques:

Département: Haut-Rhin
Commune: Schwoben
Lieu:
Latitude:
Longitude:
Rayon d'incertitude:

Données concernant les témoins:

Nombre de témoins allégués: ?
Nombre de témoins connus: ?
Nombre de témoins nommés: ?
Ages des témoins: ?
Types de témoins: ?

Données ufologiques:

Témoignage apporté via: ?
Type de lieu: ?
Conditions d'éclairage: Nuit
OVNI observé: Oui
Arrivée OVNI observée: Non
Départ OVNI observé: Non
Entité(s): Non
Photographies: Non.
Dessins par témoins: Non.
Dessins approuvé par témoins: Non.
Sentiments des témoins: Etonnés.
Interprétations des témoins: ?

Classifications:

Hynek: ?
ALSACAT: ?

Sources:

[Ref. lae1:] JOURNAL "L'ALSACE":

Scan

"ENGINS NON IDENTIFIES" DANS LE CIEL DU SUNDGAU

"J'ai senti le souffle de la "soucoupe" qui venait de me dépasser"
nous déclare M. RENE OTT témoin, hier matin d'une stupéfiante aventure

[Photo légendée:] "L'engin se trouvait à environ ça du sol," déclare M. Ott en accompagnant ses paroles d'un geste de la main.

Davantage peut-être que l'émotion, la frayeur se lisait encore sur son visage, lorsque, pour la quinzième fois, M. René Ott répéta hier matin la surprenant aventure dont il venait d'être le témoin. Que lui est-il arrivé? Oh, une chose somme toute fort banale depuis quelques temps: il avait vu une "soucoupe volante. Fort banale en vérité, car il ne se passe plus guère de jours sans que l'on signale sous toutes les latitudes la présence de ces engins. Mais ce qui est beaucoup moins banal, ce sont les circonstances dans lesquelles M. Ott s'est trouvé placé.

Car cette fois la première soucoupe a atterri - ou peu s'en faut (à 50 cm près) -- dans un champ sundgovien.

C'est entre Berentzwiller et Jettingen, dans la vallée de Hundsbach, à trois mètres de la route départementale No 16, que se situe l'endroit exact. Nous l'avons vu... ou plus exactement, nous n'avons rien vu du tout (pas même de l'herbe foulée ou la moindre tache d'huile de moteur!...)

Et cela se comprend: selon le témoignage de M. Ott, l'engin n'était pas directement posé sur le sol, mais se tenait immobile à environ 50 cm au-dessus de celui-ci. Il avait la forme d'un "champignon" ou d'une hutte, mesurait environ 3 mètres de long, était arrondi au sommet comme une coupole, au milieu de laquelle se trouvait une porte ouverte vers l'intérieur d'une hauteur de 1 m 50 et large de 60 cm environ.

Inutile d'ajouter que tout le monde à l'arrondissement de la SNCF, bld du Chemin de Fer à Mulhouse écoutait avec intérêt - et avec plus ou moins de scepticisme - l'aventure que venait de vivre, hier matin, René, le garçon du bureau.

M. René OTT, 35 ans, domicilié à Berentzwiller, est un fonctionnaire, réputé sérieux, ses chefs nous l'ont confirmé. Il est impensable qu'il ait inventé cette aventure et l'émotion qui l'étreignait encore n'était pas feinte.

Bref, la curiosité l'emporta et ses chefs, deux inspecteurs de la SNCF, décidèrent de ramener sur les lieux notre homme pour qu'il expliquât en détail ce qu'il avait vu.

On commanda chauffeur et voiture qui fila à toute allure vers Berentzwiller. Nous étions les premiers au rendez-vous, et, peu après, arrivèrent également, un commissaire des Renseignements Généraux de Saint-Louis, un inspecteur des RG, de l'aérodrome de Blotzheim, le lieutenant de la gendarmerie d'Altkirch et quatre gendarmes...

Voici textuellement ce qu'il déclara.

"Il était à peu près 5 h 30 du matin et je venais de quitter mon domicile à Berentzwiller, pour me rendre, comme chaque matin, à Altkirch, où je prends le train pour Mulhouse. Je roulais en scooter lorsque à cet endroit précis, à la sortie du village vers Jettingen, à environ 3 m à gauche de la route, dans un pré, j'aperçus nettement dans le rayon de mon phare, un engin, en forme de champignon, au milieu duquel une porte était ouverte...

Je fus saisi de frayeur et accélérais, mais je n'avais pas fait 50 m que je fus pris, par derrière, dans le faisceau d'un puissant phare, dont la lumière blanche portait bien à deux cent mètres. Quelques secondes plus tard, je vis subitement se dresser devant moi, à environ trois mètres de distance et à une hauteur de 6 m au-dessus de la route, un engin de forme conique dont les lueurs arc-en-ciel m'aveuglaient et éclairaient comme en plein jour...

Instinctivement, je mis le phare de mon scooter en code. Au moment où il me dépassait j'ai nettement senti le souffle de l'engin. Celui-ci me précéda alors, toujours à la même distance et à la même hauteur et ce, sur plusieurs centaines de mètres, jusqu'à la première maison de Jettingen.

Là, je m'arrêtais, me sentant plus rassuré. C'est à ce moment que le "champignon lumineux" monta à la verticale et à une vitesse hallucinante derrière les premières maisons de Jettingen pour disparaître rapidement dans le ciel.

Il ne faisait absolument aucun bruit, du moins n'ai-je rien entendu du fait que le moteur de mon scooter tournait et que je portais un casque.

A aucun moment je n'ai aperçu d'hommes ou d'êtres vivants autour ou dans l'engin, même pas d'ombres mouvantes. Le champignon était opaque quand il se trouvait du côté de la route et complètement lumineux, voire aveuglant, dès lors qu'il me précédait à 6 m du sol".

Telles sont les déclarations faites par M. René Ott aux enquêteurs qui n'ont absolument rien pu découvrir qui puisse les informer ou les confirmer, du moins pour le moment.

