Index ACUFO -> Accueil 

This page in EnglishClick!

ACUFO:

ACUFO est un catalogue à visée exhaustive des cas de rencontres entre aéronefs et OVNIS, qu'elles soient "expliquées" ou "inexpliquées".

Le catalogue ACUFO donne pour chaque cas un dossier comprenant un numéro de cas, un résumé, des informations quantitatives (date, lieu, nombre de témoins...), des classifications, l'ensemble des sources mentionnant l'affaire, avec leur références, une discussion du cas dans le but d'une évaluation de ses causes, et un historique des changements apportés au dossier.

Cas précédent Cas suivant >

San Diego, Californie, USA, en en fin de l'été 1939:

Numéro de cas:

ACUFO-1939-00-00-SANDIEGO-1

Résumé:

Dans les années 1950, Leonard H. Stringfield, ufologue américain et témoin d'OVNI, publiait un petit bulletin d'information sur les OVNIS appelé Orbit, concentré sur ce que l'on appellera plus tard des témoignages de "lanceurs d'alerte" sur des rapports d'OVNI, des récupérations de soucoupes accidentées, et des "fuites" d'informations officielles sur les OVNIS.

Dans le numéro du 4 novembre 1955 de ce bulletin, il publiait des affirmations de Robert C. Gardner, un "conférencier et enquêteur privé sur les OVNIS" qui lui avait récemment rendu visite. Gardner affirmait pour la première fois qu'à la fin de février 1953, il avait personnellement entendu le chef de la défense aérienne de l'Est, le général Benjamin Chidlaw, dire que l'armée de l'air disposait de "piles de rapports sur les soucoupes volantes. Nous les prenons au sérieux quand on considère que nous avons perdu beaucoup d'hommes et d'avions en essayant de les intercepter."

Puis, selon Stringfield, Gardner lui a raconté l'histoire suivante:

"Cas 107, entre San Diego et Honolulu. Fin de l'été 1939 - A 15 h 30, un avion de transport militaire avec treize hommes à bord quitte la base aéronavale de San Diego pour un vol de routine à destination d'Honolulu. Après trois heures de mer, l'avion était en grande détresse. Les appels Mayday ont été renvoyés par radio à la base, puis tout à coup plus rien n'a été entendu jusqu'à ce que l'engin revienne en cahotant et effectue un atterrissage d'urgence. Les premiers hommes à atteindre l'engin ont été choqués par ce qu'ils ont vu: les treize membres de l'équipage étaient morts, à l'exception du copilote qui a réussi, miraculeusement, à diriger sa charge en toute sécurité. Trois minutes plus tard, il était également mort! L'examen des corps a montré des blessures béantes remarquablement importantes, un peu comme celles reçues par la surface de l'engin, qui indiquaient l'impact de missiles. Une deuxième découverte étonnante fut que les armes de service, 45 Colt automatiques, transportées par le pilote et le copilote, avaient été vidées et leurs cartouches retrouvées sur le sol du cockpit. Enfin, et peut-être semblable au phénomène des soucoupes, il y avait l'odeur caractéristique d'oeuf pourri qui imprégnait l'atmosphère de la cabine. On a également appris à propos de l'incident que le personnel qui manipulait des parties de l'avion présentait une mystérieuse infection cutanée. Les mesures de sécurité, a-t-on dit à Gardner, ont immédiatement masqué l'affaire et les appareils photos ont été restreints. Les militaires n'avaient pas le droit de retirer les corps et le travail d'identification et de diagnostic a été limité à trois médecins seulement."

Stringfield s'est demandé si ce crime aérien avait été commis par l'armée de l'air japonaise, mais il l'a rejeté car il pensait que ceaal aurait "nécessité la présence indétectable de porte-avions et de navires d'escorte japonais", "dans des eaux contrôlées par les Etats-Unis" - (ce qui était un argument assez faible de Stringfield, puisque cela s'est réellement produit lors de l'attaque de Pearl Harbor). Stringfield a également rejeté le fait que cela aurait pu être le résultat d'une mutinerie, en raison des traces de missiles sur la surface extérieure de l'avion.

L'histoire est ensuite parue dans le numéro de novembre/décembre 1967 de la Flying Saucer Review britannique, reprise par Jerome Clark en introduction à un article qu'il a écrit sur le caractère potentiellement hostile des OVNIS.

Clark n'a pas précisé la source du rapport, donc lorsque John Keel l'a repris dans son livre de 1971 "Our Haunted Planet", Clark y a été crédité comme la source de l'histoire. Keel a cité l'histoire sans la déformer, mais a ajouté son grain de sel, l'un de ses plus farfelus, affirmant que pendant la Seconde Guerre mondiale, les équipages de bombardiers "rapportaient également des apparitions constantes de petits hommes verts qui envahissaient leurs avions et causaient toutes sortes de méfaits". Les gens les appelaient des "Gremlins et la conclusion populaire était que les équipages hallucinaient simplement à cause de la haute altitude et de la faible atmosphère." Il a conclu: "Depuis lors, des milliers de petits hommes verts ont été signalés dans le monde entier. Ils font désormais partie intégrante du folklore soucoupes volantes."

L'histoire a ensuite été reprise par Charles Berlitz, comme un mystère encore non élucidé, sans grande déformation, et un vague crédit à "l'enquêteur, Robert Coe Gardner", qui "en a entendu parler par un témoin".

