ALSACAT -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

ALSACAT:

ALSACAT est mon catalogue exhaustif à terme des affaires d'OVNIS en Alsace, qu'elles soient "expliquées" ou "inexpliquées".

Le catalogue ALSACAT donne pour chaque cas un dossier comprenant un numéro de cas, un résumé, des informations quantitatives (date, lieu, nombre de témoins...), des classifications, l'ensemble des sources mentionnant l'affaire, avec leur références, une discussion du cas dans le but d'une évaluation de ses causes, et un historique des changements apportés au dossier. Un index général et des sous-catalogues thématiques donnent accès à ces dossiers Alsaciens.

Cas suivant >

Cas du Taennchel, vers l'an zéro:

Numéro de cas:

ALSACAT-0000-00-00-Taennchel-1

Résumé:

Le Taennchel est un sommet des Vosges, dans le Haut-Rhin, non loin de Ribeauvillé. Il suscite des interrogations, légendes, et fantasmes, parce que l'on y trouve le long de sa crête un mur dit "païen" de près de 2.3 kilomètres, et au sol, des rochers avec diverses gravures dont une partie restent d'origine mystérieuse.

Quand un ufologue Alsacien, Michel Padrines, dans les années 2005, a annoncé, selon ses dires, la découverte de statuettes qui en proviendraient, et signalé un rocher graver d'un homme regardant ce qui seraient trois soucoupes volantes, le lieu est devenu "ufologique", entrant dans la casuistique des théoriciens des "Anciens Astronautes", thèse lancée par Robert Charroux, Jacques Bergier et autres en France, puis Erich von Daniken, puis une foule d'autres. L'idée est que des traces anciennes de visites extraterrestres se trouvent facilement dans les restes archéologiques tels qu'objets, statuettes, gravures, écrits et monuments eux-mêmes.

Dans ce dossier, je reconstitue la réalité de l'affaire, bien moins sensationnelle que ce que l'on a voulu raconter, et en aucun cas une découverte de Michel Padrines.

Données:

Données temporelles:

Date: Vers l'an zéro.
Heure: N/A
Durée: N/A
Date du premier rapport connu: 1995
Délai de rapport: 2 millénaires.

Données géographiques:

Département: Haut-Rhin
Commune: Le Taennchel.
Lieu: Terrain de montagnes boisèes.
Latitude: 48.240
Longitude: 7.269
Rayon d'incertitude: 3 km.

Données concernant les témoins:

Nombre de témoins allégués: 0
Nombre de témoins connus: 0
Nombre de témoins nommés: 0
Ages des témoins: 0
Types de témoins: 0

Données ufologiques:

Témoignage apporté via: Ufologue dans livre sur les "Anciens Astronautes".
Type de lieu: Terrain de montagnes boisèes.
Conditions d'éclairage: N/A.
OVNI observé: Non.
Arrivée OVNI observée: N/A.
Départ OVNI observé: N/A.
Entité(s): Non.
Photographies: Oui.
Dessins par témoins: Non.
Dessins approuvé par témoins: Non.
Sentiments des témoins: N/A.
Interprétations des témoins: N/A.

Classifications:

Hynek: N/A
ALSACAT: Probable fraude.

Sources:

[Ref. lbn1:] LUC BURGIN:

L'auteur explique que les autorités françaises gardent sous clé dix trouvailles de pierres, dont des statuettes, l'une plus curieux que l'autre et qui exercent une étrange fascination.

Les pierres imposantes sont parsemées de grimaces étranges, de personnages mystérieux et d'objets volants en forme de croissant, ne causent, dit-il, que des soucis aux archéologues français, parce que leurs fabricants se cachent dans les ténèbres du passé humain, "où seuls ceux qui n'aspirent pas à une carrière scientifique s'aventurent."

Il dit que les statuettes ont été trouvées sur le Taennchel, une chaîne de montagnes légendaire de la chaîne des Vosges en Alsace en France, une montagne dont le sommet n'est accessible qu'à pied, qui avec ses anciennes formations de pierre a toujours stimulé l'imagination des poètes et des penseurs. Il ajoute que si certains vantent le Taennchel simplement comme un "lieu unique de pouvoir", d'autres y voient un sanctuaire germanique.