Nous avons, quant à nous, le sentiment que le récit de M. Ott était sincère et qu'en tout état de cause on peut accorder crédit à ses déclarations. Il n'est pas exclu que d'ici deux ou trois jours, M. Ott se souvienne de tel ou tel détail qui peut avoir une importance capitale. Quoi qu'il en soit, personne n'a pu relever la moindre contradiction dans ce témoignage qui corrobore dans son ensemble tous ceux déjà fournis sur les soucoupes: silence total, grande vitesse, lumière multicolore aveuglante.

Voici donc un témoignage de plus à verser au volumineux dossier des soucoupes dont le mystère - faut-il dire hélas ou tant mieux - reste entier pour autant.

Légende photo: M. Ott (indiqué par une croix) montre aux représentants de la compagnie des chemins de fer et des pouvoirs publics l'endroit, au bord de la route, où il a vu la soucoupe planant à soixante centimètres au-dessus du sol.
(Photo "L'Alsace")

[Ref. pbb1] PROJET BLUE BOOK DE L'USAF / AFP:

Le programme Blue Book de l'Armée de l'Air des USA était responsable de l'étude des rapports d'observation d'OVNIS, et rassemblait ainsi des informations des médias sur le sujet. Le texte ci-dessous est leur traduction en anglais d'une brève de l'Agence France Presse (AFP) du 9 octobre 1954.

Scan

Mans, Cherbourg, Finistère, Indre & Mulhouse, France, 8 octobre 1954

Paris, 9 oct.(AFP) -- Vendredi, plusieurs engins mystérieux ont une fois de plus été vus dans le ciel de la France.

1. Près du Mans, un collecteur de lait a déclaré que son camion s'est arrêté pour une raison inconnue et que, quand il est sorti, il a vu un cigare volant lumineux rouge et bleu, d'environ un mètre de long, passer au-dessus de lui. Quand l'engin eut disparu, le moteur du camion s'est remis à fonctionner.

2. A Cherbourg, plusieurs personnes ont vu une "sphère lumineuse" à une altitude plutôt élevée. Après avoir plané au-dessus de la ville, ceci a disparu vers le sud.

3. Dans le Finistère, beaucoup de gens ont été alarmées par une sphère lumineuse manoeuvrant à seulement environ un douzaine de mètres de la terre, qui a semblé se déplacer vers eux.

4. Un résidant de l'Indre a observé un objet de couleur grise immobile à environ 100 mètres d'altitude. Cet engin est ensuite parti à une très vive allure, laissant derrière lui une sorte de de brouillard. Un autre résidant de ce département a déclaré qu'il a vu un objet rouge-orange pâle lumineux se déplacer le long d'un axe nord-sud.

5. Enfin, un cantonnier de la région de Mulhouse dit qu'il a vu une coupole hémisphérique et intérieurement lumineuse dans un champ. Avant de tourner les talons il a eu le temps de remarquer qu'une porte s'ouvrait sur l'engin. L'objet a manoeuvré au-dessus de lui avant de disparaître.

[Ref. jgu1:] JIMMY GUIEU:

L'auteur indique que le journal "L'Alsace" du 9 octobre 1954 rapporte "une intéressante observation faite la veille, près de Berentzwiller, est un fonctionnaire S.N.C.F. réputé sérieux, ses chefs nous l'ont confirmé."

Jimmy Guieu déclare qu'il est impensable qu'il ait inventé cette observation et que l'émotion qui l'étreignait encore n'est pas feinte.

Guieu indique que le témoin a déclaré:

"Il était à peu près à 5 h 30 du matin et je venais de quitter mon domicile à Berentzwiller pour me rendre, comme chaque matin, à Altirch où je prends le train pour Mulhouse. Je roulais en scooter lorsqu'à la sortie du village vers Jettingen, à environ 3 mètres de la route D16, dans un pré, j'aperçus nettement, dans le rayon de mon phare, un engin en forme de champignon ou de hutte. Il mesurait environ trois mètres de haut et trois mètres de long et était arrondi au sommet comme une coupôle au milieu de laquelle se trouvait une porte ouverte, vers l'intérieur, d'une hauteur de 1 m 50 et large de 60 centimètres environ."

"Je fus saisi de frayeur et accélérais, mais je n'avais pas fait cinquante mètres que je fus pris, par derrière dans le faisceau d'un puissant phare dont la lumière blanche portait bien à 200 mètres. Quelques secondes plus tard, je vis soudain se dresser devant moi, à environ trois mètres de distance, et à une hauteur de six mètres au-dessus de la route, un engin de forme conique dont les lueurs arc-en-ciel m'aveuglaient et éclairaient comme en plein jour. Instinctivement je mis le phare de mon scooter en code. Au moment où il me dépassait, j'ai nettement senti le souffle de l'engin. Celui-ci me précéda alors, jusqu'à la première maison de Jettingen."

"Là je m'arrêtais, me sentant plus rassuré. C'est à ce moment que le "champignon" lumineux monta à la verticale à une vitesse hallucinante derrière les premières maisons de Jettingen pour disparaître rapidement dans le ciel. Il ne faisait absolument aucun bruit, du moins n'ai-je rien entendu du fait que le moteur de mon scooter tournait et que je portais un casque. A aucun moment je n'ai aperçu d'hommes ou d'êtres vivants autour ou dans l'engin, même pas d'ombres mouvantes. Le "champignon" était opaque, quand il se trouvait à côté de la route, et complètement lumineux, voire aveuglant, dès lors qu'il me précédait à six mètres du sol."