La prochaine apparition de l'histoire fut le fait de l'ufologue belge "sceptique" Godelieve van Overmeire; qui a commenté que Jerome Clark et John Keel s'étaient "inspirés d'une vieille gazette de 1939 pour monter cette histoire improbable..." et, citant une liste d'accidents d'avions trouvée sur le Web, a noté qu'il n'y avait eu "aucun accident d'avion ou perdition d'avion à cette date et à cet endroit" pendant toute l'année 1939. (Non seulement cela est inexact, nous le verrons, mais en plus il n'y a eu ni exactement un crash ni exactement une perdition dans l'histoire mais un atterrissage d'urgence réussi.)

Dans son livre "Strange Skies" de 2003, Jerome Clark est revenu sur l'histoire, en indiquant d'où elle venait. Il a déclaré qu'il n'y avait aucune preuve qu'une telle chose se soit produite, même s'il était possible que cela "apparaisse à l'origine comme une histoire dans un magazine pulp, mais si c'est le cas, personne n'a été capable de la produire". Clark a clarifié le statut de Gardner: une figure mineure des débuts de l'ufologie qui "avait la réputation d'être un raconteur d'histoires et un déformateur - au mieux - de vérité". Clark rappelle que la personnalité ufologique James W. Moseley a rappelé une conversation de 1954 avec l'ancien chef du projet Blue Book Edward Ruppelt et le porte-parole OVNIS du Pentagone Albert M. Chop, dans laquelle Ruppelt a mentionné l'habitude de Gardner de dire au public de ses conférences que des sources gouvernementales de haut niveau lui avaient glissé des photographies d'OVNIS inédites, alors qu'il avait simplement extrait ces images des journaux.

Plus tard, sur Internet, plusieurs personnes intéressées par de tels mystères l'ont repris avec un grain de sel très sceptique, mais sans toujours se référer à la source primaire. Plusieurs personnes ont noté que, contrairement à ce qu'affirmait Godelieve van Overmeire, il y avait eu de véritables accidents d'avion présentant certaines similitudes avec l'histoire. Aucune n'impliquait quoi que ce soit de mystérieux, aucune histoire d'équipage mort, aucune maladie de peau mystérieuse, mais d'autres similitudes suggèrent certainement que Gardner avait fabriqué son histoire en utilisant des éléments tirés des récits de journaux sur l'un ou l'autre incident d'avion réel.

Données:

Données temporelles:

Date: En fin de l'été 1939
Heure: ?
Durée: ?
Date du premier rapport connu: 1955
Délai de rapport: 16 ans.

Données géographiques:

Pays: USA
Département/état: Californie
Commune: San Diego

Données concernant les témoins:

Nombre de témoins allégués: Plusieurs.
Nombre de témoins connus: 1
Nombre de témoins nommés: 0

Données ufologiques:

Témoignage apporté via: Conférencier OVNIS Robert C. Gardner
Conditions d'éclairage: ?
OVNI observé: ?
Arrivée OVNI observée: ?
Départ OVNI observé: ?
Actions OVNI: ?
Actions témoins:
Photographies: Non.
Dessins par témoins: Non.
Dessins approuvé par témoins: Non.
Sentiments des témoins: ?
Interprétations des témoins: ?

Classifications:

Senseurs: [ ] Visuel: N/A.
[ ] Radar aéronef:
[ ] Radar sol directionnel:
[ ] Radar sol altitude:
[ ] Photo:
[ ] Film/vidéo:
[ ] Effets EM:
[ ] Pannes:
[ ] Dégâts:
Hynek: RR4
Armé / non armé: ?
Fiabilité 1-3: 1
Etrangeté 1-3: 3
ACUFO: Probable histoire inventée.

Sources:

[Ref. lsd1:] LEONARD STRINGFIELD:

Scan.

EXCLUSIF: DÉCLARATION D'UN GENERAL DE HAUT RANG
DE L'AIR FORCE RVELEE, POINTANT SUR
LA MENACE DES SOUCOUPES

Robert C. Gardner (3), conférencier et enquêteur privé sur les OVNIS, lors d'une récente visite, a donné à l'auteur une déclaration jusqu'ici inédite, qui cite un officier supérieur de l'armée de l'air. Inutile de dire que cela soutient la théorie du CRIFO, et nous citons: "Vers la fin du mois de février 1953, j'ai apporté une lettre d'introduction et de recommandation d'un responsable new-yorkais responsable de notre défense aérienne de l'Est au général Benjamin Chidlaw, alors responsable de la défense aérienne de l'Est de toutes nos défenses aériennes continentales à la base aérienne d'Ent dans le Colorado. La lettre concernait un plan que j'avais et que la défense aérienne de l'Est considérait comme important pour notre défense nationale. Par courtoisie envers le général Chidlaw, qui a depuis pris sa retraite, j'ai retenu jusqu'à présent les informations d'une importance vitale révélées ici. Au cours de l'entretien privé d'une demi-heure, le général a mentionné, parmi de nombreux autres éléments intéressants, ce qui suit: "Nous avons des piles de rapports sur les soucoupes volantes. Nous les prenons au sérieux lorsque vous considérez que nous avons perdu beaucoup d'hommes et d'avions en essayant de les intercepter'."