Il assure que ces théories ne sont pas correctes, car des montagnes comme le Taennchel "dérangent les représentants scientifiques" et attirent les chercheurs amateurs, tels que sourciers et ésotéristes, nos "étranges contemporains qui échappent à la réalité la conscience tranquille."

Il raconte que le forestier Marc Schultz, de Ste-Croix-aux-Mines, est celui qui a réussi à préserver les étranges statuettes. car sans son intervention, elles auraient été secrètement vendus à des collectionneurs intéressés, comme souvent.

Burgin raconte qu'il a rendu visite à Schultz avec un collègue dans le village de Grand Rombach, où il vit isolé du monde extérieur. Il leur a raconté son histoire et patiemment répondu à toutes les questions.

Cela commence en 1995, lorsque des amis l'ont contacté pour lui dire avec enthousiasme qu'ils avaient trouvé quatre statuettes sur le Taennchel sous les formations rocheuses. L'un dans la paroisse de Thannenkirch et les trois autres dans les paroisses de Rorschwihr et Rodern.

Il leur a demandé de lui confier temporairement les objets pour les examiner avec Joël Schweitzer, conservateur du Musée Historique de Mulhouse. Ils sont arrivés la conclusion que les trouvailles étaient manifestement de l'époque gallo-romaine, probablement fabriqués par des Celtes qui s'étaient retirés dans les coins cachés des Vosges.

Schultz a décidé de ne pas en parler pour préserver le site pour des enquêtes professionnelles. Il allait demander l'autorisation enquêter sur le terrain de Thannenkirch et ses amis s'occuperaient des objets de Rorschwihr et Rodern et informeraient également les autorités respectives.

Mais sur place, il a découvert sur place que des gens étaient occupés à creuser sur les sites des découvertes. Il a appelé ses amis et je les a confrontés, mais ils se sont défendus: les objets qu'ils avaient trouvé eux, dépassaient du sol, ils les avaient seulement ramassés. Ils pensaient que quelqu'un les a peut-être vus à ce moment.

Schultz ne les a pas cru du tout et s'est empressé de faire inspecter le site par des représentants du Service régional de l'archéologie et a alerté la mairie de Thannenkirch. Il a également appelé ses amis à se présenter avec leurs trois statuettes et les a exhortés à contacter les autorités de Rohrschwihr et Rodern, comme cela avait été convenu.

Mais les "amis" l'ont trahi, et de plus, les archéologues locaux ont perdu tout intérêt pour la statuette de Thannenkirch lorsqu'ils ont visité le site.

Christian Jeunesse de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Strasbourg a expliqué à Burgin que la sculpture n'avait probablement pas plus de 100 ans, qu'elle a peut-être était fabriquée par une secte, et qu'elle "ne mérite aucune attention." Au début, l'expert ne voulait rien savoir des autres statuettes.

Schultz était dévasté, d'autant plus que les objets ne devaient même pas être soumis à un examen scientifique. Déçu et en colère, il a décidé d'enquêter sur l'affaire par lui-même. La première chose qu'il a faite a été de retourner voir ses "amis" par surprise. Quand il est arrivé chez eux, il n'en a pas cru ses yeux, car il y avait trois autres objets de plus, qu'ils avaient découverts entretemps sur le Taennchel.

Ses amis ont fourni d'innombrables excuses pour ne pas informer les autorités, et on dit qu'ils avaient un besoin urgent d'argent, et dont décidé de vendre secrètement les objets trouvés au meilleur offrant. Ils sont allé jusqu'à demander à Schultz de leur rendre la statue de Thannenkirch. Celui-ci a alors informé les autorités de ce qui se passait.

La mairie alarmée a finalement prévenu la gendarmerie de Ribeauvillé, qui a confisqué les mystérieuses trouvailles. Schultz ne peut pas expliquer que ses "amis" n'aient pas été poursuivis. Il ne sait pas non plus pourquoi, mais les sept statuettes ont ensuite été remises au musée Unterlinden de Colmar, où ils ont "disparu dans le sous-sol aussi vite qu'ils étaient arrivés", sans "qu'une enquête scientifique n'ait été menée à ma connaissance."