[Ref. aml1:] AIME MICHEL:

Aimé Michel indique qu'à Jettingen, près de Mulhouse, un atterrissage assez spectaculaire a eu lieu au cours de la nuit du 7 au 8 octobre 1954. Il donne le récit du témoin, René Ott, fonctionnaire des chemins de fer:

"Je roulais à scooter entre Berentzwiller et Altkirch sur la départementale 16, lorsqu'un peu avant le village de Jettingen, j'aperçus nettement dans le rayon de mon phare, à environ 3 mètres de la route sur la gauche, dans un pré, un engin en forme de champignon ou de hutte. Il pouvait mesurer 3 mètres d'envergure, et dans sa silhouette en forme de coupole je distinguai un rectangle lumineux, comme une porte, d'une hauteur de 1,50 mètre et large de 60 centimètres environ. Pris de peur, j'accélérai. Mais quelques dizaines de mètres plus loin, je fus pris par derrière dans une intense lumière blanche portant à au moins 200 mètres, et dont la source semblait se rapprocher à toute allure. L'engin me dépassa en effet à une hauteur de 5 ou 6 mètres au-dessus de la route, et je sentis très nettement un très fort déplacement d'air. Il me précéda alors audessus de la route jusqu'au village, pendant plusieurs centaines de mètres. A la première maison, il monta presque verticalement et disparut derrière le village. Mais j'ai eu le temps de l'observer. Il était extrêmement lumineux en vol, avec des lueurs d'arc-en-ciel. Je n'ai rien entendu, mais il est vrai que je portais un casque."

[Ref. mcs1:] MICHEL CARROUGES:

Michel Carrouges rapporte que René Ott, 35 ans, employé de la S.N.C.F., roulant en scooter le 8 octobre 1954 à 05:30 du matin sur une route près de Jettingen dans le Haut-Rhin, a soudainement aperçu dans la lumière de son phare, à 3 mètres de la route dans un pré voisin, une sorte de grand "champignon" à coupole hémisphérique, couleur d'aluminium.

Il a aussi remarqué un rectangle lumineux découpé comme une porte dans la coupole.

Pris de peur, il a accéléré, mais quelques dizaines de mètres plus loin, il est a été pris dans une intense lumière blanche qui paraissait le poursuivre. L'engin l'a rattrapé, l'a survolé à une hauteur de 5 à 6 mètres au-dessus de la route, l'a dépassé ainsi pendant plusieurs centaines de mètres jusqu'au village de Jettingen, où il s'est envolé presque verticalement.

[Ref. mcs1:] MICHEL CARROUGES:

Michel Carrouges raconte les mystifications de deux journalistes de Samedi-Soir, selon leur articles dans ce journal du 21 au 27 octobre 1954: ces journalistes sont partis en voiture depuis Paris, et se sont rendu dans le Midi, dans les régions de Cahors, Montauban et Toulouse, munis d'accessoires tels que costumes de scaphandriers, feux de Bengale et divers produits d'artificiers, pour jouer aux Martiens.

Les journlistes ont conclu que les témoignages sur les soucoupes volantes sont des stupidités et spécialement les témoignages du 13 octobre 1954 dont l'un "M. Ott à Toulouse", l'autre M. Carcenac à Graulhet, dans le Tarn, ainsi que celui de M. Mitto le 9 octobre dans le Tarn, mais sans le nommer.

Carrouges regrette que ce qui aurait pu être une expérience intéressantes sur la psychologie de la perception airt tourné à la plaisanterie, et que la routes qu'ils ont suivi n'ait été donnée que très partiellement, les journalistes n'ayant précisé aucune date. Il précise également qu'ils n'ont donné en fait aucune preuve de leur passage effectif dans les localités en question et, qu'à la limite, on serait même en droit de se demander si le reportage n'a pas été fabriqué de toutes pièces.

Il note tout de même qu'il y a dans les articles des photos de témoins dont la bonne foi a été surprise par les journalistes et qu'il paraît difficile qu'elles aient été inventées; que l'on peut donc admettre que ces journalistes ont effectivement opéré une tournée de mystifications, mais que son ampleur, les lieux précis et les heures exactes sont tellement lacunaires qu'on ne peut pas le savoir avec certitude.

Michel Carrouges reconstitue qu'ils ont du suivre la route de Brive, Cahors, Montauban, Toulouse, en arrêtant leur voiture, prenant leur déguisement et tirant de temps à autre quelques fusées nullement interplanétaires, aux endroits suivants: Pouzergues (au sud de Cahors), Varreye (sur la route de Montpezat de Quercy), Montalzet (sur la nationale 20), Saint-Gomhiez (entre Fronton et Bouloc, sur la départementale 4), de là, ou aux environs, ils ont fait un crochet vers Graulhet, puis pont revenus à l'entrée de Toulouse, du côté de l'aérodrome de Blagnac, et que donc tout témoignage sur cet itinéraire, et à ce moment-là, est suspect d'être illusoire.

[Ref. lcp1:] LEONARD G. CRAMP:

L'auteur indique que "au delà de Montlevic, à Jettingen, près de Mulhouse (Haut Rhin)," un cas d'atterrissage a été rapporté pendant la nuit du 7 au 8 octobre 1954, et le témoin M. Rene Ott, un fonctionnaire ferroviaire, a dit:

"Je montais un scooter à moteur le long de la route D-16, entre Beeantzwiller [sic] et Altkirch, quand juste à ce côté du village de Jettingen j'ai vu dans mon phare, très clairement, un objet dans le pré à la gauche de la route, à seulement neuf ou dix pieds de distance. Il était formé comme le dessus d'un champignon, ou une basse hutte, et il pouvait avoir eu dix pieds d'une extrémité à l'autre. Dans la silhouette en forme de coupole je pouvais voir un rectangle éclairé, comme une porte, environ des quatre pieds et demi de haut sur deux pieds de large."

"La chose m'a effrayé et j'ai accéléré. Mais peut-être 60 pieds plus loin, j'ai été attrapé dans une terrible lumière blanche par derrière, qui éclairait au moins 200 yards en avant et qui a semblé venir plus près à une vitesse terrible. En fait, la machine ou ce que c'était est passé au-dessus de ma tête à pas plus de 15 ou 20 pieds au-dessus de la route, et j'ai distinctement senti un courant d'air très fort."