LA VIOLENCE EN RETROSPECTIVE

Au-delà de toute estimation, le nombre d'avions, militaires et autres, qui ont été perdus à cause des OVNIS. La date la plus ancienne de tels événements remonte sans doute à plus loin que la classique "poursuite à mort" de Mantell de 1948. (4) Dans cette catégorie, nous nous référons une fois de plus aux dossiers de Robert Gardner qui nous révèlent cet incident inhabituel remontant à 1939 - juste avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

Cas 107, entre San Diego et Honolulu. Fin de l'été 1939 - A 15 h 30, un avion de transport militaire avec treize hommes à bord quitte la base aéronavale de San Diego pour un vol de routine à destination d'Honolulu. Après trois heures de mer, l'avion était en grande détresse. Les appels Mayday ont été renvoyés par radio à la base, puis tout à coup plus rien n'a été entendu jusqu'à ce que l'engin revienne en cahotant et effectue un atterrissage d'urgence. Les premiers hommes à atteindre l'engin ont été choqués par ce qu'ils ont vu: les treize membres de l'équipage étaient morts, à l'exception du copilote qui a réussi, miraculeusement, à diriger sa charge en toute sécurité. Trois minutes plus tard, il était également mort! L'examen des corps a montré des blessures béantes remarquablement importantes, un peu comme celles reçues par la surface de l'engin, qui indiquaient l'impact de missiles. Une deuxième découverte étonnante fut que les armes de service, 45 Colt automatiques, transportées par le pilote et le copilote, avaient été vidées et leurs cartouches retrouvées sur le sol du cockpit. Enfin, et peut-être semblable au phénomène des soucoupes, il y avait l'odeur caractéristique d'oeuf pourri qui imprégnait l'atmosphère de la cabine. On a également appris à propos de l'incident que le personnel qui manipulait des parties de l'avion présentait une mystérieuse infection cutanée. Les mesures de sécurité, a-t-on dit à Gardner, ont immédiatement masqué l'affaire et les appareils photos ont été restreints. Les militaires n'avaient pas le droit de retirer les corps et le travail d'identification et de diagnostic a été limité à trois médecins seulement.

ED: La première explication qui nous vient à l'esprit est un acte de violence de la part des Japonais affichés comme dans l'affaire Panay de 1937, mais cette théorie est faible si l'on considère que l'événement était aérien et que cela nécessiterait une présence indétectable de porte-avions et de navires d'escorte japonais. Le fait que ces navires naviguaient dans les eaux contrôlées par les Etats-Unis à cette époque aurait provoqué une guerre.

Scan.

prématurément, ce qui ne faisait pas partie du plan japonais comme nous l'avons appris à Pearl Harbor. Une autre possibilité était des troubles internes tels qu'une mutinerie, mais cela n'explique pas les dommages de missiles sur la surface extérieure de l'avion. Par conséquent, la présence de balles vides suggère un effort de représailles contre des forces extérieures hostiles et mystérieuses. Mais les morts ne racontent aucune histoire et nous ne saurons jamais avec certitude qui ou quoi a causé le désastre.

Note 3: "Voir la dernière page de Saucer Sundries."

La note 4 dit: "L'article de Desmond Leslie, 'New Light on the Mantell Case'" doit être lu.

[Ref. jck1:] JEROME CLARK:

Scan.

Un jour de la fin de l'été 1939, un transport militaire a quitté la base aérienne Marine Naval Air Station de San Diego en Californie, pour un vol de routine à destination d'Honolulu. Environ trois heures plus tard, plusieurs signaux de détresse urgents ont retenti depuis l'avion, puis le silence s'est produit. Plus tard, l'engin est revenu en cahotant pour effectuer un atterrissage d'urgence. Lorsque le personnel de la base aérienne est entré dans l'avion, ils ont trouvé tous les membres de l'équipage, y compris le copilote, qui avait vécu assez longtemps pour ramener l'engin à sa base, morts pour des causes inconnues.

Chacun des corps portait de larges blessures béantes, et l'extérieur du vaisseau portait des marques similaires. Les hommes de la base aérienne qui ont touché des parties de l'engin ont contracté une mystérieuse infection cutanée.

L'un des aspects les plus déroutants de toute cette affaire était que les calibres automatiques .45 portés par le pilote et le copilote comme armes de service avaient été vidés et que les balles gisaient sur le sol. Une odeur "d'oeufs pourris" imprégnait l'atmosphère à l'intérieur de l'avion.

Cette catastrophe aérienne survenue il y a 28 ans était-elle un des premiers cas d'hostilité envers les OVNI? Les "mystérieuses infections cutanées"! et les odeurs "d'oeufs pourris" sont des phénomènes familiers à tous les chercheurs sur les OVNIS. Il semblerait que l'avion de transport ait été attaqué - apparemment sans provocation - par une sorte d'intrus aérien étrange.

[Ref. jkl1:] JOHN KEEL:

L'ufologue Jerome Clark a découvert un article extraordinaire provenant d'un vieux journal de 1939. "Un jour de fin d’été 1939, un transport militaire a quitté la Marine Naval Air Station de San Diego, en Californie, pour un vol de routine vers Honolulu", a écrit Clark dans la Flying Saucer Review. "Environ trois heures plus tard, plusieurs signaux de détresse urgents ont retenti depuis l'avion, puis le silence s'est produit. Plus tard, l'engin est revenu en cahotant pour effectuer un atterrissage d'urgence. Lorsque le personnel de la base aérienne est entré dans l'avion, ils ont trouvé tous les hommes de l'équipage, y compris le copilote qui avait vécu assez longtemps pour ramener l'engin à sa base, morts pour des causes inconnues.

Chacun des corps portait de larges blessures béantes, et l'extérieur de l'appareil portait des marques similaires. Les hommes de la base aérienne qui ont touché des parties de l'engin ont contracté une mystérieuse infection cutanée.