Le calme est revenu au Taennchel, mais 1997 Marc Schultz a découvert la voiture de ses "amis" sur le parking du Rotzel, avec divers ustensiles de "chasseur de trésors" à l'intérieur.

Il a alors découvert ce qu'il craignait: "Ils ont fouillé la montagne là-haut avec un détecteur de métaux." L'histoire s'est répétée : une fois de plus, Schultz a appelé les autorités, de nouveau, la police locale a trouvé trois statuettes dans le domicile des chasseurs de trésors avides.

Après que le chercheur français Guy Trendel et d'autres archéologues amateurs aient commencé à s'intéresser aux découvertes peu de temps après, les médias français s'en sont mêlés. Dans plusieurs articles et reportages, les journalistes locaux ont mis en lumière le mystère Taennchel sous toutes ses facettes. La majorité des archéologues a gardé un profil bas, les objets trouvés au Taennchel ne rentraient dans aucune grille commune.

Le représentant de l'attitude de "l'archéologie officielle", Jean-Luc Bredel du ministère de la Culture et de la Communication de la Préfecture de la Région d'Alsace à Strasbourg a été interrogé sur les trouvailles de Taennchel, et a répondu par lettre le 5 juillet 2001 que "cette affaire dure depuis plusieurs années maintenant. Elle a fait l'objet de deux procédures judiciaires, de divers reportages, de nombreux articles et d'une émission télévisée à laquelle certains de mes collègues ont participé."

Les objets en question, avait poursuivi Bredel, étaient pour "certains d'entre eux très étranges et certainement d'intérêt esthétique", mais ne pouvaient être attribués à aucune époque antérieure. "Il s'agit très probablement de l'oeuvre d'un artiste qui a travaillé dans ce secteur il y a quelques décennies. De toute façon, les statuettes ont été réalisées au XXe siècle."

Dans la même lettre, des "cérémonies occultes" sont rapportées avoir eu lieu sur le Taennchel, Bredel indiquant que le lieu "attire de nombreux radiésthéisites, Celtomanes et fans d'extraterrestres."

Burgin dit avoir alors cherché des résultats de tests fiables dans des revues spécialisées françaises. mais il n'a pas trouvé un mot sur les statuettes du Taennchel.

Fin 2001, il a demandé au Museum Unterlinden où se trouvaient les statuettes, mais personne n'a jugé nécessaire de répondre. A l'été 2002, il a envoyé un email de relance, après quoi le musée l'a assuré que sa demande serait transmise à la responsable des collections archéologiques, Suzanne Plouin. Mais rien ne s'est passé.

Burgin explique qu'il connait les lenteurs de l'administration françaises mais que sa patience était à bout; il a tenté sa chance à un cran plus haut à la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) à Strasbourg. Mais même le réalisateur Jean-Luc Bredel n'a pas jugé nécessaire de prendre personnellement position sur les statuettes de Taennchel. Au lieu de cela, il a répondu qu'il fallait contacter directement le Museum Unterlinden à ce sujet...

Cependant le conservateur régional de l'archéologie à la DRAC, Frederik Letterlé, avait eu une copie de sa lettre, "et miracle", quelques jours plus tard, Letterlé a contacté Burgin pour assurer que plusieurs avis d'experts sur les statuettes avaient déjà été rendus, et que "Tout le monde est arrivé à la conclusion qu'il devait s'agir d'un objet moderne."

Burgin n'a pas été satisfait: "Les points d'interrogation demeuraient: dans quelles revues spécialisées les études ont-elles été publiées? Depuis quand l'âge des pierres peut-il être enregistré avec une telle précision? Et qui, s'il vous plaît, est censé avoir fabriqué discrètement les statuettes au cours des cent dernières années, puis les avoir enterrées secrètement" dans la montagne?

Le 12 août 2002, Letterlé lui dit que "La recherche n'a pas encore été publiée". Il y aurait eu une demande d'expertise par la Justice, une seconde a été commandée au Conseil National de la Recherche Archéologique à Paris. Mais ces rapports "ne peuvent actuellement être consultés que dans les institutions concernées - et uniquement avec une autorisation spéciale."

Burgin aurait objecté "N'est-il pas vrai que les pierres ne peuvent pas du tout être datées?" et Letterle l'aurait alors admis.

