ALSACAT -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

ALSACAT:

Comme son nom le suggère, ALSACAT est mon catalogue exhaustif à terme des affaires d'OVNIS en Alsace, qu'elles soient "expliquées" ou "inexpliquées".

Le catalogue ALSACAT donne pour chaque cas un dossier comprenant un numéro de cas, un résumé, des informations quantitatives (date, lieu, nombre de témoins...), des classifications, l'ensemble des sources mentionnant l'affaire, avec leur références, une discussion du cas dans le but d'une évaluation de ses causes, et un historique des changements apportés au dossier. Un index général et des sous-catalogues thématiques donnent accès à ces dossiers Alsaciens.

Cas précédent Cas suivant >

Cas de Zutzendorf, années 1800:

Numéro de cas:

ALSACAT-1800-00-00-ZUTZENDORF-1

Résumé:

Dans un article se voulant montrer des similarités entre le matériel ufologique et le matériel folklorique, dans le magazine d'ufologie Lumières Dans La Nuit N° 237-238, de mars - avril 1984, Frédéric Dumerchat rapportait, parmi d'autres histoires receuillies par le folkloriste alsacien Auguste Stoeber, l'histoire suivante.

Elle avait été relatée à Stoeber par un ami et parent, et par le fils aîné d'un autre ami, tous aussi unis par un lien de parenté, l'un était âgé, l'autre avait la trentaine lorsque ceci s'est déroulé.

Un été, ils avaient été à Zutzendorf et rentraient vers le soir à Kirrwiller. Les deux fils du plus âgé étaient partis plus tôt. Ils s'arrêtèrent pour les chercher près d'une dépression de terrain nommée Dunzenbruch située sur un coteau. C'était un endroit décrié parce qu'un moine portant un cercueil d'où s'échappaient des gouttes de sang s'y manifestait, selon certains.

Ils virent alors deux formes sombres, dont l'aspect était celui d'enfants de six-huit ans. Arrivés sur la hauteur, ils les entendirent parler fort et sembler se quereller, les paroles étaient inintelligibles et la dispute avait l'air de se passer dans une langue étrangère. Ils ne marchaient pas mais paraissaient glisser en l'air "à un pied" au-dessus du sol. Puis "... ils s'enlevèrent avec un bruit d'ailes d'oiseaux de proie, toujours en se querellant et tournant l'un autour de l'autre bruyamment". Ils disparurent derrière des bottes de paille.

Les deux hommes n'échangèrent pas une parole pendant cet incident, ils rentrèrent chez eux troublés et pâles, d'accord sur l'essentiel de ce qu'ils avaient observé.

A. Stoeber consignait que bien des gens prétendaient avoir rencontré ces enfants pâles et habillés en petits paysans, certains disaient avoir vu deux garçons, d'autres un garçon et une fille. Il rencontra un vieil officier qui les avait vus sur le Spitzling, un coteau entre Kirrwiller et Bouxwiller , où l'on signalait aussi des feux-follets, ils portaient des plastrons rouges et étaient en bras de chemise.

Dumerchat expliaue alors: "En se référant aux études d'E. Zurcher et de J. U. Pereira, on constatera plusieurs caractéristiques qu'ils avaient dégagées à propos des humanoïdes: la petite taille, celle des lutins, le déplacement lévitant à ras du sol qui est aussi, souvent, celui des fées et lutins, des apparitions mariales et des fantômes, la disparition en volant, le langage inconnu et inintelligible".

Données:

Données temporelles:

Date: Années 1800
Heure: Soir d'été.
Durée: ?
Date du premier rapport connu:
Délai de rapport:

Données géographiques:

Département: Haut-Rhin
Commune: Zutzendorf
Lieu:
Latitude: 48.850
Longitude: 7.539
Rayon d'incertitude: 4 km.

Données concernant les témoins:

Nombre de témoins allégués: ?
Nombre de témoins connus: ?
Nombre de témoins nommés: ?
Ages des témoins: ?
Types de témoins: ?

Données ufologiques:

Témoignage apporté via: ?
Type de lieu: ?
Conditions d'éclairage: Nuit
OVNI observé: Oui
Arrivée OVNI observée: Non
Départ OVNI observé: Non
Entité(s): Non
Photographies: Non.
Dessins par témoins: Non.
Dessins approuvé par témoins: Non.
Sentiments des témoins: Etonnés.
Interprétations des témoins: ?

Classifications:

Hynek: RR3
ALSACAT: Probable inventions non liées aux OVNI.

Sources:

[Ref. ldl1:] MAGAZINE D'UFOLOGIE "LUMIERES DANS LA NUIT":

Scan.

UNE RENCONTRE AVEC DEUX ENFANTS
FANTOMES

Elle a été relatée à A. Stôber par un ami, et parent, et par le fils aîné d'un autre ami. Ils étaient aussi unis par un lien de parenté, l'un était âgé, l'autre avait la trentaine lorsque ceci s'est déroulé.

En été, ils avaient rendu visite à Zutzendorf (Bas-Rhin) (53) et rentraient vers le soir à Kirrwiller (Bas-Rhin) (54). Les deux fils du plus âgé étaient partis plus tôt. Ils s'arrêtèrent pour les chercher près d'une dépression de terrain nommée Dunzenbruch située sur un coteau. C'était un endroit décrié, un moine portant un cercueil, d'où s'échappaient des gouttes de sang, s'y manifestait, selon certains.