L'un des aspects les plus déroutants de toute cette affaire était que les pisolets automatiques calibres .45 portés par le pilote et le copilote comme pièces de service avaient été vidés et que les obus gisaient sur le sol. Une odeur d'oeufs pourris imprégnait l'atmosphère à l'intérieur de l'avion... De mystérieuses infections cutanées et des odeurs d'oeufs pourris sont des phénomènes familiers à tous les chercheurs en OVNIS. Il semblerait que le transport ait été attaqué - apparemment sans provocation - par une sorte d'étrange intrus aérien.

[...] à l’époque, les militaires appelaient les OVNIS des Foo Fighters. Les Foo Fighters ont déconcerté les pilotes alliés et de l'Axe au-dessus de l'Allemagne et du Japon dans le derniers jours de la guerre. Les équipages des bombardiers signalaient également une constante apparitions de petits hommes verts qui envahissaient leurs avions et provoquaient toutes sortes de méfaits. La presse les a qualifiés de Gremlins et la conclusion populaire était que les équipages hallucinaient simplement en raison de la haute altitude et de la faible atmosphère. Depuis lors il y a eu des milliers de rapports de petits hommes verts de partout dans le monde. Ils font désormais partie intégrante du folklore des soucoupes volantes.

[Ref. cbz1:] CHARLES BERLITZ:

Massacre en plein vol

Voici une terrifiante histoire restée secrète à ce jour.

Les événements se sont passés à la fin de l'été l1939. D'après ce que l'on sait, un avion de transport quitta la base de l'aviation navale de San Diego à 3 h. Il avait treize hommes à bord et il ne s'agissait que d'un vol de routine en direction d'Honolulu. Trois heures plus tard, on reçut des signaux de détresse frénétiques de l'avion qui survolait alors le Pacifique. Puis la radio se tut.

Quelque temps plus tard, l'avion regagna la base tant bien que mal et fit un atterrissage forcé. Le personnel de la base se précipita dans l'appareil et, un fois à bord, découvrit avec horreur douze hommes morts. Le seul survivant était le copilote qui, bien que gravement blessé, avait pu vivre assez longtemps pour ramener l'avion. Il mourut à son tour, quelques instants plus tard.

Tous les corps portaient de larges plaies béantes. Plus mystérieux encore, le pilote et le copilote avaient vidé leurs colts 45 contre quelque chose. On trouva les cartouches vides sur le sol du cockpit. Une forte odeur de poudre emplissait l'appareil.

L'extérieur de l'avion était gravement endommagé, comme s'il avait été touché par des missiles. Le personnel qui était monté à bord de l'avion en redescendit atteint d'une curieuse maladie de la peau.

On prit rapidement des mesures de sécurité et on ordonnana à l'équipe de secours de quitter l'avion. Trois médecins de l'armée furent chargés de sortir les corps de la carlingue et de mener une enquête.

On réussit à étouffer l'affaire. Quinze ans plus tard, l'enquêteur, Robert Coe Gardner, en entendit parler par un témoin. Le mystère de ce qui s'est passé en dans le ciel en ce jour de septembre 1939 n'a jamais été éclairci.

[Ref. gvo1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

1939, fin d'été

USA, San Diego (Californie)

Un transport militaire quittait la base aérienne de San Diego (Californie) pour un vol de routine vers Honolulu. Trois heures plus tard, différents appels de détresse venant de l'avion, furent reçus ensuite ce fut le silence. Plus tard l'avion fut retrouvé, ayant fait un atterrissage forcé. Quand le personnel de la base entra dans l'appareil, ils trouvèrent l'équipage mort, y compris le pilote (ayant survécu assez longtemps pour atterrir). L'auteur KEEL continue: "chaque corps montrait de larges blessures béantes et les personnes ayant touché à l'extérieur de cet avion furent affectées d'une mystérieuse infection de la peau. Un des aspects les plus insolites fut qu'il manquait les charges des 45 armes automatiques, et que les douilles se trouvaient sur le sol. Une odeur d'oeufs pourris sévissait dans l'avion. (note de vog: diable! tant de douilles tirées plus l'odeur de quelques cadavres..." Jérome Clark et John Keel, s'étant inspirés d'une vieille gazette de 1939 pour établir cette histoire invraisemblable... Flying Saucer Review) (note de vog: aucun crash ni perdition d'avion à cette date et en ce lieu (ni même pour toute l'année 1939, dans la base de données http://www.planecrashinfo.com/database.htm Copyright 1997-2004 Richard Kebabjian)

[Ref. jck2:] JEROME CLARK:

L'ufologue américain érudit Jerome Clark raconte que dans le bulletin d'information du C.R.I.F.O., Orbit, du 4 novembre 1955, Leonard Stringfield a parlé d'une conversation avec "le conférencier et chercheur privé sur les OVNIS" Robert Coe Gardner, qui affirmait qu'en février 1953, le général Benjamin Chidlaw, chef de la défense aérienne de l'Est, lui a dit qu'ils prenaient les rapports d'OVNIS au sérieux "quand on considère que nous avons perdu beaucoup d'hommes et d'avions en essayant de les intercepter."

Gardner a ensuite raconté une histoire étrange pour laquelle il n'a fourni aucune source, ou, du moins, Stringfield ne mentionne aucune source.

L'histoire était qu'à la fin de l'été 1939, un transport militaire quittait la base aéronavale de San Diego pour un vol de routine à destination d'Honolulu, et environ 3 heures plus tard, plusieurs signaux de détresse urgents sont venus de l'avion, suivis par un silence étrange.