Burgin explique que si les objets de Taennchel semblaient dérouter les archéologues, c'était sûrement parce que certains des objets montrent des montagnes "en forme de pyramide avec des nuages étranges, qui, du point de vue d'aujourd'hui, peuvent facilement être interprétés comme des "soucoupes volantes"."

Il explique ensuite que Letterlé lui a indiqué que, justement, les dessins de "soucoupes volantes" sur des objets du Taennchel montraient qu'ils étaient récentes puisque de telles représentations "ne sont apparues avec le monde des extraterrestres que dans les années 30".

On se doute de ce que Burgin a pensé de ce raisonnement; il ajoute qu'il n'y a pas un mot sur le fait que les "soucoupes" du Taennchel pourraient aussi être des nuages stylisés. Il tempête: "Je me suis abstenu de déranger davantage les Français. Autant expliquer Internet à un gnou, me suis-je dit. Les chances qu'il nous envoie un jour un email sont extrêmement minces..."

Peu de temps après, à l'improviste, le musée Unterlinden a répondu. Suzanne Plouin, l'archéologue responsable, a été très utile. Fait intéressant, toujours selon Burgin, contrairement à Letterlé, elle était beaucoup plus prudente lorsqu'il s'agissait de classer les pierres précieuses, disant: "Les statuettes sont provisoirement dans nos archives car leur statut juridique n'a pas encore été précisé. Ils ont été examinés par de nombreux experts. Leur pertinence historique est encore controversée à l'heure actuelle."

Finalement en fin octobre 2002, surprise, après un long échange de lettres, Suzanne Ploudeckt l'a autorisé a voir les objets et photographier au musée Unterliden de Colmar. Burgin dit que certains d'entre eux sont un peu plus gros qu'un poing, d'autres si gros qu'ils pouvaient à peine être soulevés à deux mains.

Suzanne Plouin haussait les épaules en rappelant l'origine douteuse des statuettes, et explique que c'est sur ordre de la Gendarmerie qu'elles sont stockées au musée depuis plusieurs année. Elle les trouve "assez esthétiques. Et les nuages en forme de soucoupe..."

Burgin se dit fasciné: "Je sentais aussi que je tenais des objets qui étaient d'une importance particulière dans les temps anciens. Témoin d'une époque où l'homme et la nature vivaient encore en harmonie."

Il note qu'outre Marc Schultz, le chercheur français Guy Trendel doute également que les objets soient des faux, Fritz Krauss de Reutlingen, "chercheur amateur et expert en préhistoire", les étudie, et fait partie du groupe des "pour". Krauss pense que même s'il s'agissait de faux, ils sont merveilleusement fabriqués. Du point de vue de leur aspect, les statuettes ne peuvent en réalité qu'être anciennes. Ils peuvent même être du vieux germanique, c'est-à-dire plus de 2000 ans."

Burgin conclut sur un questionnement:

"A quoi servaient-ils? Qui représentent-ils? Que signifient les signes mystérieux? Personne ne sait. Seuls le Taennchel connaît leur secret."

Son chapitre sur les objets du Taennchel comprend une dizaine de photos des objets, qu'il a lui-même prise au Musée Unterlinden de Colmar.

On y voir une dizaine de sculptures de têtes, et deux pierres comportant ce qui serait les possibles "soucoupes volantes". J'en traite dans la Discussion au bas de ce dossier.

[Ref. mps2:] MICHEL PADRINES:

Copie d'écran.

ufo 515
Membre 0 étoile
Hors ligne
Inscrit le: 10 Juil 2008
Messages: 1
Localisation: colmar
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

Message Posté le: 10/07/2008 22:24:09 Sujet du message: Des extraterrestres en Alsace il y a 2000 ans ?

bonsoir à tous,

Pour répondre à vos questions, je tiens à préciser que des analyses archéologiques faites par des professionnels confirme que ces statuettes sont d'origine druidique, probablement pré-romaines, ou peut être post romaines. Sur cette base ont soupçonne qu'elles datent du début du 1er siècle de notre ère au plus tard.

Elles peuvent avoir une centaine d'années de plus, mais on m'avait demandé d'inspecter le contexte archéologique dans lequel elles ont été trouvées pour le prouver. Cela a été fait avec des experts.