[Ref. jve5:] JACQUES VALLEE:

268 -007.36371 47.59740 07 10 1954 24 00 1 JETTINGEN-HT RHIN F 0011 1C 250

[Ref. jve2:] JACQUES VALLEE:

L'auteur indique que le 7 octobre 1954, à Jettingen dans le Haut-Rhin, un employé des chemins de fer a vu un objet dans un champ, à 3 mètres de la route et 1 mètre au-dessus du sol. Il avait la forme d'un champignon d'environ 3 mètres de diamètre. Un rectangle lumineux, comme l'ouverture d'une porte, a été observé sur un des côtés. Il s'est envolé et a volé à environ 5 mètres au-dessus du témoin, le suivant jusqu'au village.

[Ref. cgu1:] CHARLES GARREAU:

Charles Garreau mentionne qu'il y a eu une observation le 7 octobre 1954 à Mulhouse.

[Ref. gal1:] CHARLES GARREAU ET RAYMOND LAVIER:

Les deux auteurs et ufologues rendent compte du cas de Schwoben dans le Haut-Rhin, le 8 octobre 1954, à 05:35, indiquant que les références sont des dossiers personnels et des coupures de journaux.

Ils rapportent que M. Ott, un employé de S.N.C.F [Société Nationale des Chemin de Fer] résidant de Berentzwiller, a quitté sa maison ä scooter pour aller à la gare d'Altkirch. A la sortie de Jettingen, dans un champ, sur le côté de la route, il voit grâce à la lumière de son phare, un objet étrange.

Garreau et Lavier donnent le témoignage de M. Ott:

"Il avait la forme d'un champignon, ou d'une hutte. C'était une sorte de coupole semi-sphérique, d'environ 3 mètres de diamètre. Il m'a semblé distinguer une porte ou une trappe éclairée de l'intérieur. J'ai pris peur. J'ai fait demi-tour. Mais je n'avais pas fait 50 mètres que je me suis trouvé dans le faisceau d'un puissant projecteur. Quelques secondes plus tard, j'ai été dépassé par un engin qui volait à 5 ou 6 mètres au-dessus de la route. C'était conique, avec des lueurs arc-en-ciel, qui éclairaient comme en plein jour, et qui m'aveuglaient. Instinctivement, j'ai mis le phare de mon scooter en code. Quand l'engin m'a doublé, j'ai nettement senti un souffle. Il m'a précédé en se maintenant à la même distance et à la même hauteur, jusqu'aux premières maisons de Jettingen, c'est-à-dire pendant 800 mètres environ. Là, je me suis arrêté. J'étais un peu rassuré. L'engin s'est alors élevé à la verticale, à une vitesse fantastique. Je l'ai rapidement perdu de vue."

[Ref. jve1:] JACQUES VALLEE:

206

7 Octobre 1954, à l'aube, Jettingen (France)

Un employé de chemin de fer, René Ott, vit un objet ayant la forme d'un champignon, de trois mètres de diamètre, dans un champ à trois mètres de la route N. 16 et à un mètre du sol. Un retangle lumineux, une sorte de porte, se voyait sur le côté. Il décolla et s'éleva à environ 5 mètres au-dessus du témoin, le suivant jusqu'au village voisin. France-Soir, 10 Octobre 1954).

[Ref. gab1:] GROUPE D'UFOLOGIE "G.A.B.R.I.E.L":

07/10/1954 Jettingen

Vers 5h30 du matin, le témoin découvrit dans un pré à trois mètres au bord de la route un engin en forme de hutte de trois mètres de diamètre. Dans la silhouette en forme de coupole, M. Ott distingua un rectangle lumineux de 1,50m de haut et 0.60m de large, comme une port ouverte vers l'intérieur. (A. Michel)

[Ref. fru1:] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

Les deux auteurs indiquent que le 8 octobre 1954 à 05:35, à Jettingen, Haut-Rhin, le témoin vient de quitter son domicile à Berentzwiller, pour se rendre, en scooter, à son travail, en gare d'Altkirch. Juste avant d'entrer à Jettingen, il voit, dans un champ, à 3 mètres de la route, et à environ 1 mètre au-dessus du sol, un objet en forme de champignon, comme une coupole demi-sphérique, d'environ 3 m de diamètre, une porte ou une trappe éclairée de l'intérieur est visible sur le côté de l'appareil. Elle peut avoir une hauteur de 1 m 50 et une largeur de 60 cm. Pris de peur, le témoin accélère (A. Michel), ou fait demi-tour (Garreau). Il est alors pris dans une intense lumière, par derrière, lumière qui porte à 200 mètres, et dont la source semble se rapprocher à toute allure. le témoin est dépassé par l'engin qui vole à environ 5 à 6 mètres d'altitude, et précédé par celui-ci pendant, quelques centaines de mètres, jusqu'au village de Jettingen. Aux premières maisons, il monte à la verticale et disparaît derrière le village en direction d'Altkirch.

Les auteurs indiquent que les sources sont le cas 206 du Catalogue Vallée donnant comme date le 7 octobre 1954; Charles Garreau et Raymond Lavier dans "Face aux ET" pages 110-111 donnant la date du 8 octobre 1954; Jimmy Guieu dans "Black-out sur les S.V. pages 202-203 donnant la date du 8 octobre 1954; Quincy donnant la date du 8; Aimé Michel dans "A propos des S.V." pages 181 avec la date du 7; L'Alsace du 9 octobre 1954 donnant comme date la veille donc le 8.

[Ref. goe1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

L'ufologue Belge indique dans sa chronologie qu'en 1954, le 7 octobre, en France, à Jettingen, à l'aube, à 5 h 35, René Ott, employé SNCF, vit un objet ayant la forme d'un champignon de 3 m de diamètre dans un champ à 3 m de la route et à 1 m du sol. Il décolla et s'éleva à environ 5 m au-dessus du témoin, le suivant jusqu'au village voisin.

Godelieve van Overmeire indique que les sources sont "France-Soir, 10 oct 1954; Jacques Vallée: "Chronique des apparitions ET" - DENOEL 1972 - COLL. J'AI LU - p. 270, 271 qui date du 8 octobre) Il remarque aussi un rectangle lumineux découpé comme une porte dans la coupole. Pris de peur il accélère, mais quelques dizaines de mètres plus loin, il est pris pris par une intense lumière blanche qui paraît le poursuivree. L’engin le rattrape, le survole à une hauteur de 5 à 6m au-dessus de la route, le précède ainsi pendant plusieurs centaines de mètres jusq’au village de Jettingen et là s’envole presque verticalement.; Michel Carrouges: "Les apparitions de Martiens" éd. Fayard, 1963, p. 91".