L'avion est revenu plus tard en cahotant pour effectuer un atterrissage d'urgence, et lorsque le personnel de la base aérienne est entré dans l'avion, ils ont trouvé tous les membres de l'équipage, y compris le copilote, qui avaient vécu assez longtemps pour ramener l'engin à sa base, mort de causes inconnues.

Chacun des corps portait de larges blessures béantes; l'extérieur de l'avion était "marqué de la même manière"; ceux qui ont touché des parties de l’engin ont contracté une mystérieuse infection cutanée. Les calibres automatiques .45 portés par le pilote et le copilote comme armes de service avaient été vidés et les balles gisaient sur le sol. Une odeur "d’oeufs pourris" se répandait à l’intérieur de l’avion.

On dit que l'incident a été immédiatement dissimulé, le personnel de la base aérienne a été renvoyé du site, laissant l'identification des corps à trois médecins.

Clark ajoute qu'il n'y a aucune preuve qu'une telle chose se soit produite; il a pensé qu'il était possible que cela soit à l'origine une histoire dans un magazine pulp, mais si c'est le cas, personne n'a été capable de le produire.

Il ajoute que Gardner était une figure mineure des débuts de l'ufologie et qu'il avait la réputation d'être un inventeur d'histoires et d'avoir au mieux peu de soucis de leur véracité. James W. Moseley, personnalité ufologique de longue date, se souvient d'une conversation en 1954 avec l'ancien directeur du Blue Book, Ed Ruppelt, et le porte-parole du Pentagone, Albert M. Chop, et Ruppelt a mentionné l'habitude de Gardner de raconter dans ses conféreces que des sources gouvernementales de haut niveau lui avaient remis des photographies d'OVNIS inédites, alors qu'il s'est avéré qu'il avait simplement découpé ces photos des journaux.

[Ref. mms1:] SITE WEB "MILITARY MATTERS":

Spécial Halloween – Le mystérieux massacre d'un équipage de transport en vol, 1939

1 novembre 2021

C'est l'histoire terrifiante de ce qui est arrivé au malheureux équipage d'un avion de transport – massacré par une terrible menace alors qu'il volait dans les cieux. L'histoire a été écrite dans le livre World of Mysterious Phenomena de 1988 et apparemment basée sur des écrits antérieurs.

Pour raconter la véritable horreur, je vais raconter l'histoire textuellement:

"Quelque chose de terrifiant s'est produit dans les airs un jour à la fin de l'été 1939 - et à ce jour, l'incident est entouré de secret.

"Tout ce que l'on sait, c'est qu'un avion de transport militaire a quitté la base aérienne navale de San Diego à 15h30 un après-midi. Lui et ses treize hommes d'équipage effectuaient un vol de routine vers Honolulu. Trois heures plus tard, alors que l'avion survolait l'océan Pacifique, un signal de détresse frénétique a été émis. Puis le signal radio s'est éteint.

"Un peu plus tard, l'avion est revenu à la base en cahotant et a effectué un atterrissage d'urgence. Les membres de l'équipe au sol se sont précipités vers l'engin et lorsqu'ils sont montés à bord, ils ont été horrifiés de voir douze morts. Le seul survivant était le copilote, qui, bien que gravement blessé, était resté en vie assez longtemps pour ramener l'avion. Quelques minutes plus tard, il était mort à son tour.

"Tous les corps présentaient de larges blessures béantes. Encore plus étrange, le pilote et le copilote avaient vidé leurs pistolets automatiques Colt .45 sur quelque chose. Les cartouches vides ont été retrouvées sur le sol du cockpit. Une odeur nauséabonde et sulfurique imprégnait l'intérieur de l'engin.

"L'extérieur de l'avion était gravement endommagé, comme s'il avait été touché par des missiles... L'incident a été étouffé avec succès et n'a pas été révélé avant quinze ans, lorsque l'enquêteur Robert Coe Gardner en a eu connaissance par quelqu'un qui "était là". Le mystère de ce que l'équipage a rencontré en plein vol cet après-midi de 1939 n'a jamais été résolu."

Oui, la seule véritable horreur dans cette histoire réside dans les détails. En fait, d'où je viens, c'est ce qu'on appelle un tas de conneries.

Pour commencer, quel avion de transport volait... qu'est-ce que c'était... oh oui, la Marine Naval Air Force entre San Diego et Honolulu en 1939? Si quelqu'un le sait, n'hésitez pas à me le dire. Parce que je ne pense pas qu'aucun des services américains n'ait eu en service un avion de transport capable de parcourir cette distance avec treize personnes à bord en 1939.

OK, c'est peut-être une erreur et l'avion n'était pas un transport, mais un bombardier ou un avion de patrouille comme un Catalina. Cela est peut-être possible, mais ce serait une sacrée distance et à parcourir, même pour l'un des premiers B-17. Et comme il n'y en avait qu'une vingtaine à ce moment-là, il serait certainement difficile de se taire si l'un d'entre eux se faisait attaquer par... peu importe ce que cela voulait dire.

Et bien sûr, cette chose – ou ces choses – se sont frayé un chemin dans un avion, sans réellement provoquer son crash, ont tué douze hommes et en ont gravement blessé un autre, encore une fois sans provoquer le crash de l'avion, et ont pris plusieurs balles de calibre .45 – tirées à bout portant – puis ont disparu sans laisser de trace.

En guise de note finale sur ce cas "mystérieux", je citerai quelque chose dit par chacun de mes professeurs d'histoire; "Qui transmet l'information?"