Je tenais également à vous signaler que selon des archéologues Anglais mondialement connues tel que GILBERT ADRIAN qui a travaillé avec Robert Bauval Egyptologue et qui ont évrit un livre (le mystère d'Orion) celui-ci vient de m'adresser un mail que les visages s'apparentent aux faciès Celtiques et qu'un grand nombre d'entre eux ressemblent à des sculptures en pierre se trouvant en Irlande. je devrais recevoir prochainement les photos d'Irlande.

D'autres statuettes représentant des écritures runes sont déchiffrées par les archéologues. Des conclusions de Guy Tarade de Erich Von Daniken archéologue spécialiste de l'archéologie fantasitique sans oublier que Guy Tarade avait fait la fameuse découverte du cosmonaute de Palenqué au Mexique, vont dans le sens des archéologues..

Il y a 14 statuettes mais comme pour un bon film, je ne peux malheureusement vous donner qu'un petit extrait.

Merci beaucoup à vous pour l'intérêt sur le sujet des statuettes.

Michel Padrines

Une petite exclusivité pour Bernard.

bonjour à tous

Point(s): 1 Évaluer: Plus - Moins

[Ref. dna1:] SITE WEB DU JOURNAL "DERNIERES NOUVELLES D'ALSACE":

Les énigmatiques statuettes du Taennchel

Au milieu des années 1990, Marc Schultz est à l’origine de l’arrestation de pilleurs sévissant sur le massif du Taennchel. "Ils ont entrepris des fouilles sauvages avec un détecteur de métaux de 1994 à 1997", pense Marc Schultz. Lors de leur interpellation, les pilleurs étaient en possession de neuf statuettes vraisemblablement d’art primitif. Ils avaient aussi réussi à écouler des centaines de pièces archéologiques. Durant la reconstitution réalisée par les gendarmes, les pilleurs ont indiqué les lieux et les différentes cachettes où reposaient, certainement depuis des siècles, les objets.

La plupart des statuettes ont été découvertes ensemble dans une cache sous des rochers. "L’origine de ces statuettes reste mystérieuse. Pour moi, elles sont très anciennes. J’y ai aussi découvert des signes similaires à ceux de Glozel. A l’époque, j’étais allé voir Emile Fradin, le découvreur des proto-runes de Glozel. Il m’avait dit : "Vous voilà avec 80 années d’emmerdements ! Alors qu’il était âgé de 16 ans, il avait trouvé par hasard ses signes inscrits sur des bois de rennes remontant entre 12 et 15 000 ans. Il a eu toutes les difficultés du monde à faire authentifier et reconnaître ces signes comme authentique. Il avait été accusé d’être un faussaire. Finalement, les pièces ont été jugées authentiques mais datant de la période gallo-romaine. Hors, ces rennes avaient déjà disparus à cette époque. La communauté scientifique a peur de remettre en cause son hypothèse selon laquelle la Mésopotamie est le berceau de l’écriture. Cela remettrait trop de choses en cause.

Aucun archéologue ne s’est encore penché sur les mystérieuses statuettes du Taennchel.

[Ref. zpl1:] SITE WEB "ZONE PARANORMALE":

LES STATUETTES MYSTÉRIEUSES DU TAENNCHEL EN ALSACE DES OVNI SCULPTÉS PAR NOS ANCÊTRES ?

28 AOÛT 2017

Rédigé par Rosyvalerie et publié depuis Overblog

Les statuettes mystérieuses du Taennchel en Alsace

des ovni sculptés par nos ancêtres ?

Scan.

Ci-dessus: statuette découverte sur le site du Taennchel en Alsace. Sous le visage, une forme étrange qui évoque un "disque volant". Deux appendices sortent de la partie inférieure. Peut-être s'agit-il de deux rayons de lumière ou plus simplement des pieds de l'"engin". Le sur-lignage blanc qui entoure le "disque volant" et le symbole au-dessus à droite a été fait par la gendarmerie (sources Michel Padrines).

Ces statuettes ont fourni matière à beaucoup de commentaires. Les questions soulevées par cette fantastique découverte étaient plausibles, sous réserve de laborieuses vérifications.

Scan.

En 1997, un site mégalithique est l'objet de deux pillages, une douzaine de statuettes sont retrouvées par la Gendarmerie. Il y a eu reconstitution des effractions et authentification des pierres avec la gendarmerie.