Ils virent alors deux formes sombres, dont l'aspect était celui d'enfants de six-huit ans. Arrivés sur la hauteur, ils les entendirent parler fort et sembler se quereller, les paroles étaient inintelligibles et la dispute avait l'air de se passer dans une langue étrangère. Ils ne marchaient pas mais paraissaient glisser en l'air "à un pied" (environ trente-trois cm) au-dessus terre. Puis "... ils s'enlevèrent avec un bruit d'ailes d'oiseaux de proie, toujours en se querellant et tournant l'un autour de l'autre bruyamment". Ils disparurent derrière des bottes de paille.

Scan.

Les deux hommes n'échangèrent pas une parole pendant cet incident, ils rentrèrent chez eux troublés et pales, d'accord sur l'essentiel de ce qu'ils avaient observé (55).

A. Stöber consigne que bien des gens prétendaient avoir rencontré ces enfants pales et habillés en petits paysans, certains disaient avoir vu deux garçons, d'autres un garçon et une fille. Il rencontra un vieil officier qui les avait vus sur le Spitzling, un coteau entre Kirrwiller et Bouxwiller (Bas-Rhin) (56), où l'on signalait aussi des feux-follets (57), ils portaient des plastrons rouges et étaient en bras de chemise.

En se référant aux études d'E. Zurcher et de J. U. Pereira, on constatera plusieurs caractéristiques qu'ils avaient dégagées à propos des humanoïdes: la petite taille, celle des lutins (58), le déplacement lévitant à ras du sol qui est aussi, souvent, celui des fées et lutins, des apparitions mariales et des fantômes (59), la disparition en volant (60), le langage inconnu et inintelligible (61).

Les notes sont données ainsi à la fin de l'article:

Discussion:

Carte.

Un certain nombre d'ufologues ont cherché dans d'anciennes sources d'éventuels récits qui ressembleraient à ceux de rencontres avec des occupants d'OVNI qur l'on trouve dans le corpus ufologique moderne.

(Loin de moi l'idée de condamner la démarche, ni d'affirmer qu'il n'y en aurait pas un seul.).

Pour certain, il s'agissait de chercher à montrer qu'il y avait eu des visiteurs extraterrestres dans le passé, avant que l'on ne parle d'OVNIS ou de soucoupes volantes.

Pour d'autres il s'agissait de montrer que les récits modernes sont les mêmes sornettes que celles des siècles passés.

D'autres encore arguent que tout fait anormal, fées, apparitions religieuses, apparitions d'extraterrestres, sont un seul et même phénomène, lequel serait dû aux actes d'une "intelligence supérieure", extraterrestre ou pas, qui voudrait ainsi "contrôler" l'humanité en nous faisant "voir des choses", à des fins bénéfiques ou maléfiques ou inconnues (selon les uns ou les autres).

Pour ma part, je pense qu'il ne fait pas de doute que les sornettes ont toujours existé, et que l'on en trouve en ufologie. Mais je ne suis pas près d'admettre que des exemples de sornettes anciennes ou actuelles soient de nature à prouver qu'il n'y aurait jamais eu de visiteurs extraterrestres sur Terre.

Je suis prêt à considérer que des visites d'extraterrestres dans le passé auraient été décrites dans des termes possibles à leur époque, par exemple que l'on ait parlé d'enfants qui flottent dans les airs pour des êtres de petite taille venus d'un autre planète, ou que l'on ait appelé jadis "coche volant" ce que l'on appelera "soucoupe volante" plus tard.

Mais je me refuse totalement à prendre des récits comme celui-ci pour des récits de faits avérés. Ici, le contexte est celui d'un folkloriste receuillant toutes sortes de légendes, traditions orales, racontars et rumeurs. Il n'a jamais été question pour Stoeber de vérifier la réalité de ce qui était raconté. Il me semble qu'il est maintenant impossible d'affirmer que l'un ou l'autre de ces récits serait une narration fidèle de faits avérés.

J'en suis d'autant plus convaincu que joue dans la démarche de F. Dumerchat et autres faisant cette même démarche, "l'effet tiroir": seuls les récits qui semblent faire paraître pertinent un rapport entre folklore et ufologie sont cités. Cela semble justifié; mais cela masque au lecteur qu'il n'y a en réalité qu'une infime proportion de tels récits, parmi une quantité invraissemblable d'autres récits que personne ne songerait à utiliser pour appuyer un propos ufologique. Voici quelques exemples alsaciens également tirés de Stoeber:

On le voit d'ailleurs même ici, avec le "sous-récit" du moine transportant un cercueil sanguinolant... Qui donc imaginerait que cela nous apprend quelque chose sur les rapports d'observations d'OVNIS? Et où sont les "similarités"?

Evaluation:

Probables inventions non liées aux OVNI.

Références des sources:

* = Source dont je dispose.
? = Source dont l'existence m'est signalée mais dont je ne dispose pas. Aide appréciée.

Historique du dossier:

Rédaction

Auteur principal: Patrick Gross
Contributeurs: Aucun
Reviewers: Aucun
Editeur: Patrick Gross

Historique des changements

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 20 juin 2021 Création, [ldl1].
1.0 Patrick Gross 20 juin 2021 Première publication.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 20 juin 2021.