"Enquêteur", et j'utilise cela dans les termes les plus vagues, Robert Coe Gardner était en quelque sorte une figure du début du mouvement OVNI dans les années 1950 et a conservé une certaine renommée dans le domaine tout au long de sa vie. Mais franchement, c'était un peu un fabricant de conneries.

"De la part de quelqu'un qui était là" – eh bien, ça c'est convaincant!

Quoi qu'il en soit, je pense qu'il est prudent de dire que les bêtes volantes ne bourdonnent pas, ne s'écrasent pas sur les avions et ne tuent pas le personnel des services combinés qui apparemment les pilotent. Mais je me demande si un événement réel a peut-être inspiré ce fil.

Le 2 février 1938, deux hydravions Catalina de l'US Navy étaient engagés dans un exercice tactique de nuit au large des côtes de Californie. Malheureusement, une tragédie a frappé et les avions sont entré en collision dans l'obscurité. L'un s'est écrasé dans la mer, mais l'autre, piloté par le lieutenant Carlton Hutchins, a réussi à rester en l'air assez longtemps pour que trois membres de l'équipage puissent sauter en parachute pour se mettre en sécurité.

Hutchins est ensuite décédé dans l'accident et a reçu la médaille d'honneur du Congrès pour son "héroïsme extraordinaire" en restant aux commandes pour sauver la vie de ses membres d'équipage au détriment de la sienne.

Alors pourquoi notre histoire fantastique serait-elle liée à cette tragédie?

Eh bien, au total, l'avion avait un équipage total de treize personnes, même si trois ont survécu grâce au sacrifice du lieutenant Hutchins. De plus, nous avons un avion gravement endommagé qui continue de voler grâce à un pilote courageux.

Je l'admets, les liens entre cet événement et l'histoire effrayante sont ténus. Mais il est bien plus probable que quelqu'un ait raconté un événement réel dont il avait entendu certains détails, plutôt que des monstres volants attaquant des avions.

Ou peut-être que je suis juste cynique?

[Ref. cfn1:] SITE WEB "THE CURIOUS FORTEAN":

MYSTEES DE LA TERRE, TECHNOLOGIE, OVNI

Un Massacre en Vol: un Nouveau Regard

Un événement "paranormal" dont je me souviens avoir entendu parler quand j'étais plus jeune et qui me fascinait depuis des années était un certain nombre de morts "mystérieuses" survenues à bord d'un avion datant de la Seconde Guerre mondiale. L'histoire originale est racontée par Charles Berlitz dans World of Mysterious Phenomena de 1988 sous le titre "Un massacre en vol:"

Quelque chose de terrifiant s'est produit dans les airs un jour à la fin de l'été 1939, et à ce jour, l'incident est entouré de secret.

Tout ce que l'on sait, c'est qu'un avion de transport militaire a quitté la base aéronavale de San Diego à 15h30 un après-midi. Lui et ses treize hommes d'équipage effectuaient un vol de routine vers Honolulu. Trois heures plus tard, alors que l'avion survolait l'océan Pacifique, un signal de détresse frénétique retentit. Puis le signal radio est mort.

Un peu plus tard, l'avion est revenu à la base en cahotant et a effectué un atterrissage d'urgence. Les membres de l'équipe au sol se sont précipités vers l'engin et lorsqu'ils sont montés à bord, ils ont été horrifiés de voir douze hommes morts. Le seul survivant était le copilote qui, bien que grièvement blessé, était resté en vie assez longtemps pour ramener l'avion. Quelques minutes plus tard, il était mort lui aussi.

Tous les corps présentaient de larges blessures béantes. Encore plus étrange, le pilote et le copilote avaient vidé leurs pistolets .45 Colt Automatic sur quelque chose. Les balles vides ont été retrouvées sur le sol du cockpit. Une odeur nauséabonde et sulfurique imprégnait l'intérieur de l'engin.

L'extérieur de l'avion était gravement endommagé, comme s'il avait été touché par des missiles. Le personnel qui est monté à bord de l'engin a contracté une étrange infection cutanée. Des mesures de sécurité strictes ont été rapidement mises en œuvre et l'équipe d'urgence au sol a reçu l'ordre de quitter l'avion. La tâche d'évacuer les corps et d'enquêter sur l'incident a été confiée à trois médecins. L'incident a été étouffé avec succès et n'a pas été révélé au grand jour avant quinze ans, lorsque l'enquêteur Robert Coe Gardner en a eu connaissance par quelqu'un qui se trouvait sur place. Le mystère de ce que l'équipage a rencontré en plein vol cet après-midi de 1939 n'a jamais été résolu.

Maintenant, beaucoup de choses ont été écrites ailleurs, indiquant que Berlitz, comme beaucoup d'autres auteurs de livres de poche "étranges mais vrais", était loin d'être une source fiable. J'ai donc longtemps considéré comme plus ou moins acquis que cette histoire ne s'était pas vraiment déroulée comme elle était écrite, voire pas du tout.

Que s'est-il réellement passé ce jour-là de 1939? Il s’avère qu’il y a eu un certain nombre d’incidents à la fin des années 1930 qui auraient pu donner lieu à cette histoire. Il y a eu un vol massif d'un convoi de 17 avions (qui a effectué le vol en un temps record) le 7 juillet 1938 de San Diego à Honolulu – le même itinéraire que l'avion malheureux était censé avoir emprunté – cela pourrait également s'aligner avec la "fin de l'été" de l'histoire (1).