Sur ces pierres sont gravées de nombreux phénomènes Ovni.

Des archéologues et experts professionnels (Allemand, Anglais, Français, donnent leurs conclusions une datation d'environ 2000 ans. Certains archéologues ont beaucoup de mal à le reconnaître à cause des choses étranges qui sont gravés dessus et qui les dérangent.

Ces statuettes se trouvent aujourd'hui dans un musée en Alsace, dans un sous-sol et interdiction de les voir pour le public, pourquoi ?

Je me suis déplacé sur le site en question pour différentes études avec des archéologues, experts, radiesthésistes etc… . Je viens de solliciter un débat télévisé sur FR3 Alsace, afin de rencontrer les personnes du Ministère de la Culture d'Alsace, j'ai sollicité la présence d'archéologues, et d' experts pour ce débat.

Scan.

Ci-dessus : statuette découverte sur le site du Taennchel en Alsace. A droite de la photo, un homme semble regarder une formation de trois objets (à gauche de l'image) évoluant devant lui (sources Michel Padrines).

Pourquoi le Ministère de la Culture n'avait jamais expertisé ses fameuses statuettes ?

Un courrier vient d'être adressé à Monsieur le Président de la République sollicitant son intervention à cette étude. Je lance un message aux Messieurs de la DRAC (Direction Régionale des affaires culturelles) il faudrait considérer l'archéologie mystérieuse sous un angle sérieux : En effet, elle s'appuie sur des objets visibles, tangibles, se prêtant à l'examen, mais qui sont encore loin d'avoir livré tous leurs secrets. Michel Padrines a donné en exclusivité aux Repas Ufologiques les 1ère photos de son nouveau livre "OVNI INVESTIGATION" (Source : Les Repas Ufologiques)

Ce sont les résultats de recherches méthodiques sur le phénomène ovni, d'apparitions extraordinaires mais cependant très réelles, que Michel Padrines nous présente dans cet ouvrage.

Pourtant, quel que soit le nom que l'on donne à ces manifestations qui remontent vraisemblablement à des millénaires, l'auteur analyse avec justesse et précision les cas les plus troublants auxquels il a été confronté sur le terrain.

Convaincu de la réalité physique et paraphysique de cette impressionnante réalité, ses qualités d'enquêteur, lui ont permis d'aborder des sujets tabous que beaucoup d'ufologues rejettent, n'osant pas les aborder.

Sur d'archaïques sites archéologiques comme celui du mont Taennchel, Michel Padrines a retrouvé des pierres sculptées représentant des têtes aux faciès totalement inconnus. Sur ces dernières figurent des dessins gravés évoquant de mystérieux engins ayant une forte ressemblance avec les objets célestes qui hantent nos cieux depuis plus de soixante ans.

Au Sénégal, il a interrogé les derniers témoins d'un drame resté dissimulé par les médias, celui de deux villages rasés par un ovni !

Comme de nombreux ufologues le savent, ils dérangent les tenants de la pensée unique. Michel Padrines lui, ne s'en émeut pas car il a médité la citation d'Herbert Spencer : "Il est un principe qui permet de faire obstacle à toute information, de réfuter tout argument et qui ne saurait manquer de tenir les hommes dans une perpétuelle ignorance : Ce principe s'exprime ainsi, condamner avant d'en quêter !". (Guy Tarade).

Scan.

On retrouve: L'ovni, l'étoile dans la statuette de gauche, sans oublier les 4 points blancs dans les deux sculptures d'Ovni (du Taennchel et de Porto Rico).

Discussion:

Carte.

Je dois traiter de divers points plus ou moins périphériques à l'affaire.