[Ref. uwb2:] SITE WEB "UFOWEB":

COMMUNES DEPT LATITUDES LONGITUDES ANNEES
Berentzwiller 68 47.583 7.383 1954
[Ref. uwb3:] SITE WEB "UFOWEB":
COMMUNES DEPT LATITUDES LONGITUDES ANNEES
Jettingen 68 47.600 7.367 1954

[Ref. djn1:] DONALD JOHNSON:

1954 8 octobre - Jettingen, France. Un employé de chemin de fer, Rene Ott, a vu un objet en forme de champignon de trois mètres de diamètre, dans un champ à trois mètres de la route N16 et un mètre au-dessus du sol. Un rectangle lumineux, comme une porte, a été vu sur son côté. Il a décollé et a volé à environ cinq mètres au-dessus de la tête du témoin, le suivant jusqu'au prochain village. (sources: Aime Michel, Flying Saucers and the Straight Line Mystery, p. 143; Jacques Vallee, Passeport to Magonia, p. 219).

[Ref. lgs1:] LOREN GROSS:

7 octobre. Jettinggen [sic], France. (Lever du soleil)

En accélérant sur la Rt N16 près de Jettingen sur son scooter, M. René Ott a dépassé un champ où un objet en forme de champignon a plané juste au-dessus du sol. Visible sur le côté de l'objet de neuf pieds de large était un rectangle lumineux (une porte? M. Ott a couru loin sur son scooter mais l'objet a pris la chasse, l'OVNI volant juste au-dessus du scooter (15 pieds environ) et En restant dans cette position jusqu'à ce que la ville la plus proche soit atteinte. 66.

[Ref. jsr1:] JEAN SIDER:

Jean Sider indique que le 8 octobre 1954, à 05:35, à Jettingen, France, René Ott, alors âgé de 35 ans, roule en scooter et voit dans un champ, à 3 mètres de la route, un objet d'environ 3 mètres de diamètre en forme de champignon. Il prend peur, fait demi-tour, et est tout coup pris dans une intense lumière par derrière, dont la source se rapproche de plus en plus. Il est dépassé par l'objet volant à 5 ou 6 mètres d'altitude et ressent à son passage un effet de déplacement d'air.

Jean Sider indique que la source est Michel, pages 180,181.

[Ref. cvn1:] CHRISTIAN VALENTIN, "LES SAISONS D'ALSACE":

Christian Valentin indique parmi les nombreuses observations en Alsace en 1954, celle du 8 octobre, citant l'article du journal l'Alsace du 9 octobre 1954.

Il indique que René Ott a 35 ans, qu'il est garçon de bureau à la SNCF, habit Berentzwiller et est, selon les journalistes de l'Alsace, "un fonctionnaire réputé sérieux ses chefs nous l'ont confirmé. Il est impossible qu'il ait inventé cette aventure, et l'émotion qui l'étreignait encore n'est pas feinte."

Valentin donne le récit du témoin paru dans L'Alsace:

"Il était à peu près 5 h 30 du matin et je venais de quitter mon domicile à Berentzwiller, pour me rendre, comme chaque matin, à Altkirch où je prends le train pour Mulhouse; je roulais en scooter lorsqu'à cet endroit précis, à la sortie du village, vers Jettingen, à environ 3 m à gauche de la route, dans un pré, j'aperçus nettement dans un rayon de mon phare un engin en forme de champignon, au milieu duquel une porte était ouverte... Je fus saisi de frayeur et accélérai, mais je n'avais pas fait 50 m que je fus pris, par derrière, dans le faisceau d'un puissant phare, dont la lumière blanche portait bien à 200 m. Quelques secondes plus tard, je vis subitement se dresser devant moi, à environ 3 m de distance et à une hauteur de 6 m au-dessus de la route, un engin de forme conique dont les lueurs arc-en-ciel m'aveuglaient et éclairaient comme en plain jour... Instinctivement, je mis les phares de mon scooter en code... Au moment où il me dépassait, j'ai nettement senti le souffle de l'engin. Celui-ci me précéda alors, toujours à la même distance et à la même hauteur, et ce sur plusieurs centaines de mètres, jusqu'à la première maison de Jettingen."

"Là, je m'arrêtais, me sentant plus rassuré. C'est à ce moment que le champignon lumineux monta à la verticale et à une vitesse hallucinante derrière les premières maisons de Jettingen, pour disparaître rapidement dans le ciel. Il ne faisait absolument auun bruit, du moins n'ai-je rien entendu du fait que le moteur de mon scooter tournait et que je portais un casque."

"A aucun moment je n'ai aperçu d'hommes ou d'êtres vivants autour de l'engin ou dedans, même pas d'ombres mouvantes. Le champignon était opaque quand il se trouvait à côté de la route, et complètement lumineux, voire aveuglant, dès lors qu'il me précédait à 6 mètres du sol."

[Ref. spa1:] ASSOCIATION D'UFOLOGIE "SPICA":

Il y a cinquante ans
"Les Ovnis en Alsace"

[... Autres cas...]

Le 08 octobre a lieu la première rencontre rapproché [sic] à Jettingen. A 5h30 du matin, le témoin observe dans un pré un engin en forme de champignon au milieu duquel une porte était ouverte, le témoin pris de panique quitte l’endroit avec sa mobylette, et fut rattrapée [sic] part [sic] l’engin. Le témoin: "J’ai sentit [sic] le souffle de la soucoupe qui venait de me dépasser"

[... Autres cas...]

[Ref. jbu1:] JEROME BEAU:

Jeudi 7 octobre 1954

[...]