Les événements marquants de l'aviation, c'est bien beau, mais s'il y a une part de vérité dans cette histoire, c'est probablement l'un des nombreux accidents d'avion qui ont eu lieu à San Diego et dans ses environs. Le 11 août 1939, T.R. Wood et V.P. Armstrong a été tué lorsque leur bombardier a été accidentellement abattu au-dessus de Miramar Field, juste au nord de San Diego. Du point de vue des dates, cela semble une possibilité très prometteuse; l'avion, cependant, était un Curtiss SBC-3 Helldiver, un biplan biplace qui ne ressemblait guère à celui décrit dans l'histoire (2).

[Légende de photo:] Le Curtiss SBC-3 Helldiver, comme celui qui s'est écrasé le 11 août 1939.

Une possibilité plus probable s'est produite dans la soirée du 2 février 1938, lorsque

Le bilan d'une collision en vol entre deux bombardiers géants – la pire catastrophe aérienne de l'histoire navale américaine – s'est élevé à 11 aujourd'hui alors que des recherches maritimes et aériennes ont été entreprises pour retrouver les corps disparus de 10 aviateurs.

Sauvé de l'eau après la chute du bombardier 11-P-4 dans un impact éclatant la nuit dernière, J. H. HESTER, radio de première classe, de San Diego, est décédé à bord du navire-hôpital Relief sur l'île de San Clemente tôt ce matin.

Trois de ses compagnons se trouvaient également à bord du Secours, grièvement blessés, mais devraient se rétablir.

Trois autres membres de l'équipage du 11-P-4 et les sept hommes de son bombardier jumeau, le 11-P-3, ont été recherchés par la flotte américaine, car des sources de la Marine ont admis officieusement qu'il n'y avait aucun espoir qu'ils aient survécu.

Les bombardiers, à la recherche d'un ennemi théorique, sont entrés en collision lors d'une soudaine rafale de pluie, à la vue des navires de surface en manœuvre.

Le 11-P-3 est tombé en flammes. Le 11-P-4 s'est brisé en cent morceaux sur la mer agitée.

Les projecteurs ont soudainement illuminé la scène et les navires de guerre ont été lancés pour sauver les hommes, tandis que tout le jeu de guerre de la flotte s'est arrêté.

(...)

La catastrophe a frappé les bombardiers attachés à l'escadron VP-11 de la base aéronavale de North Island à San Diego, 26 jours après la disparition d'un avion jumeau de l'escadron VP-7 au large des côtes californiennes.

L'effectif complet de la flotte était déployé pour des tests tactiques rapides à 70 miles en mer, directement au sud de l'île de San Clemente, lorsque la collision s'est produite.

Alors que la tentative concertée de sauvetage commençait, l'amiral Claude C. Bloch a levé un "silence radio" rigide en temps de guerre pour relayer la nouvelle de la tragédie au Département de la Marine à Washington et à la presse.

La cause de l'accident, au-delà du mauvais temps, n'a pas été annoncée immédiatement, mais des officiers de la marine à terre ont déclaré que les bombardiers, volant les uns à côté des autres, pourraient s'être percutés à cause d'un soudain courant descendant.

Ils naviguaient à environ 140 miles à l'heure, au-dessus de quatre cuirassés et de 20 destroyers.

Hier matin seulement, ils avaient décollé de San Diego pour rejoindre la flotte, qui a quitté le port de Los Angeles mardi après une concentration record de navires. Chacun était un type d'hydravion bimoteur (3).

L'un des membres de l'équipage du 11-P-3, le lieutenant Hutchins, a reçu à titre posthume la Médaille d'Honneur du Congrès pour être resté aux commandes suffisamment longtemps pour amener son avion à un atterrissage en toute sécurité et permettre au reste de l'équipage d'être sauvé (4). Cela implique que certains, sinon la totalité, des sept hommes du 11-P-3 ont survécu.

Nous avons ici quelques-uns des éléments de l'histoire: un nombre assez important de morts (bien qu'apparemment pas aussi important qu'on le craignait initialement), un "ennemi théorique", un pilote qui survit assez longtemps pour faire atterrir son avion, et des indications de mauvais temps peuvent être significatives.

[Légende de la photo :] Un Consolidated PBY-5A Catalina. Les 11-P-3 et 11-P-4 étaient un modèle antérieur de cet avion.

Et si l'histoire ne venait pas de Berlitz, mais de Robert Gardner dont Berlitz a tiré l'histoire? Gardner a revendiqué pour la première fois la connaissance de l'histoire en 1954, et il s'avère que certains événements importants se sont produits en 1954 qui pourraient également être à l'origine de l'histoire.

Au cours de l'été 1954, un Vought F7U-3 Cutlass, surnommé le "Gutless Cutlass" par les pilotes en raison de sa nature sujette aux accidents (par exemple, il a été rappelé que des morceaux d'avions tombaient souvent simplement en plein vol) - son pilote ayant sauté en parachute dans l'océan - s'est précipité dans l'océan avant de s'écraser dans l'eau au large du célèbre hôtel hanté del Coronado, manquant de peu les plus de 100 personnes qui se trouvaient sur la plage ce jour-là (5).

[Légende de la photo :] F7U-3 Cutlass – le "Gutless Cutlass" – en vol.

En 1954 également, un autre avion sujet aux accidents, le R3Y Tradewind construit par Convair, basé à San Diego, a été introduit. Gros avion cargo, le Tradewind avait un défaut fatal: ses hélices avaient tendance à se détacher en plein vol.