Marc Schultz

Alors garde forestier dans la vallée de Sainte-Marie-aux-Mines avoisinant le Taennchel, Marc Schultz en connait très bien les lieux, c'est un passionné du passé du lieu et de ce qui selon lui le relie à d'autres mythologies dans le monde. Il était toujours prêt à faire découvrir le Taennchel aux néophytes au cours de visites guidées, il est co-auteur du livre "Haut-Koenigsbourg, Frankenbourg, Taennchel : Triangle Tellurique" avec Bernard Riebel, et intervient sur l'album "Taennchel - Terre Lointaine" en tant que voix-off. Voir entre autres, le site Web https://taennchel.com

Glozel

Dans l'article de presse [dna1], Marc Schulz évoque Glozel. Glozel est un hameau français de l'Allier près duquel un jeune garçon, Emile Fradin, avait trouvé en 1924 des artefacts d'apparence ancienne, notemment des tablettes portant une écriture "inconunue". Il en est résulté unw controverse interminable: selon les uns, c'est Fradin qui a fabriqué les objets, selon les autres, que l'éctiture a àtà ivnenté à Glozel il y a 12.000 ans et non pas en Mésopotamie il y a 5100 ans selon les autres, et que les extraterrestres sont dans le coup selon d'autres encore.

J'ai étudié l'affaire. Mais je n'ai encore rien rédigé, je ne peux donc ici que faire ces affirmations que je ne pourrais justifier que plus tard:

Michel Padrines

Toute l'affaire présentée par Marc Schultz puis Luc Burgin était restée très confidentielle - le livre de Burgin, en Allemand, n'a pas été publié en français. Elle est relancée avec échos sur l'Internet par Michel Padrines, qui "apparaît" en ufologie en Alsace dans les années 2000. Je l'avais rencontré alors à une conférence ufologique tout à fait intéressante de Pierre Lagrange, qu'il avait organisée près de Colmar. Etait également apparu sur vidéo projection "l'ancien" Guy Tarade, exhortant les ufololgues à "cesser leurs querelles" etc. Michel Padrines m'est apparu comme un homme affable et cordial, et j'en ai profité pour lui acheter un exemplaire de son livre publié à compte d'auteur dont le titre (affreux) était "UFO Génération OVNI".

Quand j'ai lu le livre, j'ai été assez effaré de constater qu'il était essentiellement constitué de "copié / collé" de contenus de deux sites web ufologiques: le mien, et le site RR0 de Jérôme Beau. Même nos fautes de frappes étaient copiées, et le pire fut de trouver que Michel Padrine écrivait "mon enquête" à propos d'un cas de 1954. Ce n'était en rien une enquête mais un commentaire sur un cas, ce n'était pas le sien mais le mien, et il l'avait "collé" à une autre cas! Faut-il le dire? Aucune source, aucune mention ni de mon site ni de celui de Jérôme Beau n'était faite.

Je n'ai absolument rien contre les recopies de mon site Web. Que l'on fasse comme on veut! Mais, il va sans dire que dans mon opinion, un "chercheur" qui copie le travail des autres, sans citer ses sources, sans aucune valeur ajoutée, présentant ce qu'il copie comme ses propres "recherches", ne fait pas le bon chercheur... pour rester poli.

Par la suite, on a pu lire sur divers sites web portant sur les OVNIS, ou le paranormal, une présentation de son nouveau livre, expliquant notamment que "Sur d’archaïques sites archéologiques comme celui du mont Taennchel, Michel Padrines a retrouvé des pierres sculptées représentant des têtes aux faciès totalement inconnus. Sur ces dernières figurent des dessins gravés évoquant de mystérieux engins ayant une forte ressemblance avec les objets célestes qui hantent nos cieux depuis plus de soixante ans." (Ceci était rédigé par Guy Tarade.)

Comme on le voit dans mon dossier, Michel Padrines n'a rien "découvert" du tout au Taennchel: il est pqrti de ce que Marc Schultz et Luc Burgin avaient écrit.

Michel Padrines est décédé en 2011, et son livre de 2008 qui relaterait "ses" découvertes m'est évidemment introuvable.

Ci-dessous: annonce sur le web de sortie du livre de Michel Padrines avec couverture différente en 2009.

Copie d'écran

Sur l'Internet

Il n'était pas utile que je reprenne in extenso toutes les pages Web apparus après que Michel Padrines ait relancé l'affaire; d'autant que les uns recopient simplement les autres, le plus souvent. Je donne ici quelques exemples:

Sur le web, on retrouve un peu partout ce bout de texte:

Statuettes de Taennchel

Une douzaine de statuettes ont été retrouvées en 1997 par la gendarmerie à Taennchel en Alsace sur un site mégalithique. Authentifiées par des archéologues professionnels, elles auraient environ 2000 ans. Qu'est ce qui rend donc ces statuettes si extraordinaires? Eh bien le fait que les dessins gravées sur celles-ci correspondent à de nombreuses apparitions d'ovni. Aujourd'hui, ces statuettes se trouvent dans le sous-sol d'un musée alsaciens à l'écart du public.