A l'aube A Jettingen (France), René Ott (employé de chemin de fer) voit un objet de la forme d'un chapignon de 3 m de diamètre, dans un champ à 3 m de la N16 et à 1 m du sol. Un rectangle lumineux, une sorte de porte, se voit sur le côté. Il décolle et s'élèva à environ 5 m au-dessus du témoin, le suivant jusqu'au village voisin.

[...]

Jérôme Beau indique que sa source est "France-Soir, 10 octobre 1954".

[Ref. usa1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 7 octobre 1954 à 06:00, à Jettingen, France, un employé de chemin de fer, Rene Ott, a vu un objet en forme de champignon de trois mètres de diamètre, dans un champ à trois mètres de distance de la route N16 et un mètre au-dessus de la terre. Un rectangle lumineux, comme une porte, a été vu sur son côté. Il a décollé et a volé à environ cinq mètres au-dessus du témoin, le suivant au prochain village.

La source est indiquée comme "Vallee Magonia Database".

[Ref. uda1:] SITE WEB "UFODNA":

8 octobre 1954 05:30

Jettingen, Alsace, France

Motocycliste a vu objet en forme de champignon, 10 pieds de large, avec porte ouverte 2'x5'. N'a pas vu d'occupants. Après l'avoir dépassé en roulant a été frappé par un puissant rayon de lumière.

Un objet a été observé. Des effets de gravitation on été notés. Un disque en forme de dôme, environ 10 pieds de large, a été observé par un témoin masculin expérimenté sur une ferme (Ott, R).

Classification Hynek: RR2

Classification Vallée: RR2

Les sources sont indiquées comme: "Webb, David, HUMCAT: Catalogue of Humanoid Reports; Michel, Aime, Flying Saucers et the Straight-Line Mystery, S. G. Phillips, New York, 1958; Bowen, Charles, The Humanoids: FSR Special Edition No. 1, FSR, London, 1966; Vallee, Jacques, Catalogue Informatisé (N = 3073); Vallee, Jacques, Challenge to Science: The UFO Enigma, Henry Regnery, Chicago, 1966; Vallee, Jacques, A Century of Landings (N = 923), (in JVallee04), Chicago, 1969; Cramp, Leonard G., Piece for a Jig-Saw, Somerton, Isle of Wight, 1966; Schoenherr, Luis, Catalogue Informatisé (N = 3173); Newspaper Clippings; Hatch, Larry, *U* computer database, l'Auteur, Redwood City, 2002."

[Ref. lcn1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique que dans le Haut Rhin à Jettingen le 8 octobre 1954 à 05:35 heures, "le témoin vient de quitter son domicile à Barentzwiller, pour se rendre, en scooter, à son travail, en gare d'Altkirch. Juste avant d'entrer à Jettingen, il voit, dans un champ, à 3 mètres de la route, et à environ 1 mètre au-dessus du sol, un objet en forme de champignon, comme une coupole demi-sphérique, d'environ 3 m de diamètre, une porte ou une trappe éclairée de l'intérieur est visible sur le côté de l'appareil. Elle peut avoir une hauteur de 1 m 50 et une largeur de 60 cm. Pris de peur, le témoin accélère (A. Michel), ou fait demi-tour (Garreau). Il est alors pris dans une intense lumière, par derriere, lumière qui porte à 200 mètres, et dont la source semble se rapprocher à toute allure. le témoin est dépassé par l'engin qui vole à environ 5 à 6 mètres d'altitude, et précédé par celui-ci pendant, quelques centaines de mètres, jusqu'au village de Jettingen. Aux premières maisons, il monte à la verticale et disparaît derrière le village en direction d'Altkirch.

Luc Chastan indique que la source est "Ovni, Premier dossier complet... par Figuet M./ Ruchon J.L. ** éd. Alain Lefeuvre 1979".

[Ref. kir1:] FABRICE ET DANIEL KIRCHER:

Les auteurs indiquent que le 8 octobre 1954 à Jettingen dans le Haut-Rhin,, René Ott circulait à scooter sur une route de campagne à environ 5:30 du matin quand il a repéré dans un champ à trois mètres de la route un objet en forme de champignon d'environ trois mètres de diamètre, où on distinguait une porte éclairée de 1.50 mètres sur 60 centimètres.

Le témoin a fait prudemment demi tour et tout a coup il s'est vu rattrapé par une lumière intense, avant d'être dépassé par l'objet volant à 5 ou 6 mètres d'altitude, et ressentant à son passage un effet de déplacement d'air.

Les auteurs indiquent que la source est Jean Sider dans "La Vague de 1954 et l'Imposture Rationaliste".

[Ref. isu1:] BLOG "ISUNDGAU":

Ce blog présente plusieurs cas alsaciens pêchés sur le web, dont:

Le 7 octobre 1954, à Jettingen, un témoin signale une observation bizarre. Son témoignage est relaté dans les journaux France-Soir et L’ALSACE.

"7 Octobre 1954, à l'aube, Jettingen (France) - Un employé de chemin de fer, René O. vit un objet ayant la forme d'un champignon, de trois mètres de diamètre, dans un champ à trois mètres de la route N. 16 et à un mètre du sol. Un rectangle lumineux, une sorte de porte, se voyait sur le côté. Il décolla et s'éleva à environ 5 mètres au-dessus du témoin, le suivant jusqu'au village voisin. (France-Soir, 10 Octobre 1954)."

Titre de l’article paru dans L’Alsace le 8 octobre 1954 : « Engins non identifiés » dans le ciel du Sundgau.

"J’ai senti le souffle de la "soucoupe" qui venait de me dépasser ", nous déclare R.O. témoin, hier matin d’une stupéfiante aventure.

"Il était à peu près à 5 h 30 du matin et je venais de quitter mon domicile à Berentzwiller pour me rendre, comme chaque matin, à Altkirch où je prends le train pour Mulhouse. Je roulais en scooter lorsqu'à la sortie du village vers Jettingen, à environ 3 mètres de la route D16, dans un pré, j'aperçus nettement, dans le rayon de mon phare, un engin en forme de champignon ou de hutte. Il mesurait environ trois mètres de haut et trois mètres de long et était arrondi au sommet comme une coupole au milieu de laquelle se trouvait une porte ouverte, vers l'intérieur, d'une hauteur de 1 m 50 et large de 60 centimètres environ."