Volant d'Honolulu à San Francisco une nuit de janvier 1958, le lieutenant Homer Ragsdale pilotait sur l'océan Indien lorsqu'une des hélices s'est détachée, déchirant un trou irrégulier "de la taille d'une Volkswagen" dans le fuselage. On ne peut que supposer que si les membres de l'équipage se trouvaient dans le chemin des lames, ils auraient reçu exactement le genre de blessures semblables à des entailles décrites. L'avion a continué en cahotant jusqu'à San Francisco, commençant à effectuer un atterrissage d'urgence, lorsque la panne catastrophique s'est poursuivie et que le lieutenant Ragsdale a découvert que les commandes du moteur ne répondaient pas. L'équipage a réussi à se sauver, mais l'avion a ricoché contre un mur de soutènement au bord de l'eau (6).

[Légende de la photo :] Le Convair R3Y Tradewind, une autre des décisions de conception les plus médiocres de la Marine.

Que s'est-il réellement passé ce jour-là? Gardner ou Berlitz ont-ils entendu l'une de ces histoires et ont-ils décidé de l'embellir quelque peu pour la publication (le plus probablement de ce qui précède, je pense, concerne l'histoire des deux Catalina ou peut-être un récit à moitié mémorisé d'un accident d'hélice Tradewind)? Etaient-ils véridiques? D’après ce que nous savons aujourd’hui, cette option semble presque incroyable en soi. Charles Berlitz était connu pour ses interprétations erronées ou ses inventions pures et simples; Robert Coe Gardner ne paraissait guère meilleur. Jim Moseley a écrit que Gardner avait l'habitude de prétendre avoir reçu des photos d'OVNIS top-secrètes et inédites de sources gouvernementales, qui se révélaient généralement être des coupures de journaux (7). L'histoire est-elle une invention complète? C'est peut-être le plus probable, mais je préfère penser que la plupart des histoires contiennent une part de vérité, un événement réel qui s'est produit, aussi embelli qu'il puisse être.

Informations aéronef(s):

Aucune information n'est donnée sur l'avion qui serait impliqué dans l'histoire.

Bien sûr, la distance entre San Diego, Californie, et Honolulu, Hawaï, étant d'environ 4 200 km, le PBY Catalina n'était pas adapté, car son autonomie était de 4 030 km. Le B-17, avec une autonomie de ferry de 6040 km, aurait pu y parvenir, et les B-17 étaient en opération aux Etats-Unis en 1939. Je sais que des B-17 a volé de Californie à Pearl Harbor en décembre 1941, je n'ai trouvé aucune trace de tels vols en juin 1939.

La portée du B-18, du PBM-5 Mariner, était trop courte. Les XB15, XB-38, XPBB Sea Ranger n'étaient que des prototypes, les premiers B-24 opérationnels arrivèrent en décembre 1939, le B-32 n'était pas opérationnel à cette époque, ni le XP4Y Corregidor, le XB-19, etc. les avions tels que le B-23 ou le B-25 n'étaient pas adaptés au transport de 13 personnes.

Le premier vol de Californie à Honolulu a eu lieu le 29 juin 1927 (Albert Hegenberger et Lester Maitland); il s'agissait du plus long vol en haute mer à cette date. En 1936 déjà, la Pan Am transportait des passagers de San Francisco à Hawaï sur son unique Martin M-130 "Hawaii Clipper". Mais il s'agissait de vols civils alors que dans cette histoire il s'agissait clairement d'un vol militaire avec un équipage militaire.

Discussion:

Carte.

Bien sûr, tout porte à croire que l'histoire a été inventée par Gardner. Bien sûr, il est tout à fait impossible de prouver que cela ne s'est pas produit, mais il n'y a aucune preuve que cela se soit produit, et diverses preuves montrant que Gardner inventait des choses.

Gardner affirmait qu'à la fin du mois de février 1953, le général Benjamin Chidlaw était responsable de la défense aérienne continentale américaine à la base aérienne d'Ent, dans le Colorado.

Ceci au moins est vrai. Le 29 octobre 1951, Chidlaw a reçu le commandement du Commandement de la défense aérienne à la base aérienne d'Ent, au Colorado. Il y devient également commandant en chef du service interarmées Continental Air Defence Command le 1er septembre 1954. Il prend sa retraite de l'USAF à ce titre le 31 mai 1955, avec de nombreuses décorations de son propre pays ainsi que de la France, de la Grande-Bretagne, de la Pologne et du Brésil.

Ce qui fut plus tard appelé "Marine Corps Air Station Miramar", situé à Miramar, San Diego, Californie, à environ 23 km au nord du centre-ville de San Diego, était en 1939 "Camp Elliott". Les pistes d'aviations n'y furent construites qu'en 1940 et la 1st Marine Air Wing arriva le 21 décembre 1940. Il n'y avait aucun avion connu là-bas avant 1940; cependant, les hydravions Consolidated PBY étant construits à proximité, il ne peut être exclu que certains hydravions aient pu être utiliséa là-bas en 1939.

Evaluation:

Probable histoire inventée.

Références des sources:

* = Source dont je dispose.
? = Source dont l'existence m'est signalée mais dont je ne dispose pas. Aide appréciée.

Historique du dossier:

Rédaction

Auteur principal: Patrick Gross
Contributeurs: Aucun
Reviewers: Aucun
Editeur: Patrick Gross

Historique des changements

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 29 décembre 2023 Creation, [lsd1], [jck1], [jkl1], [cbz1], [gvo1], [jck2], [mms1], [cfn1].
1.0 Patrick Gross 29 décembre 2023 Première publication.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 29 décembre 2023.