Un exemple de 2022 de publicité pour randonnée au Taennchel organisée par un "coach Bien-Etre":

Copie d'écran.

La journée au Taennchel:

- Ateliers au VenusKopf qui est la partie romaine du Taennchel, exclusivement féminin. Montée à 38 millions d'unité Bovis à la fin de l'atelier en utilisant les noms sacrés de la kabbale juive et une musique appropriée.

- Visite de la Source du corbeau (elle multiplie le taux vibratoire du corps par 10).

- Parcours puissant du labyrinthe des émotions, de rochers remarquables, de l'abri Kintzbull.

- Découverte et mise en pratique des principes des Rochers d'activation.

- Activation du coté féminin sur un rocher spécifiquement féminin.

- Connexion aux Esprits de la nature dans les arbres et connexion à un chêne remarquable.

- Explication de statuettes découvertes sur le lieu et datant de 2000 ans avec leurs symboliques et les lieux où elles ont été trouvées (représentation d'ovnis, de pyramides,...). Les statuettes sont conservées et interdites au public au musée de Colmar Unterlinden.

- Accès au 3ème anneau du Taennchel.

- Ressenti de vortex, de cheminées cosmo telluriques.

- Nettoyage énergétique, chemin d'initiation et de libération, beaucoup de très belles énergies positives.

- Travail sur l'émotionnel, sur le féminin, rééquilibrage.

Les visages sur les statuettes.

Les "données" sur le Web, essentiellement, sont deux images avec un commentaire. Voici la première:

Scan.

Ci-dessus: statuette découverte sur le site du Taennchel en Alsace. Sous le visage, une forme étrange qui évoque un "disque volant". Deux appendices sortent de la partie inférieure. Peut-être s’agit-il de deux rayons de lumière ou plus simplement des pieds de l’"engin". Le surlignage blanc qui entoure le "disque volant" et le symbole au-dessus à droite a été fait par la gendarmerie (sources Michel Padrines).

La deuxième:

Scan.

Ci-dessus: statuette découverte sur le site du Taennchel en Alsace. A droite de la photo, un homme semble regarder une formation de trois objets (à gauche de l'image) évoluant devant lui (sources Michel Padrines).

Comme on le voit, la "découverte" des statuettes remonte à Marc Schultz, avec intervention de la Gendarmerie sur fon soit de fouilles illégales, soit de fraude; c'est ensuite le suisse Luc Bürgin qui donne l'écho ufologique de l'affaire, Michel Padrines n'ayant fait que suivre plus tard.

Sur la simple vue des images, il est évidemment impossible d'affirmer que les gravures de "soucoupes volantes" sur certaines des statuettes est "d'époque" ou une simple fraude moderne. Il n'est pour l'instant pas m'eme possible d'affimer que les statuettes soient d'époque.

La "découverte" n'a pas été le fait d'archéologues professionels, mais de gens dont on ne sait pas grand chose, et dans un contexte généralement "louche."

Les "archéologues mondialement connus" invoqués par certains pour avoir "authentifié" les statuettes sont essentiellement "non identifiés". "Gilbert Adrian", en fait "Adrian Gilbert", est un auteur prolifique de livres sur le "Graal", les Templiers, et autres mystères qu'il sensationalise. Robert Bauval est un auteur de la même trempe, il n'est pas égyptologue mais ingénieur.

Evaluation:

Probable fraude.

Références des sources:

* = Source dont je dispose.
? = Source dont l'existence m'est signalée mais dont je ne dispose pas. Aide appréciée.

Historique du dossier:

Rédaction

Auteur principal: Patrick Gross
Contributeurs: Aucun
Reviewers: Aucun
Editeur: Patrick Gross

Historique des changements

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 4 septembre 2022 Création, [lbn1], [mps2], [dna1], [zpl1].
1.0 Patrick Gross 4 septembre 2022 Première publication.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 4 septembre 2022.