"Je fus saisi de frayeur et accélérais, mais je n'avais pas fait cinquante mètres que je fus pris, par derrière dans le faisceau d'un puissant phare dont la lumière blanche portait bien à 200 mètres. Quelques secondes plus tard, je vis soudain se dresser devant moi, à environ trois mètres de distance, et à une hauteur de six mètres au-dessus de la route, un engin de forme conique dont les lueurs arc-en-ciel m'aveuglaient et éclairaient comme en plein jour. Instinctivement je mis le phare de mon scooter en code. Au moment où il me dépassait, j'ai nettement senti le souffle de l'engin. Celui-ci me précéda alors, jusqu'à la première maison de Jettingen."

"Là je m'arrêtais, me sentant plus rassuré. C'est à ce moment que le "champignon" lumineux monta à la verticale à une vitesse hallucinante derrière les premières maisons de Jettingen pour disparaître rapidement dans le ciel. Il ne faisait absolument aucun bruit, du moins n'ai-je rien entendu du fait que le moteur de mon scooter tournait et que je portais un casque. A aucun moment je n'ai aperçu d'hommes ou d'êtres vivants autour ou dans l'engin, même pas d'ombres mouvantes. Le "champignon" était opaque, quand il se trouvait à côté de la route, et complètement lumineux, voire aveuglant, dès lors qu'il me précédait à six mètres du sol."

Et plusieurs années après, voilà qu’on réduit ce témoignage à une méprise, voire une hallucination :

Le journaliste Christian Valentin note que certains des cas en Alsace en 1954 ont été vite expliqués: le 23 octobre 1954, tard dans la nuit, un homme en voiture a cru être pourchassé par un disque lumineux. Il a été affolé, a roulé très vite sur les routes du Sundgau, et a fini par aller réveiller les habitants d'une ferme. Il s'est alors avéré que le disque lumineux n'était que la lune, et l'homme rassuré a repris son trajet.

Il n'y a pas de référence de source pour l'observation, citée parmi d'autres. Il y a simplement en fin d'article une série de liens vers des sites ou pages ufologiques, dont un lien vers l'ancienne adresse web de la page d'accueil de mon site web.

[Ref. cvn2:] CHRISTIAN VALENTIN:

L'ancien journaliste Christian Valentin a publié en 2012 un très intéressant livre retraçant l'histoire des observations d'OVNIS et autres soucoupes volantes en Alsace, des origines jusqu'en 1980.

Dans ce livre, il relate que le vendredi 8 octobre, a eu lieu le cas de Jettingen dans le Haut-Rhin rapporté dans L'ALSACE du samedi 9 octobre 1954, édition française:

Engins non identifiés dans le ciel du SUNDGAU

"J'ai senti le souffle de la soucoupe qui venait de me dépasser" nous déclare M. O., témoin, hier matin, d'une stupéfiante aventure.

Davantage peut-être que l'émotion, la frayeur se lisait encore sur son visage lorsque, pour la dixième ou la quinzième fois, M. O. répéta hier matin la stupéfiante, pour ne pas dire l'hallucinante aventure dont il venait d'être le témoin. Que lui était-il arrivé? Oh, une chose somme toute fort banale depuis quelques temps: il avait vu une soucoupe volante. Fort banale en vérité puisqu'il ne se passe plus guère de jours sans que l'on signale sous toutes les latitudes la présence de ces engins. Mais ce qui est beaucoup moins banal, ce sont les circonstances dans lesquelles M. O. s'est trouvé placé.

Car cette fois, la première soucoupe a atterri (ou peu s'en faut, à 50 cm près) dans un champ sundgauvien. C'est entre Berentzwiller et Jettingen, dans la vallée de Hundspach, à 3 m de la route départementale N° 16, que se situe l'endroit exact. Nous l'avons vu, ou plus exactement nous n'avons rien vu du tout (pas même de l'herbe foulée ou la moindre tâche d'huile de moteur !...)

Et cela se comprend: selon les témoignages de M. O., l'engin n'était pas directement posé sur le sol, mais immobile à environ 50 cm au dessus de celui-ci. Il avait la forme d'un champignon ou d'une hutte, mesurait environ 3 m de haut et 3 m de long, était arrondi au sommet comme une coupole, au milieu de laquelle se trouvait une porte ouverte vers l'intérieur, d'une hauteur de l,50 m et large de 60 cm environ.

Inutile de rajouter que tout le monde à l'arrondissement de la S.N.C.F. boulevard du Chemin de Fer à Mulhouse écoutait avec intérêt (et avec plus ou moins de scepticisme) l'aventure que venait de vivre hier matin, René, le garçon de bureau.

M. R. O., 35 ans, domicilié à Berentzwiller, est un fonctionnaire réputé sérieux, ses chefs nous l'ont confirmé. Il est impensable qu'il ait inventé cette aventure, et l'émotion qui l'étreignait encore n'était pas feinte.

M. O. (indiqué par une croix) montre aux représentants de la compagnie des chemins de fer et des pouvoirs publics l’en droit ou bord de la route où il a vu la soucoupe planant à soixante centimetres au-dessus du sol.
(Photo L’Alsace)

Bref, la curiosité l'emporta et ses chefs, deux inspecteurs de la SNCF, décidèrent de ramener sur les lieux notre homme pour qu'il expliquât en détail ce qu'il avait vu. On commanda chauffeur et voiture, qui filèrent à toute allure vers Berentzwiller. Nous étions les premiers au rendez-vous et, peu après, arrivèrent également un commissaire des Renseignements généraux de St-Louis, un inspecteur des R.G. de l'aérodrome de Blotzheim, le lieutenant de la gendarmerie d'Altkirch et 4 gendarmes...

Et l'interrogatoire, ou plutôt les interrogatoires commencèrent. R. O. semblait toujours aussi ému... Le fait d'avoir mis en branle tout cet appareil officiel y était sans doute pour quelque chose. Voici textuellement ce qu'il déclara:

"Il était à peu près 5h30 du matin et je venais de quitter mon domicile à Berentzwiller, pour me rendre, comme chaque matin à Altkirch, où je prends le train pour Mulhouse; je roulais en scooter lorsque à cet endroit précis, à la sortie du village, vers Jettingen, à environ 3 m à gauche de la route, dans un pré, j'aperçu nettement dans un rayon de mon phare, un engin en forme de champignon, au milieu duquel une porte était ouverte Je fus saisi de frayeur et accélérai, mais je n'avais pas fait 50 m que je fus pris, par derrière, dans le faisceau d'un puissant phare, dont la lumière blanche portait bien à 200 mètres. Quelques secondes plus tard.. je vis subitement se dresser devant moi, à environ 3 m de distance et à une hauteur de 6 m au-dessus de la route, un engin de forme conique dont les lueurs arc-en-ciel m'aveuglaient et éclairaient comme en plein jour...

Instinctivement, je mis les phares de mon scooter en code,... Au moment où il me dépassait, j'ai nettement senti le souffle de l'engin. Celui-ci me précéda alors, toujours à la même distance et à la même hauteur et ce, sur plusieurs centaines de mètres, jusqu'à la première maison de Jettingen.

Là, je m'arrêtais, me sentant plus rassuré. C'est à ce moment que le champignon lumineux monta à la verticale et à une vitesse hallucinante derrière les premières maisons de Jettingen, pour disparaître rapidement dans le ciel.

Il ne faisait absolument aucun bruit, du moins n'ai-je rien entendu du fait que le moteur de mon scooter tournait et que je portais un casque.

A aucun moment je n'ai aperçu d'hommes ou d'êtres vivants autour de l'engin ou dedans, même pas d'ombres mouvantes. Le champignon était opaque quand il se trouvait à côté de la route, et complètement lumineux, voire aveuglant dès lors qu'il me précédait à 6 m du sol".

"Telles sont les déclarations faites par M. O. aux enquêteurs qui n’ont absolument rien pu découvrir qui puisse les infirmer ou les confirmer, du moins pour le moment.

Nous avons quant à nous le sentiment que M. O. était sincère, et qu'en tout état de cause on peut accorder crédit à ses déclarations. Il n'est pas exclu que d'ici deux ou trois jours, M. O. se souvienne de tel ou tel détail qui peut avoir une importance capitale. Quoi qu'il en soit, personne n'a pu relever la moindre contradiction dans ce témoignage qui corrobore dans son ensemble tous ceux déjà fournis sur les soucoupes. Silence total, grande vitesse, lumière multicolore aveuglante.

Voici donc un témoignage de plus à verser au volumineux dossier des soucoupes volantes, dont le mystère, faut-il dire hélas ou tant mieux, reste entier pour autant.

Il publie également la photographie parue dans l'article et une "vue d'artiste" de l'observation.

[Ref. spa4:] ASSOCIATION UFOLOGIQUE SPICA:

Commune Date et heure d'observation Forme générale
Identification
Couleur générale
Hypothèse
Conclusion
JETTINGEN jeudi 7 octobre 1954 à 05h35 soucoupe, ballon de rugby (3D)
Non Identifié
information non communiquée
Néant
Non résolu -manque d'info

[Ref. ubk1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré ce cas 10 fois:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541007 07.10.1954 Jettingen France 24.00
19541007 07.10.1954 Jettingen France Nuit RR III
19541007 07.10.1954 Jettingen France Aube RR II
19541007 07.10.1954 Jettingen France
19541007 07.10.1954 Jettingen France RR II
19541007 07.10.1954 Jettingen France Nuit RR II
19541007 07.10.1954 Jettingen France
19541008 08.10.1954 Jettingen France RR III
19541008 08.10.1954 Jettingen France RR III
19541008 08.10.1954 Berentzwiller France 17.00

Discussion:

Il se trouve que dans les affirmations des deux journalistes farceurs de Samedi-soir se trouve au moins une preuve qu'ils ont inventé au moins une de leurs mystification; ce qui permet de douter de l'ensemble.

En effet, ils revendiquent avoir fait leur farce à Mr Ott, à Toulouse. Or, si Toulouse serait bien sur leur itinéraire, l'observation de Mr Ott n'a nullement eut lieu à Toulouse dans le Sud, mais à Mulhouse, dans l'Est, en Alsace, pratiquement à l'autre bout de la France!

La méfiance de Michel Carrouges à l'égard de ces revendicatons de canular par ces journalistes en est renforcée.

René Ott (sous la croix) indiquant les lieux de son observation aux Gendarmes et à deux agents des Renseignements Généraux.

Evaluation:

Références des sources:

* = Source dont je dispose.
? = Source dont l'existence m'est signalée mais dont je ne dispose pas. Aide appréciée.

Historique du dossier:

Rédaction

Auteur principal: Patrick Gross
Contributeurs: Aucun
Reviewers: Aucun
Editeur: Patrick Gross

Historique des changements

le catalogue France 1954
Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 5 avril 2005 Première publication dan.
1.0 Patrick Gross 26 janvier 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [lc1], [goe1], [jsr1], [lc1], [usa1], [uda1].
1.1 Patrick Gross 24 mars 2009 Addition [kir1].
1.2 Patrick Gross 1 mai 2009 Addition [jbu1].
1.3 Patrick Gross 4 juin 2010 La référence [la1], jusqu'ici incomplète, est maintenant complète.
1.4 Patrick Gross 25 juin 2010 Addition [pbb1].
1.5 Patrick Gross 28 juin 2010 Addition [jve5].
1.6 Patrick Gross 7 juillet 2010 Addition [cgu1].
3.0 Patrick Gross 11 mai 2015 Addition [spa4].
3.0 Patrick Gross 11 mai 2015 Première publication dans le catalogue ALSACAT.
3.3 Patrick Gross ZZZ Additions [lgs1], [ubk1], [isu1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le ZZZ.